SABB enregistre un bénéfice net de 1 913 millions RS pour 9 mois

10/11/19

Lubna Sulaiman Olayan

La Banque saoudienne britannique (SABB) a enregistré un bénéfice net de 1 913 millions de RS (510 millions de dollars) après zakat et les impôts pour les neuf premiers mois clos le 30 septembre 2019. Il s’agit d’une diminution de 954 millions de RS ou de 33,3% par rapport à 2. 867 millions de RS pour la même période en 2018. SABB a enregistré un bénéfice net de 1,061 million de RS après zakat et les impôts pour le troisième trimestre de 2019, soit une diminution de 1 million de RS ou 0,09% par rapport à 1 062 millions de RS pour la même période de l’année précédente.

Lubna Sulaiman Olayan, président de SABB, a déclaré: «Le troisième trimestre de 2019 représente le premier trimestre complet depuis l’achèvement légal de notre fusion révolutionnaire des banques SABB et Alawwal le 16 juin 2019. Depuis cette date, le conseil et la direction a poursuivi son voyage visant à unir les deux organisations autour d’une stratégie, d’une base de clients et d’un ensemble de valeurs communes. Le nouveau conseil s’est réuni à deux reprises jusqu’à présent pour discuter de stratégie, de culture, de stratégie de marque, de développement des talents, d’intégration et de maintien de nos normes élevées en matière d’expérience client et de gestion des risques.

Le bénéfice d’exploitation s’est élevé à 6 530 millions de RS pour les neuf premiers mois clos le 30 septembre, soit une augmentation de 1,038 milliard de RS, ou 18,9%, par rapport à 5 492 millions de RS pour la même période en 2018.

Les prêts et avances à la clientèle ont été enregistrés à 152,5 milliards de RS pour les neuf mois clos le 30 septembre 2019, soit une augmentation de 40,4 milliards de RS, soit 36%, par rapport à 112,1 milliards de RS au 30 septembre 2018.

Les dépôts de la clientèle se sont élevés à 183,4 milliards de RS pour les neuf mois clos le 30 septembre 2019, soit une augmentation de 54,1 milliards de RS, ou 41,8%, par rapport à 129,3 milliards de RS pour la même période de l’année dernière.

Le portefeuille d’investissements de la banque, qui s’élevait à 58,7 milliards de RS pour les neuf mois clos le 30 septembre 2019, affichait une augmentation de 24,8 milliards de RS, soit 72,9%, par rapport à 34 milliards de RS pour la même période de l’année précédente.

Le total des actifs de 256,79 milliards de RS pour les neuf mois clos le 30 septembre a montré une augmentation de 82,8 milliards de RS, ou 47,3%, par rapport à 175 milliards de RS au 30 septembre 2018.

Le bénéfice par action a été de 1,12 RS par rapport à 1,91 de RS pour la période correspondante de l’année dernière.

Olayan a déclaré: «Notre performance financière au troisième trimestre reflétait davantage les rendements actuels de la banque issue de la fusion, car elle incluait un trimestre complet de performances commerciales et ne répétait pas la comptabilité unique relative aux fusions que nous avions présentée au deuxième trimestre. Les pertes de crédit ont été plus faibles que prévu, le coût temporaire de l’intégration a augmenté conformément au plan, la croissance est restée difficile dans le contexte économique actuel et la pression d’un cycle de baisse des taux d’intérêt a commencé à se faire sentir. Néanmoins, SABB a généré un rendement solide pour la période afin de soutenir la capacité de prêt et la capacité de distribuer des dividendes. La banque reste forte, rentable et bien positionnée ».

Elle a ajouté: « Je voudrais remercier nos clients, nos actionnaires, notre équipe de direction et notre partenaire mondial de longue date, HSBC, pour leur soutien et leur engagement continus, ainsi que nos régulateurs et agences gouvernementales pour leur vision et leurs conseils ».

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La déclaration prébudgétaire du ministre des Finances brosse un tableau positif de l’économie saoudienne

31/10/19

Le ministre des Finances Mohammed Al-Jadaan s’adressant aux médias à Riyad. (Photo AN Ahmed Fathi)

  • Les efforts visant à développer et à développer le rôle du secteur privé au Royaume continuent de porter leurs fruits

RIYAD: Le ministre saoudien des Finances, Mohammed Al-Jadaan, a déclaré jeudi que les dépenses du gouvernement devraient s’élever à 1 020 milliards de RS en 2020. Des efforts seront déployés pour améliorer l’efficacité des dépenses sans perturber les plans de diversification et de transformation, a-t-il ajouté. Les recettes devraient s’élever à environ 833 milliards de RS en 2020, avec un déficit budgétaire d’environ 6,5% du PIB.

Les chiffres ont été révélés dans la déclaration prébudgétaire du ministre pour l’exercice 2020. Elle détaille l’évolution de la performance des finances publiques en 2019 et présente les principaux objectifs budgétaires et les principales estimations économiques pour 2020 et l’avenir à moyen terme. Il a également mis en évidence les initiatives et programmes clés qui seront mis en œuvre au cours du prochain exercice dans le cadre de la Vision 2030 de l’Arabie saoudite.

Al-Jadaan a déclaré que la politique budgétaire du Royaume visait à trouver un équilibre entre le maintien de la viabilité des finances publiques et le renforcement de la croissance et du développement économiques, tout en soutenant la transformation économique conformément à la Vision 2030. Pour ce faire, elle s’efforce d’accroître l’efficacité et l’efficience dans le cadre de discipline fiscale, amélioration des services de base fournis aux citoyens, diversification des sources de recettes publiques et autonomisation du secteur privé.

L’approbation par le cabinet de la loi sur les appels d’offres et les marchés publics garantira l’équité et la transparence, favorisera la concurrence, empêchera l’influence des intérêts personnels, protégera l’argent public et offrira un traitement équitable aux concurrents, a-t-il ajouté, ce qui contribuera à garantir l’égalité des chances.

Le ministre a également déclaré que les résultats économiques préliminaires et les indicateurs reflétaient les progrès importants réalisés au cours de la dernière année. Le PIB réel a enregistré un taux de croissance positif d’environ 1,1% au premier semestre de 2019, grâce à la croissance de 2,5% du secteur non pétrolier au cours de la même période. Les premières estimations indiquent que le PIB devrait augmenter de 0,9% en 2019 et que les taux de croissance du PIB non pétrolier devraient s’accélérer. Les performances devraient continuer de s’améliorer en 2020, avec une croissance du PIB estimée à 2,3%.

Les dépenses totales en 2019 devraient s’élever à 1 048 milliards de RS, a déclaré Al-Jadaan, alors que le gouvernement cherche à instaurer la discipline et la stabilité budgétaires comme objectifs clés d’une croissance économique durable à moyen terme. Les revenus pour l’exercice 2019 devraient s’élever à 917 milliards de RS, soit une croissance de 1,2% par rapport à 2018, a-t-il ajouté. Le rapport entre les recettes non pétrolières et le PIB non pétrolier devrait atteindre 16% à la fin de 2019, contre 7% en 2012.

« Le déficit budgétaire devrait continuer à diminuer au cours de cet exercice 2019, pour atteindre 4,7% du PIB, contre 5,9% l’an dernier », a déclaré Al-Jadaan.

Il a ajouté que le budget 2020 continuerait à mettre en œuvre des programmes et des initiatives visant à renforcer le rôle du secteur privé dans l’économie en tant que principal moteur de la croissance économique et de la création d’emplois. Il existe actuellement 22 initiatives de soutien au secteur privé, notamment des subventions en espèces, des engagements et des garanties de financement, proposées par des entités telles que le ministère des Finances, le ministère du Logement et l’Autorité générale de l’investissement.

Al-Jadaan a déclaré que le budget 2020 poursuivrait ses efforts pour améliorer l’efficacité de la gestion des finances publiques afin de maintenir la viabilité des finances publiques et d’optimiser le retour sur les dépenses. Cela prend en compte l’effet potentiel des développements nationaux et internationaux pendant l’exécution du budget, a-t-il ajouté.

«Le budget 2020 concentrera également ses dépenses sur les programmes de réalisation de la Vision 2030, qui constituent le principal outil permettant de réaliser les objectifs de transformation économique, notamment les programmes de logement, le programme pour la qualité de vie, le programme de privatisation, les mégaprojets, les plans de relance du secteur privé et d’autres grands projets dans différents secteurs », a déclaré le ministre. Ces projets contribueront à soutenir la croissance du PIB hors pétrole en 2020 et à moyen terme, a-t-il ajouté.

La mise en œuvre de ces programmes et initiatives a conduit à une amélioration des performances dans un certain nombre de secteurs, a déclaré Al-Jadaan, le plus remarquable étant la construction. Il a retrouvé une croissance positive en 2019 après avoir diminué au cours des trois années précédentes.

En général, l’économie a repris une croissance positive et forte dans un certain nombre de secteurs économiques.

« Au cours du premier semestre de 2019, les activités de gros, de commerce de détail, de restauration et d’hôtellerie ainsi que dans les domaines de la finance, des assurances et de l’immobilier ont augmenté respectivement de 3,8% et 5,1% par rapport à la même période de l’année dernière », a déclaré le ministre.

Les transports, le stockage et la communication, ainsi que les activités de services collectifs, sociaux et personnels, y compris les arts et les spectacles, ont augmenté respectivement de 5,6% et 5,9% par rapport à la même période en 2018.

Le gouvernement poursuit ses efforts pour développer le contenu local, améliorer la compétitivité de l’économie et améliorer l’environnement des entreprises, a déclaré Al-Jadaan. Il a noté que le secteur privé non pétrolier a connu une croissance positive au cours du premier semestre de 2019 pour la première fois en trois ans, soutenu par des politiques conçues pour stimuler le secteur privé.

Il a déclaré que la publication d’un communiqué prébudgétaire pour une deuxième année consécutive souligne l’engagement du gouvernement à renforcer la gouvernance et le contrôle des finances publiques, tout en renforçant la politique de divulgation financière en renforçant les principes de transparence.

C’est dans cet esprit que le Royaume a récemment adhéré à la norme spéciale de diffusion des données du Fonds monétaire international, qui est considérée comme l’une des meilleures normes internationales en matière de diffusion des données fiscales et économiques nationales.

« Il s’agit d’un pas important sur la voie suivie par le Royaume pour améliorer la divulgation et la transparence fiscales conformément aux normes internationales », a déclaré Al-Jadaan.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La SCTH: L’Arabie saoudite va porter le tourisme à 10% du PIB

28/10/19

Ahmed Al Khateeb, président de la commission saoudienne pour le tourisme et les gestes du patrimoine national (SCTH) lors d’une interview avec Reuters à Riyad, en Arabie saoudite, le 25 septembre 2019. (REUTERS)

Al-Khateeb a partagé la stratégie de l’Arabie saoudite visant à développer son industrie touristique émergente conformément aux objectifs de la Vision 2030 visant à bâtir une société prospère et une économie diversifiée.

HOKKAIDO: L’Arabie saoudite a partagé sa vision de l’avenir du tourisme dans une allocution d’Ahmad Al-Khateeb, président de la Commission saoudienne du tourisme et du patrimoine national, lors d’une réunion des ministres du Tourisme du G20 au Japon.

Al-Khateeb a exposé la stratégie de l’Arabie saoudite visant à développer son industrie touristique émergente conformément aux objectifs de la Vision 2030, à savoir la mise en place d’une société prospère et d’une économie diversifiée. Il a également souligné l’engagement du Royaume à renforcer la contribution du tourisme aux objectifs de développement durable des Nations Unies.

La réunion a permis à l’Arabie saoudite de présenter son projet de placer le tourisme, l’un des secteurs économiques à la croissance la plus rapide au monde, parmi les principaux sujets de discussion lorsque le Royaume assumera la présidence du G20 en 2020.

Al-Khateeb a déclaré: «Notre stratégie consiste à faire passer le tourisme de 3% à 10% du produit intérieur brut de l’Arabie saoudite, et à augmenter le nombre de visiteurs de 18 millions à 100 millions par an d’ici 2030. Ceci fournira à son tour un total de 1,5 million d’emplois, soit 10% de la population active totale, principalement parmi les jeunes. Nous sommes déterminés à travailler avec nos partenaires de l’écosystème touristique pour atteindre ces objectifs tout en protégeant le bien-être économique, environnemental et social des communautés locales concernées par le tourisme ».

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Les attaques pétrolières saoudiennes « n’ont eu aucun impact sur l’économie », déclare le ministre des Finances

19/09/19

Le ministre des finances saoudien Mohammed Al-Jadaan. (CVA)

La grève du week-end n’a pas interrompu l’approvisionnement du marché ni les revenus, a déclaré le ministre britannique des Finances

LONDRES: Le ministre saoudien des Finances, Mohammed Al-Jadaan, a déclaré que les attaques du week-end contre les infrastructures pétrolières du Royaume n’auraient « aucun impact » sur l’économie du pays, les inquiétudes concernant l’approvisionnement en pétrole de la planète diminuant.

« En termes de revenus, l’impact est nul », a déclaré à Reuters le ministre saoudien des Finances, Mohammed Al-Jadaan, en marge d’une conférence d’investisseurs à Riyad.

« Aramco a continué à approvisionner les marchés sans interruption et, par conséquent, les revenus devraient continuer à être tels qu’ils sont. »

Dans une autre interview avec Bloomberg, Al-Jadaan a déclaré qu’après une relance des dépenses de l’Etat, le gouvernement « voyait une dynamique » dans l’économie non pétrolière et qu’il s’attendait à ce que le secteur atteigne les 2,9% de croissance prévus par le Fonds monétaire international. . Les prix du pétrole ont diminué après les commentaires, après avoir bondi de plus de 20% lundi, ce qui constitue la plus forte hausse depuis la guerre du Golfe de 1990-91.

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a déclaré mercredi qu’elle restait en contact régulier avec les autorités saoudiennes et que, pour le moment, les marchés restent bien approvisionnés et qu’il dispose de stocks suffisants.

Les pays membres de l’AIE détiennent environ 1,55 milliard de barils de stocks d’urgence dans des agences sous contrôle gouvernemental, ce qui correspond à 15 jours de la demande mondiale de pétrole.

En outre, les pays membres de l’AIE détiennent également 2,9 milliards de barils de stocks de l’industrie à la fin du mois de juillet, un record en deux ans pouvant couvrir plus d’un mois de marché mondial.

Demande de pétrole, a déclaré l’agence parisienne.

Ces stocks comprennent environ 650 millions de barils de stocks d’urgence obligatoires, qui peuvent être immédiatement mis à la disposition du marché lorsque les gouvernements réduisent leurs besoins en stocks.

« Les événements récents rappellent que la sécurité pétrolière ne peut être tenue pour acquise, même lorsque les marchés sont bien approvisionnés, et que la sécurité énergétique reste un pilier indispensable de l’économie mondiale », a déclaré Fatih Birol, directeur exécutif de l’AIE.

« C’est pourquoi l’AIE reste vigilante sur le risque de rupture des approvisionnements mondiaux en pétrole. »

Le marché boursier saoudien a gagné 0,6% mercredi et les obligations libellées en dollars saoudiens se sont également redressées après avoir reculé lundi. Un peu plus tôt, la Commerzbank avait déclaré que la hausse des prix du pétrole qui avait suivi les attaques n’était pas durable et, malgré la montée des tensions régionales, abaissé ses prévisions de prix pour 2020 en raison du ralentissement de la croissance de la demande.

La banque a réduit ses prévisions pour le Brent pour l’année prochaine de 5 à 60 dollars le baril et a maintenu ses perspectives pour 2019 à 65 dollars.

Il a également réduit ses prévisions pour le WTI en 2020, qui sont passées de 62 à 57 USD. La Commerzbank a prévu que le WTI atteindrait en moyenne 58 dollars cette année, a rapporté Reuters.

Alors que les attaques avaient « douloureusement démontré les risques pour l’approvisionnement en pétrole », soulevant la possibilité de flambées des prix à court terme, les prix devraient encore baisser dans les prochaines semaines tant qu’il n’y aura pas «d’escalade totale de la situation», selon les analystes.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Le plan saoudien pour les TIC dynamise l’économie de 13 milliards de dollars

27/08/19


Le ministre de l’Informatique, Abdullah Al-Sawaha, a déclaré que la stratégie dresserait une feuille de route pour l’avenir du Royaume en matière d’innovation et d’économie numérique. (SPA)

Al-Sawaha: la stratégie établira une feuille de route pour l’avenir du Royaume en matière d’innovation et d’économie numérique
RIYAD: Le secteur des technologies de l’information et des communications (TIC) de l’Arabie saoudite augmentera sa contribution à l’économie nationale de 50 milliards RS (13,3 milliards USD) au cours des cinq prochaines années, grâce à une importante stratégie de développement numérique.

Le ministre des Communications et de la Technologie de l’information, Abdullah Al-Sawaha, a déclaré que la stratégie quinquennale élargirait les capacités numériques du Royaume en matière de TIC, permettant ainsi au secteur de poursuivre une croissance optimale dans les projets futurs dans le cadre des réformes économiques de la Vision 2030.

Le plan aidera également le secteur à rester en phase avec les exigences nationales et les développements mondiaux et à attirer davantage d’investissements technologiques étrangers.

Al-Sawaha a déclaré que la stratégie « établira une feuille de route pour l’avenir du Royaume dans l’innovation et l’économie numérique ».

Dans le cadre de ce plan, le niveau de la main-d’œuvre saoudienne dans le secteur sera porté à 50% d’ici 2030. Le plan vise également à promouvoir et à créer des opportunités pour les femmes et à stimuler les investissements étrangers dans le secteur.

FAITS EN BREF

• La stratégie quinquennale étendra les capacités numériques du Royaume en TIC, permettant ainsi au secteur de poursuivre une croissance optimale dans les projets futurs.

• Le plan aidera le secteur à rester en phase avec les exigences nationales et les évolutions mondiales et à attirer davantage d’investissements technologiques étrangers.

Le ministre saoudien a déclaré que la stratégie en matière de TIC renforcerait les activités de développement et augmenterait l’efficacité et la performance des secteurs public et privé en permettant la transformation numérique.

« Cela fera du Royaume un des pays les plus avancés du monde dans le domaine des TIC », a-t-il déclaré.

La stratégie fait partie des efforts du ministère visant à mettre en place une structure numérique robuste et sophistiquée qui renforcera le rôle du secteur des TIC dans la construction d’une communauté numérique, d’un gouvernement numérique, d’une économie numérique florissante et d’un avenir novateur pour le Royaume.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Le FMI donne une solide évaluation des réformes économiques de l’Arabie Saoudite

04/08/19

Le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a félicité les autorités saoudiennes pour les progrès accomplis dans la mise en œuvre de leur programme de réformes économiques et sociales, y compris l’introduction de la réforme de la taxe sur la valeur ajoutée et des prix de l’énergie.

Dans son rapport d’évaluation achevé le 10 juillet, le conseil d’administration a affirmé que les réformes entreprises par le gouvernement saoudien commençaient à produire des résultats positifs et que les perspectives économiques étaient favorables.

Le comité a souligné l’importance de la détermination du Royaume à adopter des politiques macroéconomiques prudentes et à hiérarchiser les réformes de manière appropriée, ce qui permettrait de promouvoir la croissance hors pétrole, de créer des emplois pour les nationaux et d’atteindre les objectifs du plan de réforme de Vision 2030.

Il a souligné l’importance de l’assainissement budgétaire, essentielle pour la reconstitution des amortisseurs budgétaires et la réduction des vulnérabilités budgétaires à moyen terme. Il a également encouragé les autorités saoudiennes à poursuivre leurs réformes fiscales en poursuivant les ajustements prévus des prix de l’énergie et de l’eau et en augmentant les frais de main-d’œuvre des expatriés.

Il a encouragé le gouvernement saoudien à poursuivre ses efforts en vue d’améliorer la gestion des dépenses et de renforcer le cadre budgétaire du pays, notant que, malgré les réformes importantes, les dépenses ont augmenté. Le conseil s’est félicité des réformes visant à renforcer les marchés publics, ce qui contribuera à améliorer l’efficacité des dépenses publiques et à réduire les risques de corruption.

Le FMI estimait toutefois que la publication de budgets plus détaillés et de données sur l’exécution des dépenses améliorerait la transparence budgétaire, et considérait qu’un solide cadre de gestion actif-passif était essentiel pour orienter l’analyse du bilan, des flux de trésorerie et des compromis entre le secteur public et le risque du secteur public.

La déclaration publiée par le conseil d’administration s’est félicitée des réformes ambitieuses adoptées par le gouvernement saoudien en vue de développer l’économie non pétrolière en renforçant l’environnement des entreprises et en mettant en œuvre des politiques industrielles efficaces susceptibles d’encourager le développement de nouveaux secteurs de l’économie.

Il a déclaré que les politiques adoptées par le gouvernement pour développer de nouveaux secteurs économiques seraient couronnées de succès si les travailleurs saoudiens possédaient les compétences nécessaires pour le marché du travail. Par conséquent, les salaires et la productivité doivent être bien alignés et les politiques du marché du travail devraient viser à définir des attentes claires en renforçant l’éducation et la formation et à accroître l’emploi des femmes.

Le conseil d’administration s’est félicité de l’examen des programmes d’assistance sociale afin de garantir qu’ils apportent un soutien adéquat aux personnes dans le besoin et qu’ils sont bien ciblés. Ils se sont également félicités de la persistance de la résistance du secteur financier et des réformes en cours sur les marchés des capitaux.

Enfin, le Conseil a félicité l’Arabie saoudite pour le renforcement continu du cadre de LBC / FT et sa récente adhésion au Groupe d’action financière.

L’évaluation du Conseil d’administration du FMI (2) concernant les réformes économiques, financières et sociales menées par le gouvernement saoudien est juste, en particulier si elle est liée au résultat positif escompté de l’économie nationale annoncé dans le communiqué publié par la mission du FMI lors de la mission 2019 Consultations au titre de l’article IV 1).

Talat Zaki Hafiz est économiste et analyste financier.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Tunisie: 1,3 milliard de dollars en revenus du tourisme attendus en 2019

Heure: Août 02, 2019

Les gens se promènent près du centre commercial Palmarium à Tunis. – Reuters

Tunis – Mongi Saidani

Le ministre tunisien du Tourisme, Roni Trabelsi, s’attendait à ce que les recettes du secteur du tourisme dépassent 4 milliards TND (1,3 milliard USD) à la fin de l’année.

Le ministre a affirmé que le nombre de touristes se rendant en Tunisie dépasserait les neuf millions, contre huit millions au cours de la même période en 2018.

Le président de la FTH (Fédération tunisienne de l’Hôtellerie), Khaled Fakhfakh, a souligné l’importance du marché algérien dans la relance du secteur du tourisme, où la destination tunisienne a connu une augmentation de plus de 2 millions de touristes algériens ces dernières années.

En outre, le développement sur le marché russe a été remarquable avec le flux de plus de 600 000 touristes russes vers la Tunisie.

Le secteur du tourisme contribue à environ 14,2% du PIB et garantit des emplois à un minimum de 2 millions de Tunisiens.

Les chiffres précédents indiquaient une contribution d’environ 8% au PIB, mais la rechute de performance des autres moteurs de l’économie (investissements, exportation, transferts des expatriés) a renforcé la position du secteur.

Au cours des six derniers mois, les revenus de la saison ont connu une augmentation de 42,5%. Les bénéfices ont été estimés à un minimum de 1,98 milliard TND (environ 650 millions USD) par rapport à la même période de l’année dernière.

De plus, les touristes en provenance du Maghreb ont augmenté de 18,3%. Parallèlement, le nombre de touristes européens a augmenté de 22%, le pourcentage britannique doublant par rapport à l’année précédente, soit une augmentation de 119%.

En ce qui concerne les touristes français, le total a augmenté de 26,2% par rapport à la même période en 2018.

Cet article a été publié pour la première fois dans Asharq Al-Awsat

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien Asharq Al-Awsat Accueil

ru

L’Arabie saoudite augmente ses dépenses au deuxième trimestre alors que les réformes des entreprises s’accélèrent

30/07/19

Le ministère des Finances a annoncé un écart budgétaire croissant d’environ 33,5 milliards de RS. (Shutterstock)

  • Le ministère des Finances a signalé un écart budgétaire croissant d’environ 33,5 milliards de RS

LONDRES: L’Arabie saoudite a augmenté ses dépenses au deuxième trimestre, le gouvernement ayant renforcé ses mesures de relance pour stimuler la croissance.

Le ministère des Finances a annoncé un écart budgétaire croissant de 33,5 milliards de roupies (8,9 milliards de dollars) pour la période.

« Une tendance positive clé est la reprise des dépenses en capital, ce qui indique des progrès dans l’activité d’investissement et devrait être conforme à une tendance plus large », a déclaré à Bloomberg Monica Malik, économiste en chef à la Abu Dhabi Commercial Bank.

La baisse du prix du pétrole incite les États du Golfe à accélérer les réformes économiques visant à réduire la dépendance aux hydrocarbures tout en stimulant les dépenses en capital créatrices d’emplois sur les grands projets.

« Les résultats reflètent les progrès accomplis dans la réalisation de projets de développement conformément à la vision 2030 du Royaume et confirment l’efficacité des réformes financières et structurelles mises en œuvre par le gouvernement », a déclaré le ministre des Finances, Mohammed Al-Jadaan, dans un communiqué publié par l’Agence de presse saoudienne.

«Ces réformes incluent la diversification des sources de revenus du gouvernement en augmentant les revenus non pétroliers, en réformant et en développant la gestion des finances publiques afin d’accroître l’efficacité et la rentabilité des dépenses grâce à de nombreuses mesures, notamment l’adoption d’un système de passation des marchés publics», a ajouté Al-Jadaan.

Les dépenses de protection sociale ont été augmentées dans des programmes tels que le programme de compte citoyen, la sécurité sociale, l’indemnité de vie chère et les primes versées aux étudiants.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Le Ministère saoudien des finances se félicite du rapport positif du FMI sur la santé économique du Royaume

24/07/19

Entrée principale du siège du ministère des Finances saoudien à Riyad. (Photo MOF)

Le FMI a déclaré s’attendre à ce que la croissance réelle hors pétrole en Arabie saoudite atteigne 2,9% en 2019

RIYAD: Le ministère des Finances saoudien a accueilli mardi avec satisfaction une déclaration du conseil exécutif du Fonds monétaire international dans laquelle il se félicitait des progrès accomplis par le Royaume dans la mise en œuvre des réformes financières, économiques et sociales.

Elle fait suite aux dernières consultations du FMI avec l’Arabie saoudite au titre de l’article IV, qui se sont achevées le 10 juillet. Ces consultations, généralement annuelles, ont pour but d’évaluer la santé économique et le développement d’un pays et d’identifier tout problème susceptible de causer une instabilité.

Le FMI a déclaré s’attendre à ce que la croissance réelle non pétrolière en Arabie saoudite atteigne 2,9% en 2019, grâce à l’augmentation des dépenses publiques et à la confiance croissante dans l’économie. L’organisation a déclaré que l’engagement continu du gouvernement en faveur de politiques économiques prudentes et de réformes structurelles serait un facteur clé de la promotion de la croissance hors pétrole, de la création d’emplois et de la réalisation des objectifs énoncés dans Vision 2030.

Le conseil d’administration s’est notamment félicité des réformes visant à améliorer la gestion des finances publiques, notamment d’un nouveau système de passation des marchés publics qui contribuerait à rendre les dépenses publiques plus efficaces et à réduire le risque de corruption. Il a également salué les efforts déployés pour renforcer la transparence des finances publiques et les réformes adoptées par le gouvernement pour développer l’économie non pétrolière. Il a souligné la nécessité de reconstituer les excédents budgétaires et de réduire les risques pesant sur les finances publiques à moyen terme. Il a également souligné que la maîtrise de la masse salariale de l’État et une augmentation systématique des dépenses en capital pourraient contribuer à générer des économies financières pour cette année.

Le conseil a également souligné la vigueur du secteur financier du Royaume et les réformes en cours sur les marchés financiers saoudiens. Il a salué les efforts en cours pour renforcer le cadre de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LBC / FT), ainsi que son adhésion récente au groupe de surveillance anti-blanchiment du Groupe d’action financière. L’engagement pris par le Gouvernement saoudien de se conformer aux normes du FMI pour la diffusion des données d’ici à la fin de l’année a également été salué.

« La déclaration affirme que l’Arabie saoudite a bien progressé dans la mise en œuvre des réformes économiques et structurelles et que ces réformes portent leurs fruits et se reflètent dans les performances économiques », a déclaré le ministre des Finances, Mohammed Al-Jadaan. « Le Conseil constate que les perspectives de l’économie saoudienne sont positives. »

Il a ajouté que l’évaluation du conseil d’administration du FMI reflétait les efforts de réforme ambitieux déployés par le Royaume à tous les niveaux, et a souligné que le gouvernement s’employait à atteindre les objectifs financiers et économiques conformément aux objectifs de Vision 2030 visant à maintenir la stabilité financière, à atteindre des objectifs économiques élevés. – taux de croissance et soutien à la diversification économique par le biais d’initiatives, de programmes et de projets spéciaux contribuant à ces objectifs.

Al-Jadaan a également salué l’approbation par le conseil des réformes du gouvernement, y compris des mesures visant à soutenir la viabilité financière, les marchés financiers, le développement des services financiers et la mise en œuvre de la législation et des procédures de LBC / FT à tous les niveaux dans les institutions.

Il a ajouté que le nouveau système de concurrence et de passation des marchés contribuerait à améliorer la transparence, la réglementation et la gouvernance des procédures liées aux marchés publics, conformément aux meilleures pratiques mondiales.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

L’économie saoudienne se développe de 1,7% au premier trimestre

16/07/19

La croissance du secteur privé non pétrolier en Arabie saoudite a été le grand gagnant, atteignant son plus haut niveau en 18 mois en juin. (Reuters)

Les contrats à terme du WTI ont progressé de 30% au cours des trois premiers mois de l’année, tandis que le Brent a augmenté de 25% au cours du trimestre.

RIYAD: L’économie saoudienne a enregistré une croissance de 1,7% au premier trimestre de 2019, a annoncé lundi le ministère des médias du Royaume.

L’expansion reflète les réformes économiques en cours et la modernisation du secteur financier, ont déclaré des analystes.

La croissance du secteur privé non pétrolier du Royaume-Uni a atteint son plus haut niveau en 18 mois en juin, selon les données du PMI publiées plus tôt ce mois-ci.

L’analyste financier Talat Zaki Hafiz a déclaré à « Arab News » que la tendance à la croissance économique, en particulier dans l’économie non pétrolière, montrait que les réformes en cours produisaient des résultats.

« L’engagement du gouvernement saoudien est de diversifier l’économie et de la sortir de la dépendance au pétrole, et c’est ce que nous voyons – la composition des revenus non pétroliers et pétroliers », a-t-il déclaré.

Une reprise du prix du pétrole au cours des trois premiers mois de l’année a également stimulé la croissance.

Les contrats à terme du WTI ont progressé de 30% au cours des trois premiers mois de l’année, tandis que le brut Brent était en hausse de 25% au cours du trimestre.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)