Misk Academy lance une plateforme interactive en Arabie saoudite

29/01/20

Misk Academy a travaillé depuis sa création pour lancer un certain nombre de programmes d’éducation et de développement dans le Royaume. (SPA)

  • Misk Academy a travaillé depuis sa création pour lancer un certain nombre de programmes éducatifs et de développement des compétences techniques

RIYAD: L’Académie Misk, qui fait partie de la Fondation du Prince Mohammed bin Salman bin Abdul Aziz (Misk), a lancé lundi le forum de l’Académie Misk «1 Hour Panel Talk», une plate-forme de discussion interactive mensuelle régulière, comprenant un groupe d’experts et de spécialistes sur divers sujets, y compris la technologie, le leadership et les médias numériques.

La plate-forme vise à transférer l’expertise et à faire connaître les domaines des médias numériques, et à fournir aux jeunes intéressés par le monde des médias les informations dont ils ont besoin pour développer l’avenir du secteur dans le Royaume.

La première table ronde qui a eu lieu à l’Université du Prince Sultan, sous le thème «L’avenir de l’animation en Arabie saoudite», a accueilli le PDG de Manga Production Company, Essam Bukhari, le cinéaste et réalisateur Ayman Jamal, dont le film «Bilal» était en tête de liste du top 10 des films d’animation de 2018, le designer, directeur créatif et producteur d’animation Malik Nejer, propriétaire de la série «Masameer» (Nails), et Umar Ben Dahloos, le peintre et directeur artistique réputé d’Ubrand.

FAITS EN BREF

En présence de plus de 100 jeunes cinéastes et professionnels des médias, la table ronde a évalué les expériences locales par rapport aux expériences mondiales, présentant les défis auxquels sont confrontés les animateurs du Royaume.

En présence de plus de 100 jeunes cinéastes et professionnels des médias, la table ronde a évalué les expériences locales par rapport aux expériences mondiales, présentant les défis auxquels sont confrontés les animateurs du Royaume.

Misk Academy a travaillé depuis sa création pour lancer un certain nombre de programmes d’éducation et de développement dans les compétences techniques, les programmes de technologie financière et les médias numériques créatifs, dans le but de former et de qualifier les jeunes Saoudiens pour devenir la prochaine génération d’entrepreneurs, développeurs, créatifs et ingénieurs.

À ce jour, ses programmes ont enseigné à plus de 9 000 personnes dans plus de 30 villes et provinces du Royaume, avec un taux de réussite en développement de carrière de 80%.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Signature d’un accord d’investissement d’une valeur de 2,9 milliards de RS pour le secteur de l’éducation saoudien

16/01/20

Les chefs saoudiens de l’investissement ont uni leurs forces à celles d’un grand opérateur d’écoles du Royaume pour aider à promouvoir les opportunités d’investissement dans le système éducatif. (SPA)

  • SAGIA a signé un accord de coopération avec les écoles d’Al-Motaqadimah.
  • 193 milliards de rands ont été alloués à l’éducation dans le budget national saoudien de 2020.

RIYAD: Les chefs d’investissement saoudiens ont uni leurs forces à celles d’un grand opérateur d’écoles du Royaume pour aider à promouvoir les opportunités d’investissement dans le système éducatif.

L’Autorité générale des investissements de l’Arabie saoudite (SAGIA) a signé un accord de coopération avec Al-Motaqadimah Schools Co. (MSC) pour développer et commercialiser des opportunités d’investissement et travailler à les activer en coopération avec les autorités compétentes.

Le MSC a signé des accords d’investissement et de coopération dans le secteur de l’éducation d’une valeur de 2,9 milliards de RS (772 millions de dollars) via la plateforme «Invest in Saudi Arabia».

Ils comprenaient un accord de coopération avec le promoteur immobilier Tatweer Buildings Co. (TBC) pour construire, exploiter et entretenir 58 complexes éducatifs sur trois années académiques dans le Royaume, avec une capacité de 70000 étudiants, ce qui contribuerait à créer 5000 emplois.

Il a également signé un accord avec Asma Capital pour créer une société d’investissement, un accord de coopération avec Adem Capital pour émettre des instruments initiaux d’une valeur de 1 milliard RS pour la première société de services du Royaume, et un accord de coopération avec Google for Education pour soutenir les plans d’expansion du géant de l’Internet en le marché saoudien.

La signature des accords a eu lieu lors d’une cérémonie organisée par la SAGIA à son siège à Riyad, en présence du gouverneur de la SAGIA Ibrahim Al-Omar, de représentants des entreprises investissant dans le secteur de l’éducation et d’un certain nombre de fonctionnaires des organes gouvernementaux compétents.

SAGIA s’efforce d’investir dans le système éducatif en coopération et en intégration avec d’autres organisations pertinentes afin de promouvoir les investissements du secteur privé dans le domaine croissant de l’éducation.

Selon les statistiques de la SAGIA, le nombre total de licences délivrées dans le secteur de l’éducation en 2019 était de 100% supérieur à l’année précédente.

193 milliards de rands ont été alloués à l’éducation dans le budget national saoudien de 2020.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Le marché de l’emploi « stimulera l’éducation saoudienne »

23/12/19

Dimanche, plus de 6 000 stagiaires passent leur examen au Département général de la formation technique et professionnelle de la région de Tabuk. (SPA)

  • Les collèges communautaires seront convertis pour offrir une formation professionnelle sur les emplois en demande

RIYAD: Le système éducatif saoudien doit être réorienté loin des études académiques et pour répondre aux exigences du marché du travail moderne, a promis le ministre de l’Éducation.

Hamad Al-Asheikh a déclaré que les collèges communautaires seraient convertis pour dispenser une formation professionnelle liée aux exigences des employeurs et que le nombre d’admissions à des cours d’enseignement supérieur purement théorique serait réduit.

« Nous explorons les professions et les sous-spécialités vers lesquelles le marché du travail se dirige, afin de développer des programmes et des domaines éducatifs dans nos universités pour répondre aux besoins spécifiques du marché », a-t-il déclaré.

Le ministre de l’Éducation Hamad Al-Asheikh

«Le ministère soutient les diplômes professionnels dans les universités pour réaliser des dépenses efficaces dans le processus d’admission, répondre aux besoins du marché du travail et réduire l’acceptation dans les spécialités théoriques.

«Par exemple, si le marché du travail a une certaine profession qui ne nécessite pas d’étudier pendant quatre ans, et pour y être admissible, il faut un programme d’un ou deux ans, pourquoi devrais-je imposer à l’étudiant et à la communauté le coût de quatre ans? »

Le ministre s’exprimait à l’Université de Tabuk, où il a inauguré une unité de simulation clinique pour la formation médicale et les compétences spécialisées, et un centre d’innovation industrielle et de robotique.

Al-Asheikh a déclaré que le centre d’innovation, à proximité du projet Giga de NEOM, soutiendrait des projets de développement dans la région. Il a souligné l’importance des partenariats avec le secteur privé, en particulier dans l’innovation et la diversification des produits, pour soutenir l’économie du Royaume.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

L’Arabie saoudite donne 50 millions de dollars au Sri Lanka pour une faculté de médecine

19/09/19

COLOMBO: L’Arabie saoudite a envoyé mercredi au Sri Lanka une concession concessionnelle afin d’établir une faculté de médecine entièrement équipée à l’Université Sabaragamuwa de Ratnapura.

L’accord a été signé entre le Dr Khaled Sulaiman Al-Khudairy, vice-président et directeur général du Fonds saoudien pour le développement (FSD), et le Dr R.H.S., secrétaire du ministère des Finances. Samaratunga, en présence de l’ambassadeur saoudien à Colombo Abdelnasser Al-Harthy.

Après la cérémonie de signature au ministère des Finances à Colombo, Samaratunge a déclaré que le financement saoudien contribuerait à contribuer à la politique du gouvernement visant à accroître les possibilités d’enseignement supérieur en médecine au Sri Lanka.

Les fonds serviront à construire des infrastructures et à fournir aux étudiants de premier cycle des installations d’enseignement et d’apprentissage à la pointe de la technologie (équipement de laboratoire et autre) qui les aideront à suivre un enseignement médical de premier ordre.

Al-Harthy a déclaré qu’il s’agissait d’un des nombreux projets financés par le Fonds saoudien pour le développement. Le FSD a donné 1,4 milliard de SR à Sri Lanka sous forme de prêts à taux réduit et de dons depuis les années 1980, a-t-il déclaré.

«Nous espérons aider le Sri Lanka non seulement en matière d’éducation; nous envisagerons davantage d’installations de ce type dans les secteurs de la santé, des routes, de l’irrigation, du développement communautaire et de l’agriculture », a déclaré Al-Harthy.

L’année dernière, le FSD a accordé deux prêts concessionnels d’une valeur de 73 millions de dollars à Sri Lanka pour ses secteurs de l’enseignement supérieur et de la gestion des ressources en eau.

Le FSD a fourni 28 millions de dollars au projet de développement du canton de l’Université Wayamba, mis en œuvre par le Ministère de l’enseignement supérieur et des routes. Ce projet vise à développer les installations et les infrastructures universitaires de l’université et à soutenir les moyens de subsistance des personnes qui vivent dans les environs. Le FSD a également accordé un prêt concessionnel de 45 millions de dollars pour mettre en œuvre le projet de développement de la rive gauche à Kaluganga.

La Ligue musulmane mondiale a récemment fait un don de 5 millions de dollars lors de la visite du Secrétaire général, Dr. Mohammed ben Abdelkarim Al-Issa au Sri Lanka, afin d’aider les victimes des attentats à la bombe du dimanche de Pâques.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Les femmes enseignent pour la première fois à de jeunes garçons dans les écoles publiques saoudiennes

02/09/19


Les femmes vont enseigner pour la première fois à 13,5% des jeunes garçons des écoles primaires saoudiennes, ce qui améliorera la qualité de l’enseignement et permettra une utilisation plus efficace de l’espace dans les bâtiments scolaires. (Photo / fournie)

La petite enfance est l’étape la plus importante dans la construction de la personnalité d’un enfant, selon Suaad Al-Mansour
DJEDDAH: Les enseignantes éduqueront pour la première fois les garçons dans 1 460 écoles gérées par l’État à travers le Royaume.

« Avec ce projet, le ministère de l’Éducation vise à améliorer l’efficacité du système éducatif et à garantir à chaque enfant l’accès à une éducation de qualité dans tout le royaume », a déclaré à Arab News Suaad Al-Mansour, directrice générale adjointe de l’éducation à Djeddah.

(AN Photo / Huda Bashatah)

Al-Mansour a déclaré que le projet des écoles pour la petite enfance comprenait des jardins d’enfants pour les garçons et les filles âgés de 4 à 5 ans et les trois premières années du primaire pour les élèves de 6 à 8 ans.

Elle a indiqué qu’il n’y aura pas de classes mixtes dans les classes primaires. «Il y a des salles de classe, des toilettes et d’autres installations séparées pour les jeunes garçons et filles ».

EN CHIFFRES

1 460 – Écoles d’enseignement préscolaire

3 313 – Salles de classe pour 83 000 élèves de la maternelle

3 483 – Salles de classe pour 81 000 étudiants en éducation de la petite enfance

13,5% des jeunes étudiants masculins recevront un enseignement féminin

(AN Photo / Huda Bashatah)

Outre l’amélioration de la qualité de l’éducation, le ministère a pour objectif d’accroître l’efficacité d’utilisation des espaces et de tirer pleinement parti des bâtiments scolaires publics.

Selon le ministère, les femmes vont enseigner à 13,5% des jeunes garçons, économisant 533 millions de dollars du budget de l’éducation rien qu’en espace.

De plus, le ministère aspire également à augmenter de 21% cette année le nombre d’enfants inscrits dans les écoles maternelles publiques par rapport aux écoles privées.

Pendant les vacances d’été, le ministère a mis en place 3 313 classes de jardin d’enfants pouvant accueillir 83 000 enfants.

Al-Mansour a noté que la petite enfance est l’étape la plus importante dans l’édification de la personnalité de l’enfant et a déclaré qu’une enseignante était plus abordable et moins intimidante pour les jeunes garçons à ce stade.

https://twitter.com/arabnews/status/1168302514908913666

«Ce projet permettra de combler le fossé auquel les jeunes garçons faisaient face après le passage de la maternelle à l’école primaire. Les classes des écoles de la petite enfance sont spécialement conçues pour répondre à leurs besoins à cet âge, et leur enseignement par les femmes leur donnera une expérience d’apprentissage plus fructueuse ».

De nombreuses écoles privées à travers le Royaume ont assigné l’enseignement primaire à des enseignantes il y a plusieurs décennies. Le Département général de l’éducation de la région de Djeddah a organisé des ateliers avec des dirigeants du secteur privé pour partager leur expérience avec des institutions publiques.

(AN Photo / Huda Bashatah)

Pour la première fois, des enseignantes enseignent à de jeunes garçons dans 1 460 écoles publiques du Royaume. Les femmes vont enseigner à 13,5% des jeunes élèves de sexe masculin et économiser ainsi 2 milliards de RS sur le budget de l’éducation rien qu’en espace

Arab News a visité la 177ème école primaire à Djeddah et a rencontré le personnel et les jeunes élèves.

La directrice, Rajhah Al-Jihani, a confié à Arab News qu’elle était impressionnée par la prise de conscience par la communauté de l’importance du Projet pour la petite enfance.

FAITS EN BREF

«Dans notre école, nous avons un total de 6 classes pour jeunes garçons, deux classes pour chaque niveau. Le ministère nous a donné 200 sièges et 180 sièges sont déjà occupés. Cela exprime l’accueil du projet par la communauté ».

Al-Jihani a expliqué que l’école avait organisé un cours de formation pour enseignants sur l’enseignement de la petite enfance, comprenant des techniques d’enseignement et des stratégies d’éducation, ainsi qu’une introduction au projet et à ses objectifs.

Maryam Al-Zahrani, enseignante de la petite enfance à l’école comptant 22 ans d’expérience, a déclaré que le premier jour était crucial et qu’il était «nécessaire que l’élève ait le sentiment que la femme devant lui ressemble davantage à sa mère» que juste un enseignant.

«Je me suis nominée dès l’annonce du projet», a-t-elle déclaré. « Je suis contente de cette expérience ».

Environ 6 millions d’élèves dans les 13 régions administratives du Royaume sont retournés à l’école dimanche après près de quatre mois de vacances d’été.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Académie Misk lance 14 programmes de formation de jeunes Saoudiens

02/09/19

Une capture d’écran d’une vidéo de l’Académie Misk montre un instructeur donnant une conférence animée au cours d’une session d’apprentissage en personne d’Udacity Connect. (Gracieuseté de l’Académie Misk)

Plus de 1 900 personnes prêtes à développer leurs compétences dans le monde numérique

RIYAD: L’Académie Misk, qui fait partie de la Fondation Prince Abdel Aziz Abdul Aziz (Misk), a lancé le troisième cycle du programme Misk Udacity, en partenariat avec Udacity, qui vise à développer et à renforcer les compétences dans le monde numérique.

Plus de 6 000 personnes ont postulé à ce programme, dont 1 966 ont accepté 14 programmes en ligne de programmation, de données, de marketing numérique et d’intelligence artificielle.

En plus du cours en ligne, les étudiants basés à Riyad et à La Mecque assisteront à une session hebdomadaire avec leur formateur. Des séminaires seront également organisés dans d’autres régions du pays, dans d’autres régions, afin d’engager des débats sur les sujets et de idées soulevées.

Le programme Misk Udacity est considéré comme une étape proactive dans le développement des compétences des pionniers technologiques dans le Royaume.

Il vise à développer et à développer les connaissances et les compétences techniques des demandeurs d’emploi saoudiens, ainsi qu’à développer leur employabilité dans le secteur des données et de la technologie.

Le programme reflète la méthodologie académique de Misk qui vise à présenter un système éducatif complet qui commence par la formation et finit par donner aux diplômés les moyens de réussir sur le marché du travail et de rivaliser sur les marchés internationaux; 65% des diplômés progressent dans leur carrière six mois après la fin du programme.

Misk est une organisation à but non lucratif qui se consacre à l’éducation et à la création d’opportunités pour les jeunes du Royaume et les conduits vers un avenir radieux grâce à Vision 2030 en transformant et en diversifiant l’économie saoudienne.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Dr. Ahmad ben Mohammed Al-Zaidi, directeur du Département général de l’éducation à La Mecque

30/08/19

Dr. Ahmad ben Mohammed Al-Zaidi

Dr. Ahmad ben Mohammed Al-Zaidi a été nommé directeur du Département général de l’éducation de la région de La Mecque par le ministre de l’Education, Hamad ben Mohammed Al-Sheikh.

Auparavant, Al-Zaidi était directeur adjoint du Centre pour le développement de l’enseignement universitaire à Djedda, en Arabie saoudite.

Al-Zaidi est titulaire d’un baccalauréat en biologie de la Collège d’éducation de l’Université Umm Al-Qura. Il a également obtenu sa maîtrise de la même université en gestion de l’éducation.

Il a obtenu son doctorat en leadership et gestion de l’éducation au Collège d’éducation de l’Université de Newcastle au Royaume-Uni.

Al-Zaidi a commencé sa carrière en tant qu’enseignant en 1986 et a travaillé dans plusieurs écoles jusqu’en 1994. Après cela, il est devenu superviseur de la biologie au centre de supervision de l’éducation de Djedda. Il est ensuite devenu directeur adjoint du centre entre 1997 et 2000.

Al-Zaidi était professeur assistant en administration de l’éducation à l’Université King Abdul Aziz de Djeddah depuis 2011, avant de devenir chef du département en 2012.

Mercredi, le Département général de l’éducation de la région de La Mecque lancera «Future Porte», une initiative de transformation numérique.

L’initiative vise à promouvoir l’apprentissage numérique et à changer le cadre traditionnel dans les écoles, en encourageant davantage l’enseignement et l’apprentissage par la technologie.

La première phase aura lieu au cours du premier semestre de la prochaine année universitaire, avec 80 écoles, avant d’être élargie à 175 autres dans la deuxième phase.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Cyber ​​Saber Hackathon renforce les compétences des étudiants saoudiens

07/08/19

Le hackathon, sponsorisé par Télécom intégré aura lieu en septembre.

Cyber ​​Saber Hackathon continuera d’aider les talents saoudiens à atteindre de nouveaux sommets dans le secteur du la cyber sécurité grâce à l’application pratique de plusieurs tactiques de cyber-attaque et de défense, a déclaré Samer Omar, PDG de la 7e Conférence sur la sécurité de l’information MENA 2019 de VirtuPort.

Il a ajouté que le hackathon, sponsorisé par Société de télécommunications intégrée (ITC), se tiendra les 9 et 10 septembre.

Ghassan Itani, PDG de l’ITC, a déclaré: «La cyber sécurité reste l’un des éléments essentiels pour garantir le succès de l’économie numérique. Le parrainage du Cyber ​​Sabre Hackathon par l’ITC est l’une de nos initiatives visant à investir dans la responsabilité sociale des entreprises, conformément à la Vision 2030, dans laquelle nos jeunes joueront un rôle crucial dans la défense et la protection de notre société et de l’actif numérique global.  »

Le hackathon se caractérise par sa capacité à fournir un environnement de simulation holistique qui permettra aux candidats de faire l’expérience du piratage dans le monde réel et de scénarios de violation de secteurs vitaux, notamment le secteur financier, les aéroports, le secteur pétrolier et gazier. Les étudiants pourront interagir avec elle via leurs ordinateurs.

Le modèle de ville intelligente du hackathon se distingue par le fait que les étudiants vont expérimenter et observer les implications des cybers attaques et l’importance de se doter des connaissances nécessaires pour affronter les attaquants.

Les organisateurs du hackathon ont déclaré que la compétition avait été conçue pour préparer les candidats aux défis auxquels ils seraient confrontés pour protéger les organisations pour lesquelles ils travailleraient.

La troisième édition du hackathon est considérée comme l’une des compétitions les plus importantes de la région. Plus de 20 universités publiques et privées saoudiennes ont participé aux deux dernières éditions.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Bourses saoudiennes: un investissement pour l’avenir de la nation

22/07/19

Des étudiants boursiers saoudiens accompagnés de représentants saoudiens à l’ambassade de l’Arabie saoudite à Washington (photo de SPA)

  • Le Royaume fournit une aide financière et des frais de scolarité entièrement payés à tous ceux qui se qualifient pour une bourse
  • Bon nombre des bénéficiaires actuels de bourses d’études sont des bénéficiaires de troisième génération de ce programme.

DJEDDAH: À l’époque où il est considéré à la fois essentiel et coûteux, le programme de bourses d’études de l’Arabie saoudite offre une éducation de niveau mondial, assurant une aide financière et des frais de scolarité à tous ceux qui remplissent les conditions requises.

Les bénéficiaires du programme étudient à l’étranger et reviennent avec les diplômes et compétences nécessaires au développement du Royaume dans une société moderne.

En 1928, le roi Abdul Aziz Al Saoud ordonna l’envoi du premier groupe d’étudiants boursiers en Égypte. Quatorze au total sont allés compléter leurs études en médecine, agriculture, ingénierie et droit.

Ce fut une période cruciale pour le jeune Royaume et les étudiants ont contribué à la construction de la nation formatrice. Nombre d’entre eux sont devenus des ministres, des conseillers, des ambassadeurs et des ingénieurs occupant des postes de responsabilité, contribuant à la création de ministères et formant des entités gouvernementales saoudiennes.

Le Royaume naissant comprit l’importance de l’éducation en tant que vecteur du développement national. L’Arabie saoudite figure aujourd’hui parmi les premiers pays en termes de dépenses annuelles d’éducation, avec une impressionnante somme de 193 milliards de RS (51,4 milliards de dollars) allouée aux initiatives de la Vision 2030 ainsi qu’à des projets dans tout le Royaume en 2019.

Abdullah Tariki, premier ministre saoudien du pétrole nommé par le roi Saoud et cofondateur de l’OPEP, est diplômé de l’Université du Caire et a ensuite obtenu une maîtrise en génie pétrolier de l’Université du Texas.

La première femme saoudienne à obtenir une bourse du gouvernement fut le Dr. Thoraya Obaid en 1963, qui fut directrice exécutive du Fonds des Nations Unies pour la population et sous-secrétaire générale des Nations Unies de 2000 à 2010. De telles histoires de réussite ont ouvert la voie à d’autres femmes saoudiennes pour qu’elles puissent poursuivre des études supérieures aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Égypte et au Liban, et devenir des personnalités de premier plan dans leurs domaines respectifs, dans le Royaume et à l’étranger.

Un grand nombre des derniers bénéficiaires des bourses saoudiennes sont des bénéficiaires de troisième génération, qui suivent les traces de leurs parents et grands-parents.

Avec le lancement du programme de bourses d’études du roi Abdullah en 2005, de nombreux étudiants saoudiens ont commencé à explorer de nouvelles voies d’éducation au-delà des pays occidentaux et du Moyen-Orient. En 2018, plus de 90 000 étudiants saoudiens étudient à l’étranger. Parmi ces voies d’éducation, 850 font partie des 10 meilleures universités du monde et 1 600 sont résidents en médecine et boursiers.

A LIRE AUSSI: Les étudiants saoudiens craignent une atmosphère de harcèlement et d’intimidation aux Etats-Unis

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Dr. Hussam ben Abdelwahab Zeman, président de la Commission d’évaluation de l’éducation publique saoudienne

 Heure: Juin 16, 2019

 

Dr. Houssam ben Abdelwahab Zeman

M. Hussam ben Abdelwahab Zeman a été nommé président de la Commission d’évaluation de l’éducation publique saoudienne le 13 juin.

Il a ajouté que la commission s’efforçait d’atteindre les objectifs éducatifs du plan de réforme Vision 2030 du Royaume.

Zeman a déclaré que la commission poursuivrait son travail indépendant et en partenariat avec le ministère de l’Education et les universités du Royaume et d’autres départements du gouvernement pour atteindre les objectifs nationaux.

Il s’est engagé à prendre des mesures efficaces pour le développement du secteur de l’éducation dans le Royaume et à mettre au point un système d’évaluation de la formation dans un cadre institutionnel unifié.

Il a été directeur de l’Université Al-Taif entre 2016 et 2019. Il a également été directeur général du Centre régional pour la qualité et l’excellence en éducation.

Zeman a été président du campus de l’Université électronique saoudienne de 2013 à 2014. Il a occupé plusieurs postes à l’Université de Taïba entre 2008 et 2013, notamment ceux de vice-président adjoint chargé du développement et de la qualité et de doyen de la faculté de droit.

Il a reçu le prix Prince Bandar ben Sultan pour l’excellence scientifique et le prix Rashid ben Hamid pour la culture et la science.

Zeman est titulaire d’un baccalauréat en études islamiques de l’Université Imam Mohammad ben Saoudi à Riyad.

Il a reçu son master et son doctorat en administration et études politiques de l’Université de Pittsburgh aux États-Unis.

Cet article a été publié pour la première fois dans Arab News

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien Arab News Accueil

ru