L’Arabie saoudite, partenaire de Google, prévoit de « moderniser » le Moyen-Orient

18/10/20

DUBAI : Plusieurs ministères saoudiens se sont associés au géant de la technologie Google pour lancer un ensemble de projets visant à aider la stratégie économique et la transformation numérique du Royaume.

Google a déclaré que les initiatives se concentreront sur l’Arabie saoudite et la région MENA et stimuleront la reprise économique au cours de la pandémie de coronavirus. Le programme, intitulé « Devenir plus fort avec Google », comprendra une liste complète d’outils numériques, de subventions et d’opportunités de formation pour soutenir les entreprises locales et les demandeurs d’emploi dans toute la région. Dans le Royaume, Google ciblera les secteurs de la vente au détail, du tourisme et de la technologie, y compris la Poste Saoudienne, qui répertoriera 100 000 entités locales sur la plate-forme numérique de l’entreprise et formera ses employés au marketing en ligne.

« Nous sommes fiers de nous associer à Google dans cette initiative visant à apporter de la valeur aux ressortissants saoudiens, aux résidents et aux entreprises locales, en particulier aux PME, en les rassemblant à l’aide de la plate-forme Google « My Business », a déclaré le président de la Poste Saoudienne Anef Abanomi.

« Grâce à ce partenariat, nous visons à répertorier jusqu’à 100 000 entreprises dans la première phase, conformément aux objectifs de transformation stratégique de la Poste Saoudienne pour améliorer la qualité de vie et aider les PME à atteindre leurs objectifs de commerce électronique et de numérisation », a-t-il ajouté.

Lino Cattaruzzi, directeur général de Google dans la région MENA, a déclaré dans un communiqué de presse : « Pendant la pandémie, les outils en ligne ont été une bouée de sauvetage pour beaucoup en Arabie saoudite. Tirer le meilleur parti de l’opportunité en ligne peut aider les Saoudiens, les entreprises et les communautés saoudiennes et dans la région au sens large à rebondir plus fort. » Il a déclaré que le programme doterait les entreprises et les particuliers du Royaume de compétences numériques, en particulier dans les secteurs les plus touchés par la pandémie, tels que le commerce de détail et le tourisme.

POINTS FORTS

Dans le Royaume, Google ciblera les secteurs de la vente au détail, du tourisme et de la technologie, y compris la Poste Saoudienne, qui répertoriera 100 000 entités locales sur la plate-forme numérique de l’entreprise et formera ses employés au marketing en ligne.

Le géant de la technologie s’est également associé à plusieurs organismes saoudiens – dont le ministère des Communications et des Technologies de l’information et le ministère du Tourisme – pour mettre en œuvre les programmes. Un projet devrait former 50000 étudiants et entreprises au marketing numérique.

« Nous restons fondamentalement optimistes quant à l’avenir de cette région et nous sommes convaincus qu’en collaborant avec des partenaires locaux, nous pouvons stimuler la reprise et tirer parti de l’accélération rapide de l’adoption des technologies que nous avons constatée pendant la crise », a déclaré Cattaruzzi.

Le programme comprend également une formation sur le cloud pour les entreprises locales, ainsi que des ateliers sur les compétences numériques avancées, telles qu’une plate-forme d’apprentissage automatique qui enseignera à environ 140000 développeurs en mettant l’accent sur les femmes.

Google a déclaré qu’il souhaitait aider 1 million de personnes et d’entreprises de la région MENA à acquérir des compétences numériques et à développer leurs entreprises d’ici la fin de 2021.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Une compagnie d’hélicoptères transporte le plus grand drapeau Saoudien dans le ciel du Royaume

01/10/20

Un spectacle impressionnant a marqué le début d’un show aérien unique en son genre, dans le cadre des célébrations de la 90e fête nationale du Royaume

RIYAD : La compagnie d’hélicoptères (THC) a permit aux spectacle aérien de la 90e fête nationale Saoudienne de démarrer en beauté en arborant le plus grand drapeau Saoudien flottant dans le ciel du Royaume.
La 90e fête nationale Saoudienne à démarrer en beauté grâce à la contribution de la compagnie d’hélicoptère (THC) qui a arboré le plus grand drapeau Saoudien flottant dans le ciel du Royaume.
Ce spectacle impressionnant a marqué le début d’un événement unique en son genre , en combinant en un seul show les expositions de l’aviation militaire et civile. Ce spectacle aérien d’une durée d’une semaine, organisé par l’Autorité Générale du Divertissement, a débuté à Djeddah le 21 septembre, avant de se poursuivre à Riyad et de se terminer à Al-Khobar.

Tout a commencé avec un hélicoptère THC AgustaWestland AW139 remorquant le drapeau de 2 000 mètres carrés dans le ciel. À la fin de chaque journée de divertissement aérien, la THC a repris le ciel pour déployer  une bannière décorée du slogan de la 90e fête nationale, « détermination jusqu’au sommet ».

La THC, qui est entièrement détenue par le Fonds publique d’investissement du Royaume, a récemment lancé son service de remorquage de banderoles . Ce dernier offre à ses clients la possibilité d’afficher des messages et de faire de la publicité pour des produits sur d’énormes bannières personnalisées remorquées dans le ciel par un hélicoptère. La participation de l’entreprise au spectacle aérien de la fête nationale a été la première utilisation officielle du service. THC a également introduit la photographie aérienne, en plus d’autres services commerciaux aériens récemment annoncés.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

L’Arabie saoudite contre la COVID-19

23/09/20

  • Le Royaume n’avait pas oublié les dures leçons apprises lors de son combat en 2012 avec le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS)
  • Les collaborations avec le Royaume pour trouver des remèdes et un vaccin se multiplient

PARIS: Le 17 mars, l’Arabie saoudite fermait temporairement l’accès à tous ses lieux de culte à l’exception des deux mosquées saintes à La Mecque et à Médine. Trois jours plus tard, celles-ci étaient également fermées. Retour sur une histoire de victoire durement remportée par l’Arabie saoudite contre un tueur invisible, la Covid-19, dans une guerre menée pour tous les peuples de la Terre.

Peu de pays ont réagi aussi rapidement que l’Arabie saoudite à la nouvelle maladie du coronavirus. Le Royaume n’avait pas oublié les dures leçons apprises lors de son combat en 2012 avec le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), une expérience qui a révolutionné sa compréhension des priorités de santé publique lors d’une épidémie à grande échelle de maladies transmissibles.

À partir du 27 février, le Royaume enchaîne les décisions sans précédent : suspension des visas de l’Omra pour les voyageurs étrangers, annulation de la Foire internationale du livre de Riyad et du Festival international du cheval saoudien, quarantaine générale à Qatif, fermeture des écoles et des universités, pour ne citer que quelques exemples.

De plus, le Royaume a répondu à l’appel de l’OMS à travers de multiples dons, dont 10 millions de dollars au fonds de combat régional de l’organisation, ainsi qu’un don du roi de 10 millions de dollars supplémentaires à l’OMS pour fournir au Yémen des équipements et des fournitures essentiels et a commencé à acheminer de l’équipement médical au pays voisin.

Si la réaction officielle de l’Arabie saoudite a été jugée plus sévère (et plus efficace) que dans d’autres pays, elle s’inscrivait dans le cadre d’une «mobilisation massive du gouvernement, des médias et de la société civile pour créer du jour au lendemain le type de prise de conscience… qui fait grandement défaut dans certaines capitales occidentales» (Euronews).

Mais les efforts saoudiens pour contrer la pandémie ne se limitent pas à la prévention. Les collaborations avec le Royaume pour trouver des remèdes et un vaccin se multiplient. Des essais cliniques pour un vaccin chinois en phase 3 suivi avec intérêt par The Lancet, entre autres, des échanges avec les développeurs britanniques du vaccin AZD1222, fruit d’une collaboration entre une société dérivée de l’Université d’Oxford et le géant pharmaceutique AstraZeneca, ou encore un partenariat avec le Fonds d’investissement direct russe (FIDR) pour les essais cliniques du potentiel vaccin Spoutnik V.

Dans cette enquête réalisée par Arab News, nous vous proposons un retour sur les modalités d’un combat dont les héros sont nombreux. Un défi que le Royaume et ses institutions notamment dans le domaine de la santé, persistent à relever avec sagesse, détermination, courage et professionnalisme.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Comment l’Arabie saoudite a réussi à contenir la Covid-19

23/09/20

L’Arabie saoudite a réussi à éloigner l’ennemi de son territoire pendant deux mois, et gagné ainsi un temps précieux pour renforcer ses défenses (Photo, AFP).
  • En juin, le nombre de cas par jour paraissait inquiétant, mais la bataille avait tourné en faveur du Royaume. Les jours suivants, les chiffres ont commencé à diminuer
  • La tendance se confirme, même si les restrictions ont été allégées et malgré le retour progressif à la normale de la vie dans le pays

LONDRES: Le 17 juin est passé inaperçu en Arabie saoudite. Comme n’importe quel autre jour dans la lutte acharnée du Royaume contre la pandémie de coronavirus (Covid-19): la pire crise de santé publique que le pays ait jamais connue.

Cependant, le 17 juin sera à l’avenir une date clé pour que le peuple saoudien se souvienne de la bataille épique que mène son pays contre cet ennemi microscopique qui a mis le monde à genoux. C’est en effet le jour où le nombre de nouveaux cas quotidiens dans le Royaume a atteint son apogée.

À cette période, le nombre de 4 919 cas par jour paraissait inquiétant. En fait, la bataille avait tourné en faveur du Royaume. Les jours suivants, on a vu les chiffres diminuer, lentement mais sûrement. Depuis le premier cas signalé dans le Royaume le 2 mars, l’Arabie saoudite a brisé les reins de la pandémie en seulement 107 jours.

C’est en Chine que la Covid-19 est apparue au début de janvier et qu’elle s’est propagée rapidement dans le monde. Toutefois, l’Arabie saoudite a réussi à tenir l’ennemi éloigné de son territoire pendant deux mois, et gagné ainsi un temps précieux pour renforcer ses défenses.

«Nous étions plus chanceux que beaucoup d’autres pays. Les cas dans le Royaume ont commencé un peu plus tard», a déclaré le Dr Hani Jokhdar, ministre adjoint de la Santé publique, lors du Sommet mondial sur la santé numérique de Riyad au mois d’août. «Cela nous a donné l’opportunité de développer nos systèmes, tout en observant et en surveillant ce qui se passait dans le reste du monde.»

L’Arabie saoudite a été parmi les premiers pays au monde à mettre en place des tests de dépistage du coronavirus dans les laboratoires. À partir du 5 mars, les tests étaient disponibles pour toute personne présentant des symptômes. Au cours des cinq mois qui suivirent, plus de cinq millions de tests ont été effectués.

«Voilà que nous récoltons aujourd’hui le fruit de notre travail.»

Le porte-parole du ministère de la Santé saoudien, le Dr Mohammed Al-Abd Al-Aly

En février, les vols internationaux à destination et en provenance des pays infectés ont été rapidement réduits, puis interdits à partir du 15 mars. Peu après, des restrictions sur les voyages domestiques ont suivi.

En effet, l’Arabie saoudite a pris la mesure sans précédent mais nécessaire de suspendre les visas des pèlerins étrangers pour l’Omra, le 27 février. Le Royaume a également pris l’initiative de fermer les mosquées.

Le 2 mars, les défenses de l’Arabie saoudite ont été brisées quand deux citoyens porteurs du virus sont rentrés du Bahreïn, sans mentionner que leur voyage avait commencé en Iran, un pays déjà en proie à la maladie.

Cependant, l’Arabie saoudite, le dernier des six États du Conseil de coopération du Golfe à être touché par le virus, était mieux préparée que de nombreux pays à ce qui allait suivre. Une série d’applications – certaines existaient déjà, d’autres ont été développées rapidement pour affronter la nouvelle maladie – ont permis aux citoyens et aux résidents de signaler les symptômes, de prendre des rendez-vous virtuels et d’accéder aux tests.

Certes, cette technologie a joué un rôle essentiel dans la gestion du Hadj. En tant que gardienne des sites les plus sacrés de l’islam, l’Arabie saoudite était dès le départ amplement consciente de l’importance d’une bonne organisation du pèlerinage. Sinon, les conséquences auraient été graves pour le Royaume, ainsi que pour la région et la planète entière.

Cette année, il a été décidé de limiter le nombre de pèlerins au chiffre symbolique de mille, sélectionnés parmi les citoyens et les étrangers qui vivaient dans le pays. Grâce à une sélection minutieuse, un suivi et une gestion méticuleuse, le Hadj s’est déroulé, au cours de cette année exceptionnelle, sans qu’un seul cas de Covid-19 ne soit signalé.

La lutte de l’Arabie saoudite contre le virus a été menée depuis le sommet. Le 19 mars, le roi Salmane s’est adressé à la nation à la télévision. «Le Royaume continue de prendre toutes les mesures de précaution pour faire face à cette pandémie et en limiter les effets. Nous comptons sur l’aide de Dieu tout puissant, et sur toutes les mesures de précaution que nous allons prendre, soutenus par votre forte détermination à faire face à l’adversité, avec la fermeté des croyants au premier plan», a-t-il déclaré.

https://www.arabnews.fr/leRoyaumeContreLaCovid19

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Comment les médecins saoudiens luttent contre la Covid-19 à l’étranger

23/09/20

Plus de 6 000 médecins saoudiens répartis dans 41 pays bénéficient de programmes de bourses médicales à l’étranger. Nombreux sont ceux qui, parmi eux, continuent à lutter contre la pandémie de Covid-19. (Photo fournie)
  • Plus de 50 médecins saoudiens bénéficient du programme de bourses en Suède et exercent dans diverses spécialités médicales. La plupart d’entre eux étaient sur la ligne de front du service de santé suédois
  • Malgré les dangers, un grand nombre de médecins saoudiens refusent de partir: ils ont choisi de rester dans les pays où ils poursuivent leurs études, afin d’aider leurs collègues dans la lutte contre la Covid-19

LA MECQUE: Plus de 6 000 médecins saoudiens répartis dans 41 pays bénéficient de programmes de bourses médicales à l’étranger. Nombreux sont ceux qui, parmi eux, continuent à lutter contre la pandémie de Covid-19, accomplissant ainsi leur devoir de diligence et d’aide aux personnes partout dans le monde.

Ces médecins ont fait la preuve de leur compétence et de leur courage dans la lutte contre la pandémie de coronavirus aux côtés de leurs collègues des pays hôtes. Malgré les dangers, un grand nombre de ces médecins saoudiens refusent de partir. Ils ont choisi de rester dans les pays où ils poursuivent leurs études, afin d’aider leurs collègues dans cette lutte.

Le Dr Abdallah Boqays, dermatologue dans un hôpital oncologique de Toulouse, en France, raconte à Arab News que l’année 2020 a été effrayante pour le personnel médical.

«C’est avec une grande compétence que des médecins de différentes spécialités se sont battus depuis le début de la pandémie, en particulier ceux qui s’occupent directement des patients infectés. Ils luttent non seulement parce qu’ils travaillent dans les hôpitaux, ce qui les rend plus vulnérables que d’autres à l’infection, mais aussi parce qu’ils s’occupent de patients qui souffrent d’un système immunitaire affaibli», révèle-t-il.

Le Dr Boqays explique à Arab News que le personnel de son département de dermatologie et de traitement des tumeurs cutanées assure le suivi et les consultations de plusieurs patients atteints d’un cancer de la peau. Nombreux parmi ces derniers sont à un stade avancé de la maladie ou ont un système immunitaire affaibli par la chimiothérapie ou les immunosuppresseurs.

Selon lui : «Les opérations d’ablation des tumeurs se sont poursuivies malgré la pandémie. L’environnement de travail, ainsi que les pratiques comportementales et éthiques, nous obligent à poursuivre le traitement, quelles que soient les raisons et les méthodes utilisées. Retarder l’administration de médicaments de chimiothérapie et d’immunosuppresseurs ou suspendre les interventions chirurgicales curatives pourrait avoir des conséquences désastreuses pour les patients. Nous comptons sur Dieu avant tout, et nous prenons les mesures de précaution nécessaires pour répondre aux demandes des patients, pour les soutenir et pour soulager leur douleur», poursuit-t-il.

«Même si nous sommes loin de notre cher pays, nous sommes en paix grâce au soutien qu’apporte notre sage gouvernement – sous la direction du roi Salmane et du prince héritier Mohammed ben Salmane – aux Saoudiens à l’étranger », affirme le Dr Boqays.

Abdallah Modhayan exerce en psychiatrie à l’hôpital universitaire de Skane à Malmö. Il est installé en Suède depuis 2015. «Plus de 50 médecins saoudiens bénéficient du programme de bourses en Suède et travaillent dans diverses spécialités médicales dans différentes villes. La plupart d’entre eux étaient sur la ligne de front du service de santé suédois», déclare-t-il.

«Certains de mes collègues qui bénéficiaient d’un programme de bourses médicales ont été infectés par la Covid-19. Cependant, une fois rétablis, ils sont rapidement retournés à leur poste pour aider leurs collègues suédois. Faut-il mentionner que la performance des médecins saoudiens en Suède était et est toujours appréciée?».

La Suède a fait la une des journaux pour sa stratégie douce de lutte contre la pandémie: le gouvernement n’a pas fermé les magasins, les restaurants ni les cafés. Il n’a même pas imposé de quarantaine à ses citoyens et résidents.

«Cette décision a eu des conséquences majeures au début de la pandémie de Covid-19 en Suède», explique le Dr Modhayan. «Le taux de mortalité était l’un des plus élevés d’Europe, ce qui a mis le secteur de la santé face à un véritable défi. Le rôle des médecins saoudiens a été efficace pour relever ce défi.»

Le Dr Modhayan a travaillé au service des urgences psychiatriques pendant la pandémie. Il a constaté l’effet psychologique de la pandémie sur les individus, notamment sur ceux qui ont perdu des proches à cause du coronavirus. «Il est primordial d’apporter un soutien et un traitement psychologique à ceux qui en ont besoin, surtout dans des circonstances aussi difficiles», explique-t-il.

Le Dr Abdelghani Khogeer, chirurgien néphrologue (spécialisé dans les maladies des reins et des voies urinaires), vit en France depuis sept ans dans le cadre d’un programme de bourses franco-saoudien. Il a constaté personnellement les effets désastreux de la pandémie sur les Français.

«Tout comme d’autres pays, la France est tout d’abord entrée dans une lutte acharnée contre le coronavirus. Il était dont nécessaire de suspendre les activités médicales non urgentes. Cela a eu un effet majeur sur le déroulement du travail: nous avons eu recours, entre autres, aux procédures à distance dans les cliniques, annulé des opérations non urgentes, reprogrammé des opérations chirurgicales, annulé les consultations dans certaines cliniques. Par conséquent, nous devions être constamment présents et prêts à aider les services qui luttent contre le virus, comme les services d’urgence, qui ont effectué de nombreuses opérations chirurgicales vitales pendant cette période.»

Le Dr Khogeer est reconnaissant envers l’ambassade du Royaume pour le soutien et la communication qu’elle a maintenu pendant cette période critique. «Je prie Dieu pour nous protéger et pour nous aider à retourner dans notre pays en toute sécurité, afin de le servir à travers l’expérience et les connaissances que nous avons acquises», ajoute-t-il.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La GEA organise un énorme spectacle aérien et des événements pour célébrer la fête nationale saoudienne

23/09/20

Un enfant agite un drapeau alors que les gens célèbrent la 90e fête nationale annuelle de l’Arabie saoudite, au milieu de la propagation de la maladie à coronavirus (COVID-19) à Riyad, en Arabie saoudite, le 23 septembre 2020 (Reuters)

RIYAD: La General Entertainment Authority (GEA) a organisé plusieurs initiatives et événements pour célébrer la 90e fête nationale de l’Arabie saoudite.

Ils ont commencé depuis mardi et continueront jusqu’à samedi.

Un spectacle aérien massif, décrit comme le plus important de l’histoire des fêtes nationales du Royaume, a vu la participation d’une soixantaine d’avions militaires et civils.

La GEA a également lancé une initiative via le hashtag Twitter #nanshod lel watan ou #Sing_National_Anthem, où le participant publiera un court clip vidéo dans lequel il / elle chante l’hymne national saoudien. Tous les clips apportés seront combinés pour produire une œuvre artistique qui reflète la joie nationale.

La GEA a également organisé un guide de coloriage «Fête nationale», selon lequel les attractions précieuses du Royaume et de diverses provinces administratives seront allumées ou décorées en vert et blanc, les couleurs du drapeau saoudien. Les routes et les murs des bâtiments ont également été décorés pour exprimer la fierté nationale.

Les photographes ont également l’occasion de marquer la fête nationale en participant à une initiative intitulée «Partagez une photo du pays».

La GEA organise tous ces événements sous la devise Himma Hatta Al-Qimmah (Passion to the Top ou Passion au sommet), qu’elle a lancée à la fin du mois dernier, dans le but de créer une identité spéciale à l’occasion de la 90e fête nationale saoudienne.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Une journée nationale sur la scène internationale

23/09/20

La fête nationale saoudienne de l’année dernière est survenue à peine 10 jours après les attaques contre la production pétrolière du Royaume à Abqaiq et Khurais. À cette époque, la production de pétrole avait été rétablie et la tentative de paralyser la plus grande installation de traitement du pétrole du monde est devenue au contraire un symbole de la résilience du pays face à l’adversité.

L’année suivante, la fête nationale du Royaume coïncide à nouveau avec une période d’adversité, bien que cette fois-ci partagée par le monde entier.

Une fois de plus, le Royaume démontre sa résilience dans un contexte de ralentissement sans précédent de la demande mondiale de pétrole causée par le coronavirus.

Au cours de cette célébration de la 90e journée nationale, l’Arabie saoudite préside le G20 dans ce qui est un carrefour critique pour l’économie mondiale.

Alors que la pandémie a empêché des rassemblements physiques, le Royaume a continué à gérer les réunions virtuelles des dirigeants mondiaux et a contribué à galvaniser les actions pour freiner l’impact du virus et rééquilibrer un marché de l’énergie qui avait été gravement touché par la baisse de la demande à un moment où l’offre est abondante..

La rapidité avec laquelle un accord a été conclu était, en partie, une reconnaissance de la confiance des autres pays dans la vision saoudienne de rétablir l’ordre sur le marché de l’énergie.

Cela impliquait d’orchestrer les plus grandes réductions de production de pétrole de l’histoire, avec 20 producteurs de l’intérieur et de l’extérieur de l’OPEP, afin de contenir le plus grand choc de demande de pétrole que le monde ait jamais connu. Ce pacte unique entre l’OPEP et d’autres producteurs extérieurs au groupe – maintenant dans sa quatrième année – a maintenu les marchés pétroliers sur un pied d’égalité malgré les vents contraires les plus féroces.

La compagnie pétrolière nationale d’Arabie saoudite, Saudi Aramco, reste la plus rentable de ses pairs, tandis que de nombreuses autres sociétés du secteur ont eu beaucoup plus de mal à s’adapter à ce que l’on appelle désormais «la nouvelle norme».

Pour l’industrie pétrolière au sens large, le deuxième trimestre a été sans surprise bien pire que le premier, et les fortes pertes subies par les sociétés pétrolières ne sont pas de bon augure pour les investissements futurs dans les infrastructures énergétiques clés, car elles réduisent les dépenses liées aux opérations et à l’exploration.

Des prix du pétrole plus faibles qui sont tombés à des niveaux historiquement bas en avril et des marges de raffinage tout aussi faibles ont entraîné des pertes pour de nombreux titans de l’industrie, mais pas, il convient de le noter, pour Saudi Aramco qui a réussi à réaliser un bénéfice net qui a dépassé le bénéfice des cinq grandes compagnies pétrolières internationales réunies. Saudi Aramco respectera également son engagement de dividende envers les actionnaires malgré les événements extraordinaires de ces derniers mois.

Au-delà du secteur pétrolier, le Fonds d’investissement public saoudien (PIF) a également prospéré et saisi de nouvelles opportunités dans un certain nombre de secteurs et d’industries, l’aidant à accroître son profil mondial.

Pendant la pandémie, ses actifs sont passés à quelque 390 milliards de dollars contre environ 360 milliards de dollars en août dernier. Cela fait un pas de plus vers la réalisation de son objectif de la Vision 2030 saoudienne de 400 milliards de dollars d’ici la fin de 2020.

• Faisal Faeq est conseiller en marketing de l’énergie et du pétrole. Il était auparavant avec l’OPEP et Saudi Aramco. Twitter: @faisalfaeq.

Avis de non-responsabilité: les opinions exprimées par les rédacteurs dans cette section sont les leurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d’Arab News

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

L’Arabie Saoudite élue membre du Comité de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO

10/09/20

Cette élection fait rentrer l’Arabie Saoudite dans un groupe restreint de pays qui sont membres des trois comités de base de l’UNESCO – le Conseil exécutif, le Comité du patrimoine mondial, et le Comité du patrimoine culturel immatériel. (Photos Fournies)

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

L’Arabie saoudite autorise dans son espace aérien les vols à destination et en provenance des EAU, de et vers tous les pays

02/09/20

L’Arabie saoudite autorise le survol de son espace aérien « en direction et en provenance de tous les pays à la demande des Emirats arabes unis », a annoncé mercredi l’Autorité générale de l’aviation civile
  • La décision va « permettre le passage dans l’espace aérien du royaume des vols à destination et en provenance des Emirats arabes unis de et vers tous les pays »
  • Le ministre saoudien des Affaires étrangères Fayçal Bin Farhan a souligné dans ce contexte que cette autorisation ne modifie en aucun cas « la position immuable de l’Arabie saoudite en ce qui concerne la cause palestinienne

RIYAD: L’Arabie saoudite autorise le survol de son espace aérien « en direction et en provenance de tous les pays à la demande des Emirats arabes unis », a annoncé mercredi l’Autorité générale de l’aviation civile.

La décision va « permettre le passage dans l’espace aérien du royaume des vols à destination et en provenance des Emirats arabes unis de et vers tous les pays », a précisé l’organisme public cité par l’agence officielle Saudi Press Agency (SPA).

Le ministre saoudien des Affaires étrangères Fayçal Bin Farhan a souligné dans ce contexte sur son compte Twitter que cette autorisation ne modifie en aucun cas  « la position immuable de l’Arabie saoudite en ce qui concerne la cause palestinienne et le peuple palestinien « . « Le Royaume loue tous les efforts tendant a la concrétisation de l’initiative arabe de paix », a-t-il également insisté.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Un programme de formation en IA pour les jeunes Saoudiens

01/09/20

Dr Abdallah ben Sharaf al-Ghamdi. (Photo Fournie)
  • La part de l’Arabie saoudite dans cette économie avancée sera de 12,4 % d’ici à 2030
  • Le Dr Abdallah ben Sharaf al-Ghamdi a annoncé le lancement d’un programme de formation dans le domaine de l’IA pour 100 jeunes hommes et femmes de la région de La Mecque

LA MECQUE: Le Dr Abdallah ben Sharaf al-Ghamdi, président de l’Autorité saoudienne des données et de l’intelligence artificielle, a annoncé lundi le lancement d’un programme de formation dans le domaine des données et de l’intelligence artificielle (IA) pour 100 jeunes hommes et femmes de la région de La Mecque.

Cette annonce a été faite lors de l’intervention Al-Ghamdi pour la cérémonie inaugurale du 5e Forum culturel de La Mecque.

Il a déclaré : « Nous vivons à l’ère de l’économie des données et de l’IA. En 2015, le volume mondial de données était de 15 zettaoctets (Zo). Il est passé à 50 Zo en 2020. Il sera de 175 Zo en 2025. »

Selon lui, l’économie mondiale a la capacité d’exploiter cet énorme volume de données.

Al-Ghamdi a ajouté que, selon des études, la part du Royaume dans cette économie avancée sera de 12,4 % d’ici à 2030.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)