Comment les femmes saoudiennes deviennent des partenaires égaux dans le progrès

01/11/20

La saoudienne Rodina Maamoun, qui employait 19 jeunes femmes pour remplacer presque entièrement les hommes, vend des bijoux dans un magasin de détail du centre commercial Hayat de Riyad le 19 février 2020 (AFP / File Photo)

Le Fonds de développement industriel saoudien (SIDF) a placé les pratiques non-sexistes au cœur du développement industriel du Royaume
Noor Shabib, vice-présidente de la SIDF, affirme que la parité des sexes et la préparation des femmes aux postes de direction sont deux priorités majeures
RIYAD: La participation des femmes à la population active et à l’économie saoudienne au sens large et le fait d’avoir plus de femmes à des postes de direction est l’un des principaux objectifs de la stratégie de réforme de la Vision 2030 du Royaume. C’est pourquoi le Fonds de développement industriel saoudien (SIDF) a fait de la parité des sexes et de la promotion des femmes à des postes de responsabilité une priorité absolue, selon sa vice-présidente de la planification stratégique et du développement des affaires, Noor Shabib.

Le SIDF a déjà franchi des étapes importantes, faisant passer la proportion de femmes dans son personnel de zéro à 17% en moins de trois ans, ce qui en fait l’une des entités les plus performantes à cet égard parmi les entités gouvernementales saoudiennes.

«Non seulement cela – nous avons des femmes employées dans chaque département, distribuant des femmes leaders et des jeunes talents dans tous les départements et à divers rangs et postes, allant de vice-présidente pour la planification stratégique et le développement des affaires, directrice de la gestion des risques d’entreprise et directrice de l’académie SIDF », a déclaré Shabib à Arab News. «Nous avons donc des femmes aux plus hauts niveaux, ce dont nous sommes très fiers».

Shabib espère que le partenariat de le SIDF avec la Société philanthropique Alnahda pour les femmes lors de l’édition de cette année du Women 20 (W20), virtuellement accueilli par Riyad, a encouragé davantage d’institutions saoudiennes à emboîter le pas.

«Le SIDF est un commanditaire défenseur de W20 et de la société Alnahda, unissant leurs forces pour soutenir le plaidoyer sur les problèmes des femmes en Arabie saoudite pour autonomiser les femmes, la diversité et l’inclusion sur le lieu de travail», a déclaré Shabib.

Créé en 1974, le SIDF a été créé pour fournir des prêts à moyen et long terme au secteur industriel privé. Aujourd’hui, il dispose d’un capital d’une valeur de 105 milliards de RS (28 milliards de dollars). Il est donc bien placée pour promouvoir le changement dans toute une partie de l’économie.

L’un des programmes phares du SIDF est son programme de formation Nokhab, qui existe depuis plus de 40 ans, offrant aux employés débutants des qualifications avancées en affaires, en ressources humaines et en ingénierie.

«Il y a deux ans, le SIDF a fixé un objectif de parité homme-femme pour le programme», a déclaré Shabib. «Notre programme Nokhab il y a quelques années était de toute évidence 100% masculin, car c’est tout ce que vous aviez. Nous avons exigé que 50 pour cent de tous les nouveaux diplômés soient des femmes».

Lorsque les institutions s’ouvrent à accepter plus de femmes dans leur personnel, elles deviennent beaucoup plus méritocratiques, bénéficiant d’un pool plus large de talents et d’expérience, a déclaré Shabib.

EN CHIFFRES

Femmes et COVID-19

* 22% – Les femmes des pays du G20 n’ont pas accès à des comptes bancaires formels.

* 64% – Part des entreprises dirigées par des femmes dans les opérations commerciales des pays du G20 fortement touchées par le COVID-19.

* 30% – Pertes d’emplois pour les femmes prévues dans les secteurs touchés par le COVID-19 dans les pays du G20.

«Cela signifie que je peux choisir le meilleur parmi les hommes et les femmes», dit-elle. «Les femmes que nous avons ne sont pas les meilleures parce qu’elles sont des femmes – elles sont les meilleures parce qu’elles ont travaillé dur et qu’elles ont mérité leur place ici. Elles sont en compétition comme tout le monde. Nous embauchons les meilleurs.

Le résultat a été une culture de travail beaucoup plus positive. «Le fait d’avoir des femmes dans l’équipe de direction du SIDF a eu un impact positif sur les aspirations des femmes juniors travaillant avec nous et leur a donné une bonne image de ce à quoi pourrait ressembler leur progression de carrière», a déclaré Shabib.

Shabib est peut-être un exemple d’autonomisation professionnelle des femmes. Après avoir obtenu une licence en génie informatique, Shabib est devenue la première femme ingénieur de terrain d’Arabie saoudite chez Schlumberger Drilling and Measurements en 2003.

En 2008, elle a obtenu un MBA à l’Université d’Oxford et a continué à travailler à Al-Khobar en tant que responsable adjointe des services chez Rawabi Trading and Contracting Co. Puis, entre 2011 et 2017, elle a rejoint Saudi Aramco, occupant plusieurs rôles. Pendant ce temps, elle a terminé sa deuxième maîtrise en leadership pétrolier et gazier et en 2015, elle est devenue boursière Eisenhower.

Shabib a co-fondé le Groupe (Qudwa) en 2012 pour sensibiliser aux différences entre les sexes sur le lieu de travail. Ses 5 000 membres – dont 77% d’hommes – ont organisé plus de 60 événements et ateliers et mis en place des programmes de mentorat pour les jeunes femmes, qui ont ensuite été transférés à la division diversité et inclusion d’Aramco.

De là, elle a accepté un emploi au Center for Strategic Development, un groupe de réflexion semi-gouvernemental fournissant aux décideurs des recherches factuelles sur le développement socio-économique sous la tutelle du ministère de l’Économie et de la Planification.

Le panel a également cherché à mettre en évidence certaines des meilleures pratiques aux niveaux local et mondial pour attirer davantage de femmes dans le secteur manufacturier. (AFP / Fichier Photo)

Ces expériences lui ont clairement servi depuis son arrivée au SIDF en 2018. Un élément clé du mandat du fonds est de soutenir le Programme national de développement industriel et de logistique (NIDLP), qui aide le Royaume à devenir une puissance industrielle de premier plan et un centre logistique international à travers une gamme de produits de prêt et de conseil. Au cœur de cela, il faut encourager davantage de femmes à lancer et à gérer des entreprises du secteur privé.

«Au cours des 46 dernières années, le SIDF a été témoin de certains des hommes d’affaires les plus prospères qui sont désormais à la tête du secteur industriel. Maintenant que nous recrutons plus de femmes talentueuses, nous visons à les soutenir et à enrichir le secteur industriel avec des femmes d’affaires prospères », a déclaré Shabib.

«Toutes les offres appliquent une politique non sexiste sans discrimination fondée sur le sexe en ce qui concerne l’accès aux services et aux opportunités. Le SIDF continue d’innover de nouveaux produits et services plus personnalisés qui garantissent que les mêmes opportunités sont offertes aux hommes et aux femmes investisseurs pour accroître la participation du secteur privé dans le Royaume ».

Ces initiatives et bien d’autres ont été présentées lors du sommet W20 plus tôt en octobre, où Shabib a participé à une table ronde intitulée «Répliquer le succès dans la fabrication inclusive», aux côtés de Selina Jackson, vice-présidente principale des relations gouvernementales mondiales et des politiques publiques chez Procter & Gamble et Mohammed Al-Mutlaq, responsable de la stratégie chez Alfanar Group.

«Le but de la session était de mettre en évidence les avantages de la diversité. Ces avantages se refléteront sur le paysage industriel et éclaireront les raisons pour lesquelles il y a moins de femmes entrepreneurs et industrielles », a déclaré Shabib.

Une photo prise le 29 juillet 2020 montre des pèlerins circulant autour de la Kaaba, le sanctuaire le plus sacré de l’Islam, au centre de la Grande Mosquée de la ville sainte de La Mecque, au début du pèlerinage annuel musulman du Hajj. (AFP / Fichier Photo)

Le panel a également cherché à mettre en évidence certaines des meilleures pratiques aux niveaux local et mondial pour amener plus de femmes dans l’industrie manufacturière – en reconnaissant où ces efforts ont été couronnés de succès et en identifiant les domaines nécessitant des améliorations.

Une des réussites est une usine Alfanar en Arabie Saoudite, qui est exploitée par un personnel de 650 femmes depuis 2004. «C’est incroyable. J’ai visité l’usine. C’était tellement humble et inspirant parce qu’elles aiment l’endroit, elles sont tellement heureuses et autonomes et elles avancent dans leur carrière. Certains d’entre eux sont là depuis 17 ans, alors elles adorent ça », a déclaré Shabib.

Procter & Gamble peut également être considéré comme une réussite, ayant atteint une représentation des sexes de 50/50 au sein de son conseil d’administration.

«L’une des choses les plus importantes qui a été mentionnée est l’importance de la formation sur les préjugés sexistes pour changer la culture afin de rendre l’environnement plus accueillant et retenir les femmes», a déclaré Shabib. «Selina a indiqué à quel point c’était révélateur pour les hommes lorsqu’ils ont suivi la formation».

Avec ces exemples inspirants à l’esprit, le SIDF lance un nouveau programme en novembre, en association avec le Conseil des chambres saoudiennes consacré à l’autonomisation des femmes entrepreneurs, intitulé «Comment démarrer votre projet industriel».

«En recrutant plus de femmes dans le SIDF et en investissant dans leur développement, que ce soit par le biais de notre programme de crédit ou des programmes que nous avons en partenariat avec Stanford, LBS ou Fitch Learning, nous contribuerons à créer une bonne base pour les femmes industrielles qui contribuera à l’avancement du pays dans les années à venir », a déclaré Shabib.

«Cela ajoutera également au niveau de prise de conscience de ce qu’il faut pour devenir une entrepreneuse industrielle ambitieuse, ce qui est notre vision ».

Twitter: @LujainBenGassem

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Les Saoudiennes investissent les terrains de golf à la recherche de la gloire

31/10/20

Bien que le golf soit un sport relativement nouveau dans le pays, les femmes ont été encouragées à s’y adonner grâce à de nouvelles opportunités et le soutien qui leur a été apporté. (Photo fournie)
  • Une récente initiative sportive donnera aux femmes du Royaume la possibilité d’apprendre le golf à titre gratuit
  • Les joueuses participant au programme seront désignées comme Premiers membres féminins (Ladies First Member) que ce soit au Riyadh Golf Club, au Dirab Golf Club ou au Royal Greens Golf & Country Club de la ville économique du roi Abdallah

DJEDDAH : Voilà que les Saoudiennes franchissent de nouvelles barrières sur les terrains de golf du Royaume : elles découvrent ce sport ainsi que ses avantages.

Le golf est un sport relativement nouveau dans le pays, pourtant les femmes ont été encouragées à s’y adonner grâce à de nouvelles opportunités et le soutien qui leur a été apporté. Le golf continue d’être un sport dominé par les hommes. Bien que les femmes manifestent un grand intérêt pour ce sport, elles sont peu représentées dans ce domaine partout dans le monde.

Une récente initiative sportive donnera aux femmes du Royaume la possibilité d’apprendre le golf à titre gratuit. L’Aramco Saudi Ladies International, présenté par le Fonds d’investissement public (PIF), est certes une première dans le Royaume. Un autre projet, le « Ladies First Club », un club novateur de Golf Saudi, offrira aux femmes une adhésion gratuite, comprenant des leçons de golf, l’accès à un terrain d’entraînement ainsi que la possibilité de jouer sur 3 parcours de 18 trous.

L’offre est proposée à toutes les femmes saoudiennes, avec une adhésion initiale plafonnée à 1 000 personnes. Dans un entretien avec Arab News, Sarah Al-Arifi, une entrepreneure saoudienne de 26 ans, ne cache pas son enthousiasme face à la perspective d’un club de golf saoudien pour femmes. Pour elle, même si le sport est perçu dans le monde comme étant dominé par les hommes, il progresse rapidement dans le Royaume et devient inclusif. Elle estime que les nouveaux projets seront « autonomisants ».

Mme Al-Arifi insiste sur les avantages que présente la création d’une communauté pour chaque sport, et pas seulement pour le golf. Elle ajoute que ces communautés promettent de générer de la créativité, du point de vue du consommateur.

« Créer une communauté pour un sport spécifique est indispensable et non seulement important. Il stimule la concurrence et représente un avantage pour nous en tant que consommateurs. Au-delà des avantages évidents d’une communauté sportive, j’encourage la concurrence, en tant que consommateur, car elle favorise l’innovation et contribue à régler les problèmes », a-t-elle déclaré.

Les joueuses participant au programme seront désignées comme Premiers membres féminins (Ladies First Member ) que ce soit au Riyadh Golf Club,  au Dirab Golf Club ou au Royal Greens Golf & Country Club de la ville économique du roi Abdallah.

Le Ladies First Club sera officiellement lancé lors d’un tournoi préparatoire présenté par le PIF pour l’Aramco Saudi Ladies International.

Il se déroulera entre le 12 et le 15 novembre, deux jours avant l’Aramco Saudi Ladies Team International, qui verra des équipes de quatre golfeuses s’affronter pour des prix d’une valeur de 500 000 dollars du 17 au 19 novembre.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Le Roi Salmane rend hommage aux femmes lors du sommet du W20

22/10/20

  • Le roi saoudien a décrit les femmes comme source d’évolution dans la société
  • La présidence saoudienne du G20 a consacré une attention particulière à la discussion des politiques relatives aux femmes

RIYADH: Le Roi Salmane d’Arabie saoudite au rôle exceptionnel joué par les femmes lors de la pandémie de coronavirus.

Dans un discours prononcé mercredi, à la fin du W20, sur le groupe d’engagement des femmes du G20, le Roi Salmane a exprimé sa «gratitude au groupe d’engagement des femmes pour ses efforts remarquables et son insistance à réaliser son programme pendant en ces temps difficiles causés par la pandémie».

Le roi saoudien a décrit les femmes comme source d’évolution dans la société, tout en affirmant que sans femmes autonomes et indépendantes, toute réforme serait difficile. «Les femmes sont la principale source de développement de toute société. Par conséquent, sans femmes autonomes, il serait presque impossible de mettre en œuvre des réformes sociétales. Les femmes constituent la moitié de la société, ce sont elles qui élèvent nos générations futures. Elles ont marqué l’histoire avec leur rôle remarquable dans l’orientation du changement ainsi que dans la prise de décision».

Le Roi a rappelé que la présidence saoudienne du G20 a consacré une attention particulière à la discussion des politiques relatives aux femmes lors de différentes réunions ministérielles et de groupes de travail.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

« Extraordinaire » présidence saoudienne du W20, selon la chef de la délégation australienne

21/10/20

Erin Lynn, présidente de la délégation australienne au W20, au centre, estime qu’une société idéale est une société où les gens ont la possibilité de réaliser leur potentiel (Photo, fournie).

  • La pandémie de coronavirus met en lumière l’autonomisation des femmes, selon Erin Lynn
  • « L’autonomisation des femmes dans le domaine économique est la pierre angulaire d’une croissance inclusive »

RIYAD: La chef de la délégation australienne pour le Women 20 (W20), l’unité d’engagement des femmes du Groupe des vingt (G20), a qualifié la présidence saoudienne du groupe d’« extraordinaire ».

Erin Lynn a ajouté que la pandémie de coronavirus a entraîné certains effets positifs en mettant en évidence et en accélérant l’autonomisation des femmes.06

Elle a déclaré à Arab News : « Je dois dire que la présidence saoudienne du W20 grâce au Dr Thoraya Obaid et à Salma Al-Rashid et l’équipe a été extraordinaire en termes de gestion et d’organisation du W20 cette année. Je pense qu’elle a été exceptionnelle. Le mérite revient donc en grande partie à leur direction ».

« Avant la pandémie, l’autonomisation des femmes était une nécessité impérative. Les femmes sont surreprésentées dans les emplois à temps partiel peu rémunérés et exigeant peu de qualifications. L’autonomisation des femmes dans le domaine économique est donc la pierre angulaire d’une croissance inclusive. La pandémie ne fait donc qu’accélérer cette progression et mettre en lumière ce problème », ajoute-t-elle.

D’après Lynn, les femmes ont été accablées par le travail domestique non rémunéré et ont été contraintes de concilier leurs responsabilités professionnelles et familiales.

Le G20 a besoin de mesurer les évolutions en termes de parité hommes-femmes dans l’économie. Une fois que vous aurez mesuré les données, vous pourrez alors disposer d’interventions politiques que vous pourrez évaluer. Je pense que l’Agence australienne pour l’égalité des sexes sur le lieu de travail est un exemple que d’autres pays peuvent suivre.

Erin Lynn, chef de la délégation australienne au W20

Lynn explique qu’en Australie, le nombre de documents universitaires soumis aux revues a augmenté, mais la proportion de femmes qui les soumettent a diminué.

« Les hommes peuvent contribuer davantage pendant cette période parce qu’ils travaillent à domicile. Mais les femmes qui travaillent à la maison doivent équilibrer les responsabilités domestiques, de sorte que leur contribution dans le domaine des connaissances diminue », affirme-t-elle.

Pour elle, l’une des positions clés que la délégation australienne a promues au sein du W20 est le recours aux données. « Vous ne pouvez pas identifier vos points faibles et vous ne pouvez pas mesurer les progrès si vous ne recueillez pas de données ».

Lynn affirme que « le G20 a besoin de mesurer les évolutions en termes de parité hommes-femmes dans l’économie. Une fois que vous évaluez les données, il est possible d’avoir des interventions politiques que vous pouvez mesurer. Je pense que l’Agence australienne pour l’égalité des sexes sur le lieu de travail est un exemple que d’autres pays peuvent suivre ».

Lynn estime que la pandémie a favorisé la conciliation de la famille et du travail, et que les femmes continuent de faire beaucoup plus de travaux ménagers non rémunérés que les hommes. « Il est donc important d’encourager les hommes à faire preuve de plus de flexibilité. Je pense que la pandémie a montré à certains hommes que c’est possible. Et nous constatons une plus grande intégration des hommes dans la famille », affirme-t-elle.

Pour Lynn, l’égalité concerne à la fois les hommes et les femmes et il doit toujours y avoir un certain équilibre entre la prise en charge des enfants et le travail, « mais la façon dont vous répartissez cet équilibre entre les différentes personnes d’un ménage, c’est important ».

Sa vision d’une société idéale est celle d’une société où les gens ont le choix et la liberté de mener la vie qu’ils veulent et ont la possibilité de réaliser leur potentiel. « Cela peut sembler ambitieux et idéaliste, mais quand on y pense, cela se résume à être économiquement et politiquement autonome et à pouvoir faire des choix dans sa vie ».

Bien que le G20 soit différent cette année après être passé au numérique, il a été facile pour les délégués d’assister aux événements, explique Lynn. « Nous pouvons participer comme nous ne l’avons jamais fait auparavant. Nous nous sommes réunis beaucoup plus régulièrement parce que les réunions se déroulent en ligne et nous avons été beaucoup plus concentrés que jamais sur les résultats de chaque réunion ».

Ces réunions régulières ont été bénéfiques pour le W20, a-t-elle ajouté.

Lynn a débuté sa carrière en tant qu’analyste du marché du travail. Elle a écrit de nombreux articles sur le genre, le travail, l’emploi et l’entrepreneuriat, mais une grande partie de son travail au sein du G20 a été axée sur les femmes. « Je suppose que ma carrière a été centrée sur le domaine des relations internationales. C’est donc une carrière un peu hybride. C’est formidable de pouvoir contribuer à l’élaboration des politiques internationales par le biais du G20 », affirme-t-elle.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Amal Yahya Al-Moallimi est la deuxième femme ambassadrice nommée par l’Arabie saoudite

21/10/20

Amal Yahya Al-Moallimi (Photo @KSAMOFA Twitter)

L’Arabie saoudite a nommé mardi Amal Yahya al-Moallimi en tant qu’ambassadrice en Norvège, selon l’Agence de presse saoudienne (SPA)
Les ambassadeurs du Royaume désignés aux Maldives, en Hongrie, au Nigeria, en Bosnie-Herzégovine, en Ouganda et au Mexique ont également prêté serment devant le roi Salmane
RIYAD: L’Arabie saoudite a nommé, ce mardi, Amal Yahya al-Moallimi en tant qu’ambassadrice en Norvège, selon l’Agence de presse saoudienne (SPA). C’est la deuxième femme qui occupe un tel poste, la première était la princesse Reema benta Bandar, ambassadrice d’Arabie saoudite aux États-Unis.

Amal Yahya Al-Moallimi comptait parmi les nombreux nouveaux ambassadeurs désignés qui ont prêté serment mardi devant le roi Salmane, en présence du prince héritier Mohammed ben Salmane, selon la SPA.

LES AUTRES AMBASSADEURS DÉSIGNÉS QUI ONT PRÊTÉ SERMENT SONT:
• Dr Saad ben Abdelrahman al-Ammar, ambassadeur désigné en Grèce

• Azzam ben Abdelkarim al-Qain, ambassadeur désigné en Espagne

• Dr Abdelaziz ben Ali al-Saqr, ambassadeur désigné en Tunisie

• Dr Saleh ben Hamad al-Suhaibani, représentant permanent de l’Arabie saoudite auprès de l’Organisation de la coopération islamique (OCI)

• Ziyad ben Maashi al-Attiyah, ambassadeur désigné aux Pays-Bas

Les ambassadeurs du Royaume désignés aux Maldives, en Hongrie, au Nigeria, en Bosnie-Herzégovine, en Ouganda et au Mexique ont également prêté serment devant le roi Salmane.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Comment la loi de 2018 contre le harcèlement a donné le ton à la nouvelle Arabie saoudite

17/10/20

La protection offerte par la loi de 2018 contre le harcèlement a permis aux Saoudiennes d’acquérir de nouvelles libertés. (AFP / Fichier Photo)

La loi de lutte contre le harcèlement a apporté aux femmes la confiance et la protection juridique dont elles ont besoin pour participer librement et contribuer à la société
Un amendement est désormais en cours de rédaction pour renforcer davantage la sanction du harcèlement sexuel dans le Royaume afin d’inclure la dénonciation et l’humiliation des contrevenants
DUBAÏ: En quelques années à peine, les droits des Saoudiennes ont fondamentalement changé, ouvrant de nouvelles libertés de déplacement, la possibilité de choisir où elles veulent vivre et, pour la première fois, le droit de poursuivre leurs propres aspirations professionnelles.

Les réformes audacieuses mises en œuvre dans le cadre de l’ambitieux plan de développement Vision 2030 du Royaume ont déjà conduit à une croissance significative du nombre de femmes rejoignant la population active, de 18 % en 2017 à 23 % en 2018, selon les chiffres de la Banque mondiale.

Bien que ce chiffre soit encore bien inférieur à la moyenne de 59 % des États membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), il marque un tournant important pour une société largement conservatrice.

Pour que cette révolution se produise, il fallait d’abord rédiger une législation vitale pour garantir les droits et la sécurité des femmes sur le lieu de travail. La criminalisation du harcèlement sexuel est l’élément clé de cette question.

La loi de mai 2018, qui renforce la lutte contre le harcèlement, définit le harcèlement sexuel comme «tout comportement de nature sexuelle imposé à une personne, y compris le toucher du corps, l’attention ou l’attentat à la pudeur de toute sorte, manière ou forme». La définition s’applique également aux communications électroniques telles que les médias sociaux.

Les réformes audacieuses mises en œuvre dans le cadre de l’ambitieux plan de développement Vision 2030 du Royaume ont déjà conduit à une croissance significative du nombre de femmes rejoignant la population active. (AFP / Fichier Photo)

Selon le Conseil de la Choura, l’organe consultatif officiel de l’Arabie saoudite qui a rédigé la loi, l’objectif est de «lutter contre le crime de harcèlement, de l’empêcher de se produire, d’appliquer des sanctions aux auteurs et de protéger la victime afin de défendre la vie privée de l’individu, sa dignité et sa liberté personnelle prévues par la loi et les règlements islamiques.»

La loi de lutte contre le harcèlement sexuel accorde aux victimes le droit à l’anonymat et permet aux tribunaux de prononcer des peines allant jusqu’à deux ans de prison et des amendes pouvant aller jusqu’à 100 000 riyals saoudiens (SR), soit 26 500 dollars.

Dans les cas les plus graves, impliquant des enfants ou des victimes handicapées, la loi autorise des peines allant jusqu’à cinq ans de prison et une amende jusqu’à 300 000 SR. La loi criminalise aussi l’incitation ou la contribution au harcèlement ainsi que la falsification des infractions.

Ce moment a été décisif pour l’Arabie saoudite. Cette «dissuasion» légale mise en place, une avalanche de réformes pourrait alors suivre, permettant aux femmes de faire partie intégrante de la vie en société, comme la levée de l’interdiction de conduire à partir de juin 2018.

D’autres décrets ont rapidement suivi, notamment des modifications apportées au système de tutelle masculine afin que les femmes âgées de plus de 21 ans soient libres de quitter la maison sans accompagnement, ainsi que le droit pour les femmes de choisir leur lieu de résidence.

La discrimination fondée sur le sexe dans l’emploi ou dans l’accès au crédit est également interdite, tout comme le licenciement des femmes enceintes.

De nouvelles garderies ont été créées et des subventions ont été accordées pour aider davantage de femmes à quitter le foyer.

L’égalité des pensions a également été instaurée en égalisant l’âge de la retraite pour les hommes et les femmes et en rendant obligatoires les crédits de pension de retraite pendant le congé de maternité.

Quelque 5,5 millions de Saoudiennes âgées de plus de 21 ans bénéficient déjà de ces réformes, et les normes sociales enracinées depuis longtemps se défont progressivement.

Quelque 5,5 millions de Saoudiennes âgées de plus de 21 ans bénéficient déjà de ces réformes, et les normes sociales enracinées depuis longtemps se défont progressivement. (AFP / Fichier Photo)

En raison de ces développements rapides, le rapport de la Banque mondiale intitulé «Les femmes, l’entreprise et le droit 2020», publié en avril, a reconnu l’Arabie saoudite comme le plus grand réformateur du monde l’année dernière.

«L’Arabie saoudite est devenue l’un des leaders du monde arabe en matière d’autonomisation des femmes», a déclaré Issam Abu Sulaiman, directeur régional du Conseil de coopération du Golfe de la Banque mondiale, selon l’Agence de presse saoudienne.

Le fondement de ce changement social rapide a été posé par la loi de lutte contre le harcèlement, qui a apporté aux femmes la confiance et la protection juridique dont elles ont besoin pour participer librement et contribuer à la société.

Un amendement est désormais en cours de rédaction pour renforcer encore la sanction du harcèlement sexuel dans le Royaume afin d’inclure la dénonciation et l’humiliation des contrevenants.

Les membres du Conseil de la Choura estiment que la menace de diffamation aura un effet encore plus dissuasif que les amendes et l’emprisonnement sur ce type de mauvais comportement.

«La diffamation est pour le plus grand bien de la société», explique à Arab News Lina Almaeena, membre du Conseil de la Choura et cofondatrice de Jeddah United Sports Co.

«C’est un moyen de dissuasion que de nombreux pays ont appliqué et qui s’est avéré efficace pour réduire les cas de harcèlement. La loi de lutte contre le harcèlement sexuel s’est avérée efficace pour prévenir les mauvais comportements.»

Lina Almaeena, membre du Conseil de la Choura et cofondatrice de Jeddah United Sports Co. (Photo fournie)

En faisant de cette question une affaire d’honneur, on a le sentiment que les familles feront plus attention en ce qui concerne l’éducation sociale de leurs enfants. «Il y aura plus de sensibilisation et les familles joueront un rôle plus important», poursuit Mme Almaeena.

Avant d’entrer en vigueur, le projet d’amendement doit être soumis au Conseil des ministres pour approbation, puis publié sous la forme d’un décret royal par le roi Salmane.

«Nous parlons maintenant de faire un nouvel amendement en ajoutant un article à la loi existante. Nous ne parlons pas d’une nouvelle loi », précise à Arab News Fayçal Fadhil, un juriste formé au Royaume-Uni et membre du Conseil de la Choura.

Certains experts estiment que le renforcement de la loi existante permettra à davantage de femmes de rejoindre la population active sans crainte de harcèlement sur le lieu de travail.

«Cela encouragerait davantage de jeunes filles et de femmes à rejoindre le marché du travail avec confiance, en se sentant protégées et soutenues en cas de harcèlement», confie à Arab News Maha Akeel, directrice des affaires sociales et familiales à l’Organisation de coopération islamique basée à Djeddah.

Cette «dissuasion» légale mise en place, une avalanche de réformes pourrait alors suivre, permettant aux femmes de faire partie intégrante de la vie en société, comme la levée de l’interdiction de conduire à partir de juin 2018. (AFP / Fichier Photo)

Aucune statistique n’est encore disponible sur le taux de harcèlement sexuel en Arabie saoudite, en grande partie en raison de la réticence par le passé à signaler les violations.

Il existe donc peu de données pour démontrer sa prévalence ou montrer l’impact de la législation.

«Peut-être verrons-nous plus de déclarations, moins de manifestations publiques de harcèlement. Il est difficile de mesurer l’impact, faute d’études factuelles et de statistiques », explique Maha Akeel.

Elle voit néanmoins la menace de diffamation comme une arme puissante contre le harcèlement, qui pourrait s’avérer particulièrement efficace dans la culture saoudienne.

«Parfois, les gens craignent la dénonciation publique et l’humiliation bien plus que les sanctions financières ou même l’emprisonnement… parce que cela nuira à leur réputation», ajoute Maha Akeel.

«Nous sommes une société conservatrice, cela pourrait donc être plus dissuasif que les punitions appliquées antérieurement.»

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

En Arabie saoudite, les harceleurs seront désormais «nommés et dénoncés»

01/10/20

Le président du Conseil saoudien de la choura, le Dr Abdullah Al-Asheikh, préside une session à distance du conseil par mesure de précaution sanitaire à Riyad. (Photo, SPA)
  • Cette sanction contribuerait à éliminer le harcèlement sur les lieux de travail, les lieux publics, ainsi que dans les écoles
  • Les récidivistes seront passibles de la peine maximale

DJEDDAH : Les violations des lois anti-harcèlement sexuel de l’Arabie saoudite pourraient être sanctionnées par « dénonciation et condamnation » à la suite d’une décision du Conseil de la Choura du Royaume d’approuver une sanction pour diffamation.

Le conseil a voté en faveur de la sanction lors de sa session de mercredi, après avoir rejeté la décision en mars de cette année.

Latifah Al-Shaalan, membre du Conseil, a déclaré que la proposition de la sanction avait été envoyée par le Conseil des ministres saoudien.

L’avocate saoudienne Njood Al-Qassim a affirmé qu’elle était d’accord avec cette décision, ajoutant que celle-ci contribuerait à éliminer le harcèlement sur les lieux de travail, les lieux publics, ainsi que dans les écoles.

« La peine sera imposée selon une décision d’un tribunal, sous la supervision des juges, et en fonction de la gravité du crime et de son impact sur la société », a déclaré Al-Qassim à Arab News.

« Ce sera un moyen de dissuasion contre tous les harceleurs et les agresseurs », a-t-elle annoncé.

Al-Qassim a déclaré que les experts juridiques sont tenus d’expliquer le système et ses sanctions au public.

« Le Procureur a clarifié les profils respectifs de ceux qui sont passibles de sanctions pour des crimes de harcèlement : l’auteur, l’instigateur et le complice du crime, celui qui était de mèche avec l’harceleur, le fournisseur de rapports malveillants et la personne qui a intenté une poursuite abusive. » elle a ajouté.

« Le parquet a également confirmé que la tentative de harcèlement exige la moitié de la peine prescrite pour le crime », a déclaré Al-Qassim.

En mai 2018, le Conseil et le Cabinet de Shoura ont approuvé une mesure criminalisant le harcèlement sexuel en vertu de laquelle les contrevenants sont condamnés à une amende allant jusqu’à 100 000 SR (26 660 dollars) et à une peine d’emprisonnement maximale de deux ans, en fonction de la gravité du crime.

Dans les cas les plus graves, lorsque les victimes sont des enfants ou des personnes handicapées par exemple, les contrevenants s’exposent à des peines de prison allant jusqu’à cinq ans et/ou à une peine maximale de 300 000 SR.

Les récidivistes sont passibles de la peine maximale.

La loi cherche à lutter contre les crimes de harcèlement, en particulier ceux qui visent les enfants de moins de 18 ans et les personnes ayant des besoins spéciaux.

Les éventuels témoins sont encouragés à signaler les violations, et leur identité serait gardée confidentielle.

La loi définit le harcèlement sexuel comme des mots ou des actions qui font allusion à la sexualité d’une personne, ou qui nuisent de quelque manière que ce soit au corps, à l’honneur ou à la pudeur. Elle prend en compte le harcèlement dans les lieux publics, les lieux de travail, les écoles, les centres de soins, les orphelinats, les maisons et sur les réseaux sociaux.

« La législation vise à lutter contre le crime de harcèlement, à le prévenir, à appliquer des sanctions contre les auteurs et à protéger les victimes afin de préserver la vie privée, la dignité et la liberté personnelle de l’individu qui sont garanties par la loi et les règles islamiques. » Indique un communiqué du Conseil de la Choura.

Le membre du Conseil, Eqbal Darandari, qui soutient la loi, a déclaré sur Twitter que la sanction pour diffamation avait prouvé son efficacité dans les délits d’abus de confiance criminels.

« La sanction de diffamation devrait être suffisamment dissuasives », a-t-elle déclaré.

La militante des médias sociaux Hanan Abdullah a déclaré à Arab News que cette décision « est un acte de dissuasion significatif pour les harceleur, car certains craignent pour leur réputation personnelle et familiale, et ne seront dissuadés que par peur de la diffamation ».

Cette décision protégera les femmes des «incultes qui croient que la femme qui quitte sa maison mérite d’être attaquée et harcelée », a-t-elle déclaré.

« Quiconque n’est pas satisfait de cette décision devrait faire un exercice d’auto-critique»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Un programme saoudien pour une culture de dialogue et de tolérance

01/10/20

  • Le Programme du dialogue 2020 promeut le dialogue, la citoyenneté commune et la coexistence dans le monde arabe en participant à toute une série de projets
  • L’islam a fourni la première Constitution qui renforce l’idée de citoyenneté commune et de liberté des religions

RIYAD: Le Centre international du Roi Abdallah ben Abdelaziz pour le dialogue interreligieux et interculturel (KAICIID) et le Programme international pour le développement de la communication (PIDC) ont conjointement lancé mercredi le Programme de dialogue 2020 entre les dirigeants et les organisations religieuses du monde arabe.

Pour le secrétaire général du KAICIID, Fayçal ben Abdelrahman ben Muaammar, le Centre a pour mission de renforcer la culture du dialogue et de la coexistence et de mettre en évidence la valeur de la diversité humaine. Selon lui, le Centre établit également les bases nécessaires à la compréhension et à la collaboration entre toutes les religions et toutes les cultures, et marque l’importance de créer une culture diversifiée.

Fayçal ben Muaammar explique que le Centre fournit des solutions durables aux défis auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui et que «le dialogue sérieux peut renforcer le rôle des institutions interreligieuses, en aidant à promouvoir une culture de dialogue, de coexistence et de tolérance dans la société. L’objectif du Centre est de s’adresser à l’ensemble de l’humanité et pas seulement à une société spécifique». D’après lui, les événements terroristes qui ont déchiré la région sont le résultat du fanatisme et de la haine. Il affirme que les gens d’origines diverses et multiples peuvent coexister pacifiquement dans la société.

«L’islam a apporté la première Constitution qui renforce l’idée de citoyenneté commune et de liberté des religions. En effet, la charte de Médine est une Constitution complète, qui guide les personnes de différentes religions sur la manière de vivre ensemble pacifiquement et de pratiquer librement leur religion. Et surtout, ce texte renforce les valeurs de la coexistence, de la justice, de la sécurité et de la paix entre les uns et les autres», affirme-t-il.

Fayçal ben Muaammar fait appel à ceux qui sont capables de combattre le discours de l’extrémisme, en soulignant que le dialogue peut renforcer «les principes et les valeurs humaines comme la compassion, le respect, la tolérance, la paix et la solidarité sociale».

Par ailleurs, il exhorte les institutions et les dirigeants religieux, ainsi que les décideurs politiques, à promouvoir ces valeurs et à renforcer la citoyenneté globale.

«Ces dirigeants et ces institutions sont capables de combattre et d’affronter les menaces que font peser les groupes extrémistes sur la coexistence pacifique et la tolérance», explique-t-il. «Les institutions religieuses devraient renforcer la culture de la citoyenneté commune, chacune dans sa société.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Shanina Shaik éblouie lors du défilé de David Koma

24/09/20

Prêt-à-porter printemps 2021 David Koma. Instagram

DUBAI: La mannequin en partie saoudienne Shanina Shaik a fait son retour à la Fashion Week de Londres le 22 septembre après des mois d’auto-confinement au milieu de la pandémie de coronavirus.

Pour les dernières mises à jour, suivez-nous sur Instagram @ arabnews.lifestyle

Le mannequin – d’origine saoudienne, lituanienne, pakistanaise et australienne – a participé cette semaine au show sans public de David Koma Spring 2021.

Inspiré par le tennis et la pléthore d’athlètes féminines qu’il a habillées, l’offre printemps 2021 du créateur basé à Londres était une version glamour de l’athlétisme.

Shaik portait trois looks différents, dont une mini-robe asymétrique noire avec des ornements en cristal.

La mannequin de 29 ans a également enfilé des robes en éponge à fleurs en relief.

«Merci de m’avoir invité à faire partie de votre show et d’un événement aussi mémorable», a écrit Shaik sur Instagram.

Koma, qui joue au tennis depuis l’âge de quatre ans, a filmé la vidéo du défilé dans une maison privée avec son propre court de tennis à la campagne.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Une Saoudienne se présente à la présidence d’un club sportif

15/09/20

Awatef al-Sahoo (n’apparaît pas sur la photo) a expliqué à Arab News que sa candidature est inspirée par sa conviction que le rôle des femmes est important dans la société. (AFP/Fichier)
  • Cette décision est une première pour la scène sportive du Royaume
  • Le Royaume est prêt à entendre ce que les femmes ont à offrir dans le domaine du sport

DJEDDAH, LA MECQUE: De fan à coprésidente d’un club saoudien entièrement masculin… L’amour du football est profondément ancré chez Awatef al-Sahoo, la première femme saoudienne à briguer la présidence d’un club.

Cette décision est une première pour la scène sportive du Royaume. Jeudi dernier, Al-Sahoo a présenté sa candidature à la présidence du conseil d’administration du club Al-Qalaa FC à Al-Jouf, et devient ainsi la première femme saoudienne à franchir le pas.

Elle n’est pas seule sur la liste des postulants, mais Al-Sahoo souhaite présenter un dossier qui se concentre sur la création d’un Conseil des sports féminins au service du sport en Arabie saoudite, et elle espère que son projet sera validé par la communauté sportive.

Elle explique à Arab News que sa candidature est inspirée par sa conviction que le rôle des femmes est important dans la société, en particulier pour les athlètes féminines. Pour elle, les sportives apportent un équilibre et une image d’intégration et peuvent être des exemples de femmes qui développent au mieux leur potentiel.

Son histoire commence par son mariage avec l’athlète Ahmed al-Sahoo qui lui ouvre la porte du monde du sport. Aujourd’hui, soutenue par son mari et sa famille dans ses choix, cette fan des compétitions sportives est très enthousiaste à l’idée de devenir présidente d’Al-Qalaa FC.

« Ma maison est devenue un centre de gestion pour le club et ses affaires, une deuxième maison appréciée et soutenue par tous », raconte-t-elle.

Al-Sahoo n’a pas peur de perdre les élections dans deux semaines. Telle une vraie sportive en compétition, elle marque sa volonté de participer avant tout. « En exerçant mon droit de vote, je veux établir une chaîne sportive communautaire capable de développer la société de manière culturelle, sociale et moderne, conformément aux normes les plus élevées et aux nouvelles technologies qui permettent le succès et l’excellence », poursuit-elle.

L’année dernière, Kholoud Attar est devenue l’une des premières femmes à rejoindre un club de football. Elle dirige désormais le centre des médias Al-Wehda FC à La Mecque. Elle explique à Arab News que le Royaume est prêt à voir ce que les femmes ont à offrir dans le domaine du sport.

« J’admire toujours les femmes qui contournent les questions de genre et qui se concentrent uniquement sur le fait de consacrer leur temps à quelque chose de nouveau. Je pense que c’est une décision très courageuse et je suis sûre qu’elle fera un excellent travail », affirme Attar.

« Je soutiens pleinement sa décision. En effet, en travaillant dans le domaine du sport et en gérant Al-Wehda FC, j’ai réalisé que le Royaume était prêt à l’excellent travail des femmes et à toutes les opportunités qu’elles peuvent offrir dans ce domaine. »

La décision audacieuse d’Al-Sahoo est certainement un bon début pour un système intégré, mais aussi un système qui a gagné le respect des femmes de la région.

De nombreuses personnes sur les réseaux sociaux ont salué sa candidature qu’ils considèrent comme « courageuse et influente ».

Al-Sahoo poursuit : « Mon succès aux prochaines élections serait le succès de toutes les femmes saoudiennes ambitieuses qui veulent montrer au monde qui elles sont, ce qu’elles peuvent offrir, et qui se battent pour qu’adviennent ces moments historiques qui feront partie intégrante de la marche des femmes saoudiennes courageusement impliquées dans tous les domaines.

Pour Ahmed al-Sahoo, son mari, dont la présidence d’Al-Qalaa FC a récemment pris fin, sa nomination est un souhait dont elle attend la réalisation avec impatience.

« Elle est une figure dominante qui porte les espoirs et les ambitions des citoyens d’Al-Jouf, et son échec aux élections serait une déception pour toutes les femmes ambitieuses de sa génération.

Et d’ajouter: « Il est important de soutenir et d’encourager les femmes dans leurs ambitions dans le domaine du sport et d’assurer leur succès. »

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)