Le gouvernement saoudien invite les investisseurs à ouvrir davantage de salles de cinéma

26/07/19

Le 3 décembre 2017, le compositeur saoudien Yanni se produit à l’Université Princesse Nourah bint Abdelrahman de Riyad, en Arabie Saoudite. (Reuters)

Un communiqué a indiqué que l’invitation visait à faciliter les procédures pour les investisseurs et à leur fournir les autorisations nécessaires à leur exploitation.

RIYAD: L’Autorité générale des médias audiovisuels d’Arabie saoudite a invité les investisseurs intéressés à ouvrir ou à exploiter des salles de cinéma dans les petites villes à communiquer avec elle.

Selon une déclaration publiée par l’agence de presse saoudienne, l’invitation vise à faciliter les procédures pour les investisseurs et à leur fournir les autorisations nécessaires.

Cette décision intervient après que les cinémas du Royaume se soient classés à la troisième place du Moyen-Orient pour leurs ventes record de billets au deuxième trimestre 2019.

Jusqu’à présent, sept théâtres ont été installés dans trois grandes villes du Royaume. Selon SPA, environ 27 autres théâtres devraient ouvrir dans sept villes d’ici fin 2019 pour répondre à la demande croissante.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Coup de projecteur sur une franchise de 30 milliards de dollars sur le marché du Moyen-Orient

 30/06/19

Munir Mohammed Nasser. (CVA)

L’Arabie saoudite a acquis 50% de la valeur marchande du marché de la franchise au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

Médina: Munir Mohammed Nasser, président de la Chambre de commerce et d’industrie de Médina, a déclaré que le secteur de la franchise, avec une valeur marchande de 30 milliards de dollars et un taux de croissance annuel de 27%, est la plus forte croissance dans la région.

Nasser s’exprimait lors de la World Franchise Exhibition qui s’est tenue au centre d’exposition de la chambre à Médine. L’événement, que la chambre a organisé en coopération avec Trois dimensions pour événements et expositions, coïncide avec la Journée des Nations Unies pour les micros, petites et moyennes entreprises.

Nasser a déclaré que l’exposition promouvait les talents et les produits locaux, rassemblait les marques internationales et développait les investissements dans la province. Il a déclaré que la franchise était le modèle idéal pour le secteur des petites et moyennes entreprises (PME), car elle contribuait pour 4 à 5% du PIB d’un pays et fournissait 6% des emplois du secteur privé dans des pays dotés de systèmes de franchise de pointe.

Le Royaume a acquis 50% de la valeur marchande du marché de la franchise au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, qui est devenu le secteur non pétrolier à la croissance la plus rapide, a-t-il déclaré.

L’exposition a élargi sa présence, avec 56 participants du monde entier, 12 de Médina et 17 hors d’Arabie Saoudite. CVA Médina

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

L’Arabie Saoudite assouplit les limites de propriété pour les investisseurs étrangers

27/06/19

Mohammed El-Kuwaiz, président de l’autorité du marché financier (Reuters / photo d’archives)

Le président de l’Autorité du marché des capitaux, Mohammed El Kuwaiz, a déclaré que la propriété des investisseurs financiers sur le marché des capitaux saoudien avait été multipliée par trois cette année.

Cette opération vise à renforcer l’efficacité et l’attractivité du marché et à élargir la base des investissements institutionnels.

RIYAD: L’Arabie saoudite a assoupli la limite de 49% imposée aux investisseurs stratégiques étrangers dans des actions de sociétés cotées en bourse, dans le but d’attirer des milliards de dollars de fonds étrangers au moment où le Royaume ouvre la plus grande bourse de la région à une base d’investisseurs plus diversifiée.

Le pays a engagé de nombreuses réformes ces dernières années pour faire de son marché boursier le plus grand marché de la région, attractif pour les investisseurs et les émetteurs étrangers.

Cette initiative vise à renforcer l’efficacité et l’attractivité du marché et à élargir la base des investissements institutionnels, a déclaré le régulateur, l’Autorité des marchés de capitaux (CMA), dans un communiqué publié sur son site internet.

Le marché boursier saoudien, qui a ouvert ses portes aux investisseurs étrangers en 2015, a connu une hausse des flux de fonds étrangers depuis le début de l’année en raison de son inclusion dans les indices des marchés émergents.

« Au début de cette année, les investisseurs financiers ne détenaient qu’un pour cent du marché des capitaux saoudiens, il dépasse aujourd’hui les trois pour cent, soit plus du triple », a déclaré Mohammed El-Kuwaiz, président de l’AMC, dans un entretien à Reuters. .

« Notre espoir est que nous puissions voir une augmentation similaire en termes de rythme et d’ampleur alors que nous commençons à créer davantage de possibilités pour que les investisseurs étrangers arrivent sur le marché », a-t-il ajouté.

Il n’y aura pas de limite de propriété minimale ou maximale, bien que les propriétaires doivent conserver les actions pendant deux ans avant de pouvoir vendre.

Kuwaiz a déclaré que la forte demande des investisseurs étrangers non financiers a poussé la CMA à donner son feu vert exceptionnel à un certain nombre d’investisseurs étrangers stratégiques pour accroître leur participation dans des sociétés saoudiennes cotées en bourse. Celles-ci incluaient des transactions dans une entreprise d’assurance et une banque locale.

Les investisseurs étrangers ont acheté des actions saoudiennes au cours des derniers mois. Ils ont acheté pour 51,2 milliards de riyals (13,6 milliards de dollars) jusqu’au 30 mai. Ils détiennent actuellement 6,6% des actions saoudiennes, dont 3,15% sont détenus par des investisseurs étrangers stratégiques.

Les actions locales ont été intégrées à l’indice FTSE des marchés émergents en mars et à l’indice de référence des marchés émergents MSCI en mai de cette année. L’indice Tadawul All-Share du pays est en hausse de 11% à ce jour.

Les investisseurs étrangers stratégiques peuvent prendre des participations dans des sociétés cotées en achetant des actions directement sur le marché, via des transactions privées et via des offres publiques initiales.

Lorsqu’on lui a demandé comment cette décision se répercuterait sur l’introduction en bourse d’Aramco, prévue pour 2021, M. Kuwaiz a déclaré qu’il veillerait à ce que le marché dispose de l’infrastructure matérielle de réglementation et des investissements lui permettant de loger une société aussi importante et aussi étendue que Aramco Saoudien.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Un forum d’investissement de haut niveau a pour objectif de renforcer les relations commerciales entre l’Arabie saoudite et le Japon

Heure: Juin 18, 2019

 Plus de 300 officiels ont pris part au rassemblement. (CVA)

Le Japon est l’un des principaux partenaires économiques de l’Arabie saoudite

TOKYO: Plus de 300 dirigeants gouvernementaux, responsables des investissements et leaders du secteur ont pris part lundi à une réunion de haut niveau visant à renforcer les opportunités commerciales entre l’Arabie saoudite et le Japon.

L’Autorité générale des investissements d’Arabie saoudite (SAGIA) a accueilli des personnalités des secteurs public et privé à l’occasion du Forum des entreprises vision 2030 entre l’Arabie saoudite et le Japon, tenu à Tokyo.

Organisée en partenariat avec l’Organisation japonaise du commerce extérieur (JETRO), la conférence était axée sur la création d’opportunités d’investissement dans des secteurs stratégiques du Royaume. Les délégués ont également discuté des réformes clés en cours pour faciliter l’accès des entreprises étrangères aux marchés.

Mohammed Al-Tuwaijri, ministre saoudien de l’Économie et de la Planification, a déclaré lors de l’événement: «Le forum d’aujourd’hui témoigne du succès de l’orientation stratégique définie par la vision saoudo-japonaise Vision 2030 il y a deux ans, qui vise à stimuler la participation du secteur privé , à la fois en partenariat avec des entités du secteur public « .

SAGIA Le gouverneur Ibrahim Al-Omar a déclaré: «Chez SAGIA, nous travaillons à la création d’un environnement commercial plus attrayant et plus favorable en Arabie saoudite, ce qui facilite l’accès des entreprises étrangères au Royaume des opportunités.»

Le Japon est l’un des plus importants partenaires économiques de l’Arabie saoudite. Il s’agit de la deuxième source de capitaux étrangers et du troisième partenaire commercial du Royaume, avec un commerce total dépassant les 39 milliards de dollars.

Le président de JETRO, Yasushi Akahoshi, a déclaré: «Vision 2030 Arabie saoudite / Japon a fait de grands progrès depuis sa première annonce. Dans le cadre de cette initiative stratégique, le nombre de projets de coopération entre nos deux pays a presque doublé, passant de 31 à 61, et représente un large éventail de secteurs et d’acteurs ».

Depuis 2016, le gouvernement saoudien a mis en œuvre 45% de plus de 500 réformes prévues, y compris l’introduction de droits de propriété étrangère à 100%, renforçant l’infrastructure juridique et offrant une meilleure protection des actionnaires.

En conséquence, le Royaume a accru sa compétitivité internationale et son classement selon la facilité de faire des affaires. Les entrées d’investissements étrangers directs ont augmenté de 127% en 2018 et le nombre de nouvelles entreprises entrant en Arabie saoudite a augmenté de 70% en glissement annuel base annuelle au premier trimestre de 2019.

Cet article a été publié pour la première fois dans Arab News

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien Arab News Accueil

ru

L’Arabie Saoudite cherche des fonds privés pour transformer les plages de la mer Rouge

22/05/19

Le grand projet touristique couvrira 90 îles et 28 000 kilomètres carrés, la taille de la Belgique.

L’Arabie saoudite recherche des investissements dans le secteur privé pour transformer les îles de son archipel, son désert et ses montagnes – une région de la taille de la Belgique – sur la côte de la mer Rouge en une destination touristique mondiale.

Le fonds souverain du royaume, riche en pétrole, s’est engagé à financer la première phase du projet, tandis que la Red Sea Development Co est en négociation avec les banques pour obtenir un endettement, selon le responsable de la société qui gère le processus. Le projet couvrira 90 îles et 28 000 kilomètres carrés, selon le site internet de la société.

« Le financement est soutenu par le Fonds d’investissement public- Ils financent l’équité et nous nous approvisionnerons en dette de premier rang », a déclaré John Pagano, directeur général de Red Sea Development, dans un entretien à Riyadh. « Bien qu’il n’y ait pas de besoin absolu de capitaux, faire venir des investisseurs du secteur privé est considéré comme une bonne chose. Nous discutons activement avec de nombreux investisseurs ».

La société chercherait à structurer les investissements en tant que coentreprises et s’attend à un intérêt des investisseurs nationaux et régionaux, a déclaré Pagano.

Chercheurs de soleil
L’Arabie saoudite est en train de transformer son littoral de la mer Rouge dans le cadre de plans visant à transformer l’économie et à réduire sa dépendance au pétrole. Amener les amateurs de soleil sur les plages du royaume pourrait transformer une industrie du tourisme qui repose presque exclusivement sur des pèlerins musulmans. Cependant, les mégaprojets antérieurs visant à diversifier l’économie ont eu du mal à se concrétiser.

La première phase du projet de la mer Rouge, qui devrait être achevée en 2022, comprendra 14 hôtels et un aéroport commercial. Le développement devrait être achevé d’ici 2030.

M. Pagano a également déclaré : « Nous avons beaucoup plus à construire dans les années à venir. Il sera donc possible à la fin de chaque étape de se convertir en une fiducie de placement immobilier, ce qui nous permettrait ensuite de monétiser ces actifs et de recycler le capital ».

« Il y aura beaucoup d’options que nous allons considérer. L’introduction en bourse fait partie de ces options mais dépend de l’appétit du marché à l’époque ». La société prévoit que ce développement créera 70 000 emplois et contribuera pour environ 22 milliards de riyals (5,9 milliards de dollars) au produit intérieur brut du pays.

Cet article a été publié pour la première fois dans Arabian Business

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien Arabian Business

Droits et avantages de la «carte verte» saoudienne

20/05/19

Le Royaume poursuit ses plans de développement et de réforme dans le cadre de la Vision 2030 pour développer son économie et renforcer l’attractivité de son environnement d’investissement. (AFP)

  • Une nouvelle mesure pour le visa permettra aux résidents et aux expatriés de jouer un rôle plus actif dans l’économie saoudienne

DJEDDAH: Le journal Um Al-Qura, journal officiel du gouvernement saoudien, a publié de nouvelles informations concernant les lois et règlements de l’Iqama privilégiée, largement connu sous le nom de «carte verte» saoudienne. Il a également porté les conditions dans lesquelles l’Iqama peut être annulé.

À la suite de l’annonce de l’approbation par le Cabinet saoudien du permis de résidence Privileged Iqama (Iqama privilégiée), comme indiqué précédemment par Arab News, la nouvelle information propose un examen plus approfondi du régime du permis de résidence privilégiée (iqama).

L’iqama a été proposée pour la première fois en 2016 par le prince héritier Mohammed ben Salmane et a été approuvée par le Cabinet la semaine dernière. Elle permettra pour la première fois à des ressortissants étrangers de travailler et de vivre en Arabie saoudite sans sponsor.

Ce programme permettra aux expatriés de résider en permanence, de posséder des biens et d’investir dans le Royaume. Un projet approuvé du nouveau système Privileged Iqama offre un certain nombre d’avantages aux expatriés hautement qualifiés et aux propriétaires de fonds de capital qui ne nécessiteront pas de parrain saoudien.

Un comité spécial dispose d’un délai de 90 jours pour définir les règles régissant les mécanismes du système, telles que les redevances des demandeurs, qui n’ont pas encore été déterminées par les autorités.

Fahad bin Juma, vice-président du Comité financier du Conseil de la Shoura, a déclaré que l’admissibilité à la carte verte saoudienne serait déterminée par un certain nombre d’organes dirigés par le ministère du Commerce et de l’Investissement, comme le rapporte le journal Al-Watan.

Il a également ajouté que, pour être éligibles, les candidats doivent posséder des compétences scientifiques ou professionnelles qui ne sont pas disponibles en abondance dans le Royaume, ou être des propriétaires d’entreprise pouvant investir dans le pays.

Le titulaire de l’Iqama privilégiée sera réputé résident aux fins de l’application d’autres dispositions légales, en particulier de dispositions fiscales, quel que soit le temps passé en dehors du Royaume au cours de l’année.

Le demandeur doit être âgé de plus de 21 ans, détenir un passeport en cours de validité, ne pas avoir de casier judiciaire et fournir un rapport de santé daté de moins de 6 mois à compter de la date de la demande, prouvant qu’il est exempt de maladies infectieuses. Dans le cas de demandes provenant du Royaume, le demandeur doit obtenir un permis de séjour légal avant de présenter sa demande.

Les droits  assurés par l’Iqama Privilégiée comprennent la possession de moyens de transport privés et de tout autre bien meuble qu’un expatrié est autorisé à acquérir en vertu de la loi saoudienne, un emploi dans un établissement du secteur privé et un transfert entre eux (y compris les membres de la famille du bénéficiaire), à l’exception des occupations et des emplois interdits aux non-saoudiens. Les droits incluent également la liberté de quitter le Royaume et d’y revenir de manière indépendante, d’utiliser les files d’attente réservées aux ressortissants saoudiens lors de l’entrée et de la sortie du Royaume par ses ports et de faire des affaires dans le cadre du système d’investissement étranger.

Dans le cadre du système, deux catégories sont proposées aux demandeurs: une iqama étendue et une iqama temporaire soumise à renouvellement.

Dès l’approbation de la demande, conformément à l’article 5, le demandeur doit acquitter les taxes fixées par les autorités désignées; le titulaire sera réputé résident aux fins de l’application d’autres obligations légales, en particulier des dispositions fiscales, quel que soit le temps passé en dehors du Royaume au cours de l’année.

L’Iqama privilégiée n’ouvre pas droit à la citoyenneté saoudienne.

Le titulaire de l’Iqama privilégiée jouira de plusieurs droits, dont le droit de résider en Arabie saoudite avec sa famille, le droit de délivrer des visas de visiteur pour les membres de sa famille tels que définis par les règlements du ministère de l’intérieur, le recrutement de travailleurs domestiques, la possession de biens à des fins résidentielles, commerciales et industrielles, à l’exclusion de La Mecque, de Médine et des zones frontalières, conformément à la réglementation. Le titulaire pourra également utiliser des biens immobiliers à La Mecque et à Médine pour une période ne dépassant pas 99 ans.

Les ministères de la justice, du commerce et de l’investissement mettent en place les mécanismes nécessaires pour assurer l’accès du bénéficiaire à un instrument d’utilisation délivré par le notaire. Ce droit sera opposable par transfert à d’autres selon les règles fixées par le comité.

Le ministre saoudien de l’Economie et de la Planification, Mohammad Al-Tuwaijri, a déclaré que la loi sur l’Iqama Privilégiée approuvée par le Cabinet saoudien confirmait que le Royaume poursuivait ses plans de développement et de réforme conformément à la Vision 2030 afin de développer son économie et de renforcer l’attractivité de son environnement d’investissement.

L’Iqama privilégiée vise à faire des résidents et des expatriés des acteurs actifs de l’économie saoudienne, à promouvoir la croissance de la consommation en augmentant le pouvoir d’achat de qualité et l’activité économique dans divers secteurs, à créer davantage de petites et moyennes entreprises et à créer des emplois pour les citoyens saoudiens.

L’Iqama privilégiée peut être annulée si le titulaire ne s’est pas conformé aux obligations énoncées à l’article 7 de la loi, a renoncé à sa résidence et / ou est décédé ou n’était plus éligible.

Plusieurs raisons peuvent entraîner l’annulation de l’Iqama, telles que la fourniture de fausses informations dans la demande, une condamnation pour un crime punissable d’une peine d’emprisonnement d’une durée supérieure à 60 jours et / ou d’une amende excédant 100 000 RS, ou une décision judiciaire d’expulsion du titulaire du royaume.

L’annulation ou la résiliation de l’Iqama privilégiée n’entraîne pas le transfert des droits et avantages, obtenus conformément à l’article 2 de la loi, à la famille de son titulaire. Toutefois, si un membre de la famille remplit les conditions de cette loi et de ses règlements, il peut demander l’Iqama privilégiée.

En cas d’annulation ou de résiliation de l’Iqama du titulaire ou de l’un des membres de sa famille, le Centre de l’Iqama privilégiée en coordination avec les autorités désignées examinera et corrigera les conséquences qui pourraient en découler conformément à la loi et à ses règlements.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Que signifie la « carte verte » saoudienne pour les entrepreneurs?

16/05/19

Appelez cela le système «Privileged Iqama» ou la «carte verte saoudienne», le résultat final est toujours le même. Ce nouveau programme de résidence, qui vient d’être approuvé par le gouvernement saoudien, permettra à des étrangers qualifiés, à des investisseurs en capitaux et à des entrepreneurs de vivre et de travailler en Arabie saoudite sans avoir besoin d’un sponsor.

Ayant vécu aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans d’autres pays, dans ma jeunesse et à l’âge adulte, j’ai constaté l’impact des programmes de résidence qui encouragent les personnes à migrer à la recherche d’opportunités, et j’ai pu constater directement la croissance que ces programmes ont apportée à ces pays. Je suis très optimiste sur le fait que ce programme saoudien apportera également à notre pays une croissance économique et une prospérité non dépendantes du pétrole, ce qui nous aidera à réaliser notre vision à l’horizon 2030.

Alors, que signifiera ce régime pour les entrepreneurs étrangers souhaitant pénétrer le marché saoudien? En premier lieu, cela leur permettra de déclarer librement leur statut actuel d’entrepreneurs et de travailler à plein temps dans leurs startups sans prendre de travail à temps plein afin d’avoir un statut légal en Arabie. Cela seul est un lourd fardeau levé. C’est ce qui permettra aux entrepreneurs de passer à la vitesse supérieure et de développer leur entreprise. Il est essentiel de leur donner la liberté de faire ce dont ils ont besoin pour développer leurs activités et recruter ceux qui leur semblent appropriés.

Parler à mon co-fondateur américain, Tim Abbott, de notre entreprise Up habile sur ce que cela pourrait signifier pour lui en tant qu’entrepreneur saoudien à temps partiel, a été révélateur. Tim m’a dit: «Je pense que ce projet apportera une vague d’innovation au Royaume et encouragera de nombreux esprits brillants à s’installer ici. En outre, certains expatriés pensent que cela éliminera l’exploitation qui, selon eux, s’est déjà produite par le passé, lorsque l’on tentait de créer une entreprise avec des partenaires locaux sans aucun cadre juridique. De plus, cela permettra aux entrepreneurs de développer certaines de leurs idées novatrices dans le Royaume, au lieu de s’adresser à d’autres juridictions quand ils ne veulent pas vraiment faire des affaires dans ces endroits. L’enthousiasme suscité par ce nouveau développement est contagieux et les gens attendent simplement que les détails soient réglés. »

Cela va constituer un important stimulant économique pour l’Arabie saoudite.

• Dr. Taghreed Al-Saraj est un auteur saoudien à succès, un conférencier international et un mentor en entrepreneuriat.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Pas de sponsor? Pas de problème: le Conseil saoudien de la Shoura approuve la nouvelle résidence «carte verte»

08/05/19

Le Conseil de la Shoura d’Arabie Saoudite a approuvé mercredi un nouveau système de «Iqama privilégiée» pour les résidents expatriés. (shutterstock / fichier photo)

  • Le nouveau système Privileged Iqama (Iqama privilégiée) offrira une foule d’avantages aux expatriés hautement qualifiés et aux propriétaires de fonds de capital

DJEDDAH: Le Conseil de la Shoura d’Arabie saoudite a approuvé mercredi un plan visant à attirer les entrepreneurs et les investisseurs étrangers avec un programme de résidence de type «carte verte».

Le projet approuvé du nouveau système Privileged Iqama offrira une foule d’avantages aux expatriés hautement qualifiés et aux propriétaires de fonds de capital. Contrairement au système iqama existant, de tels résidents n’auraient pas besoin d’un parrain (sponsor) ou d’un employeur saoudien.

Les avantages offerts incluent la possibilité de recruter des travailleurs; la possession de propriétés et le transport; l’emploi dans le secteur privé, le commerce et l’industrie; la liberté de circulation et sortie du Royaume et de retour; et l’utilisation de files d’attente désignées dans les aéroports.

Dans le système, qui exige une garantie de frais spécifiques, il existe deux catégories: une iqama étendue et une iqama temporaire.

Les expatriés éligibles doivent avoir un passeport en cours de validité avec un dossier de crédit, un dossier de santé et aucun casier judiciaire.

Le mois dernier, le ministère du Travail et du Développement social a annoncé le lancement de son programme de résidence prolongée Gold Card.

Le ministère a appelé les consultants et les agences à analyser la possibilité de fournir des incitations aux bénéficiaires.

Le programme Gold Card fait partie du programme Qualité de vie 2020 lancé par le Conseil des affaires économiques et du développement en 2018.

Le programme Gold Card a pour objectif de promouvoir l’engagement des expatriés dans la culture saoudienne et de mieux faire accepter les autres cultures chez les Saoudiens.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

« Quatre nouveaux investisseurs par jour » : un investissement étranger record en Arabie saoudite au premier trimestre de 2019

02/05/19

Dans un rapport spécial publié mercredi, la SAGIA a déclaré que 267 nouveaux investisseurs étrangers ont reçu une licence au premier trimestre de cette année en Arabie saoudite. (SAGIA)
 
  • Les chiffres représentent une augmentation de 70% par rapport au premier trimestre 2018.
L’éducation et les soins de santé sont les principaux secteurs en croissance
RIYAD : Quatre nouveaux investisseurs par jour ont créé des sociétés en Arabie saoudite au premier trimestre de 2019, a révélé l’Autorité générale des investissements saoudienne (SAGIA).
Dans un rapport spécial publié mercredi, les autorités ont également indiqué que 267 nouveaux investisseurs étrangers avaient reçu une licence au premier trimestre de cette année, leur permettant de s’implanter dans le pays afin de « promouvoir un environnement commercial compétitif dans le Royaume ».
Les chiffres représentent une augmentation de 70% par rapport au premier trimestre 2018.
Ibrahim Al-Omar, Gouverneur de la SAGIA, a commenté les réformes : « Guidé par la Vision 2030 de l’Arabie saoudite, notre pays connaît une transformation économique remarquable. La prospérité continue du Royaume dépend de l’innovation, de l’attraction des investisseurs étrangers et de l’autonomisation du secteur privé. Les chiffres de croissance positifs enregistrés au premier trimestre de 2019 représentent une étape importante sur la route à l’horizon 2030 ».
L’éducation et les soins de santé sont les principaux secteurs en croissance, à la suite de la levée récente des restrictions à la propriété étrangère dans ces industries. Au cours du premier trimestre 2019, neuf nouvelles entreprises liées à l’éducation ont été créées, contre une seule au premier trimestre 2018.
Une joint-venture avec NMC Healthcare, basée aux EAU, a été créée pour acquérir et développer un réseau pan-saoudien d’établissements de soins de santé d’une capacité allant jusqu’à 3 000 lits et d’investissements totaux allant jusqu’à 6 milliards SAR (1,6 milliard USD) au cours des cinq prochaines années.
Parmi les autres secteurs qui ont connu une forte croissance au premier trimestre de cette année, citons le secteur de la construction, qui a vu 39 nouveaux investisseurs étrangers se voir octroyer des licences d’exploitation, contre 22 seulement au premier trimestre 2018.
Il y avait également une forte croissance de partenaires saoudiens de longue date et d’importance stratégique tels que les États-Unis et le Royaume-Uni.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Les Saoudiens délivrent 70% plus de licences d’entreprises étrangères par rapport à l’année dernière

Heure: Avril 29, 2019 

Participants à la récente conférence Investir en Arabie à Riyad.

Le nombre de nouvelles licences approuvées pour les entreprises étrangères en Arabie saoudite a augmenté de 70% au premier trimestre par rapport à l’année précédente, selon l’Arabie saoudite, responsable des investissements.

Les demandes émanant de sociétés britanniques et chinoises ont été à l’origine de cette augmentation, augmentant respectivement de 86% et 71%, a déclaré Ibrahim Al Omar, gouverneur de Sagia, l’organe de promotion de l’investissement du royaume, a déclaré dans un entretien.

« Les secteurs à la croissance la plus rapide sont l’éducation – que le royaume n’a ouverte aux investisseurs étrangers qu’en novembre – et les technologies de l’information et de la communication », a déclaré Al Omar.

La croissance annuelle des licences étrangères fait suite aux efforts de l’Arabie saoudite pour lever les restrictions aux investissements internationaux. Pourtant, les nouveaux investissements directs étrangers dans le pays ont été modestes.

Bien que les IDE aient plus que doublé l’année dernière pour atteindre environ 3 milliards de dollars, ils restent bien en deçà de la moyenne de la dernière décennie, l’incertitude entourant les projets économiques du gouvernement, son bilan en matière de droits de l’homme et la répression déclarée de la corruption en 2017 ont pesé sur l’opinion des investisseurs. .

Les chiffres de l’IED pour le premier trimestre ne sont pas encore disponibles, bien que Sagia « continue de voir une forte dynamique des investisseurs étrangers », a déclaré Al Omar. « Nous avons constaté une bonne augmentation du nombre d’entreprises souhaitant s’implanter en Arabie Saoudite et du nombre d’industries dans lesquelles elles souhaitent investir. »

L’Arabie saoudite recherche des investissements étrangers pour aider à diversifier son économie loin du pétrole. Sagia travaille avec la Banque mondiale pour améliorer son classement au sein de l’indice de facilité de faire des affaires, où il se classe actuellement au 92ème rang sur 190 pays.

«Nous examinons toutes les exigences en matière de licences et vous constaterez une baisse globale de 50% de la part des ministères en termes de délais, de coûts et de nombre d’investissements en Arabie saoudite», a déclaré Al Omar.

Cet article a été publié pour la première fois dans Arabian Business

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien Arabian Business Accueil

ru