Un programme de formation en IA pour les jeunes Saoudiens

01/09/20

Dr Abdallah ben Sharaf al-Ghamdi. (Photo Fournie)
  • La part de l’Arabie saoudite dans cette économie avancée sera de 12,4 % d’ici à 2030
  • Le Dr Abdallah ben Sharaf al-Ghamdi a annoncé le lancement d’un programme de formation dans le domaine de l’IA pour 100 jeunes hommes et femmes de la région de La Mecque

LA MECQUE: Le Dr Abdallah ben Sharaf al-Ghamdi, président de l’Autorité saoudienne des données et de l’intelligence artificielle, a annoncé lundi le lancement d’un programme de formation dans le domaine des données et de l’intelligence artificielle (IA) pour 100 jeunes hommes et femmes de la région de La Mecque.

Cette annonce a été faite lors de l’intervention Al-Ghamdi pour la cérémonie inaugurale du 5e Forum culturel de La Mecque.

Il a déclaré : « Nous vivons à l’ère de l’économie des données et de l’IA. En 2015, le volume mondial de données était de 15 zettaoctets (Zo). Il est passé à 50 Zo en 2020. Il sera de 175 Zo en 2025. »

Selon lui, l’économie mondiale a la capacité d’exploiter cet énorme volume de données.

Al-Ghamdi a ajouté que, selon des études, la part du Royaume dans cette économie avancée sera de 12,4 % d’ici à 2030.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Les écoles saoudiennes privées proposent des réductions de 50 % pour attirer les élèves

28/08/20

Les écoles ont promis d’offrir des réductions allant jusqu’à 50 %, mais plusieurs parents pensent qu’il ne sert à rien de payer les frais de scolarité car les écoles n’utiliseront pas leurs installations
  • Le vrai problème, c’est que nous ne savons pas à quoi ressemblera l’enseignement en ligne. Nous ferons face à d’énormes défis
  • Les parents estiment que les réductions de frais ne sont pas suffisantes puisque la nouvelle année scolaire commence en ligne afin de limiter la propagation du coronavirus

RIYAD : Les écoles saoudiennes privées proposent des réductions allant jusqu’à 50 % sur les frais de scolarité afin d’attirer les élèves pour la nouvelle année scolaire qui commence dimanche.
De nombreux parents demandent une réduction de ces frais car la rentrée se fera à distance pour limiter la propagation du coronavirus, et les installations scolaires ne seront donc pas utilisées –certains estiment même que les baisses proposées ne sont pas suffisantes.
Ghassan al-Turki, ingénieur en communications, affirme que beaucoup d’écoles privées n’ont pas géré la pandémie aussi bien qu’elles auraient pu le faire et n’ont pas remboursé les frais, bien que les élèves n’aient été présents que pendant la moitié du second semestre.
« Les écoles ont promis d’offrir des réductions allant jusqu’à 50 %, mais plusieurs parents pensent qu’il ne sert à rien de payer les frais de scolarité car les écoles n’utiliseront pas leurs installations », indique-t-il à Arab News.
Mohammad Sabbah, spécialiste en développement des affaires, explique qu’une école lui a proposé une baisse de 30 % sur les frais de scolarité, mais qu’il a refusé. Pour lui, une réduction de 60 % serait plus juste.
« Mon fils aîné est en terminale et ma femme et moi passerons beaucoup de temps avec lui pour l’aider dans ses études, explique-t-il. Le vrai problème, c’est que nous ne savons pas à quoi ressemblera la formation en ligne. Nous ferons face à d’énormes défis dont certains pourraient être insurmontables. »
« Si la situation persiste, j’inscrirai mes enfants dans l’école qui proposera la réduction la plus intéressante, car, à mon avis, la qualité des cours ne changera pas avec l’enseignement à distance. »

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Les écoles saoudiennes ouvrent la voie à un remaniement majeur des cours

22/08/20

Amro, qui fréquente l’École Française Internationale de Riyad, étudie à domicile, le 23 mars 2020. (Fayez Nureldine/ AFP)
  • Les élèves au Royaume bénéficieront d’un « avantage concurrentiel » grâce au programme de filières 2021, selon un responsable au ministère de l’Éducation
  • Ce programme consiste à améliorer les capacités, les valeurs et le comportement de l’élève

RIYAD : Le système éducatif saoudien se prépare à des changements radicaux avec l’introduction d’un nouveau programme scolaire pour le cycle secondaire en 2021, selon un responsable au ministère de l’Éducation.

Le système éducatif de filières destiné aux élèves du secondaire est à son stade final de préparation et sera premièrement appliqué dans 100 écoles publiques aux quatre coins du Royaume, a précisé le professeur Ibrahim Al-Humaidan, superviseur général du programme exécutif de développement du système de filières pour le cycle secondaire, des programmes d’étude et des académies au ministère de l’Éducation, à Arab News.

Arab News a obtenu une version provisoire du système, qui est composé de six filières académiques et professionnels: sciences informatiques et de l’ingénierie ; sciences de la vie et de la terre ; humanités ; gestion d’entreprises ; et Charia. Chaque filière offre une expérience d’apprentissage unique.

« L’idée du système a été initialement conçue après avoir comparé différents systèmes éducatifs du monde entier », a dit Humaidan.

« Ce programme consiste à améliorer les capacités, les valeurs et le comportement de l’élève et le rendent ainsi capable de bénéficier à la société et au pays. Le système sera introduit dans certaines écoles et fera l’objet d’une évaluation et d’une gouvernance stricte ».

Le système de filières améliorera les résultats et préparera les élèves à l’université, tout en leur offrant notamment la possibilité de s’inscrire à un court programme professionnel menant à l’obtention d’un diplôme qui leur permet ainsi de rejoindre le marché du travail s’ils n’ont pas l’intention de s’inscrire à l’université — une approche adoptée par plusieurs pays à travers le monde.

Les élèves devraient être accessible à des alternatives et pourront choisir le programme qu’ils préfèrent.

Al-Humaidan a affirmé que cette diversité constitue une valeur ajoutée pour les filières, qui offrent de nouvelles opportunités aux élèves.

« Les dernières théories prouvent que l’apprentissage s’effectue dans l’environnement de l’apprenant lorsque celui-ci interagit et se familiarise avec ses camarades et essaye de résoudre des problèmes. C’est là que l’apprenant acquière des aptitudes professionnelles et apprend de nouvelles choses », a-t-il expliqué.

D’après Al-Humaidan, les cours donneront aux élèves un avantage concurrentiel.

Ils se sont aussi assurés régulièrement que le contenu des cours convient à l’âge de l’élève, a-t-il ajouté.

Les filières se concentrent le plus sur la langue anglaise, les mathématiques, les sciences et la gestion des affaires puisque ce sont des compétences qui augmentent les chances de réussite de l’élève.

Les élèves bénéficieront de plus de flexibilité s’ils désirent changer de filière après la fin de leur deuxième année.

Al-Humaidan a indiqué que les élèves suivre des cours de rattrapage durant les vacances d’été et de s’inscrire dans le programme de transition.

« L’enseignant est la principale source d’influence de l’élève et celui qui peut faire une différence dans la classe », a-t-il souligné. « Les cours qui remettent en question la mentalité d’un élève amélioreront certainement ses compétences ».

L’éducation est parmi les priorités du programme de réformes de la Vision 2030 du Royaume et fait également partie intégrante du Programme de développement durable à l’horizon 2030 de l’UNESCO.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

L’Université de la Princesse Nora d’Arabie saoudite ouvre les admissions aux diplômes d’animation et de photographie

12/08/20

L’Université Princesse Nora bint Abdul Rahman. (Photo Arab News).
  • L’animation et la photographie rejoignent le design de mode et textile, la sculpture, la gravure, le graphisme et les médias numériques dans l’offre de diplômes d’arts proposés par l’université
  • Le travail des étudiants pourrait aider à mettre en valeur la culture saoudienne et à renforcer l’identité nationale

RIYAD : La faculté d’arts et de design de l’Université de la Princesse Nora bint Abdul Rahman (ou PNU) a annoncé dimanche l’introduction de deux nouveaux programmes en animation et en photographie pour l’année universitaire à venir.

Cette décision a été prise en réponse aux besoins du marché du travail saoudien et s’inscrit dans le cadre des objectifs de l’initiative Vision 2030. L’animation et la photographie rejoignent ainsi le design de mode et textile, la sculpture, la gravure, le graphisme et les médias numériques dans l’offre de diplômes d’arts proposés par PNU.

Le Dr Maha Khayyat, doyenne de la faculté d’arts et de design, a déclaré que les programmes étaient organisés en pensant à l’avenir professionnel des diplômés.

« La faculté d’arts et de design tient à intégrer ses différentes spécialisations et la participation des étudiants qui y sont inscrits à des projets communs pour travailler ensemble et les former afin qu’ils intègrent le marché du travail », a expliqué Khayyat.

Le programme d’animation comprendra des cours sur la conception de personnages de dessins animés et les bases de l’écriture de films et de création de sons. Il offrira aux diplômés les compétences nécessaires pour créer des films d’animation et s’intégrer dans l’industrie à l’échelle locale, régionale, voire mondiale. Khayyat a déclaré que le travail des étudiants pourrait aider à mettre en valeur la culture saoudienne et à renforcer l’identité nationale.

Le programme de photographie a permis aux étudiants d’acquérir des compétences en photographie fixe et en mouvement. Les diplômés seront bien équipés pour gérer tout type de photographie professionnelle, des séances photos de produits, en passant par des défilés de mode, jusqu’au photojournalisme.

La nouvelle a été bien accueillie par les professionnels des deux secteurs. L’industrie de l’animation en Arabie saoudite a connu un succès sans précédent cette année. La série animée Masameer du studio saoudien Myrkott, très populaire sur YouTube, a été adaptée en long métrage et diffusée dans les salles de cinéma du Royaume en janvier dernier. Le même mois, le studio d’animation saoudien Manga Productions a lancé Future’s Folktales, la première série animée du pays, en collaboration avec les célèbres studios d’animation TOEI du Japon.

Farah Arif, animatrice senior chez Manga Productions, qui a poursuivi des études en informatique, a déclaré à Arab News qu’il était temps que les créatifs saoudiens puissent accéder à des études dans le domaine de l’animation.

« J’aurais aimé avoir cette opportunité. Il existe un très grand marché pour les animateurs en Arabie saoudite, en particulier avec la popularité croissante de l’industrie du cinéma. Les créatifs saoudiens ont enfin la chance de vivre de leur art et de l’étudier dans leur pays d’origine. C’est un immense pas en avant », a-t-elle déclaré.

Elle encourage également quiconque souhaite faire carrière dans le domaine de l’art, étant donné l’environnement actuel et le niveau de soutien du gouvernement.

« La plupart d’entre nous ont réussi dans l’industrie sans posséder les diplômes appropriés. Imaginez ce que vous pourriez faire si vous en aviez un ! L’opportunité est à votre portée, vous ne pouvez donc plus utiliser l’absence de cursus comme excuse. Si vous avez la passion et le dynamisme, allez-y ! »

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Hanan Al-Hamad, éducateur saoudien

07/08/20

Hanan Al-Hamad

Hanan Al-Hamad est une éducatrice saoudienne et une consultante en gestion de la qualité et de l’excellence. Elle est également formatrice et évaluatrice de modèles certifiée par la Fondation européenne pour la gestion de la qualité, formatrice certifiée de formateurs et praticienne certifiée des indicateurs de performance clés.

Al-Hamad a élaboré des programmes d’enseignement en anglais, dispensé une formation en stratégie d’enseignement au Ministère de l’éducation et a été juge pour certains des prix d’excellence du ministère. Elle a également contribué à la création de nombreuses écoles internationales dans le Royaume conformément au programme du Baccalauréat International (IB).

Al-Hamad est également une oratrice populaire et a organisé divers ateliers dans des institutions telles que le King Fahad National Center for Children’s Cancer et King Saud Medical City.

Al-Hamad est titulaire d’une licence en enseignement de l’anglais comme deuxième langue ou langue étrangère du College of Education de l’Université du roi Faisal de Riyad et a obtenu sa maîtrise en gestion et planification du Collège des sciences sociales de l’Université islamique Imam Mohammad bin Saud à Riyad.

Alors que l’Arabie saoudite se prépare pour la prochaine année universitaire au milieu de la pandémie du COVID-19 en cours, Al-Hamad a déclaré que le débat sur la question de savoir si l’éducation ou la santé des enfants devraient être la priorité absolue n’a pas été résolu au niveau mondial.

«L’éducation et la situation financière de la famille, ainsi que les connaissances techniques des parents, auront un impact sur l’expérience de chaque élève en matière d’éducation à distance», a déclaré Al-Hamad dans une récente interview sur Al Arabiya.

«De plus, tous les parents n’ont pas la liberté de consacrer du temps à enseigner à leurs enfants et à faire un suivi avec eux à la maison».

Elle a ajouté: «Je pense que l’expérience éducative devrait être flexible et que les familles devraient avoir le choix d’envoyer ou non leurs enfants à l’école, tout en garantissant une expérience éducative tout aussi efficace pour les deux choix».

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Les Saoudiens remportent l’honneur au concours de physique

26/07/20

Photo / médias sociaux

L’équipe saoudienne de physique avait déjà une médaille d’or et une autre médaille de bronze aux Jeux olympiques de physique 2019 organisés en Lettonie
RIYAD: Cinq étudiants saoudiens représentant le roi Abdul Aziz et ses compagnons Foundation for Giftedness and Creativity (Mawhiba) ont remporté quatre médailles lors d’un prestigieux concours de physique.

Lors de sa deuxième participation consécutive à l’Olympiade européenne de physique (EuPhO) 2020, l’Arabie saoudite, représentée par des lycéens saoudiens, a remporté quatre médailles en participant à l’événement virtuel organisé cette année par la Roumanie et organisé du 19 au 26 juillet.

Avec cette réalisation internationale, le Royaume a porté le nombre total de médailles d’or et de bronze et de certificats d’appréciation gagnés à un total de six médailles, l’équipe saoudienne de physique ayant déjà une médaille d’or et une autre de bronze aux Jeux olympiques de physique 2019 organisés en Lettonie.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

L’équipe saoudienne fait ses débuts dans la compétition mathématique cyberespace 2020

16/07/20

DJEDDAH: Pour la première fois, l’Arabie saoudite propose une équipe pour participer au concours mathématique cyberespace (CMC 2020). L’équipe sera représentée par la Fondation du Roi Abdul Aziz et de ses compagnons pour les dons et la créativité (Mawhiba).

Soixante-neuf équipes de différents pays s’affrontent à distance dans la compétition de deux jours qui a débuté lundi.

Mawhiba, en collaboration avec le ministère de l’Éducation, a qualifié une équipe d’étudiants pour participer au CMC 2020. Les membres de l’équipe sont Hamza Al-Sheikhi, Marwan Khayat et Thanaa Al-Haidari, Mohammed Al-Dubaisi et Nawaf Al-Ghamdi, Jude Bahwaini, Khaled Al-Ajran et Mohammed Al-Shehri.

L’équipe saoudienne a suivi une formation intensive – 3000 heures sur quatre ans – par des experts et des spécialistes pour développer leurs compétences

Chaque pays aura une équipe d’au plus huit personnes de plus de 19 ans. Les équipes de six personnes doivent avoir au moins une femme et les équipes de huit personnes doivent avoir au moins deux femmes.

Le concours se compose de huit problèmes d’essai, en mathématiques, en algèbre, en combinatoire, en ingénierie et en théorie des nombres, qui se déroulent sur deux jours. Il y aura quatre problèmes par jour classés par ordre de difficulté à peu près croissant, avec un délai de 5 heures.

Le CMC est un concours international de haut niveau pour les élèves du secondaire, offrant une riche opportunité aux jeunes étudiants en mathématiques du monde entier de traiter des questions difficiles et intéressantes.

Tous les grands pays sont désireux de participer en raison de la difficulté des questions de ce concours, qui sont presque aussi difficiles que celles de l’Olympiade internationale de mathématiques (OMI). Le concours est également considéré comme l’une des stations de qualification pour les Jeux olympiques internationaux.

Des équipes saoudiennes participeront également à distance à l’Olympiade européenne de physique et à l’Olympiade internationale de chimie au cours des deux prochaines semaines.

Mawhiba était désireux de qualifier les équipes participantes à travers son programme d’Olympiades internationales pour leur permettre de rivaliser avec des étudiants du monde lors de ces compétitions internationales.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

L’université saoudienne se classe quatrième sur la liste internationale des établissements d’enseignement

04/06/20

L’Université King Fahd de Pétrole et Minéraux évalue fortement en fonction du nombre de brevets de services publics qui lui ont été accordés aux États-Unis

L’Université a reçu 225 brevets, surmontés uniquement par l’Université de Californie, l’Institut de Technologie du Massachusetts et l’Université du Texas

DHAHRAN : L’Université King Fahd de Pétrole et Minéraux de L’Arabie saoudite a été classée quatrième sur une liste mondiale de 100 universités accordées des brevets d’utilité aux États-Unis en 2019.

La liste annuelle est établie par les organisations américaines, l’Académie Nationale des Inventeurs et l’Association des propriétaires de propriété intellectuelle. KFUPM a obtenu 225 brevets l’année dernière selon la liste, qui a été dominée par l’Université de Californie (631), suivie par l’Institut de Technologie du Massachusetts (355) et l’Université du Texas (276).

Le prince Abdul Aziz bin Salman, ministre saoudien de l’énergie et président du conseil d’administration du KFUPM, a déclaré que cette réalisation reflète la méthodologie stratégique de l’université dans les domaines de la recherche et de l’innovation, et que le Royaume peut en être fier.

Il a également remercié le roi Salman et le prince héritier Mohammed bin Salman pour leur grand soutien à l’éducation.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Des experts en éducation prédisent une amélioration des compétences en anglais en Arabie saoudite

07/02/20

Les participants se réunissent pour l’inauguration du nouveau siège social d’Education First et du EF English Centre à Riyad le 6 février 2020. (Une photo de Fahad Al-Zahrani)

RIYAD: Les niveaux de maîtrise de la langue anglaise devraient augmenter en Arabie saoudite dans les années à venir, selon Education First. La société d’éducation mondiale compile l’indice de compétence en anglais EF, sur lequel le Royaume se classe actuellement 98ème sur 100 pays.

« Je suis très confiant que la maîtrise de l’anglais dans le Royaume augmentera chaque année », a déclaré John Bernström, directeur général d’EF en Arabie saoudite, lors de l’inauguration du nouveau siège social et du centre anglais EF de Riyad.

Il voit un fort accent sur l’éducation anglaise du gouvernement et du ministère de l’Éducation, et dans les universités et les lycées, ainsi qu’un fort désir d’améliorer les compétences personnelles en anglais, en particulier chez les jeunes.

«Je crois qu’il y a une grande volonté d’apprendre (l’anglais)», a-t-il déclaré, ajoutant que la majorité des étudiants qui s’inscrivent à EF ont entre 18 et 25 ans.

«Nous voyons de l’intérêt des deux sexes; un peu plus de la part des hommes mais il y a toujours un très bon intérêt de la part des femmes aussi », a déclaré Bernström. De plus en plus de femmes voyagent à l’étranger pour apprendre l’anglais et, a-t-il dit, «nous sommes très fières de pouvoir fournir cela dans un environnement sûr et culturellement approprié ».

EF prévoit d’étendre sa présence dans d’autres villes du Royaume et le nouveau siège social est « la première étape vers cet objectif », a ajouté Bernström,

Helen Indelicato, directrice de la formation en anglais au EF English Centre, a déclaré: «Le nouveau EF English Centre à Riyad offrira aux étudiants la possibilité d’améliorer leurs compétences professionnelles, grâce auxquelles ils contribueront à la modernisation et à la diversification de l’économie saoudienne.

«Nous apporterons une formation de haute qualité en anglais au Royaume d’Arabie saoudite, afin de fournir à sa main-d’œuvre mondiale des opportunités de s’engager avec des entreprises internationales, des visiteurs, des solutions de formation et une myriade d’autres opportunités ».

Le centre accueillera les étudiants de 13 ans et plus avec une gamme de cours couvrant les niveaux débutant, intermédiaire et avancé. Il proposera également des programmes de préparation aux examens pour des tests mondiaux standardisés. Le personnel enseignant est entièrement composé d’enseignants des pays anglophones.

« Notre toute nouvelle école locale est le tremplin vers le voyage en anglais, où nos élèves seront en mesure de saisir les fondements de la langue et de s’immerger dans différentes cultures, tout en restant dans le Royaume », a déclaré Indelicato. «À tout moment, les étudiants peuvent transférer de manière transparente vers l’une de nos 40 destinations à travers le monde et vivre pleinement la langue et la culture tout en maximisant leur expérience à l’étranger ».

Les activités d’EF se concentrent sur les programmes linguistiques, académiques, d’échanges culturels et de voyages éducatifs. L’EF a tenu la huitième édition de sa conférence EF English Proficiency Index dans le Royaume en 2018.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Misk Academy lance une plateforme interactive en Arabie saoudite

29/01/20

Misk Academy a travaillé depuis sa création pour lancer un certain nombre de programmes d’éducation et de développement dans le Royaume. (SPA)

  • Misk Academy a travaillé depuis sa création pour lancer un certain nombre de programmes éducatifs et de développement des compétences techniques

RIYAD: L’Académie Misk, qui fait partie de la Fondation du Prince Mohammed bin Salman bin Abdul Aziz (Misk), a lancé lundi le forum de l’Académie Misk «1 Hour Panel Talk», une plate-forme de discussion interactive mensuelle régulière, comprenant un groupe d’experts et de spécialistes sur divers sujets, y compris la technologie, le leadership et les médias numériques.

La plate-forme vise à transférer l’expertise et à faire connaître les domaines des médias numériques, et à fournir aux jeunes intéressés par le monde des médias les informations dont ils ont besoin pour développer l’avenir du secteur dans le Royaume.

La première table ronde qui a eu lieu à l’Université du Prince Sultan, sous le thème «L’avenir de l’animation en Arabie saoudite», a accueilli le PDG de Manga Production Company, Essam Bukhari, le cinéaste et réalisateur Ayman Jamal, dont le film «Bilal» était en tête de liste du top 10 des films d’animation de 2018, le designer, directeur créatif et producteur d’animation Malik Nejer, propriétaire de la série «Masameer» (Nails), et Umar Ben Dahloos, le peintre et directeur artistique réputé d’Ubrand.

FAITS EN BREF

En présence de plus de 100 jeunes cinéastes et professionnels des médias, la table ronde a évalué les expériences locales par rapport aux expériences mondiales, présentant les défis auxquels sont confrontés les animateurs du Royaume.

En présence de plus de 100 jeunes cinéastes et professionnels des médias, la table ronde a évalué les expériences locales par rapport aux expériences mondiales, présentant les défis auxquels sont confrontés les animateurs du Royaume.

Misk Academy a travaillé depuis sa création pour lancer un certain nombre de programmes d’éducation et de développement dans les compétences techniques, les programmes de technologie financière et les médias numériques créatifs, dans le but de former et de qualifier les jeunes Saoudiens pour devenir la prochaine génération d’entrepreneurs, développeurs, créatifs et ingénieurs.

À ce jour, ses programmes ont enseigné à plus de 9 000 personnes dans plus de 30 villes et provinces du Royaume, avec un taux de réussite en développement de carrière de 80%.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)