Le projet d’extension de la cour de la Grande Mosquée de La Mecque est presque achevé

22/08/19

Un projet visant à ajouter plus de 3 000 mètres carrés d’espace de cour près de la Grande Mosquée de La Mecque est presque terminé. (CVA)

Le projet, qui devrait s’achever à la fin du mois, vise à augmenter la capacité de la mosquée au sol et de ses cours environnantes.

Le travail est terminé à 85%

RIYAD: Un projet visant à ajouter une cour de plus de 3 000 mètres carrés près de la Grande Mosquée de La Mecque est presque terminée, a rapporté l’agence de presse saoudienne.

L’extension de la zone aidera à contrôler le mouvement des foules près de la mosquée, a annoncé la présidence générale aux Affaires des Deux Saintes Mosquées. Le travail est achevé à 85%, indique le communiqué.

Les travaux d’agrandissement impliquent l’enlèvement d’un certain nombre d’endroits destinés à l’alimentation et leur installation sous les escaliers de la cour. Des toilettes ont également été installées aux abords de la cour.

Le projet, qui devrait s’achever à la fin du mois, vise à accroître la capacité de la Grande Mosquée et de ses cours environnantes à fournir le meilleur service possible aux pèlerins du Hajj et de l’Omra, à gérer le contrôle des foules et à assurer la sécurité des personnes. visiteurs.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Mosquée du Prophète

11 June 2019

 

photos de Shutterstock

Présentation

Nom local

المسجد النبوي(Masjid al-Nabawi)

Culte

Musulman

Type

Mosquée

Début de la construction

VIIe siècle

Fin des travaux

XXe siècle

Style dominant

Ottoman

Géographie

Pays

Arabie saoudite

Région

Province d’al Madinah

Ville

Médine

Coordonnées

24° 28′ 07″ nord, 39° 36′ 40″ est

 

La mosquée du Prophète (arabe : المسجد النبوي Al-Masjid Al-Nabawi) à Médine en Arabie saoudite, est la deuxième mosquée la plus sainte de l’islam après Masjid al-Haram à La Mecque et avant la mosquée d’Al-Aqsa (à côté du Dôme du Rocher), à Jérusalem.
La mosquée originale a été construite par Mahomet. Les califes suivants l’ont agrandie et amélioré sa décoration. Le premier édifice n’était pas grand et ne représentait qu’une petite partie de superficie du bâtiment actuel. La taille de la mosquée a été considérablement augmenté depuis la formation du royaume saoudien. La dernière rénovation a eu lieu sous le roi Fahd.

Histoire

Elle a été construite lors de l’Hégire de Mahomet et de ses compagnons de La Mecque à Médine. Quelques jours après avoir commencé la construction de la mosquée de Quba, Mahomet a entamé la construction d’un deuxième lieu de culte à Médine, connu aujourd’hui sous le nom de Masjid al-Nabawi, ou la « mosquée du prophète ». L’emplacement de la mosquée a été choisi d’après l’endroit où la première prière de vendredi a été effectuée dans la ville. Une tradition orale relate également une légende selon laquelle, Mahomet reprenant son chemin vers Médine, laissa à sa monture, un dromadaire nommé Qoçoua, le soin de déterminer le lieu d’arrivée en lui relâchant la bride. C’est ainsi qu’après nombre de détours, elle s’arrêta enfin sur un large terrain vide et s’agenouilla. C’est sur ce terrain que la mosquée de Médine aurait été bâtie
Le premier agrandissement de la mosquée eut lieu sous le règne de calife Omar ibn al-Khattab qui ajouta une portion de terrain à la mosquée du côté nord et la reconstruisit. Quand le calife Omar mourut, il fut enterré à côté des tombeaux de Mahomet et du calife Abou Bakr As-Siddiq. Sous le règne du calife Uthman ben Affan, l’élargissement de la mosquée semblait nécessaire et urgent. Il procéda alors, en 649-650, à l’extension et la reconstruction de la mosquée.

À l’époque omeyyade

En 685, à son accession au califat de l’État omeyyade, Al Walid Ibn Abdel Malek ordonna l’agrandissement et la reconstruction de la mosquée. Les caractéristiques les plus importantes de cet agrandissement résident dans l’introduction de nouveaux éléments architecturaux tels que les terrasses, les minarets et le mihrab creux dans le mur de la quibla. C’était également le premier agrandissement à annexer les sépultures des mères des croyants à la mosquée. La superficie de cette extension était d’environ 2 369 m2.

À l’époque abbasside

Sous le règne du calife abbasside Al Mahdi, durant la seconde moitié du VIIIe siècle, la mosquée fut étendue et reconstruite. Cependant, la plus importante rénovation de la mosquée fut accomplie sous le règne des Mamelouks, lorsque le sultan Qaitbay ordonna la reconstruction de plusieurs parties durant la seconde moitié du XVe siècle.

À l’époque ottomane

Le sultan Mahmoud II, en 1813, fit construire un nouveau dôme dans la chambre prophétique en remplacement de celui de Qaitbay. Le nouveau dôme fut couvert de plomb et teint en vert. Le sultan ottoman Abdülmecit Ier fit reconstruire entièrement la mosquée après l’avoir détruite à l’exception de la chambre prophétique durant le second tiers du XIXe siècle. Cette construction qui comporta une extension sur une superficie de 1 293 m2 était la dernière en date avant la première expansion saoudienne.

À l’époque saoudienne

Devant l’afflux des pèlerins et les signes de fatigue de la mosquée, le Souverain saoudien Abdel Aziz lança sa reconstruction et son extension en 1951. Conservant l’architecture ottomane du sultan Abdülmecit, l’extension saoudienne (de 6 000 m2) porta la superficie totale à plus de 16 000 m2.

Le Roi Fahd Ben Abdel Aziz posa, le , la première pierre d’une nouvelle extension. Avec une superficie de plus de 160 000 m2, la mosquée du Prophète peut accueillir 250 000 fidèles.

 

Architecture

 

À l’heure actuelle, la mosquée comprend un plan rectangulaire conçu sur deux étages avec le hall de prière ottoman faisant face au sud. Le hall de prière principal occupe entièrement le premier étage. L’enceinte de la mosquée est 100 fois plus grande que celle construite originellement par Mahomet et peut accueillir jusqu’à un demi-million de pèlerins.

Le toit de la mosquée est plat, surmonte de 27 dômes coulissants sur une base carrée. 15 trous percés dans la base de chaque dôme illuminent l’intérieur. Le toit est aussi utilisé pour la prière durant les heures de pointe, lorsque les dômes coulissent sur des rails métalliques, créant ainsi des puits de lumière pour la salle de prière. Durant ces heures, la cour de la mosquée ottomane est aussi ombragée grâce à des parasols fixés à des colonnes autoportantes. Des escaliers et des ascenseurs permettent d’accéder au toit. La zone pavée autour de la mosquée est aussi utilisée pour la prière, et équipée de parasols rétractables. Les dômes coulissants et les parasols rétractables ont été construits par l’architecte allemand Mahmoud Bodo Rasch et son cabinet d’architecture SL Rasch GmbH Special and Lightweight Structures.

La façade nord comprend trois portiques espacés, tandis que les façades est, ouest et sud en ont chacune deux. Les murs sont composés d’une série de fenêtres surmontées d’arcs ogivaux avec des voussoirs en noir et blanc. Six minarets périphériques sont attachés à la nouvelle extension, et quatre autres entourent la structure ottomane. La mosquée est richement décorée avec du marbre et des pierres polychromes. Les colonnes sont en marbre blanc et des chapiteaux en laiton soutiennent les arcs légèrement pointus, construites avec pierres noires et blanches. Les socles des colonnes sont équipés de grilles de ventilation qui régulent la température à l’intérieur de la salle de prière.

Cette nouvelle mosquée contient l’ancienne mosquée en son sein. Les deux sections peuvent être facilement distinguées : la partie la plus ancienne a de nombreuses décorations colorées et de nombreux petits piliers, et des ventilateurs ont été installés au plafond ; la nouvelle section est en marbre blanc brillant et est entièrement climatisée.

La cour à ciel ouvert de la mosquée peut être ombragée par des parasols pliés, similaires à des auvents, conçus par Mahmoud Bodo Rasch et Buro Happold.

Cet article a été publié pour la première fois dans Wikipédia

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien Wikipédia

Mosquée al-Harâm

Le 8 juin 2019

Présentation

Nom local

المسجد الحرام (Al-Masjid Al-Ḥarâm)

Culte

Musulman

Type

Mosquée

Début de la construction

VIIe siècle

Fin des travaux

XXIe siècle

Style dominant

Divers

Site web

www.gph.gov.sa

Géographie

Pays

Arabie saoudite

Région

Province de La Mecque

Ville

La Mecque

Coordonnées

21° 25′ 19″ nord, 39° 49′ 34″ est

La Mosquée al-Harâm (en arabe : المسجد الحرامal-Masjid al-Ḥarâm, « la Mosquée sacrée »), ou grande mosquée de la Mecque, est une mosquée de la ville de La Mecque en Arabie saoudite, la plus grande du monde et le premier lieu saint de l’Islam. Elle abrite en son centre la Kaaba, petit bâtiment par sa taille, mais plus important sanctuaire de l’islam. La pierre noire y est enchâssée : c’est elle que les musulmans tentent de toucher au cours des ṭawāf (circumambulations) qu’ils accomplissent durant leur pèlerinage (hajj) ; et c’est dans la direction de la Kaaba que les musulmans du monde entier se tournent pour prier.

Le Masjid al-Harâm est un sanctuaire bâti dans un deuxième temps afin d’abriter ce sanctuaire préexistant de la Kaaba.

Origine de l’appellation

Le nom Al-Masjid al-Ḥarâm attribué à cette mosquée se rencontre du premier verset de la sourate 17 du Coran (Le Voyage nocturne) : « Gloire à Celui qui a fait voyager Son serviteur de la Mosquée sacré [al-Masjid al-Ḥarâm] à la Mosquée extrême [al-Masjid al-‘Aqṣā] dont nous avons béni les alentours, afin de lui montrer certains de Nos signes ! Dieu est en vérité Celui qui entend et voit tout. » La tradition musulmane voit dans le serviteur le Prophète Mahomet. Quant à la « Mosquée sacrée » (en arabe, al-masjid al-Ḥarâm) la tradition musulmane y voit ou bien la Kaaba elle-même, ou bien l’ensemble de la mosquée de la Mecque, tandis que le « Sanctuaire extrême » serait, lui, Jérusalem.

Origine de la Kaaba selon la tradition musulmane

Selon la croyance et la tradition islamiques, Al-Haram Al-Sharîf (c’est-à-dire, ici, la Kaaba) a été construite par des anges, selon l’ordre d’Allah, avant la création de l’humanité, pour être le reflet sur terre de al-bayt al-ma‘mûr (la maison fréquentée, en arabe : البيت المعمور). Cette maison serait un sanctuaire dans le ciel (en principe, le septième ciel), qui correspondrait exactement à celui de la Mecque, et fréquenté par les anges. Par la suite, la tradition islamique a développé cette notion en voyant dans ce sanctuaire un lieu où 70 000 anges viennent prier chaque jour, puis s’en vont pour ne plus revenir. Par la suite, Adam aurait amené cette demeure avec lui sur la terre et l’aurait gardée telle quelle jusqu’au déluge. Abraham est le dernier humain qui reconstruit la Kaaba avec l’aide de son fils Ismaël. La pierre noire qui, selon la tradition la plus répandue, aurait été amenée par Adam du paradis est située sur le quatrième coin du Kaaba. Sa couleur noire vient du fait qu’elle aurait le pouvoir surnaturel d’absorber les péchés des hommes qui la touchent.

On voit donc que la Kaaba est un temple de la Mecque qui préexistait à l’avènement de l’islam.

Histoire de la construction

La Kaaba

Le cœur du sanctuaire, la Kaaba, est un monument très simple : un quasi cube haut de 15 m et de 10,5 × 12 m de côté. L’entrée se trouve sur le mur nord-est. Initialement dépourvue de couverture, on lui ajouta un toit plat soutenu par six piliers pour la protéger vers le début du VIIe siècle, sans doute l’œuvre de Coptes d’Égypte.

On l’a dit, pour la tradition musulmane, le culte de ce monument remonterait à Abraham et Ismaël. Mais au moment de l’avènement de l’Islam, La Mecque était devenue païenne. Selon les historiens arabes de la ville de La Mecque, la pierre noire était déjà présente dans le mur de la Kaaba, et l’ensemble formé par la Kaaba et la pierre noire donnait lieu à un pèlerinage annuel pour les Arabes païens et même chrétiens de la région. Le temple abritait la statue d’une divinité nommée Hubal, et l’extérieur du bâtiment était entouré de 360 statues d’idoles.Toutes ces statues furent retirées lors de la conquête de la Mecque par Mahomet afin d’éliminer du lieu les éléments de l’ancien culte païen polythéiste. Les artisans coptes ajoutèrent une décoration peinte, qui fut également effacée par Mahomet, à l’exception d’une image représentant Marie et Jésus : le Prophète l’aurait protégée avec ses mains afin d’empêcher qu’elle ne soit détruite.

Avant que La Mecque ne se convertisse à l’islam, ce sanctuaire se trouvait au fond d’une vallée, entouré par les maisons de la ville, qui arrivaient donc à proximité même de la Kaaba. Ce n’est que sous le règne du calife Omar ibn al-Khattâb (634-644) que l’on ajouta une enceinte pour clôturer la Kaaba et la séparer des bâtiments aux alentours.

La Kaaba constitue la direction (qibla) vers laquelle se tournent les musulmans lors de leur prière. Elle est donc le pôle vers lequel s’orientent toutes les mosquées dans le monde, à commencer par celles de la ville de La Mecque jusqu’aux sanctuaires les plus lointains. C’est d’ailleurs aussi le cas des fidèles qui se trouvent dans l’enceinte du Masjid al-ḥarâm, qui se tournent aussi vers la Kaaba lors de la prière.

La mosquée

Al-Masjid al-Ḥarâm est donc une mosquée destinée à enclore la Kaaba et bâtie vers 638. Le bâtiment a connu plusieurs modifications au cours des siècles. Son apparence actuelle est essentiellement le résultat d’abord des interventions ottomanes au XVIe siècle, suivies par les gigantesques transformations entreprises à partir des années 1950 et qui ne sont pas entièrement terminées. Le bâtiment a donc beaucoup évolué au fil du temps. Cependant, elle est encore peu étudiée car, au contraire de bâtiments comme le Dôme du Rocher ou la grande mosquée de Damas, elle n’a guère eu d’influence sur le développement de l’architecture islamique. À preuve la quasi absence d’analyse de ce bâtiment (à l’exception de la Kaaba) dans les principales publications scientifiques sur l’histoire de l’architecture musulmane.

Des origines au XVIe siècle

On peut faire remonter l’histoire du bâtiment à la prise de La Mecque par Mahomet en 630. Alors qu’il s’était vu refuser l’entrée dans La Mecque en 628 pour y effectuer le pèlerinage, le Prophète parvient, à ses fins l’année suivante, à l’occasion d’une trêve, et peut accomplir le rite du ṭawāf, c’est-à-dire circumambulation autour de la Kaaba. Une année plus tard, en 630, il conquiert la ville. Après la reddition des Mecquois, Mahomet se rend à la Kaaba. Il brise les idoles qui l’entourent ainsi que les peintures qui en décorent l’intérieur, à l’exception, selon certains hadiths, d’une Vierge à l’Enfant. C’est cette même année que la qibla, la direction de la prière, se fixe définitivement, passant de Jérusalem à la Kaaba. Désormais, c’est dans cette direction que se tourneront les musulmans lorsqu’ils font la prière.

 

 

La construction de la mosquée à proprement parler fut réalisée vers l’an 638, sous le règne d’Omar ibn al-Khattâb. Devant le nombre croissant de pèlerins, le deuxième calife, Omar, fit construire un mur de 1,5 mètre de haut autour de la Kaaba afin de délimiter une zone de prière. Durant le règne de son successeur, le calife Othmân ibn Affân (644-656), l’espace de prière fut agrandi, puis recouvert d’un toit en bois soutenu par des arcs reposant sur des colonnes.

En 692, après que le calife omeyyade Abd al-Malik (685-705) eut reconquis la Mecque sur Ibn Zubayr, le gardien du lieu saint releva les murs extérieurs, recouvrit le plafond de teck et fit peindre d’or les colonnes.

Son fils Al-Walid ben Abd al-Malik (705-715) fit annexer une portion de terrain à la superficie de la Mosquée et rénova le bâtiment, remplaçant le bois et élevant des arcs, décorés de mosaïques, sur des colonnes de marbre provenant d’Égypte ou de Syrie.

Le calife abbasside Abou Ja’afar Al Mansour donna ordre d’adjoindre une vaste superficie à la Mosquée d’Al Haram et fit construire un couloir circulaire. En outre, il doubla la taille de l’aile nord et l’ouest de la salle de prière, et bâtit le minaret de Bab al-Umra sur l’angle nord-ouest, qui fut le premier minaret de la mosquée.

En 776, en raison du nombre croissant des pèlerins, le calife Al-Mahdî acheta, lors de son pèlerinage, les maisons situées entre la mosquée d’Al-Haram et le Mas’a (la galerie reliant le rocher d’Al-Safa à celui d’Al Marwah). Elles furent ensuite détruites pour permettre de porter la superficie totale de la mosquée, centrée sur la Kaaba, à 120 000 coudées-carrées, soit 196 mètres sur 142 mètres. Al-Mahdi fit également construire trois minarets couronnés de créneaux au-dessus des portes de Bab al-SalamBab Ali et Bab al-Wadi. La mosquée compta ainsi quatre minarets.

 

Vue de la Mecque et du Masjid al-Harâm en 1850. On distingue bien le portique qui entoure la Kabaa, dont le dernier remaniement remonte aux interventions ottomanes du XVIe siècle.

La superficie de la mosquée atteignit un premier apogée en 918, sous le calife abbasside Al Mouqtadir Billah, et elle resta inchangée jusqu’à l’époque saoudienne. Aucun agrandissement ne fut entrepris pendant les règnes des Fatimides, Ayyoubides, Mamelouk et Ottomans, durant lesquels les travaux se limitèrent à la restauration et à la réparation du complexe. Ainsi, en 1399, la partie nord de la mosquée prit feu, et une centaine de colonnes de marbre, ainsi que le plafond furent endommagés. Les autres sections subirent des dommages lors d’une inondation. La mosquée fut alors restaurée par le sultanmamelouk An-Nâsir Faraj ben Barquq. Les colonnes de marbre endommagées furent remplacées par des colonnes en pierre venant des carrières situées à proximité des montagnes du Hedjaz, tandis que le toit était reconstruit avec du bois en provenance des montagnes de la région de Taïf.

 

 

La mosquée durant la domination ottomane (XVIeXXe)

On doit également aux sultans ottomans une contribution importante au développement architectural de la mosquée. En 1571, le sultan Selim II  ordonna à son architecte Sinan de la rénover en profondeur. Sinan remplaça le toit de la salle de prière par des dômes dorés, dont l’intrados fut orné de calligraphies (certaines de ces coupoles sont toujours présentes) et il ajouta des colonnes entre les anciennes afin de soutenir le nouveau toit. Quelques années plus tard, en 1611, des pluies entraînèrent d’autres dégradations, à la suite de quoi le sultan Murad IV (1623-1640) ordonna une nouvelle restauration de la mosquée, avant de faire reconstruire la Kaaba en 1629. Le bâtiment comportait de nouvelles arcades en pierre appuyées sur de fines colonnes, avec des médaillons entre les arches. Les dalles du sol autour de la Kaaba furent remplacées par de nouvelles dalles de marbre de couleur, et les Ottomans portèrent le nombre de minarets à sept. À la fin de la domination ottomanedans le Hedjaz, au cours de la Première Guerre mondiale, l’enceinte extérieure de la mosquée mesurait 192 mètres sur 132 mètres, soit un peu plus de 25 000 m2

On peut distinguer trois phases (dont la dernière est en cours en 2019) dans les agrandissements entrepris par la dynastie saoudienne, qui donnent à la mosquée sa physionomie actuelle.

Le roi Saoud ben Abdelaziz Al Saoud lance en 1955 un très important programme d’extension et de reconstruction de la Mosquée d’Al Haram, ainsi que de restauration de la Kaaba. Dans cette première phase, qui s’est terminée en 1973, la construction de la nouvelle structure nécessita d’importants travaux de démolition autour de la mosquée ottomane. On éleva une arcade à deux étages de colonnes en pierre artificielle, recouvertes de panneaux de marbre sculpté. Le plafond de ces galeries fut décoré de caissons moulés en plâtre, et le sol fut recouvert de pierre et de marbre. Au cours de cette première extension saoudienne, le Mas’a a été prolongé pour être intégré dans la mosquée. L’extension a été construite sur deux étages, avec une structure de béton armé revêtue d’arches sculptées dans le marbre et de la pierre artificielle. Cette salle communique avec la rue et la mosquée par onze portes. Les portes Bab al-Salam et Bab al-Umra ont également été rénovées afin de faire correspondre leur style à celui de la porte du Roi Abdul Aziz, de construction récente, située sur la façade sud. Quatre minarets ont été construits près de Bab al-Umra et Bab al-Salam, et les trois plus anciens ont été remodelés. Ils atteignent une hauteur de quatre-vingt-neuf mètres. Chacun d’entre eux possède deux balcons décorés de colonnettes octogonales.

Au début des années 1960, la superficie totale de la Mosquée atteignait ainsi presque 200 000 m2(contre 25 000 m2 avant l’extension) et pouvait accueillir simultanément 400 000 fidèles.

Lors d’une deuxième phase (1982-2005), engagée sous l’impulsion du roi Fahd ben Abdelaziz Al Saoud, les travaux d’extension ont porté la superficie totale de la mosquée à plus de 320 000 m2 pour une capacité d’accueil de plus d’un million de fidèles. Ces travaux ont permis de construire une nouvelle aile ainsi qu’une zone de plein air pour la prière, au sud-est de la mosquée. De plus, la nouvelle salle de prière est devenu accessible par la monumentale Porte du Roi Fahd au sud, qui mène à la Kaaba. Cette porte est composée de deux étages séparés dans certaines sections par une mezzanine qui abrite des services mécaniques ; la climatisation se fait par des canalisations placées sous le carrelage et reliées à des bouches de ventilation situées à la base de chaque colonne.

La salle de prière est construite sur l’espace de cinq mètres de la grille. Son arcade est carrée avec un toit à caisson. Les colonnes sont des panneaux plaqués de marbre, alors que les voûtes sont recouvertes de pierre artificielle et de moulures en plâtre. Le long de l’axe reliant la Porte du Roi Fahd à la Kaaba, trois modules de grille[pas clair] sont couverts de coupoles décorées avec muqarnas moulés en plâtre ; ces coupoles reposent sur des tambours percés de trente-deux fenêtres. Le dôme de l’espace est lumineux avec des chandeliers en verre de couleur et un rétro-vitrail au sommet. Les murs intérieurs de la salle de prière sont recouverts de marbre avec une rainure de 2,5 mde haut. Cette décoration fut utilisée pour dissimuler des haut-parleurs et le câblage électrique.

Les travaux en cours

Une nouvelle étape (la troisième), lancée en 2007, doit ajouter 400 000 m2 à la surface existante, doublant ainsi la capacité d’accueil pour la porter à quelque deux millions de fidèles durant la période du hajj. L’opération a été attribuée, à la suite d’un concours, à l’agence d’architecture française Architecture-Studio. Les travaux devraient durer jusqu’en 2020. En 2013, ces travaux d’agrandissement ont entraîné la destruction de certaines des parties les plus anciennes de la mosquée.

Le 11 septembre 2015, à quelques jours du pèlerinage, une tempête a provoqué la chute d’une grue, ce qui s’est soldé par un lourd bilan : plus de 100 morts et 200 blessés.

La mosquée, aujourd’hui d’une superficie de 400 800 m2, s’étend sur deux niveaux ainsi que sur une immense terrasse, un sous-sol et des esplanades autour d’elle. Elle peut accueillir 900 000 personnes, soit quelque deux millions de fidèles durant la période du hajj, ce qui fait d’elle la plus grande mosquée au monde. Ses sept minarets culminent à 89 mètres. Son premier mihrab date du VIIIe siècle.

Prise de la mosquée par un groupe d’insurgés

À l’automne 1979, la Grande Mosquée de La Mecque a été occupée par un groupe d’insurgés islamistes durant deux semaines, entre le  et le .

Personnel employé

De nombreuses personnes travaillent à la mosquée Al-Haram dont une quinzaine d’imams et de muezzins.

Imams

On peut notamment citer :

  • Abdul Rahman Ibn Abdul Aziz Al-Sudais (en arabe :عبد الرحمن السديس) imam en chef de Al-Masjid Al-Haram ;
  • Saud Al-Shuraim (en arabe :سعود الشريم) juge à la Haute Cour de La Mecque ;
  • Bandar bin Abdoul Azeez Baleela, nommé en 2013 ;
  • Salah Al Budair (en arabe : صلاح البدير). Depuis 2005, durant le ramadan pour la prière tarawih, il est l’imam permanent de la Masjid al-Nabawi à Médine.

Muezzins

Les muezzins de Haram Sharif doivent posséder un certain nombre de qualités, dont les plus importantes sont : une bonne morale et une bonne voix. Ils sont actuellement au nombre de seize. Durant le ramadan, on leur adjoint six muezzins en renfort. Durant la prière, un muezzin assiste aussi les imams, en répétant leurs paroles à voix haute.

Cet article a été publié pour la première fois dans Wikipédia

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien Wikipédia

Création d’une société pour entreprendre des efforts de développement dans des lieux saints en Arabie saoudite

04/06/19

Le prince héritier Mohammed ben Salmane préside une réunion du conseil de la Commission royale pour la ville de La Mecque et les lieux saints au palais Al-Safa. (SPA)

DJEDDAH: Le prince héritier Mohammed ben Salmane a présidé lundi une réunion du conseil de la Commission royale pour la ville de La Mecque et les lieux saints au palais Al-Safa, a rapporté l’agence de presse saoudienne.

Le conseil a approuvé un plan stratégique pour la ville sainte de La Mecque et ses lieux saints. Il a également ordonné le lancement et la préparation des détails du plan, des programmes et des partenariats.

Il a approuvé la création d’une société de développement des lieux saints et l’installation de son siège à La Mecque.

La société agira en tant que principal développeur et opérateur pour créer et augmenter la capacité des lieux saints afin de servir le nombre croissant de fidèles.

Le conseil a approuvé une règlementation visant à faire face aux zones non développées de La Mecque et a examiné les propositions relatives aux fonds de transport et de dotation concernant la ville sainte.

Le directeur exécutif de la Commission royale sur la ville de La Mecque et les lieux saints, Abdulrahman bin Farouk Addas, a déclaré que les décisions et les directives répondaient aux souhaits du roi Salmane et du prince héritier d’établir un avenir durable pour La Mecque et les lieux saints, de fournir les meilleurs services possibles aux fidèles et enrichir la qualité de la vie à La Mecque.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Mosquées qui abritent certaines des plus grandes congrégations Eid du monde

03/06/19

 

Une vue aérienne de la nuit de la majestueuse Grande Mosquée de La Mecque regorgeant de fidèles. (CVA)

Les musulmans du monde entier se réuniront cette semaine dans des mosquées et des lieux extérieurs pour les prières de l’Aïd Al-Fitr

La mosquée Al-Haram à La Mecque est la mosquée la plus sainte de l’islam, site du pèlerinage du pèlerinage

DUBAÏ: Les musulmans vont bientôt assister à l’Aïd Al-Fitr, le festival qui marque la fin du Ramadan.

L’Aïd Al-Fitr, qui signifie Festival de la rupture du jeûne, verra les musulmans se rassembler pour la prière en congrégation dans des mosquées ou des lieux de prière spéciaux dans le monde entier. Les prêcheurs félicitent les musulmans pour l’occasion bénie, prient Allah Tout-Puissant d’accepter leur jeûne, leur charité et leurs bonnes actions et leur souhaitent de bons résultats.

MASJID AL-HARAM (GRAND MOSQUE)

Lieu: La Mecque, Arabie Saoudite

Capacité: 900 000 fidèles; 4 millions durant le Hajj

Histoire: remonte à l’ère du prophète Ibrahim, qui a construit une version plus petite et plus simple avec son fils Ismael. La Grande Mosquée, qui entoure la Kaaba, a un dôme vert dans le coin sud-est. D’abord peint en vert en 1837, le dôme est construit au-dessus de la tombe du prophète et des tombes du calife Abu Bakr et du calife Umar. Le regretté roi saoudien Abdallah ben Abdul Aziz a lancé un important projet d’extension en 2007 afin de porter la capacité de la masjid à deux millions. Après avoir passé le contrôle de divers califes, sultans et rois, la mosquée est sous le contrôle du roi d’Arabie saoudite en sa qualité de gardien des deux saintes mosquées.

Signification: La Grande Mosquée est le sanctuaire le plus sacré de l’islam. Elle est le lieu de pèlerinage du pèlerinage et la phase principale de l’Omra, le pèlerinage de moindre importance. La mosquée comprend des sites tels que la pierre noire, le puits de Zamzam, Maqam Ibrahim et les collines de Safa et de Marwa.

* * *

LA MOSQUE DU PROPHET

Lieu: Médina, Arabie Saoudite

Capacité: 10 000 fidèles

La mosquée du prophète à Médine. (Photo du fichier CVA)

Histoire: Construite par le prophète Mahomet en 622 après JC, la mosquée originale était un bâtiment à ciel ouvert et servait de centre communautaire, de cour

et une école religieuse. La structure a été élargie à plusieurs reprises au cours des années dans le

règne des califes et des États omeyyade, abbasside et ottoman. La plus grande opération d’expansion a été entreprise par le Royaume en 1994.

Signification: De nombreux pèlerins qui accomplissent le pèlerinage se rendent à Médina pour visiter la mosquée du prophète en raison de son lien étroit avec la vie du prophète. La mosquée abrite le tombeau du prophète Mahomet. Chaque année, des dizaines de milliers de pèlerins effectuent le rituel d’Itikaaf, impliquant l’isolement et le séjour à la mosquée dans l’intention de rendre un culte.

* * *

MOSQUE FAISAL

Lieu: Islamabad, Pakistan

Capacité: 100 000 fidèles

Mosquée Fayçal à Islamabad, au Pakistan. (Photo fournie)

Histoire: L’impulsion pour la construction de la masjid est venue du roi saoudien Fayçal ben Abdel Aziz. En 1969, un concours international a été organisé dans lequel des architectes de 17 pays ont soumis 43 propositions. La candidature gagnante était celle de l’architecte turc Vedat Dalokay. La construction a débuté en 1976 et s’est achevée en 1986. Le projet a été conçu comme la mosquée nationale du pays et un symbole des espoirs et des aspirations du Pakistan. Il a été dédié à la mémoire du roi Fayçal, qui a supporté le coût du projet en cadeau au peuple pakistanais.

Signification: La forme de la mosquée Fayçal est inspirée d’une tente bédouine du désert et de la Kaaba à La Mecque, flanquée de quatre minarets insolites inspirés de l’architecture turque, mais dépourvus des dômes et des arcs traditionnels de la plupart des autres mosquées. Les murs sont ornés de calligraphies dorées, avec de grands lustres suspendus au plafond. Le plafond lui-même est une œuvre d’art conçue avec des lignes et des rainures nettes le

Le mausolée du général Zia Ul-Haq est adjacent à la mosquée.

* * *

SHEIKH ZAYED GRAND MOSQUE:

Lieu: Abu Dhabi, Émirats Arabes Unis

Capacité: plus de 40 000 fidèles et visiteurs

La grande mosquée Sheikh Zayed à Abou Dhabi. (Photo fournie)

Historique: conçu par l’architecte syrien Yousef Abdelky et construit entre 1996 et 2007, le projet a été lancé par le défunt président des Emirats Arabes Unis et souverain d’Abou Dhabi, Cheikh Zayed ben Sultan Al-Nahyan. Les architectes étaient britanniques, italiens et émiratis, et l’inspiration du design venait de Turquie, du Maroc, du Pakistan, d’Egypte et d’autres pays islamiques. Plus de 3 000 travailleurs et 38 entreprises ont participé à la construction de la mosquée.

Signification: la vision de Sheikh Zayed pour la Grande Mosquée était d’incorporer les styles architecturaux de différentes civilisations musulmanes et de célébrer la diversité culturelle. La plus grande mosquée des EAU est le lieu de culte clé pour les prières quotidiennes, les réunions du vendredi et les prières de l’Aïd. Les creux des dômes sont gravés de versets du Coran et peints de feuilles d’or en caractères naskh.

* * *

JAMA MASJID

Lieu: New Delhi, Inde

Capacité: 25 000 fidèles

La Jama Masjid à New Delhi, en Inde. (Photo fournie)

Histoire: commandé par l’empereur moghol Shah Jahan après avoir déplacé sa capitale d’Agra à Delhi, la construction de la mosquée a débuté en 1644. L’architecte était Ustad Khalil, qui a utilisé de la pierre rouge et du marbre blanc. La construction, impliquant 5 000 artisans, a été achevée en 1656. La masjid a été inaugurée par un clerc de Boukhara, en Ouzbékistan, Sayed Abdul Ghafoor Shah Bukhari, à qui Shah Jahan a légué le titre Shahi Imam. Ces jours-ci, la masjid est gérée par le conseil d’administration du Delhi Waqf et le comité Jama Masjid sous la direction de l’actuel Shahi Imam.

Signification: La mosquée fait face à l’ouest de la Mecque et abrite plusieurs vestiges d’importance religieuse islamique, dont une transcription séculaire du Coran. Chaque année, des milliers de musulmans se pressent dans la mosquée pour offrir des prières spéciales pour l’Aïd le matin. Sept entrées cintrées sont incrustées d’inscriptions en marbre noir détaillant l’histoire de la mosquée.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La mosquée du prophète à Médine prête pour un demi-million de fidèles

02/06/19

Plus de 5 000 employés ont travaillé à la propreté nécessaire de la mosquée du prophète et de ses environs. (CVA)

La mosquée compte plus de 16 000 tapis, plus de 300 tonnes d’eau de Zamzam par jour pour plus de 16 000 bouteilles et 40 réservoirs d’eau froide avec des gobelets propres à usage unique.

Médina: La mosquée du prophète est prête à recevoir près d’un demi-million de fidèles pour la nuit lorsque la lecture du Coran sera terminée, a rapporté l’agence de presse saoudienne, citée par un responsable gouvernemental.

Lire et compléter le Coran pendant le mois de jeûne du Ramadan est considéré comme particulièrement sacré car, dans l’islam, la prière faite une fois le Coran terminé est acceptée par Allah.

Des centaines de milliers de musulmans sont attendus à la mosquée du prophète à Médine pour cette occasion importante.

Le responsable des relations publiques de la Présidence générale aux affaires des deux Saintes mosquées, Jamaan Al-Asiri, a déclaré que les autorités avaient achevé tous les préparatifs de la nuit.

Plus de 5 000 employés ont travaillé à la propreté nécessaire de la mosquée du prophète et de ses environs.

La mosquée compte plus de 16 000 tapis, plus de 300 tonnes d’eau de Zamzam par jour pour plus de 16 000 bouteilles et 40 réservoirs d’eau froide avec des gobelets propres à usage unique. Il y a 60 sites de consommation avec plus de 385 fontaines autour de la mosquée, a-t-il ajouté.

Les employés de la mosquée guideront les visiteurs dans les cours et mettront en œuvre des mesures de contrôle de la foule.

Al-Asiri a déclaré que la présidence avait mis en place un éclairage extérieur, des dômes, des parapluies et des ventilateurs pour la pulvérisation d’eau. Il a également mis en place des escaliers mécaniques et des mesures spéciales de transport pour aider les personnes âgées et les personnes handicapées. Il y aura un nombre croissant de portiers au rez-de-chaussée et dans les zones supérieures de la mosquée. La présidence travaille avec le Croissant-Rouge au cas où les visiteurs auraient besoin de l’attention d’un hôpital, a-t-il déclaré.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Pourquoi la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem est importante pour les musulmans

29/05/19

Le sanctuaire est le troisième lieu saint de l’islam après la Mecque et Médine en Arabie Saoudite

La première mosquée construite dans l’enceinte d’Al-Aqsa remonte à 638 après JC

AMMAN: «Il y a un endroit juste au centre de la mosquée Al-Qibli où vous vous sentez si léger quand vous vous tenez dedans.»

C’est ainsi que Wasfi Kailani, du Fonds hachémite pour la restauration de la mosquée Al-Aqsa, décrit son lieu préféré au sein de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem, site du patrimoine mondial de l’UNESCO, connu également par les musulmans et les Palestiniens sous le nom d’Al-Haram Al-Sharif.

L’endroit dont parle Kailani n’est pas loin de la chaire de Saladin, reconstruite par le roi Abdallah II de Jordanie après sa destruction lors d’un incendie criminel en 1969.

« Je pense que l’endroit le plus sacré de l’ensemble de l’enceinte est au centre de la mosquée », a-t-il déclaré à « Arab News ». « C’est le lieu d’où le prophète Mahomet est monté dans les cieux pour rencontrer le Dieu tout-puissant avec tous les prophètes qui l’accompagnaient. »

Pour Ziad Khalil Abu Zayyad, porte-parole du Fatah, le parti politique palestinien, le lieu le plus spécial est une petite pièce située sous la mosquée du Dôme du Rocher.

« C’est ce qu’on appelle la grotte des âmes », a déclaré Abu Zayyad à « Arab News ». «Je l’aime pour le haut niveau d’énergie et de spiritualité que l’on peut ressentir en priant à l’intérieur .»

Ahmad Budeiri, ancien membre de la BBC, est né à Jérusalem et y a passé toute sa vie. «J’entre dans la mosquée pour faire l’expérience de la beauté de son architecture», a-t-il déclaré. « Ensuite, je descends dans la grotte et j’ai l’impression que toute la signification spirituelle de la mosquée est condensée dans ce petit espace. »

Abla Rweis, une mère de trois enfants de Naplouse, a déclaré à « Arab News » que son lieu de prédilection était la mosquée elle-même. « Cela a une sainteté particulière, car c’est là que le saint prophète Muhammad a passé la nuit à monter au ciel. »

Rweis parle d’Al-Isra wa Al-Miraj, les deux parties d’un voyage nocturne que le prophète Mahomet a fait. Dans l’Islam, Al-Isra wa Al-Miraj signifie à la fois un voyage physique et spirituel.

Un peu plus de dix ans plus tard, le calife Omar était à Jérusalem et il commença à construire la première mosquée Al-Aqsa. Al-Aqsa signifie «le plus éloigné», en référence à la distance qui sépare le troisième sanctuaire sacré de l’islam de La Mecque et de Médine en Arabie saoudite.

Pour Khalil Attiyeh, un parlementaire jordanien, la sensation de descendre des escaliers allant du Dôme du Rocher à la mosquée Al-Aqsa est particulière. Mais pour de nombreux fidèles et visiteurs, les 144 dunums (144 000 mètres carrés) du complexe Al-Aqsa sont sacrés.

Le militant politique Hazem H. Kawasmi a déclaré que son favori

La tache est en face de la fontaine, où les fidèles viennent pour le lavage rituel. «Je viens à Al-Aqsa depuis que je suis enfant. J’aime m’asseoir dans les escaliers en face de la mosquée et regarder la fontaine d’eau », a-t-il déclaré.

Pour Arafat Amro, le Musée islamique situé dans l’enceinte est spécial en raison de son contenu inestimable. «C’est une fenêtre sur les civilisations et l’histoire», a déclaré Amro, qui est également directeur du musée.

«Tout ici, des parchemins, des œuvres en bois et des objets en métal aux sculptures sur pierre, reflète des époques différentes. Les visiteurs qui ont visité cette mosquée à travers les âges de différents endroits sont revenus avec l’histoire de leurs ancêtres arabes et musulmans gravée dans leurs mémoires.

Le Musée islamique est situé à proximité du mur Al-Buraq et d’une porte par laquelle des groupes d’extrémistes juifs font souvent des incursions inattendues avec une escorte armée israélienne.

La zone a été débarrassée des Palestiniens peu après la capture de Jérusalem-Est par Israël en 1967, marquant le début de l’occupation.

Pour Hazem Shunnar, économiste palestinien respecté, le mur Al-Buraq est ce à quoi il pense souvent «parce que les Israéliens l’ont pris de force».

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La riche histoire de la mosquée Médina

27/05/19

Au cours du mois sacré, de nombreux sites et monuments historiques islamiques au cœur de Médine sont très populaires.

La mosquée Al-Qiblatayn, construite par les fils de Sawad ben Ghanem ibn Kaab au cours de l’alliance du prophète lors de la deuxième année de la Hijra, fait partie des lieux favoris.

Depuis lors, la mosquée est connue sous le nom de mosquée Al-Qiblatayn, car le prophète a prié devant la mosquée Al-Aqsa, puis devant la grande mosquée.

Les rénovations de la mosquée ont été reportées à l’ère saoudienne lorsque le roi Abdul Aziz ben Abdelrahman Al Saoud a ordonné sa rénovation, son agrandissement et la construction d’un mur d’enceinte en 1350 de l’hégire.

Sous le règne du roi Fahd ben Abdel Aziz Al Saoud, la mosquée a été démolie et reconstruite. La zone dans laquelle se trouve la mosquée a été repensée et agrandie à l’aide des dernières technologies et conceptions techniques, avec une touche architecturale de caractère islamique.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La bibliothèque de la Grande Mosquée de La Mecque contient 30 000 livres

22/05/19

La bibliothèque contient des livres rares datant du deuxième siècle de l’Hégire. (SPA)

  • La bibliothèque a été ré-inaugurée en 1434 de l’Hégire pour renforcer la mission religieuse des Deux Saintes Mosquées et guider les visiteurs et les pèlerins

LA MECQUE: La bibliothèque de la Grande Mosquée de La Mecque est considérée comme un phare du savoir et couvre une superficie de 1 000 mètres carrés. Elle contient 30 000 livres et 5 600 titres.

La bibliothèque, qui compte 15 sections, offre des services numériques, audio et Internet. Elle contient des livres rares remontant au deuxième siècle de l’Hégire, notamment «Al-Mustatab», «Majmaa Al-Anhur Fi Sharh Multaqa Al-Abhur» et «Al-Ashbah Wal Nazaer».

La bibliothèque a été ré-inaugurée en 1434 de l’Hégire pour renforcer la mission religieuse des Deux Saintes Mosquées et guider les visiteurs et les pèlerins.

Son objectif est de mettre en valeur la culture islamique, de développer les compétences des chercheurs et de ses employés et de procurer des livres religieux.

Elle vise également à établir un centre scientifique et un centre de la culture et de la connaissance de calibre mondial, autour d’une bibliothèque centrale de 20 millions de titres.

La bibliothèque dispose de suffisamment d’espaces de lecture pour hommes et femmes, services de bureau pour enfants, centres de traduction et de recherche, stockage high-tech, livraison et réception de dossiers, collections spéciales et outils multimédias, ainsi que des services spécialisés de la bibliothèque avec les derniers moyens scientifiques, une bibliothèque de manuscrits et numérique, un département pour la réhabilitation et la restauration des manuscrits anciens et un espace administratif adéquat.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

400 tapis de prière pour la grande mosquée de La Mecque nettoyés chaque jour pendant le Ramadan

22/05/19

Une blanchisserie réservée à 20 ouvriers qualifiés nettoie chaque jour 400 tapis de prière pendant les saisons du Ramadan et du Hadj.

Une blanchisserie réservée à 20 travailleurs qualifiés nettoie chaque jour 400 tapis de prière pendant les saisons du Ramadan et du Hadj.

La Mecque: Après près de deux décennies d’importation de tapis de prière pour la Grande Mosquée de La Mecque, l’Arabie saoudite a créé chez elle des usines dédiées à la fabrication et au nettoyage de tapis pour la plus grande mosquée du monde.

Selon Nayef Al-Jahdali, directeur du département du nettoyage et de la moquette à la Grande Mosquée, une blanchisserie réservée à 20 ouvriers qualifiés nettoie chaque jour 400 tapis de prière pendant les saisons du Ramadan et du Hajj.

Selon Al-Jahdali, les travailleurs utilisent une machine spéciale pour éliminer la poussière des tapis, puis appliquent un shampooing et des parfums respectueux de l’environnement avant le rinçage des tapis.

Ils sont placés dans des séchoirs industriels pendant deux minutes, puis séchés au soleil pendant 24 heures avant d’être transférés dans des entrepôts. Un service spécial est responsable de la réparation des tapis endommagés.

La Belgique, l’Allemagne et le Liban ont fabriqué des tapis pour la Grande Mosquée avant que le Royaume n’a ouvert ses propres installations de nettoyage de tapis en 2000.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)