Les YouTubers en Arabie saoudite tentent d’établir un record du monde pour le plus grand Iftar virtuel

18/05/20

DUBAI : Six YouTubers arabes en Arabie saoudite devraient héberger un iftar virtuel depuis leur domicile mardi, permettant aux amis, à la famille et aux fans de se connecter en ligne tout en respectant les restrictions de distanciation sociale dans le Royaume en raison de COVID-19.

Pour les dernières mises à jour, suivez-nous sur Instagram @arabnews.lifestyle

Les créateurs de contenu – Iraki Noor Stars, Saoudien-américain Omar Hussein, les journalistes saoudiens et Saudi Mohamed Moshaya, la famille Anasala et Asrar Aref – tenteront également d’établir un nouveau record du monde Guinness pour « Plus des vues pour un Iftar YouTube Livestream dans le monde ».

La diffusion en direct, qui commencera à 18h (heure saoudienne), devrait avoir lieu sur la chaîne YouTube de Moshaya et durera une heure.

« Le ramadan est généralement un moment où les amis et la famille se réunissent dans les mosquées et les maisons pour rompre le jeûne et prier ensemble », a déclaré Moshaya, qui filme des vidéos avec sa famille depuis 2010, dans un communiqué publié.

« Cependant, avec cette pandémie mondiale, le Ramadan se sent cette année très différent, c’est pourquoi j’ai décidé d’enrôler quelques-uns de mes amis dans la communauté YouTube pour se réunir et transformer ce moment d’isolement en célébration », a ajouté Moshaya, l’hôte de la iftar virtuel.

Pour Abdullah et Abdulaziz Bakr, qui composent les journalistes saoudiens, YouTube « a toujours instillé en nous le sentiment d’unité ».

« En tant que journalistes saoudiens, nous aimons toujours écrire l’histoire et atteindre des objectifs impossibles, nous sommes donc très excités et honorés de faire partie de cette expérience », a déclaré le duo.

« Et en tant que créateurs de contenu et YouTubers, nous aimons divertir les gens, et surtout en ces temps difficiles, nous pensons qu’il est de notre devoir de faire tout notre possible pour aider les gens à traverser cette pandémie, même avec quelque chose d’aussi petit que de dessiner un sourire sur le visage des gens. »

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

L’Arabie saoudite occupe le quatrième rang mondial pour l’utilisation de la technologie 5G

10/05/20

Des femmes s’assoient dans un simulateur de voiture connectée 5G affiché sur le stand de Saudi Telecom Company lors du Mobile World Congress à Barcelone, en Espagne, le 27 février 2018. (REUTERS)

L’Arabie saoudite contrôle désormais plus de 7 000 tours 5G et le ministère a lancé plusieurs programmes de formation
LA MECQUE: Le Royaume se classe quatrième au monde pour l’utilisation de la technologie 5G et 10e pour la vitesse Internet grâce à un programme de transformation numérique à l’échelle nationale.

Le vice-ministre de la technologie, de l’industrie et des capacités numériques au ministère des Communications et des Technologies de l’information, le Dr Ahmed Al-Theneyan, a présenté les résultats lors du webinaire d’ouverture de l’événement «Digital Lanterns», qui a été lancé vendredi par la Chambre du commerce et de l’industrie de la Mecque.

«Nous sommes fiers de la transformation numérique et des progrès qualitatifs que nous avons accomplis dans tous les domaines», a-t-il déclaré. «Le Royaume est passé de la 150e à la 10e place au niveau mondial en termes de vitesse Internet, démontrant la durabilité de son infrastructure. Cela est également dû à l’utilisation croissante de la fibre optique qui a atteint plus de trois millions de foyers saoudiens, accompagnée de la technologie 5G qui sera utilisée dans les secteurs de la santé et de l’industrie, entre autres ».

Le Royaume contrôle désormais plus de 7 000 tours 5G et le ministère a lancé plusieurs programmes de formation, a-t-il ajouté. Le taux de localisation du secteur est de 52% et le ministère met également en œuvre des programmes qui soutiennent la création d’emplois. Al-Theneyan a souligné «l’initiative de dons numériques» du ministère, qui vise à promouvoir la sensibilisation technique et numérique.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

L’Arabie saoudite s’apprête à devenir le premier centre régional de production télévisuelle

17/02/20

Johannes Larcher. (Fournie)

« La nouvelle zone de création de Riyad pour l’art, les médias et le divertissement sera un terrain propice »

DUBAI: L’Arabie saoudite a le potentiel pour devenir l’un des principaux centres de production télévisuelle du Moyen-Orient, selon le directeur de MBC, Johannes Larcher.

Il intervient alors que le plus grand diffuseur de la région prévoit d’établir son siège dans la nouvelle zone de création de Riyad pour l’art, les médias et le divertissement.

« Nous voulons que l’Arabie saoudite émerge comme l’un des centres de grande production de contenu dans la région en dehors de l’Égypte et du Liban », a déclaré Larcher, qui supervise la plateforme de vidéo à la demande (VOD) Shahid de MBC. «Nous nous voyons faire de plus en plus là-bas. Il y a un investissement important dans le plan de la Vision 2030 et il va dans l’industrie du divertissement – de la création d’écoles de théâtre et des plateaux de tournage à l’encouragement de la production physique en Arabie saoudite. C’est un grand thème pour le gouvernement saoudien et nous y sommes très favorables ».

Le Royaume est le lieu de tournage de «Dahaya Halal» (victimes Halal), l’une des grandes nouvelles productions de MBC pour 2020.

Plus tôt ce mois-ci, le PDG du groupe MBC, Marc Antoine d’Halluin, a annoncé son intention de devenir un locataire de référence dans la nouvelle zone médiatique de la capitale saoudienne. « La diversité de notre équipe et la richesse de notre capital humain offriront de nouvelles compétences aux jeunes Saoudiens rejoignant l’industrie des médias, associées à des normes professionnelles élevées et aux meilleures pratiques mondiales », a-t-il déclaré au personnel de MBC dans une note de service.

« Je suis convaincu que la nouvelle zone de création de Riyad pour l’art, les médias et le divertissement sera un terrain propice pour la croissance, l’expansion et l’innovation du secteur. En fait, la zone attirera et retiendra les acteurs les meilleurs et les plus innovants, et le nouveau siège saoudien du Groupe MBC sera au cœur de celle-ci ».

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La dernière campagne d’Adidas tournée en Arabie saoudite

17/02/20

Adidas Originals a décidé de tourner sa dernière campagne «Change is a Team Sport» en Arabie Saoudite. (Fournie)

DUBAI: Pour célébrer le 50ème anniversaire de ses baskets emblématiques, Adidas Originals a décidé de tourner sa dernière campagne «Change is a Team Sport» en Arabie saoudite.

Présentant quatre femmes talentueuses originaires du Royaume, les images de la campagne ont été photographiées dans le contexte saisissant du site du patrimoine d’AlUla.

Pour la campagne, le géant athlétique a fait appel à la designer Alaa Balkhy, à la rappeuse Aseel Saraj, à la blogueuse de mode Jory Al Maiman et au skateur et actrice Sarah Taibah pour présenter les baskets emblématiques de la marque de vêtements de sport.

C’est la première fois qu’une grande marque lance une campagne sur le site du patrimoine de l’UNESCO.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

L’Arabie saoudite emploie désormais 2 millions de personnes dans un secteur du commerce en plein essor, selon le ministre du Travail

11/02/20

Le ministre du Travail et du Développement social, Ahmad Al-Rajhi, prend la parole lors du sommet MENA du Retail Leaders Circle à Riyad. (Photo / page Twitter Invest Saudi)

Le gouvernement saoudien a accordé une attention considérable au secteur du commerce de détail à travers de nombreuses réformes économiques visant à soutenir le secteur
RIYAD: L’Arabie saoudite se préparait à relever les défis futurs du secteur en plein essor du commerce de détail qui emploie actuellement plus de 2 millions de personnes dans le Royaume, a révélé mardi le ministre du Travail du pays.

S’exprimant lors d’une grande conférence internationale des meilleurs détaillants, qui se tient à Riyad, le ministre saoudien du Travail et du Développement social, Ahmad Al-Rajhi, a déclaré que le nombre de personnes travaillant dans le secteur représentait un quart de la main-d’œuvre totale du secteur privé du pays.

Dans son discours d’ouverture du deuxième jour du sommet MENA du Retail Leaders Circle (RLC), le ministre a déclaré: «Le Royaume emploie actuellement plus de 2 millions d’hommes et de femmes dans le secteur de la vente au détail, et ils représentent plus de 25% de la main-d’œuvre totale du secteur privé en Arabie saoudite.

« Ce nombre de travailleurs a augmenté en raison du fort pouvoir d’achat du pays et de l’augmentation du taux de consommation ».

Il a ajouté que le gouvernement saoudien avait accordé une attention considérable au secteur de la vente au détail à travers de nombreuses réformes économiques visant à soutenir le secteur et à créer un environnement attrayant pour les investisseurs.

Al-Rajhi a déclaré aux délégués que le secteur de la vente au détail faisait face à de nombreux défis sous la forme d’avancées technologiques rapides, de transformation numérique et de la tendance à optimiser la consommation et à offrir une commodité aux clients grâce au commerce électronique et aux applications pour smartphones.

Cependant, les défis présentent également des opportunités pour la création de nouveaux emplois, a-t-il dit, et il est important que la main-d’œuvre soit qualifiée ou perfectionnée en conséquence pour en tirer parti.

«Le ministère s’emploie à élaborer la législation nécessaire pour de nouveaux modèles commerciaux et à permettre aux employeurs et aux employés de suivre le rythme des changements technologiques qui se refléteront en permettant au secteur du commerce de détail de suivre ses futures exigences pour devenir plus efficace dans la réalisation des aspirations de la Vision saoudienne 2030 », a ajouté Al-Rajhi.

Il a noté que le ministère avait créé une nouvelle entreprise d’État, Future Work Co., pour soutenir les développements et faire du Royaume un pionnier dans la fabrication de futurs modèles commerciaux innovants, non conventionnels mais durables.

«Nous travaillons à permettre et à développer le capital humain avec les compétences et les avancées technologiques liées au secteur du commerce de détail pour faciliter leur participation au marché du travail et avons lancé des programmes d’apprentissage pour combler le fossé entre les propriétaires d’entreprise et les demandeurs d’emploi ».

Le ministère a soutenu le secteur de la vente au détail à travers une série d’initiatives, a-t-il déclaré. Un exemple était Qiwa, qui avait impliqué l’automatisation et la simplification des services du ministère fournis au secteur privé via une plateforme unifiée, permettant aux entreprises Qiwa de délivrer des visas de travail instantanés.

S’adressant au sommet, le ministre a souligné que l’un des principaux principes de la Vision 2030 était d’augmenter la participation des femmes au marché du travail et de les qualifier pour des postes de direction.

La part des femmes sur le marché du travail est passée à 25% au troisième trimestre 2019, ce qui est supérieur à l’objectif de 24% prévu pour 2020, a-t-il ajouté.

S’exprimant sur le rôle perturbateur de la technologie financière (fintech) dans le monde numérique instantané d’aujourd’hui, Ahmad Alanazi, PDG de STC Pay, a déclaré: «Dans le passé, nous étions des preneurs et des adaptateurs de l’innovation, mais aujourd’hui nous devenons des créateurs et des distributeurs ».

Louant la Vision 2030, Renuka Jagtiani, présidente du conglomérat multinational de consommateurs Landmark Group, a déclaré: «Je pense que 2030 en tant que vision est incroyable et y participer est très excitant.

«En guise d’empreinte, nous sommes vraiment fiers d’avoir plus de 7 000 collègues saoudiens dans notre entreprise, et 70% d’entre eux sont des femmes ».

L’Autorité générale des investissements de l’Arabie saoudite (SAGIA), gouverneur Ibrahim Al-Omar, dans son discours de clôture du sommet, a déclaré: «L’hébergement de RLC MENA 2020 arrive à un moment de grand changement pour l’Arabie saoudite. Notre économie en croissance libère un potentiel remarquable dans de nombreux secteurs et crée des emplois au sein du Royaume ».

La sixième édition du sommet, qui réunit de puissants leaders de l’industrie, des innovateurs et des décideurs pour partager des informations mondiales et les meilleures pratiques, a été organisée pour la première fois en Arabie saoudite et s’est achevée mardi.

Auparavant tenue à Dubaï, la conférence de cette année a réuni plus de 50 conférenciers qui ont souligné les moyens de façonner l’avenir de l’industrie du commerce de détail. Le deuxième jour du sommet a examiné en profondeur le comportement des consommateurs et exploré comment les détaillants pouvaient répondre aux attentes des clients.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

L’Arabie saoudite sur la voie rapide de l’égalité des sexes, selon une étude

09/02/20

Un accès plus facile aux passeports et aux voyages à l’étranger fait partie des mesures qui offrent aux femmes en Arabie saoudite une plus grande mobilité ainsi que de nouvelles libertés sur le lieu de travail, le mariage, la parentalité, l’éducation et l’entrepreneuriat. (AFP)

Un rapport de la Banque mondiale place le Royaume au premier rang en matière d’égalité des sexes dans le bloc du CCG et au deuxième rang dans la région arabe
Le rapport WBL mesure l’inégalité des sexes dans la loi et identifie les obstacles à la participation économique des femmes
DUBAI: Une réforme rapide en Arabie saoudite ouvre la porte aux «modèles et leaders de demain» féminins – et les femmes du Royaume saisissent cette opportunité, selon les principaux employeurs.

Les femmes saoudiennes apportent plus que jamais «passion, énergie et enthousiasme» sur le lieu de travail, a déclaré à Arab News Danielle Atkins, responsable du marketing et des communications à la Diriyah Gate Development Authority (DGDA) à Riyad.

Atkins a déclaré qu’elle a vu une forte augmentation du nombre de femmes travaillant dans le Royaume.

«Je recherche la passion, l’esprit d’entreprise et l’engagement – et tout cela, je le constate chez les femmes saoudiennes de mon équipe», a-t-elle déclaré.

«C’est un moment incroyable pour les femmes saoudiennes ».

FAITS EN BREF

Bon de 38,8

dans le score de l’Arabie saoudite dans le rapport «Les femmes, les entreprises et le droit» de la Banque mondiale

Les commentaires d’Atkins font suite à un rapport de la Banque mondiale qui a souligné les progrès rapides de l’Arabie saoudite vers la qualité du genre depuis 2017 en le classant comme le meilleur réformateur et le meilleur améliorateur parmi 190 pays.

Le rapport 2020 de la banque intitulé «Les femmes, les entreprises et le droit» (WBL) a donné au Royaume un score global de 70,6 sur 100 – un bond de 38,8 depuis son dernier classement – le plaçant premier parmi les pays du CCG et deuxième dans le monde arabe.

Le WBL mesure l’inégalité des sexes dans la loi, identifie les obstacles à la participation économique des femmes et encourage la réforme des lois discriminatoires.

Le rapport met en évidence des améliorations du score de l’Arabie saoudite dans six des huit indicateurs, notamment en ce qui concerne la mobilité des femmes, suite à la suppression des restrictions concernant l’obtention d’un passeport et les voyages à l’étranger.

Outre la mobilité (100), les améliorations les plus marquées ont été enregistrées sur le lieu de travail (100), le mariage (60), la parentalité (40), l’entreprenariat (100) et la retraite (100).

De nouveaux amendements juridiques ont également égalisé le droit des femmes de choisir où vivre et quitter le domicile conjugal, selon le rapport.

Atkins a déclaré à Arab News que le « changement remarquable » des opportunités pour les femmes peut être attribué à la mise en œuvre du plan de transformation du prince héritier Mohammed bin Salman – la vision saoudienne 2030

«Aujourd’hui, les femmes sont nommées à des postes gouvernementaux supérieurs et dirigent dans des domaines tels que la science et la médecine, qui étaient traditionnellement axés sur les hommes», a-t-elle déclaré.

«Elles deviendront des modèles pour l’avenir ».

Selon un rapport de la Banque mondiale, des réformes incluant le droit de conduire offrent aux femmes saoudiennes un intérêt pour l’avenir économique du Royaume. (AFP)

En ce qui concerne le lieu de travail, l’Arabie saoudite a promulgué une législation et des sanctions pénales pour harcèlement sexuel et interdit la discrimination fondée sur le sexe.

Dans le domaine du mariage, le Royaume a commencé à autoriser les femmes à être chef de famille et a supprimé l’obligation légale d’obéir à leur mari. En ce qui concerne la parentalité, l’Arabie saoudite, avec les Émirats arabes unis, a interdit le licenciement des travailleuses enceintes.

« L’un des objectifs de la Vision 2030 est d’augmenter la proportion de femmes dans l’emploi du niveau actuel de 22% à 30% », a déclaré Atkins.

«L’équipe de la DGDA est composée à 83% de Saoudiens, dont 34% de femmes. L’équipe marketing a un pourcentage encore plus élevé avec 57% de femmes.

«Mes trois premières embauches sont toutes des femmes saoudiennes, et mon impression en tant que nouveau venu au Royaume est que ce changement est mené par le gouvernement et les PDG individuels. Ce serait formidable de voir cette cascade dans toutes les industries en Arabie saoudite », a-t-elle déclaré.

Pour stimuler l’esprit d’entreprise, le Royaume a facilité l’accès au crédit pour les femmes en interdisant la discrimination fondée sur le sexe dans les services financiers, une disposition légale qui s’est avérée accroître l’accès des femmes au financement et qui n’est toujours pas en place dans 115 économies.

Dans la section des pensions, le Royaume a égalisé l’âge (60 ans) auquel les hommes et les femmes peuvent prendre leur retraite avec des prestations de retraite complètes. Il prévoyait également un âge de la retraite de 60 ans pour les femmes et les hommes.

L’un des aspects les plus encourageants des changements en cours dans le Royaume est la tendance des femmes à étudier ce qui était traditionnellement considéré comme des domaines exclusivement masculins: science, technologie, ingénierie et mathématiques, les disciplines dites STEM.

Par exemple, sur les 5 200 diplômés de l’Université Princesse Nourah Bint Abdulrahman (PNU) à Riyad l’année dernière, 1 400 provenaient des facultés STEM.

«Je prédis une énorme contribution des femmes dans ce secteur dans un avenir proche», a déclaré Einas Al-Eisa, recteur de la PNU, à Arab News lors de la récente réunion annuelle du Forum économique mondial à Davos, en Suisse.

«Une bonne histoire qui vient d’Arabie saoudite est l’augmentation du nombre de femmes engagées dans les secteurs technologiques, par exemple, par rapport à la baisse que nous constatons dans le monde. Ailleurs, les femmes s’éloignent de ces domaines, alors qu’au Royaume, le nombre augmente constamment ».

Cyril Widdershoven, directeur de VEROCY, un cabinet néerlandais de conseil sur les investissements, l’énergie et les infrastructures dans la région, a déclaré que les améliorations de la situation des femmes en Arabie saoudite sont visibles dans les bureaux, les lieux de travail et dans les rues.

«Le rôle des femmes dans l’économie saoudienne est clair. C’est une main-d’œuvre disponible à laquelle il faut avoir accès », a-t-il déclaré.

«Parallèlement, la diversité des effectifs augmente la productivité globale, la rentabilité et la durabilité.

«Ce qui doit être fait, c’est d’éduquer et d’élaborer des stratégies pour les femmes ».

Les étudiantes universitaires du Royaume entrent de plus en plus dans des domaines masculins traditionnels tels que les sciences, l’ingénierie et les mathématiques. (AFP)

Selon le rapport de la Banque mondiale, les économies du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord et de l’Afrique subsaharienne représentent neuf des 10 principales économies réformatrices.

Certaines des réformes révolutionnaires du Royaume comprennent la criminalisation du harcèlement sexuel dans les emplois des secteurs public et privé en 2018, ainsi que la création de meilleures opportunités économiques pour les femmes l’année dernière.

Les amendements législatifs protègent désormais les femmes contre la discrimination dans l’emploi, y compris les offres d’emploi et l’embauche, et interdisent aux employeurs de licencier une femme pendant sa grossesse et son congé de maternité.

« Ces réformes s’appuient sur d’autres changements historiques en Arabie saoudite, qui en 2015 a pour la première fois permis aux femmes de voter et de se porter candidates aux élections municipales et, en 2017, a donné aux femmes le droit de conduire », indique le rapport. «Les réformes sont stimulées par la compréhension que les femmes jouent un rôle important pour rapprocher l’Arabie saoudite de sa vision 2030.

«Ce plan ambitieux de modernisation de l’économie saoudienne en la diversifiant au-delà du pétrole et du gaz, en promouvant la croissance du secteur privé et en soutenant l’esprit d’entreprise comprend également l’objectif d’accroître la participation des femmes à la population active ».

Le rapport mentionne les contraintes juridiques qui subsistent sur la participation des femmes à l’économie, qui, si elles étaient résolues, pourraient accroître leur contribution économique.

Quant à ce que les jeunes femmes saoudiennes feront après l’obtention de leur diplôme, la stratégie de la Vision 2030 prévoit une forte augmentation de la main-d’œuvre féminine, atteignant jusqu’à 30% au cours de la prochaine décennie.

Des statistiques récentes montrent que le Royaume est en bonne voie d’atteindre cet objectif, 23,5% de la main-d’œuvre du secteur privé étant des femmes.

« Tout comme cela devrait être partout ailleurs dans le monde, c’est la compétence des diplômés qui dicte où ils vont », a déclaré Al-Eisa.

Pour que l’Arabie saoudite se diversifie et progresse, a déclaré Widdershoven, les femmes du Royaume doivent être financièrement indépendantes, mais aussi capables de combler les lacunes de la main-d’œuvre.

«Des soins de santé aux finances, en passant par l’énergie, l’agriculture et l’industrie, la force de ces femmes principalement jeunes est remarquable», a-t-il déclaré.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

L’Arabie saoudite Neom «est la terre du futur»

05/02/20


Les délégués assistent à des cyber sessions le dernier jour du Forum mondial sur la cybersécurité à Riyad. (Forum mondial sur la cybersécurité)

Le PDG a déclaré que Neom serait la première ville entièrement alimentée par des énergies renouvelables et soutenue par un système numérique entièrement protégé
Al-Nasr a déclaré que Neom travaille en étroite collaboration avec la National Cybersecurity Authority (NCA) pour former des milliers de travailleurs pour le secteur technologique et numérique et son «système de sécurité de pointe».
RIYAD: Les technologies des villes intelligentes garantiront que Neom est «la terre du futur», la mégapole saoudienne offrant une qualité de vie exceptionnelle à jusqu’à 1 million de personnes d’ici 2030, selon le PDG Nadhmi Al-Nasr.

S’exprimant mercredi lors d’une session sur les villes intelligentes lors du Forum mondial sur la cybersécurité à Riyad, Al-Nasr a déclaré que les travaux sur la stratégie globale de Neom, y compris le secteur clé de la technologie et du numérique, étaient presque terminés.

La stratégie devrait être dévoilée en mars et offrira un « avenir Neom numérisé automatisé », a-t-il déclaré.

Al-Nasr a déclaré que la stratégie n’est pas une «évolution mais une révolution du plan régional».

«Neom est la terre du futur. Je ne peux pas penser à un meilleur moment pour Neom qu’à ce forum.

«Nous visons 1 million de personnes, résidents et travailleurs à Neom d’ici 2030, et passer de zéro à un million en 10 ans n’est pas une tâche facile. Ce sera la cible; nous allons avoir des milliers de nomades numériques », a-t-il déclaré.

Le PDG a déclaré que Neom sera la première ville entièrement alimentée par des énergies renouvelables et soutenue par un système numérique entièrement protégé.

«Nous allons être le premier endroit au monde entièrement numérisé. Nous allons être la première région au monde où nous allons être une installation 100% sans espèces. Nous allons être le premier endroit avec une dorsale de santé numérique qui connecte tout le monde dans la ville intelligente et fournit un service de santé 24h / 24.

« Nous aurons une mobilité entièrement autonome, nous n’aurons que des véhicules électriques et les transports publics seront entièrement autonomes », a-t-il déclaré.

Al-Nasr a déclaré que Neom travaille en étroite collaboration avec la National Cybersecurity Authority (NCA) pour former des milliers de travailleurs pour le secteur technologique et numérique et son «système de sécurité de pointe».

L’ancien président français Nicolas Sarkozy s’est joint aux orateurs lors du forum de Riyad le dernier jour pour discuter du rôle du leadership dans l’avenir de la cybersécurité.

En marge du forum, Hamid Syed, vice-président et directeur général du Moyen-Orient pour UL, une société mondiale des sciences de la sécurité, et Ibraheem Alfuraih, gouverneur adjoint de la NCA pour la stratégie et la planification, ont signé un accord conjoint pour travailler sur un cadre de cybersécurité pour le Royaume.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Un séminaire sur les droits, en Arabie saoudite, confronte à la maltraitance des enfants

04/02/20

Al-Awad a souligné que le Royaume a fait de grands progrès au niveau international dans la protection de l’enfance

RIYADH: Le président de la Commission des droits de l’Homme Awad Al-Awad a affirmé que le harcèlement sexuel contre les enfants constitue une grave violation de leurs droits et est une pratique perverse criminalisée par la loi islamique et le droit international.

Il a appelé à une intensification des efforts et à une action conjointe au niveau familial, communautaire et institutionnel afin de mieux faire connaître ses risques et ses impacts négatifs. Cela est intervenu hier dans un discours lors d’un séminaire organisé par la commission à Riyad, avec la participation d’un certain nombre d’autorités compétentes, d’institutions de la société civile et de spécialistes.

Al-Awad a souligné que le Royaume avait fait de grands progrès au niveau international dans la protection de l’enfance. Il a ajouté que l’Arabie saoudite a pris de nombreuses mesures pour renforcer les cadres réglementaires et institutionnels pertinents.

Dr. Nusair Nadia, conseillère en psychologie familiale, a déclaré: « Le harcèlement sexuel est un phénomène mondial qui existe à la fois dans les pays arabes et occidentaux, mais avec des échelles différentes dans chaque pays. »

L’analyse psychologique des délinquants montre qu’ils ont tendance à être instables et psychopathes.

Le harceleur est généralement un membre de la famille ou une personne bien connue de l’enfant.

Al-Awad a insisté sur la nécessité de travailler conformément aux politiques de l’État en matière de protection des enfants. Et il a ajouté que la commission avait pour objectif, à travers l’atelier, de trouver de nouveaux mécanismes pour lutter contre la maltraitance des enfants.

La commission vise à réaliser un partenariat efficace entre les agences gouvernementales et les institutions de la société civile qui s’occupent des enfants.

Il élabore également un plan d’action conjoint et de nouveaux outils pour signaler le harcèlement.

La commission cherche à améliorer la qualité de l’assistance et du soutien fournis aux familles des victimes dans le cadre de l’expérience juridique, psychologique et médicale, ainsi qu’à trouver les bons moyens de réintégrer les victimes dans les écoles.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

L’Arabie saoudite est le troisième réducteur d’émissions de carburant le plus rapide parmi les pays du G20

04/02/20

Les émissions de dioxyde de carbone en Arabie saoudite ont diminué de près du double du montant prévu en 2018, ont révélé les statistiques les plus récentes d’Enerdata. (Reuters / Fichier)

  • Les émissions de CO2 au Royaume-Uni ont diminué de près du double du montant prévu en 2018

RIYAD: L’Arabie saoudite est devenue le troisième réducteur d’émissions dues à la consommation de carburant parmi les pays du G20, selon les derniers chiffres.

Les émissions de dioxyde de carbone (CO2) dans le Royaume ont diminué de près du double du montant prévu en 2018, ont révélé les statistiques les plus récentes d’Enerdata.

Les données de l’année ont montré une baisse de 4,4% ou 26 millions de tonnes (MtCO2) des émissions dans le pays, passant de 579 MtCO2 en 2017 à 553 MtCO2 en 2018. Les estimations précédentes avaient estimé la réduction à 2,4% (15 MtCO2).

Les résultats ont fait passer l’Arabie saoudite du quatrième rang au troisième plus rapide réducteur d’émissions de consommation de carburant parmi les cinq premiers pays du G20, derrière le Brésil et la France et devant l’Allemagne et le Japon.

Des chercheurs du King Abdullah Petroleum Studies and Research Center (KAPSARC) ont publié une analyse basée sur les estimations mises à jour.

«Ces nouvelles données montrent que l’impact des réformes de l’efficacité énergétique et des prix de l’énergie sur la réduction du gaspillage d’énergie a été encore plus important que prévu», a déclaré le Dr Nicholas Howarth, chercheur au KAPSARC.

«Avant 2016, les émissions de CO2 augmentaient de plus de 5% chaque année. Le fait de voir les émissions chuter maintenant si fortement peut surprendre beaucoup de gens.

«Cela survient également lorsque l’Arabie saoudite accueille le sommet du G20, où le changement climatique est un point important de l’ordre du jour. Cela prépare le terrain pour que le Royaume fasse preuve de leadership sur la question », a-t-il ajouté.

Les résultats de l’étude du KAPSARC ont montré que le taux d’amélioration de l’intensité énergétique de l’économie saoudienne était de 5,5% en 2018, bien au-dessus de la moyenne mondiale de 1,2%.

Le Dr Alessandro Lanza, un autre chercheur du KAPSARC, a déclaré: «La baisse de l’intensité énergétique était responsable de 81% des réductions d’émissions, ce qui signifie que plus de valeur est créée pour chaque unité d’énergie consommée localement ».

Selon le chercheur Thamir Al-Shehri, une forte baisse de la consommation de diesel a été la principale raison de la baisse supplémentaire des niveaux d’émission.

«Les émissions du secteur des transports ont diminué de 10 MtCO2 supplémentaires par rapport à ce qui était prévu auparavant. Cela était dû à une baisse des émissions de diesel de 19 MtCO2, ou 43%, de 43,5 MtCO2 en 2017 à 24,5 MtCO2 en 2018.

« En plus de la baisse de la consommation de carburant des consommateurs, une partie de l’explication de cette baisse importante pourrait être un gain inférieur en raison de la hausse des prix du diesel local pour ceux qui achèteraient le carburant en Arabie saoudite pour exporter illégalement vers d’autres pays », a ajouté Al- Shehri.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Les femmes saoudiennes en tête dans une étude de la Banque mondiale

27/01/20

Selon un rapport de la Banque mondiale sur les femmes, les entreprises et le droit (WBL), de vastes réformes ont donné aux femmes saoudiennes le leadership en matière d’amélioration des opportunités économiques.

L’étude a examiné les réformes dans 190 pays ciblant les restrictions sur les options de travail des femmes.

Une série d’indicateurs de performance a été utilisée pour classer les pays, le Royaume obtenant 70,6 sur 100.

Au cours de la dernière décennie, le projet WBL de la Banque mondiale a mis l’accent sur l’égalité des sexes et a œuvré pour l’autonomisation des femmes. Son étude de 190 économies repose sur huit indicateurs pertinents pour la participation économique des femmes: mobilité, lois sur le lieu de travail, rémunération, mariage, parentalité, esprit d’entreprise, actifs et retraite.

L’indicateur de mobilité examine les obstacles à la liberté de mouvement des femmes, tandis que l’indicateur du lieu de travail analyse les lois affectant les décisions des femmes d’entrer et de rester sur le marché du travail. L’indicateur du mariage évalue les contraintes juridiques au mariage parallèlement à l’indicateur de la parentalité évaluant les lois affectant le travail des femmes après avoir des enfants.

L’Arabie saoudite a enregistré une amélioration remarquable dans six des huit indicateurs, avec un rang supérieur parmi les pays du CCG.

Il ne fait aucun doute que les réformes de la Vision 2030 du Royaume ont aidé les femmes saoudiennes à atteindre le classement exceptionnel. Les initiatives gouvernementales ont autonomisé les femmes et leur ont donné des chances égales de travailler.

De plus, le gouvernement saoudien a autorisé les femmes à conduire afin de se déplacer facilement entre leur domicile et leur lieu de travail, et a également introduit des réglementations relatives au travail et aux affaires des femmes, telles que le droit des femmes de 21 ans et plus de voyager et la protection des femmes contre la discrimination, notamment en ce qui concerne l’emploi et les salaires.

Toutes ces réformes et d’autres ont encouragé la participation des femmes saoudiennes à l’économie et au marché du travail.

La contribution des femmes à l’économie augmentera à l’avenir afin de répondre à l’un des principaux objectifs de la Vision – porter la participation des femmes au marché du travail de 22% à 35% d’ici 2030.

Talat Zaki Hafiz est économiste et analyste financier.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)