King Salman : Cinq années de réalisations remarquables

01/12/19

Hier marquait le cinquième anniversaire de l’ascension du roi Salman sur le trône.

Le Royaume a réalisé des réalisations politiques, sociales, économiques et en développement remarquables et sans précédent depuis que le roi Salman a commencé son règne le 23 janvier 2015.

Ces réalisations, qui sont principalement les piliers du programme de réforme de la Vision 2030, ont montré que la direction saoudienne était déterminée à s’engager à créer un État pour l’avenir et à renforcer leur position au sein du G20.

Sous sa direction, King Salman – soutenu par son prince héritier et une jeune équipe de direction – a surveillé l’évolution sensible et rapide de secteurs clés tels que la finance, le tourisme, les loisirs, le logement et l’énergie, parmi d’autres.

La restructuration du Fonds d’investissement public (FIP) a été l’une des réalisations les plus remarquables dans les finances du pays.

En changeant son mandat d’un véhicule d’investissement local concentré sur des instruments conservateurs au sein de la catégorie d’actifs du marché monétaire, le fonds d’investissement individuel a connu une transformation majeure pour devenir un important moteur de fonds souverains ciblant des investissements stratégiques, de qualité, à long terme, stratégiques et mondiaux.

En ce qui concerne le tourisme, l’Arabie saoudite a inauguré plusieurs projets majeurs, tels que le parc King Salman, le Boulevard des sports, Green Riyadh, le Riyadh Art et le projet Diriyah Gate (DGP).

Grâce à l’initiative relative aux visas électroniques, le tourisme connaîtra une croissance rapide associée à des festivals transnationaux tout au long de l’année, en coopération avec les agences gouvernementales nouvellement créées pour des activités dans les domaines du sport, du divertissement et de la culture.

L’unique DGP a été découvert comme une destination de tourisme culturel et de style de vie, en particulier après avoir obtenu la certification de l’UNESCO comme site du patrimoine mondial. À partir de l’année prochaine, le Royaume devrait connaître le taux de croissance du tourisme le plus élevé jusqu’en 2030.

De toute évidence, la réalisation la plus remarquable et la plus marquante du règne du roi Salman a été la préparation progressive de l’offre publique initiale de Saudi Aramco. Tout a commencé en 2016 lorsque le prince héritier Mohammed bin Salman a annoncé que le Royaume vendrait moins de 5% des actions d’Aramco en le proposant au public. Jeudi dernier, la tranche de détail a été sursouscrite 1,7 fois. Les offres reçues pour ses actions totalisent 44,3 milliards de dollars. La tranche institutionnelle sera conclue le 4 décembre.

Depuis le début de son règne, le roi Salman applique un style de leadership appelé « gestion par objectifs » dans nos manuels. Son époque était guidée par une feuille de route appelée Vision 2030, qui spécifiait ces objectifs avec des dates cibles pour leurs réalisations. Son époque a non seulement ouvert la voie à la prospérité économique au profit des investisseurs nationaux et internationaux, mais elle donnera également aux entrepreneurs des générations futures des entrepreneurs nationaux et internationaux.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Le prince héritier d’Arabie saoudite organise des vols pour transporter les supporters d’Al-Hilal au Japon pour la finale de la Ligue des champions

13/11/19

Al-Hilal s’est assuré une victoire 1-0 contre le club japonais lors du match aller samedi à Riyad. (Fourni)

  • Al-Hilal s’est assuré une victoire 1-0 contre le club japonais lors du match aller samedi à Riyad
  • La décision du prince héritier découle de son soutien au football saoudien dans le championnat de l’AFC.

RIYAD: Le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane a commandé quatre avions pour transporter les supporters d’Al-Hilal au Japon afin de soutenir le club dans son match retour de la finale de la Ligue des champions de l’AFC contre les Urawa Red Diamonds.

Al-Hilal s’est assuré une victoire 1-0 contre le club japonais lors du match aller samedi à Riyad. Le match retour aura lieu à Saitama, près de Tokyo, le 24 novembre.

L’Agence de presse saoudienne a déclaré que la décision du prince héritier résultait de son soutien au football saoudien dans le championnat de l’AFC et à l’amélioration du moral de l’équipe pour lui permettre de sceller le titre.

Les autorités saoudiennes du sport ont commencé à se coordonner avec l’administration d’Al-Hilal pour organiser le transport des supporters au Japon.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

L’accord de Riyad entre les parties yéménites suscite les éloges de la communauté internationale

Heure: Novembre 07, 2019

Le prince héritier d’Abou Dhabi, Cheikh Mohamed bin Zayed al-Nahyan (C-G) marchant aux côtés du président yéménite Abedrabbo Mansour Hadi (C) et du prince héritier saoudien Mohammed bin Salman (C-D) lors d’une cérémonie de signature de la paix entre le gouvernement yéménite soutenu par l’Arabie saoudite et les séparatistes du sud de la capitale, Riyad. (AFP)

  • L’ambassadeur des États-Unis a félicité le roi Salmane et le prince héritier Mohammad ben Salmane pour leur rôle dans le rapprochement des parties

DUBAÏ: Les dirigeants et les diplomates du monde se sont félicités de la signature de l’accord de Riyad entre le gouvernement yéménite et le Conseil de transition du Sud (CTS) qui a été signé plus tôt cette semaine.

Le nouvel accord – signé en Arabie saoudite – appelle à un nombre égal de ministères entre chaque représentant du CTS et les partisans du président Abd-Rabbu Mansour Hadi.

Les négociations ont débuté en août dans la ville saoudienne de Djeddah après que des conflits internes aient menacé l’unité d’une coalition composée de forces du CTS et de partisans de Hadi, qui combattaient depuis des années contre les milices Houthies alliées à l’Iran.

« Nous espérons que les parties profiteront de cette occasion cruciale pour travailler ensemble à mettre fin au conflit et à instaurer la paix et la stabilité que mérite le peuple yéménite », a déclaré jeudi l’ambassadeur américain John Abizaid en Arabie Saoudite.

L’ambassadeur des États-Unis a félicité le roi Salmane et le prince héritier Mohammad ben Salmane pour leur rôle dans la réunion des parties «afin de rétablir l’unité dans les efforts communs visant à mettre fin au conflit long et destructeur qui sévit au Yémen».

LIRE LA SUITE: Accord de partage du pouvoir: une nouvelle page de l’histoire du Yémen

L’Ambassadeur du Royaume-Uni, Michael Aron, a également rendu hommage à Mohammad ben Salmane, qualifiant la signature de l’accord de «réalisation importante obtenue grâce aux efforts du prince héritier».

«C’est aussi un grand pas en avant vers un règlement politique global au Yémen. Nous nous en félicitons et invitons les deux parties à la mettre en œuvre dans les délais prescrits », a ajouté l’envoyé britannique.

L’envoyé du Yémen auprès de l’ONU, Martin Griffiths, a également décrit cet accord comme une « étape importante » pour les efforts collectifs visant à faire avancer un règlement pacifique du conflit yéménite.

« L’écoute des parties prenantes du Sud est importante pour les efforts politiques visant à instaurer la paix dans le pays », a-t-il déclaré dans un communiqué en ligne.

«Je suis reconnaissant au Royaume d’Arabie saoudite d’avoir réussi à assurer la médiation de cet accord et à leurs efforts diplomatiques acharnés», a déclaré Griffiths.

Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid Ben Salmane, a salué les efforts déployés par les parties belligérantes pour mettre fin à leur conflit.

« Ils ont fait passer les intérêts du peuple yéménite avant toute autre considération », a déclaré le prince Khaled sur Twitter.

Le prince héritier d’Abou Dhabi, Cheikh Mohammad Al-Nahyan, a loué le rôle joué par l’Arabie saoudite dans « l’aboutissement de l’accord de Riyad ».

« Nous souhaitons sincèrement que la paix et la prospérité prévalent et que les Yéménites bénéficient de la sécurité, de la stabilité et du développement », a déclaré le prince héritier.

Cet article a été publié pour la première fois dans Arab News

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien Arab News Accueil

ru

Le chef du fonds souverain russe se félicite du potentiel « exceptionnel » de coopération avec l’Arabie saoudite

07/10/19

Le 4 octobre 2019, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, en compagnie de Kirill Dmitriev, PDG du Fonds d’investissement direct russe, à Riyad. (SPA)

  • La prochaine visite du président russe Vladimir Poutine en Arabie saoudite « montre le rôle croissant que joue la Russie au Moyen-Orient »

DUBAI: Il existe un « potentiel de coopération exceptionnel » entre l’Arabie saoudite et la Russie, a déclaré dimanche à Arab News le chef du fonds d’investissement russe.

Kirill Dmitriev, directeur du Fonds d’investissement direct russe (RDIF), a déclaré que la visite du président russe Vladimir Poutine dans le Royaume ce mois-ci « montre le rôle croissant que joue la Russie au Moyen-Orient ».

Dmitriev a parlé après avoir été honoré par le prince héritier Mohammed ben Salmane la semaine dernière avec l’Ordre du roi Abdul Aziz, qui est décerné pour les services exceptionnels rendus au Royaume et qui est le principal honneur national saoudien.

« Appartenir à l’ordre est la plus haute distinction et honneur du Royaume », a déclaré Dmitriev.

« Les relations entre nos pays se développent de manière intensive dans tous les domaines de la coopération bilatérale, et je suis extrêmement reconnaissant de la reconnaissance des efforts déployés par le RDIF ».

Dmitriev n’est que le deuxième citoyen russe à recevoir ce prix, après le président Poutine lui-même. Il a été attribué «en reconnaissance de sa contribution au renforcement de la coopération entre la Fédération de Russie et l’Arabie saoudite».

RDIF et l’Arabie saoudite ont participé à 2,7 milliards de dollars d’investissements conjoints dans des projets énergétiques, industriels et d’infrastructure depuis la création du Fonds d’investissement russo-saoudien, il y a deux ans.

Lorsque le Royaume accueillera le Président Poutine en visite d’État ce mois-ci, de nouveaux contrats d’une valeur de plusieurs millions de dollars devraient être annoncés dans les domaines de la pétrochimie, de l’agriculture et de l’énergie.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Transcription complète de l’interview du prince héritier saoudien CBS

30/09/19

Le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, s’entretient mardi avec la correspondante Norah O’Donnell lors d’un entretien avec le programme CBS « 60 Minutes » en Arabie saoudite. (60MINUTES / Document via Reuters)

L’entretien a eu lieu avec Norah O’Donnell, présentatrice de Journal du soir CBS

Le prince héritier a discuté de l’affaire Jamal Khashoggi, de la guerre au Yémen et de la menace mondiale de l’Iran

Norah O’Donnell: Avez-vous ordonné l’assassinat de Jamal Khashoggi?

Prince héritier Mohammad ben Salmane: Absolument pas. C’était un crime odieux. Mais je prends l’entière responsabilité en tant que dirigeant en Arabie saoudite, d’autant plus qu’il a été commis par des personnes travaillant pour le gouvernement saoudien.

Norah O’Donnell: Qu’est-ce que cela signifie que vous prenez la responsabilité?

Prince héritier Mohammad ben Salmane: Lorsqu’un crime est commis sur un citoyen saoudien par des fonctionnaires travaillant pour le gouvernement saoudien, en tant que dirigeant, je dois assumer ma responsabilité. C’était une erreur. Et je dois prendre toutes les mesures pour éviter une telle chose à l’avenir.

Norah O’Donnell: Le monde veut une réponse à cette question. Comment n’avez-vous pas entendu parler de cette opération?

Prince héritier Mohammad ben Salmane: Certains pensent que je devrais savoir ce que trois millions de personnes travaillant pour le gouvernement saoudien travaillent quotidiennement? Il est impossible que les trois millions envoient leurs rapports quotidiens au leader ou à la deuxième plus haute personne du gouvernement saoudien.

Norah O’Donnell: Deux de vos plus proches conseillers, accusés d’avoir orchestré ce complot, ont été congédiés par le roi, qui a été retiré de votre entourage. La question est de savoir comment ne pas savoir si cela a été réalisé par des personnes proches de vous.

Prince héritier Mohammad ben Salmane: Aujourd’hui, des enquêtes sont en cours. Et une fois que les charges retenues contre quelqu’un, quel que soit leur rang, seront portées devant les tribunaux, sans exception.

Norah O’Donnell: J’ai lu ce que le procureur saoudien a dit à propos des personnes accusées de ce meurtre. Et c’est horrible, les détails. Quand vous avez entendu dire que des personnes proches de vous et de votre gouvernement avaient perpétré un meurtre aussi macabre et que le gouvernement américain pensait que vous l’aviez ordonné, qu’avez-vous pensé?

Prince héritier Mohammad ben Salmane: Je pense que ce que vous avez mentionné n’est pas correct. Le gouvernement américain n’a annoncé aucune déclaration officielle à cet égard. Il n’y a pas d’information claire ou de preuve que quelqu’un près de moi a fait quelque chose à cet effet. Il y a des accusations et une enquête est en cours. Mais encore une fois, vous ne pouvez pas imaginer la douleur que nous avons subie, en particulier en tant que gouvernement saoudien, d’un crime comme celui-ci.

Norah O’Donnell: La CIA a conclu avec une confiance moyenne à élevée que vous aviez personnellement ciblé Khashoggi et que vous aviez probablement ordonné sa mort.

Prince héritier Mohammad ben Salmane: J’espère que ces informations seront fournies. Si des informations de ce type me sont reprochées, j’espère qu’elles seront communiquées publiquement.

Norah O’Donnell: Quel type de menace le chroniqueur de presse qui fait du Royaume d’Arabie Saoudite mériterait-il d’être brutalement assassiné?

Prince héritier Mohammad ben Salmane: Il n’ya aucune menace de la part d’un journaliste. La menace qui pèse sur l’Arabie saoudite provient de telles actions contre un journaliste saoudien. Ce crime odieux a eu lieu dans un consulat saoudien.

Norah O’Donnell: Avant de venir ici, j’ai parlé avec un important sénateur américain. Et il a dit à cause de ce qui s’est passé avec Jamal Khashoggi et du Yémen que, selon ses propos, il n’ya pas beaucoup de bonne volonté ici au Congrès pour l’Arabie saoudite. Combien cela a-t-il nui à la relation?

Prince héritier Mohammad ben Salmane: La relation est beaucoup plus grande que cela et il s’agit d’un incident odieux et douloureux pour nous tous. Notre rôle est de travailler jour et nuit pour surmonter ce problème et pour nous assurer que notre avenir est bien meilleur que tout ce qui s’est passé dans le passé.

Norah O’Donnell: Cette attaque a touché le cœur de l’industrie pétrolière en Arabie saoudite. Étiez-vous aveugle?

Prince héritier Mohammad ben Salmane: Je pourrais être en désaccord avec vous. Cette attaque n’a pas touché le coeur de l’industrie énergétique saoudienne, mais plutôt le coeur de l’industrie énergétique mondiale. Il a perturbé 5,5% des besoins mondiaux en énergie, des États-Unis, de la Chine et du monde entier.

Norah O’Donnell: le royaume est le premier importateur mondial d’armes, d’équipements militaires; des milliards de dollars dépensés en équipement. Comment cela ne pourrait-il pas empêcher une telle attaque?

Prince héritier Mohammad ben Salmane: L’Arabie saoudite est presque la taille d’un continent, il est plus grand que toute l’Europe occidentale. Nous avons 360 degrés de menaces. Il est difficile de couvrir tout cela complètement.

Norah O’Donnell: Selon vous, quelle est la raison stratégique pour laquelle l’Iran a frappé Aramco?

Prince héritier Mohammad bin Salman: Je crois que c’est stupide. Il n’y a pas d’objectif stratégique. Seul un imbécile attaquerait 5% des approvisionnements mondiaux. Le seul objectif stratégique est de prouver qu’ils sont stupides et c’est ce qu’ils ont fait.

Norah O’Donnell: Le secrétaire américain, Mike Pompeo, a qualifié ce que l’Iran avait fait, « d’acte de guerre ». Était-ce un acte de guerre?

Prince héritier Mohammad ben Salmane: Bien sûr. Oui.

Norah O’Donnell: Quel type d’effet une guerre entre l’Arabie saoudite et l’Iran aurait-elle sur la région?

Prince héritier Mohammad ben Salmane: La région représente environ 30% de l’approvisionnement mondial en énergie, environ 20% des échanges commerciaux mondiaux et environ 4% du PIB mondial. Imaginez que ces trois choses s’arrêtent. Cela signifie un effondrement total de l’économie mondiale, et pas seulement de l’Arabie saoudite ou des pays du Moyen-Orient.

Prince héritier Mohammad ben Salmane: Si le monde ne prend pas une mesure ferme et ferme pour dissuader l’Iran, nous assisterons à une nouvelle escalade qui menacera les intérêts mondiaux. Les approvisionnements en pétrole seront perturbés et les prix du pétrole atteindront des niveaux incroyablement élevés que nous n’avons pas vus de notre vie.

Norah O’Donnell: Est-ce que cela doit être une réponse militaire?

Prince héritier Mohammad ben Salmane: J’espère que non.

Norah O’Donnell: Pourquoi pas?

Prince héritier Mohammad ben Salmane: Parce que la solution politique et pacifique est bien meilleure que la solution militaire.

Norah O’Donnell: Pensez-vous que le président Trump devrait s’asseoir avec le président Rouhani et conclure un nouveau contrat?

Prince héritier Mohammad ben Salmane: Absolument. C’est ce que demande le président Trump, c’est ce que nous demandons tous. Cependant, ce sont les Iraniens qui ne veulent pas s’asseoir à la table.

Norah O’Donnell: C’est ce qu’on appelle la pire crise humanitaire au monde. Quelle est la solution?

Prince héritier Mohammad ben Salmane: Premièrement, si l’Iran cesse de soutenir la milice houthis, la solution politique sera beaucoup plus facile. Aujourd’hui, nous ouvrons toutes les initiatives pour une solution politique au Yémen. Nous espérons que cela se produit aujourd’hui plutôt que demain.

Norah O’Donnell: Vous dites ce soir que vous voulez négocier la fin de la guerre au Yémen?

Prince héritier Mohammad ben Salmane: Nous le faisons tous les jours. Mais nous essayons de faire de cette discussion une véritable mise en œuvre sur le terrain. Les Houthis ont annoncé il y a quelques jours un cessez-le-feu. Nous considérons qu’il est positif de faire pression pour un dialogue politique plus sérieux et plus actif.

Norah O’Donnell: Pourquoi, après cinq ans, êtes-vous optimiste ce soir quant à la possibilité d’un cessez-le-feu, qui pourrait mettre fin à la guerre au Yémen?

Prince héritier Mohammad ben Salmane: En tant que dirigeant, je dois toujours être optimiste chaque jour. Si je suis pessimiste, je devrais quitter mon poste et travailler ailleurs.

Norah O’Donnell: Une douzaine de militantes sont détenues depuis plus d’un an. Pourquoi ont-ils été mis en prison?

Prince héritier Mohammad ben Salmane: L’Arabie Saoudite est un pays régi par des lois. Certaines de ces lois avec lesquelles je suis peut-être en désaccord personnellement, mais tant qu’elles existent déjà, elles doivent être respectées jusqu’à ce qu’elles soient réformées.

Norah O’Donnell: Est-il temps de la laisser partir (la militante Loujain Al-Hathloul)?

Prince héritier Mohammad ben Salmane: Cette décision ne dépend pas de moi. C’est au procureur, et c’est un procureur indépendant.

Norah O’Donnell: Sa famille dit qu’elle a été torturée en prison. Est-ce correct?

Prince héritier Mohammad ben Salmane: Si cela est exact, c’est très odieux. L’islam interdit la torture. Les lois saoudiennes interdisent la torture. La conscience humaine interdit la torture. Et je ferai un suivi personnel à ce sujet.

Norah O’Donnell: Vous allez personnellement faire un suivi?

Prince héritier Mohammad ben Salmane: Sans aucun doute.

Norah O’Donnell: Vous vous êtes publiquement engagée à changer l’Arabie saoudite, à transformer l’économie, à parler d’un islam modéré, à permettre aux femmes d’avoir davantage de droits. Pourtant, il y a une répression et une incarcération de femmes qui soulèvent des questions concernant des choses qui doivent changer en Arabie saoudite. C’est la perception, que vous n’appuyez pas les droits des femmes et les droits humains et que ce sont des exemples concrets de femmes qui ont été emprisonnées.

Prince héritier Mohammad ben Salmane: Cette perception me fait mal. Cela me fait mal lorsque certaines personnes regardent la photo sous un angle très étroit. J’espère que tout le monde vient au Royaume d’Arabie Saoudite et voit la réalité, rencontre des femmes et des citoyens saoudiens, et se juge eux-mêmes.

Norah O’Donnell: Quelles leçons avez-vous apprises? Et avez-vous commis des erreurs?

Prince héritier Mohammad ben Salmane: Même les prophètes ont commis des erreurs. Alors comment se fait-il qu’en tant qu’êtres humains, nous nous attendons à ne pas commettre d’erreurs? L’important est que nous tirions les leçons de ces erreurs et que nous ne les répétions pas.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane s’entretient avec le président sud-coréen Moon Jae-in

Heure: Juin 26, 2019
1 / 17
Saudi Crown Prince Mohammed bin Salman, left, shakes hands with South Korean President Moon Jae-In shakes hands during a meeting at the Presidential Blue House in Seoul on June 26, 2019. (AFP)

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, à gauche, serre la main du président sud-coréen Moon Jae-In lors d’un entretien à la Maison Bleue présidentielle à Séoul le 26 juin 2019. (AFP)

 

SEOUL : Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane s’est entretenu mercredi avec le président sud-coréen Moon Jae-in pour renforcer les relations bilatérales entre les deux gouvernements.

Le prince héritier, qui est également vice-Premier ministre et ministre de la Défense du Royaume, a été reçu par le Premier ministre sud-coréen, Lee Nak-yeon, et par l’ambassadeur saoudien à Séoul, Riyadh Al-Mubaraki. Le leader saoudien et Moon ont inspecté une garde d’honneur à la Maison Bleue présidentielle au centre de Séoul avant que des délégations des deux pays n’organisent le sommet.

Au cours des pourparlers au sommet, le président Moon a exprimé l’espoir que les relations bilatérales feraient un bond en avant à l’occasion de la visite du prince héritier en Corée du Sud, la première visite d’un héritier du trône du plus grand exportateur de pétrole au monde depuis 1998.

View image on TwitterView image on TwitterView image on TwitterView image on Twitter
1,386 people are talking about this

«L’Arabie saoudite est le plus important fournisseur de pétrole pour nous et le principal client des entreprises de construction sud-coréennes. C’est également notre premier partenaire commercial au Moyen-Orient », a déclaré Moon, citant le projet saoudien de la Vision 2030 comme un domaine clé de la coopération mutuelle.

« En tant que partenaire du projet de la Vision 2030, la Corée du Sud étendra sa coopération avec l’Arabie saoudite aux domaines des technologies de l’information et de la communication, des infrastructures intelligentes, de la défense, de la santé et de la médecine, ainsi que d’autres domaines allant au-delà de la coopération traditionnelle en matière d’énergie et de construction », a déclaré Moon.

 https://twitter.com/spagov/status/1143721766226923520

Parallèlement, le prince héritier s’est engagé à ce que l’Arabie saoudite investisse davantage en Corée du Sud et cherche à élargir sa coopération économique dans les domaines de l’énergie, de l’automobile, du tourisme et de la santé.

«La Corée du Sud a reçu un succès formidable en Arabie saoudite. J’espère que la Corée du Sud fera de même pour améliorer encore les relations bilatérales », a déclaré le prince héritier cité par un responsable de la Maison Bleue. « Les peuples des deux pays prospéreront davantage grâce à la coopération en matière de défense et d’économie ».

Après le sommet, le prince héritier a eu un déjeuner avec les chefs d’entreprise sud-coréens, dont le vice-président de Samsung Electronics, Lee Jae-yong, le vice-président exécutif du groupe Hyundai, Chung Eui-sun, et le président de Hyundai Heavy Industries, Sam-hyun Ka, pour discuter des des investissements mutuels, en particulier en ce qui concerne le complexe des industries marines du roi Salmane.

Le prince héritier a également rencontré le président du groupe LG, Koo Kwang-mo, pour discuter de la croissance du marché saoudien et des possibilités de partenariat dans divers appareils électriques.

Mohammed ben Salmane a ensuite rencontré Chey Tae-won, président du groupe SK, pour un échange de points de vues sur les perspectives de coopération et d’investissement dans les domaines de la pétrochimie, des énergies propres, de l’environnement et de la technologie des batteries.

L’Autorité coréenne des investissements a également signé une convention portant sur la signature de 15 accords de coopération, d’une valeur estimée à 8,3 milliards de dollars, avec leurs homologues sud-coréens dans différents domaines (finance, pétrochimie et énergies renouvelables), selon l’agence de promotion du commerce et des investissements de la Corée.

Le Programme national de stratégie en matière de propriété intellectuelle a également été signé entre l’Autorité saoudienne pour la propriété intellectuelle et l’Office coréen de la propriété intellectuelle, en présence du prince héritier et du président sud-coréen.

Le programme national de stratégie pour la propriété intellectuelle a été signé en présence du prince héritier et du président sud-coréen. (Fournie)

Le président exécutif de l’Autorité saoudienne pour la propriété intellectuelle, Abdulaziz Al-Swailem, a déclaré que le programme visait à élaborer une stratégie nationale de la propriété intellectuelle comprenant un plan directeur et un plan de mise en œuvre quinquennal.

Le plan directeur comprend une analyse complète de l’environnement de la propriété intellectuelle dans le Royaume, ainsi que de sa vision et de ses objectifs pour les cinq prochaines années. Le plan de mise en œuvre comprend des programmes de travail, des objectifs et des indicateurs de performance clés détaillés.

Hyundai Motor et Aramco ont signé un protocole d’accord pour coopérer dans le domaine de l’hydrogène. (Fournie)

Parralèlement, le ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Énergie de Séoul a annoncé qu’il avait convenu avec son homologue saoudien de se joindre au secteur de l’automobile pour le développement de voitures respectueuses de l’environnement.

« Les deux gouvernements vont coopérer pour développer des technologies permettant d’utiliser l’hydrogène comme une alternative aux combustibles fossiles traditionnels », a annoncé le ministère dans un communiqué.

Après la Corée du Sud, le prince héritier doit se rendre au Japon pour diriger la délégation saoudienne au sommet du G20 à Osaka les 28 et 29 juin.

View image on TwitterView image on TwitterView image on Twitter

واس

@spagov


جانب من وصول سمو إلى كوريا الجنوبية.

424 people are talking about this

Cet article a été publié pour la première fois dans Arab News

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien Arab News Accueil

ru

Le Premier ministre irakien Adel Abdel-Mahdi, parti, avec le prince héritier Mohammed ben Salmane lors de son premier voyage officiel à Riyad le mois dernier. (AFP)

07/05/19

Un accord récent entre les deux pays pourrait aider à contrer les actions de l’Iran

La coopération entre les deux apportera plus de stabilité, affirment des experts

DUBAI: Des relations plus étroites entre l’Arabie saoudite et l’Irak se traduiront par plus de stabilité dans la région, en particulier pour endiguer l’influence de l’Iran, selon des experts qui ont commenté un récent accord favorisant la coopération entre les deux pays.

Exercer plus d’influence en Irak sera crucial pour le Royaume, ont-ils expliqué, car les relations étroites entre l’Iran et le précédent suscitent des inquiétudes parmi de nombreux pays voisins. La sécurité et les services de renseignement font partie des domaines dans lesquels l’Iraq et l’Arabie saoudite vont coopérer dans un proche avenir, a déclaré le ministre irakien des Affaires étrangères, Mohamed Ali Alhakim.

L’annonce a été faite le mois dernier lors d’une visite d’Etat d’une délégation irakienne en Arabie saoudite conduite par le Premier ministre irakien Adel Abdul-Mahdi, qui a rencontré le roi Salman et le prince héritier Mohammed ben Salmane. Les dirigeants ont signé 13 accords dans des domaines tels que le commerce, l’énergie et la coopération politique.

Selon les experts, l’Arabie saoudite aurait les meilleures chances d’apporter la stabilité et la sécurité en Irak. «Ces actions reposent sur une approche économique et sécuritaire, l’intelligence servant essentiellement à projeter tous les scénarios possibles, y compris à contrer les actions envisageables de l’Iran pour modifier cette relation», a déclaré Johan Obdola, président de l’Organisation internationale pour la sécurité et le renseignement.

«L’Iran devra faire face, des États-Unis et de l’Europe, aux actions les plus dures, y compris à des sanctions supplémentaires. D’autre part, il y a un élan en Irak, suscité un intérêt croissant de la part d’une vaste majorité de sunnites, de chiites et de Kurdes pour mettre un terme à l’influence de l’Iran en Irak. »

Obdola a déclaré que cela créerait une opportunité importante pour l’Arabie saoudite d’établir une stratégie forte de sécurité et de renseignement avec l’Irak, ainsi que des investissements économiques, afin de le stabiliser contre les actions de Daech.

« Cette influence toxique de l’Iran a atteint un niveau de rejet au sein de la population irakienne », a-t-il déclaré. «Avec cette coopération annoncée en matière de sécurité et de renseignement entre l’Arabie saoudite et l’Irak, il existe une opportunité majeure de stabiliser et de reconstruire l’Irak, de renforcer les capacités militaires et de renseignement et de disposer d’une meilleure capacité pour contrer toute action de l’Iran dans la région et même à l’étranger. »

Obdola s’est dit préoccupé par la mise en œuvre par l’Iran de nouvelles actions à faible intensité contre les États arabes du Golfe, avec des conséquences encore plus sérieuses pour la sécurité du reste de la région et de l’étranger.

« Les actions du régime iranien au Yémen, au Liban et en Irak montrent sa confiance face à l’absence de représailles directes de la part de la communauté internationale », a-t-il déclaré. «Cela changera si l’Iran persiste dans ce comportement perturbateur. L’Iran continue de se doter de capacités militaires et terroristes et de réseaux dans d’autres régions du monde pour créer des conditions qui auront une incidence sur les forces américaines et européennes établies en Afrique, y compris l’Afrique centrale. »

Concernant le Yémen, les Houthis ont fréquemment déclaré que leur tactique était inspirée de celle du Viet Cong et des mouvements de résistance en Amérique latine, ainsi que du Hezbollah chiite au Liban, avec laquelle ils ont des liens de parenté évidents.

«  Hezbollah et l’Iran ont tous deux augmenté leurs armes, leurs missiles, leur entraînement militaire et leurs fonds pour l’effort de guerre des Houthis depuis 2014 (heureux) de voir leurs ennemis saoudiens dépenser des soldats et de l’argent dans l’impasse yéménite », a-t-il déclaré. « Nous devons également être conscients qu’il existe des alliances anciennes et nouvelles dans ce scénario, y compris Al-Qaïda, le Hezbollah, l’Iran, parmi d’autres acteurs, qui doivent être surveillés de près. »

Obdola a parlé de la forte capacité militaire et des services de renseignement de l’Arabie saoudite, appuyés par ses alliés du CCG, ainsi que de la coopération militaire avec d’autres pays. « Cependant, l’Iran dispose de réseaux mondiaux de renseignements et de terroristes qui doivent être analysés et abordés à l’aide de stratégies de renseignement traditionnelles et non traditionnelles », a-t-il déclaré. «L’appareil militaire iranien ne sera pas utilisé contre l’Arabie saoudite – il n’est pas projeté, du moins – et cela pourrait être une grave erreur s’il ya une intention de le faire. Ses actions sont et continueront de se baser sur une guerre moins intense, moins intense et plus irrégulière. C’est pourquoi la stratégie de renseignement de Riyad doit être développée et mise en œuvre en conséquence.  »

Selon Albadr Al-Shateri, professeur de politique au Collège de la défense nationale à Abou Dhabi, le rapprochement entre l’Arabie saoudite et l’Iraq est né des changements intérieurs survenus en Iraq. Il a évoqué les manifestations de la région à majorité chiite de Bassora, qui ont montré l’ampleur du mécontentement général de l’Iraq face à l’hégémonie iranienne sur son pays. «L’affirmation de soi des Kurdes, en particulier le nouveau président sans compromis Barham Salih, et la détermination de ne pas être un pion (de) toute compétition géopolitique a conduit l’Iraq à vouloir se rapprocher de l’ordre dirigé par l’Arabie saoudite », a-t-il déclaré. « Enfin, l’affaiblissement progressif de l’Iran à la suite de la pression exercée par les États-Unis et de l’imposition de sanctions pourrait avoir contribué à la protection de Bagdad. »

Il a déclaré que l’Arabie saoudite et l’Irak pourraient bénéficier de la coopération dans de nombreux domaines, notamment la sécurité au Moyen-Orient après Daech. « Alors que le groupe terroriste se scinde en petites cellules, la surveillance et la coordination de tous les pays sont nécessaires pour éviter la répétition de la situation d’Al-Qaïda après l’Afghanistan », a-t-il déclaré. «Un autre problème de contrebande de stupéfiants entre les deux pays est la demande croissante. La coopération en matière de sécurité entre l’Iraq et l’Arabie saoudite, avant l’invasion du Koweït par Saddam, pourrait servir de modèle de coopération en matière de sécurité entre les deux pays. »

Le financement est également un élément clé de la coopération. Raffaello Pantucci, directeur des études sur la sécurité internationale à l’Institut des services de défense et de sécurité Royal United Services à Londres, prévoit un important soutien financier du Royaume pour l’Irak. «Il pourrait aussi y avoir un renforcement des capacités et une inquiétude face à la menace régionale. Les Saoudiens s’inquiètent des groupes émanant d’Iraq et de la gestion de leurs relations avec l’Iran, l’Iraq entretenant des relations étroites avec l’Iran».

Il a dit que ce serait compliqué, avec des milices impliquées dans le gouvernement irakien. « Mais l’Arabie Saoudite a de l’argent, et ils peuvent l’utiliser pour se faire accéder et influencer », a-t-il déclaré. «Les Saoudiens essaient de s’acheter une influence dans un pays voisin où l’Iran a beaucoup d’influence – une forte pression est en train de se produire en Iran, notamment pour que l’Arabie saoudite exerce une influence à Bagdad. »

L’Irak est d’une grande importance géostratégique pour l’Iran, a déclaré Obdola. « Ainsi, une composante de renseignement multidimensionnelle, associée à une coopération militaire forte, sont les éléments les plus fondamentaux pour une coopération en matière de sécurité efficace », a-t-il déclaré.

«C’est véritablement l’élément clé ici, car il faut tenir compte des faits des acteurs régionaux dans tous les scénarios, mais aussi potentiellement des acteurs mondiaux qui pourraient, dans une situation donnée, être utilisés contre l’Arabie saoudite. Si tous les scénarios de renseignement et de sécurité sont projetés sur une scène locale, régionale et même internationale, alors l’Arabie saoudite aura du succès dans cette nécessaire coopération en matière de sécurité avec l’Irak. »

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

MBS, le prince réformiste qui a secoué l’Arabie saoudite

Heure: Mars 13, 2019

Mohammed bin Salman, de l’Arabie saoudite, qui se rendra en France la semaine prochaine, a secoué la superpuissance ultraconservatrice du pétrole avec des réformes économiques, sociales et religieuses depuis qu’il est devenu prince héritier.

Le dirigeant de facto de 32 ans a supervisé la transformation la plus fondamentale de l’histoire moderne de la nation du Golfe et a mis de côté tous ses rivaux après être devenu le premier en ligne en juin dernier.

Connu sous ses initiales MBS, le prince a promis une Arabie saoudite « modérée » alors qu’il cherche à faire participer les investisseurs internationaux à sa vision grandiose pour réformer l’économie dépendante du pétrole du royaume.

Il a affronté les puissants clercs qui ont longtemps dominé la vie saoudienne et frappé l’élite chouchoute de la nation avec une purge dramatique de membres de la famille royale, des ministres et des hommes d’affaires qui ont vu des centaines de détenus détenir 100 milliards de dollars.

« Nous voulons vivre une vie normale. Une vie dans laquelle notre religion se traduit par la tolérance, à nos traditions de gentillesse « , at-il déclaré aux dirigeants d’entreprises internationales lors d’une conférence à Riyad l’année dernière.

« Soixante-dix pour cent de la population saoudienne a moins de 30 ans, et honnêtement, nous ne passerons pas les 30 prochaines années de notre vie à faire face à des idées destructrices. Nous allons les détruire aujourd’hui et immédiatement. « 

Sur la scène internationale, il a fait monter les tensions au Moyen-Orient en plongeant le royaume habituellement serein dans le bourbier des rivalités régionales.

Il a supervisé une campagne militaire houleuse au Yémen, a intensifié une confrontation avec son rival chiite iranien et a tenté de mettre le Qatar à l’écart en l’isolant.

Né le 31 août 1985, le Prince Mohammed est diplômé en droit de l’Université King Saud de Riyad. Le prince à la barbe noire avec un front dégarni est le père de deux garçons et de deux filles.

Dans une annonce dramatique le 5 juin, il a été nommé pour remplacer son cousin, Mohammed bin Nayef, en tant qu’héritier du trône saoudien. Il était deuxième en ligne depuis début 2015.

La volonté du prince Mohammed de créer une Arabie Saoudite «modérée» pourrait être lourde de risques, mais jusqu’à présent, il a réussi à éviter de déclencher une réaction publique de puissants conservateurs.

En septembre 2017, un décret royal a déclaré que les femmes seraient autorisées à conduire. Le royaume a également levé l’interdiction publique des cinémas et a encouragé les célébrations mixtes – quelque chose d’invisible auparavant.

L’année dernière, le gouvernement a mis en place un centre islamique chargé de certifier les paroles du prophète Mahomet dans une tentative déclarée de réprimer les textes extrémistes.

Les autorités semblent avoir coupé les ailes de la police religieuse tant redoutée – longtemps accusée de harceler le public avec des mœurs islamiques rigides – qui ont pratiquement disparu des grandes villes.

Parallèlement aux réformes, le prince Mohammed a consolidé le pouvoir, culminant dans la détention dramatique de certaines personnalités de haut rang après avoir été nommé à la tête d’une nouvelle commission anti-corruption.

Mais l’accumulation fulgurante de l’autorité a fait craindre que le prince Mohammed n’ait pu redresser trop rapidement le juste équilibre des pouvoirs en Arabie saoudite et puisse finir par provoquer l’instabilité.

« Il s’est libéré pour s’engager dans des affrontements malheureux à l’étranger qui diluent le pouvoir saoudien, exposant le royaume à de plus grandes menaces militaires et effrayant les investisseurs », écrit Federic Wehrey, un membre du Carnegie Endowment for International Peace.

En février, il a supervisé un remaniement dramatique qui a vu les hauts gradés, y compris le chef d’état-major et les chefs des forces terrestres et de la défense aérienne, remplacés en grande partie par de jeunes dirigeants loyaux à lui, consolidant ainsi son contrôle militaire.

Le prince est l’architecte d’un vaste plan baptisé «Vision 2030» pour apporter des changements sociaux et économiques à l’économie saoudienne.

Parmi ses postes les plus importants, on compte également le ministre de la Défense et le président du Conseil des affaires économiques et du développement, qui coordonne la politique économique.

Mohammed supervise également les projets de vente de moins de cinq pour cent du géant pétrolier public Aramco, le joyau de l’économie saoudienne, dans ce qui devrait être l’offre publique initiale la plus importante au monde.

Cet article a été publié pour la première fois dans Arabian Business

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien Arabian Business Accueil

ru

Le prince héritier d’Arabie saoudite lance un programme d’assistance sociale

31/12/18

Le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salman, a commandé une autre initiative sociale intitulée «SNAD Mohammed ben Salman», qui vise à responsabiliser les citoyens et à les aider à atteindre leurs objectifs socio-économiques. (CVA)

Le programme vise à promouvoir la connaissance pour parvenir à un développement durable, développer des initiatives sociales à but non lucratif.

Les équipes ont commencé à travailler sur la structure générale du programme.

DJEDDAH: Le prince héritier de l’Arabie saoudite, Mohammed ben Salman, a commandé une autre initiative sociale intitulée «SNAD Mohammed ben Salman», qui vise à autonomiser les citoyens et à les aider à atteindre leurs objectifs socio-économiques.

La première phase du programme comprend le «mariage SNAD»,  qui vise à motiver les jeunes Saoudiens à se marier et à assurer une vie familiale et sociale stable.

Le programme vise à développer des initiatives sociales à but non lucratif pour le bien-être des masses.

Il vise à répondre aux besoins des différents secteurs de la société et à mettre en place un cadre et des règles pour les initiatives caritatives du prince Mohammed ben Salman.

Le programme SNAD vise à promouvoir la connaissance et la sensibilisation pour parvenir à un développement social durable.

Sur les directives du prince héritier, les travaux du programme ont déjà commencé. Actuellement, des équipes préparent la structure générale du programme et travaillent sur son modèle de gouvernance et ses initiatives conformes à la Vision 2030 afin de promouvoir le développement communautaire par le biais d’institutions et de secteurs à but non lucratif.

Le programme envisage le développement durable par le biais d’une coopération sociale garantissant une vie décente à tous les citoyens, conformément aux enseignements de l’islam.

Le programme SNAD Mohammed ben Salman est basé sur de nombreuses initiatives sociales et à but non lucratif que le prince héritier a lancées en partenariat et en coordination avec diverses parties.

Les plus récentes de ces initiatives comprennent le soutien aux associations caritatives, la libération des prisonniers et le développement de mosquées historiques, etc.

Un certain nombre d’autres initiatives seront également lancées au cours de différentes phases. Les détails de ce programme sont disponibles sur son site officiel www.snad.org.sa.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

EN IMAGES : Le prince héritier saoudien au sommet de la montagne Al-Lawz

27/12/18

image.png

La photo, très partagée sur les réseaux sociaux, montre le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane au milieu. (Fourni)

À la suite des arrêtés royaux de remaniement du conseil des ministres saoudiens, des images diffusées sur les médias sociaux ont montré un certain nombre de membres du conseil au sommet de la montagne Al-Lawz.

La montagne Al-Lawz est située à Tabuk, ou ce qui s’appelle aujourd’hui Neom.

Les membres du conseil semblent être en voyage pour découvrir la montagne.

image.png

La photo, très partagée sur les médias sociaux, montre le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, au milieu avec trois membres du conseil à sa gauche et trois autres à sa droite.

image.png

Dans les images, apparaissent : Le ministre du Commerce, M. Majid Al Qasabi, le ministre de l’Intérieur, Abdelaziz ben Saoud, le ministre de la Culture, Bader ben Abdullah, le prince Turki ben Mohammed bin Fahd, le ministre de la Garde nationale, Abdullah bin Bandar, et responsable du fonds d’investissement public Yasir al-Rumayyan.

Cet article a été publié pour la première fois dans Al Arabiya English

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien Al Arabiya English