La princesse Reema rencontre le chef du trésor américain Steven Mnuchin

18/07/19

L’Ambassadrice d’Arabie saoudite auprès des États-Unis, la princesse Reema Bint Bandar, rencontre le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin. (Twitter @SaudiEmbassyUSA)

DUBAI: La nouvelle princesse Reema Bint Bandar, ambassadrice de l’Arabie saoudite auprès des États-Unis, a rencontré le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, pour examiner les moyens de renforcer davantage le partenariat entre les pays.

L’ambassade d’Arabie saoudite aux États-Unis, dans un tweet, a déclaré que les deux hauts responsables ont exploré « les moyens de renforcer le partenariat étroit entre l’Arabie saoudite et les États-Unis dans la lutte contre le financement du terrorisme, ainsi que le soutien des États-Unis aux réformes économiques du Royaume ».

 https://twitter.com/SaudiEmbassyUSA/status/1151651918709755905

La princesse Reema, qui a pris ses nouvelles fonctions le 4 juillet, avait auparavant rencontré le président des États-Unis, Donald Trump, pour présenter ses lettres de créance en tant que diplomate du Royaume à Washington.

La princesse Reema est devenue la première femme ambassadrice du Royaume après avoir été nommée à ce poste le 23 février – en remplacement du prince Khaled bin Salman, nommé vice-ministre de la Défense – et a prêté serment devant le roi Salmane à Riyad en avril.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Princesse Reema bint Bandar: marche sur les traces de son père

12/07/19

Cette image combinée montre le prince Bandar bin Sultan (à gauche) à son bureau de l’ambassade d’Arabie saoudite à Washington DC il y a 35 ans, et sa fille, la princesse Reema bint Bandar, lors de sa prise de fonction le 4 juillet 2019. (Photo fournie)

  • Assermentée comme diplomate suprême d’Arabie saoudite aux États-Unis le 16 avril, la princesse Reema est la première ambassadrice du Royaume
  • Quelque 35 ans plus tôt, son père avait tenu le même serment, occupant le prestigieux poste de 1984 à 2005.

RIYAD: La princesse Reema bint Bandar, ambassadrice de l’Arabie saoudite aux États-Unis, a suscité de vives réactions sur les médias sociaux après que son image dans son nouveau bureau à Washington DC soit devenue publique, dans le même bureau que son père, Prince Bandar bin Sultan, occupait il y a 35 ans.

Un portrait similaire du prince avait était pris lorsqu’il a été nommé ambassadeur, et de nombreux utilisateurs sur Twitter et Instagram ont republié les deux images côte à côte. Certains ont commenté la façon dont la nouvelle ambassadrice «marchait sur les traces de son père», avec un commentaire ajoutant «tel père, telle fille». De jeunes Saoudiens ont continué à republier les images avec des messages lui souhaitant bonne chance pour son nouveau rôle.

Le célèbre écrivain saoudien Hussein Shobokshi a écrit: « La fille de son père… l’ambassadrice Rima bint Bandar bin Sultan ».

@HSajwanization a tweeté: «Superbe portrait de la princesse Reema bint Bandar AlSaud @rbalsaud, ambassadrice saoudienne aux États-Unis dans son nouveau bureau à Washington. Il y a presque 40 ans, son père, le prince Bandar bin Sultan AlSaud, ancien ambassadeur d’Arabie saoudite aux États-Unis, a pris exactement la même photo ».

@Fatimafahad90 a tweeté l’une des citations de la princesse Reema, à côté de sa photo: «L’Ambassadrice de l’Arabie saoudite auprès des États-Unis, la princesse Reema Bint Bandar:« La littératie financière est la clé de l’autonomisation des femmes ».

@im_lama_ a tweeté: «« Nous ne travaillons pour personne en dehors de ce pays, nous travaillons pour ce pays ». (Princesse Reema Bint Bandar)»

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La princesse Reema bint Bandar: la littératie financière est la clé de la liberté des femmes

10/07/19

L’ambassadrice de l’Arabie saoudite auprès des États-Unis, la princesse Reema Bint Bandar, a participé à la campagne de la Fondation Rockefeller. (Fondation Rockefeller)

  • « Mon objectif est d’éduquer les femmes à la littératie financière », a déclaré un diplomate saoudien
  • « Je crois vraiment que la liberté d’une femme vient de sa capacité à prendre les décisions financières nécessaires à sa vie »

DUBAÏ: La reine Reema Bint Bandar, ambassadrice saoudienne aux États-Unis, a déclaré dans une campagne vidéo de la Fondation Rockefeller que la littératie financière et l’autosuffisance pouvaient autonomiser les femmes.

« Aujourd’hui, de plus en plus de femmes entrent dans le monde du travail, mais elles n’ont toujours pas la formation nécessaire pour prendre les bonnes décisions financières pour elles-mêmes », a-t-elle expliqué.

La princesse apparaissait dans une vidéo publiée mardi dans le cadre de la campagne «Solvable» de Rockefeller, qui réunissait des experts et des dirigeants du monde entier pour parler d’un problème spécifique qui les passionnait et de ce qu’ils faisaient pour le résoudre.

Elle a dit que durant son expérience dans le commerce de détail, beaucoup de ses employées l’ont abordée au sujet de leurs problèmes financiers, l’amenant à se rendre compte qu’il fallait faire quelque chose «pour donner aux femmes l’accès aux bons outils et à la formation» pour surmonter ces problèmes.

 «Mon objectif est d’éduquer les femmes à la littératie financière», a déclaré la diplomate saoudienne à propos d’Alf Khair, une entreprise sociale qu’elle a fondée en 2013 pour «éduquer, former et développer les compétences» des Saoudiens.

Au sein de l’organisation, elles enseignent aux femmes comment devenir autosuffisantes par le biais d’ateliers et de séminaires.

«Je crois sincèrement que la liberté d’une femme vient de sa capacité à prendre les décisions financières nécessaires à sa vie», a-t-elle déclaré.

La Princesse Reema est la première femme ambassadrice du Royaume et avait été vice-présidente des affaires féminines à l’Autorité générale du sport avant sa nomination. Elle a obtenu une licence en études muséales de l’Université George Washington.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La princesse Rima Bent Bandar rencontre le président Trump et présente ses lettres de créance en tant qu’envoyé saoudien aux Etats-Unis

09/07/19

Le président américain Donald Trump et l’ambassadeur princesse Rima bent Bandar à la Maison Blanche lundi. (Photo de l’ambassade saoudienne via Twitter)

La princesse Rima est la première ambassadrice d’Arabie saoudite et la onzième représentante diplomatique saoudienne à Washington

DJEDDAH: La princesse Rima bint Bandar, ambassadrice de l’Arabie saoudite aux États-Unis, a rencontré le président Donald Trump et lui a présenté ses lettres de créance en tant que diplomate du Royaume à Washington.

« L’Ambassadrice des droits de l’homme @rbalsaud a rencontré @POTUS Donald J. Trump à la Maison Blanche aujourd’hui pour présenter ses lettres de créance en tant que nouvel ambassadeur du Royaume de #SaudiArabia aux Etats-Unis », a déclaré mardi l’ambassade saoudienne à Washington.

« HRH a déclaré que le partenariat américano-saoudien est essentiel aux intérêts des deux pays et s’est dit confiant que ces deux pays sont capables de surmonter tous les défis aux niveaux régional et mondial », a déclaré l’ambassade.

La nouvelle ambassadrice a également annoncé sa rencontre avec le président américain dans un tweet.

«A présenté ses lettres de créance aujourd’hui à la Maison Blanche. Nous avons transmis les vœux des dirigeants du Royaume. Elle a hâte de travailler au renforcement et à la consolidation du partenariat historique américano-arabe », a-t-elle déclaré.

La princesse Rima a pris ses nouvelles fonctions le 4 juillet, plus de deux mois après sa nomination à un poste clef, en remplacement du prince Khaled ben Salmane, qui est désormais vice-ministre de la Défense du Royaume.

Elle a été nommée à ce poste le 23 février et a prêté serment devant le roi Salman à Riyad en avril, devenant la première ambassadrice d’Arabie saoudite et le onzième représentant diplomatique saoudien à Washington.

La princesse Rima n’est pas étrangère au travail des diplomates, ayant passé plusieurs années aux États-Unis dans sa jeunesse lorsque son père, le prince Bandar ben Sultan, était ambassadeur d’Arabie saoudite dans le pays.

Avant sa nomination diplomatique, la princesse Rima a occupé divers postes clés au sein du gouvernement, ainsi que dans des groupes de citoyens et des sociétés privées.

Elle a occupé les postes de PDG chez Al Hama LLC et Alfa International à partir de 2005 et a lancé sa propre marque de sacs à main, Baraboux, en 2013. Elle a également fondé le fonds de capital-investissement Rimiyah et cofondé Yibreen, un spa de jour pour femmes.

Elle est l’un des membres fondateurs de l’association Zahra du cancer du sein à Riyad et est également membre du conseil consultatif de la Banque mondiale pour l’Initiative de financement des femmes entrepreneurs.

Elle était également vice-présidente des affaires féminines à la Autorité sportive générale depuis 2016 avant sa nomination en tant qu’ambassadrice.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La princesse Reema bint Bandar présente ses lettres de créances en tant qu’ambassadrice de l’Arabie saoudite aux États-Unis

04/07/19

La princesse Reema bint Bandar bin Sultan, ambassadrice d’Arabie saoudite aux États-Unis. (Photo du fichier SPA)

  • La princesse Reema est la première ambassadrice d’Arabie Saoudite
  • Elle est la 11ème représentante diplomatique saoudienne à Washington

DJEDDAH: La princesse saoudienne Reema bint Bandar a présenté ses lettres de créance en tant qu’ambassadrice du Royaume aux États-Unis jeudi, plus de deux mois après sa nomination à ce poste clé.

La nouvelle envoyée a fait cette annonce dans un tweet.

« Je suis honorée de présenter aujourd’hui mes lettres de créance à @StateDept. Dans l’attente de commencer ce chapitre de ma vie à Washington DC, le voyage commence avec une merveilleuse équipe @SaudiEmbassyUSA », a-t-elle écrit.

La princesse Reema a été nommée à ce poste le 23 février et a prêté serment devant le roi Salmane à Riyad en avril, devenant la première ambassadrice d’Arabie saoudite et le onzième représentant diplomatique saoudien à Washington.

 https://twitter.com/rbalsaud/status/1146566569633492995

Elle a remplacé le prince Khaled ben Salmane, qui est maintenant le vice-ministre de la Défense du Royaume.

La princesse Reema a passé plusieurs années aux États-Unis dans sa jeunesse, lorsque son père, le prince Bandar bin Sultan, était également ambassadeur d’Arabie saoudite dans le pays.

Elle a obtenu une licence en études muséales de l’Université George Washington.

Entrepreneure et philanthrope réputée, la Princesse Reema était, avant sa nomination diplomatique, vice-présidente des affaires féminines à l’Autorité générale du sport depuis 2016.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La princesse Rima prête serment comme nouvelle envoyée saoudienne aux Etats-Unis

16/04/19

 

La princesse Rima Bent Bandar ben Soltane a été nommée ambassadrice d’Arabie saoudite aux États-Unis. (SPA)

  • La princesse Rima suit les traces de son père, le prince Bandar ben Soltane, qui était également ambassadeur d’Arabie saoudite dans le pays.
  • La diplômée de l’Université George Washington remplace le prince Khaled ben Salmane, nommé vice-ministre de la Défense.

RIYAD: La princesse Rima bent Bandar ben Soltane a marqué l’histoire de la diplomatie mardi lorsqu’elle a été assermentée ambassadrice d’Arabie saoudite aux États-Unis.

La princesse a prêté serment de fidélité devant le roi Salmane au palais Al-Yamamah de Riyad pour devenir la première ambassadrice de l’Arabie saoudite.

«Je jure par le Tout-puissant Allah d’être fidèle à ma religion, à mon roi et à mon pays; ne jamais révéler de secrets d’État; préserver les intérêts du Royaume et les lois nationales et étrangères; et accomplir mon devoir avec sincérité, honnêteté et loyauté », a-t-elle déclaré.

La princesse Rima a passé plusieurs années aux États-Unis dans sa jeunesse, lorsque son père, le prince Bandar ben Soltane, était également ambassadeur d’Arabie saoudite dans le pays. Elle a obtenu une licence en études muséales de l’Université George Washington. Entrepreneure et philanthrope réputée, la Princesse Rima était, avant sa nomination diplomatique, vice-présidente des affaires féminines de l’autorité sportive générale depuis 2016.

Le nouvel ambassadeur d’Arabie saoudite en Autriche, le prince Abdallah ben Khaled ben Soltane, a également prêté serment mardi ; de même qu’Abdalilah Mohammed Al-Shuaibi, ambassadeur d’Arabie saoudite au Cameroun et Khaled ben Mohammed Al-Sharif, ambassadeur d’Arabie saoudite Chypre.

Le prince Khaled ben Bandar, qui a assisté à la cérémonie, a ensuite exprimé sa gratitude et remercié le roi Salmane et le prince héritier Mohammed ben Salmane de l’avoir nommé ambassadeur du Royaume d’Arabie saoudite au Royaume-Uni.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Reema bint Bandar Al Saoud

19/03/19

Fonctions

Ambassadrice d’Arabie saoudite aux États-Unis

En fonction depuis le 23 février 2019

Monarque

Salmane

Prédécesseur

Khalid bin Salman bin Abdulaziz Al Saud

Biographie

Lieu de naissance

Riyad (Arabie saoudite)

Nationalité

saoudienne

Père

Bandar ben Sultan ben Abdelaziz Al Saoud

Mère

Haifa bint Faisal

Conjoint

Faisal bin Turki bin Nasser  (divorcés)

Religion

Islam

Reema bint Bandar Al Saoud, née à Riyad (Arabie saoudite), est une princesse, femme d’affaires, philanthrope saoudienne. Le 23 février 2019, elle est nommée ambassadrice d’Arabie saoudite à Washington.

Biographie

Origines et études

Fille du prince Bandar ben Sultan ben Abdelaziz Al Saoud et de Haifa bint Faisal , elle passe de nombreuses années aux États-Unis, où son père est ambassadeur de 1983 à 2005. Elle obtient un baccalauréat universitaire ès lettres en études muséales à l’université George-Washington puis retourne à Riyad.

Pendant ses études, elle effectue des stages à l’Institut du monde arabe (Paris) et à la Galerie Arthur M. Sackler (Washington, D. C.). Elle a également collaboré à distance avec un conservateur du musée Field (Chicago), alors que la « collection Haifa Faisal » de sa mère y était exposée.

Carrière

Revenue en Arabie saoudite en 2005, elle devient PDG d’Al Hama LLC, une société de vente au détail de luxe, qui gère des marques comme DNKY et Donna Karan au Moyen-Orient Elle occupe également pendant plusieurs années le poste de PDG d’Alfa International, une grande entreprise de vente au détail de produits de luxe qui, entre autres activités, exploite le magasin Harvey Nichols de Riyad. Femme d’affaires active, elle est fondatrice et directrice artistique de Baraboux, une marque de sacs à main de luxe qu’elle a lancée en 2013. Elle est également la fondatrice du fonds de capital-investissement Reemiyah, basé en Arabie saoudite, ainsi que la co-fondatrice de Yibreen, un spa pour femmes.

Le 23 février 2019, elle est nommée ambassadrice d’Arabie saoudite aux États-Unis, et ce dans un contexte où l’image des dirigeants du pays est ternie par l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. Pour Kristian Ulrichsen, chercheur à l’Institut Baker de l’université Rice, « la nomination d’une nouvelle ambassadrice est une tentative de Riyad pour donner un nouveau départ à sa relation avec Washington ». Elle est la première femme à occuper cette fonction.

Activisme

Promotion du travail des femmes

Elle a attiré l’attention des médias internationaux pour sa défense du travail des femmes. En 2014, elle est reconnue personnalité la plus créative de l’année par Fast Company sur ce sujet et figure sur les listes de Forbes des 200 femmes arabes les plus puissantes et des femmes les plus puissantes d’Arabie saoudite. Elle a également été reconnue par le magazine Foreign Policy comme l’une des meilleurs penseurs mondiales en 2014 dans la catégorie « mogul », concernant son activisme pour aider les femmes à concilier leur vie personnelle et professionnelle et les faire participer au monde économique.

Elle considère que promouvoir les femmes sur le marché du travail est « une évolution, pas une occidentalisation», et que responsabiliser financièrement les femmes les encouragera à « explorer davantage le monde pour elles-mêmes et à devenir moins dépendantes ». Elle a également déclaré que l’Arabie saoudite « ne peut pas avoir la moitié de sa population qui ne travaille pas ».

Chez Harvey Nichols, elle était chargée d’embaucher plus de femmes et de mettre en place des services de garde pour leurs enfants, permettant aux mères de continuer à travailler et de subvenir aux besoins de ces derniers. Elle y a également créé un programme qui fournit des allocations de transport aux femmes car il leur était à l’époque interdit de conduire. Ces efforts, conjugués à des politiques économiques abaissant les obstacles à l’entrée des femmes sur le marché du travail, ont conduit le magasin à employer des dizaines de femmes, alors qu’en 2011 seulement des hommes y travaillaient

Contre le cancer du sein

Elle est membre fondatrice de l’Association de sensibilisation au cancer du sein Zahra, basée à Riyad. La mission de l’organisation vise à sensibiliser les femmes sur la détection de la maladie et de coopérer avec les malades jusqu’à leur rétablissement.

Son travail avec l’association Zahra comprend également l’organisation du plus grand ruban rose humain au monde en 2010. Cette initiative a été récompensée par le prix Golden Saber du Holmes Report pour la catégorie de la meilleure publicité et du prix Platinum Sabre pour le meilleur programme de relations publiques.

En mai 2012, en collaboration avec l’association Zahra, elle conduit un groupe de femmes saoudiennes au camp de base du mont Everest, dans le but de sensibiliser le public au cancer du sein. Cette campagne est intitulée « Voyage d’une femme : Destination Mont Everest » (« A Woman’s Journey: Destination Mount Everest »). Les 11 alpinistes entament alors une randonnée de 12 jours jusqu’au camp de base situé à 5 364 mètres d’altitude.

Sport féminin

En 2017, elle est nommée présidente de la Fédération saoudienne des sports communautaires. Il s’agit de la première femme saoudienne désignée en conseil des ministres à un poste à hautes responsabilités au sein du Comité général sportif, l’équivalent du ministère des Sports. Elle a déclaré : « J’ai encouragé les femmes à sortir dans la rue et à faire de l’exercice dans les parcs publics. Je dis aux femmes qu’elles n’ont pas besoin d’autorisation pour s’entraîner en public, elles n’ont pas besoin de permission pour créer leurs propres programmes sportifs. Et de plus en plus, elles le font ». Elle travaille ainsi sur l’octroi de licences aux gymnases féminins à travers le royaume, également source de création d’emplois.

En novembre 2017, elle soutient Shoot For A Cause, organisé par Doodle For A Cause : c’est le premier match féminin de basketball à avoir lieu au stade Al Jawhara de Djeddah (Arabie saoudite).

Philanthropie

Elle a fondé Alf Khair, une initiative de responsabilité sociale d’entreprise visant à créer une communauté active et créative et qui promeut leur travail à l’échelle internationale. Alf Khair est en train de développer une académie de vente au détail, pour offrir une formation aux Saoudiennes voulant entrer sur le marché du travail. Elle est également membre du conseil consultatif de l’Initiative créative nationale saoudienne.

Vie privée

Elle a été mariée au prince Faisal bin Turki bin Nasser , avec qui elle a deux enfants (un fils, Turki et une fille, Sara). Ils divorcent en 2012.

 

Cet article a été publié pour la première fois dans Wikipedia

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien Wikipedia

L’ambassadrice saoudienne aux États-Unis, la princesse Reema, a été saluée comme une «figure inspirante» de l’autonomisation des femmes

08/03/19

 

La princesse Reema a été nommée ambassadrice aux États-Unis en février. (Une photo de Ziyad Alarfaj)

  • La nouvelle ambassadrice aux États-Unis a été récompensée pour ses efforts en faveur de l’autonomisation des femmes saoudiennes.

DUBAÏ: La princesse Reema bent Bandar ben Sultan est entrée dans l’histoire le mois dernier en devenant la première femme saoudienne à devenir ambassadrice.

Après avoir été nommée haute diplomate d’Arabie saoudite aux États-Unis, Ridwaan Jadwat, ambassadrice de l’Australie en Arabie saoudite, a qualifié sa nomination de «jalon important» et lui a souhaité un poste heureux et réussi.

Princesse Reema, personnalité mondiale reconnue, a parlé publiquement de l’inclusion des femmes dans la population active saoudienne, décrivant la libéralisation en cours comme «une évolution et non une occidentalisation».

Toutefois, elle a déclaré que les efforts du Royaume pour permettre aux femmes de conduire ou d’assister à des matchs de football ne sont que des «victoires rapides». Il faut créer davantage d’occasions professionnelles et des problèmes tels que la violence domestique, dit-elle, exigent un examen plus approfondi.

La princesse Reema a passé plusieurs années aux États-Unis dans sa jeunesse, lorsque son père, le prince Bandar ben Sultan, était également ambassadeur d’Arabie saoudite dans le pays. Elle a obtenu une licence en études muséales de l’Université George Washington.

Après son retour dans le Royaume en 2005 et après avoir occupé le poste de PDG de Harvey Nichols à Riyad, la princesse a lancé une marque de sacs à main en 2013, avant de créer un fonds de capital-investissement et un spa pour femmes. Elle est membre du conseil consultatif de la Banque mondiale pour son initiative de financement des femmes entrepreneures, vice-présidente des affaires féminines à l’autorité sportive générale et membre fondatrice de la Zahra Breast Cancer Association à Riyad. En août 2018, elle a également été nommée au Comité international olympique.

Le mois dernier, Dominique Mineur, ambassadeur de Belgique à Riyad, a déclaré à Arab News que la nomination de la princesse Reema témoignait de la détermination du Royaume de donner davantage de responsabilités aux femmes.

«Bien sûr, elle est une figure inspirante et soutient les femmes dans de nombreux domaines, tels que le sport, la santé, le travail et l’indépendance financière», a déclaré Mineur. « C’est une nomination logique compte tenu du rôle qu’elle a joué ».

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Portrait: la princesse Reema bent Bandar, nouvelle ambassadrice de l’Arabie saoudite aux États-Unis

24/02/19

 

 

Princesse Reema Bent Bandar

  • La princesse Reema était vice-présidente des affaires féminines à l’autorité générale du sport depuis 2016.
  • Elle a parlé publiquement de l’inclusion des femmes dans le marché du travail saoudien.

La princesse Reema Bent Bandar ben Sultan, un des principaux entrepreneurs et philanthrope, a été nommée ambassadrice d’Arabie saoudite auprès des États-Unis par décret royal du 23 février 2019.

Avant sa nomination, elle était vice-présidente des affaires féminines à l’autorité générale du sport (GSA) depuis 2016. Elle a également été nommée présidente de la Fédération saoudienne des sports communautaires en 2017 et nommée au Comité international olympique (CIO) en août 2018.

Le père de la princesse Reema était un ancien ambassadeur aux États-Unis et y a passé plusieurs années durant sa jeunesse. Elle a obtenu une licence en études muséales de l’Université George Washington.

À son retour en Arabie saoudite en 2005, elle a assumé les fonctions de PDG pour Al Hama LLC et Alfa International. Elle a lancé sa propre marque de sacs à main, Baraboux, en 2013. Elle a également fondé le fonds de capital-investissement Reemiyah et cofondé Yibreen, un spa de jour pour femmes.

La princesse Reema est l’un des membres fondateurs de l’association du cancer du sein Zahra à Riyad. Elle est également membre du conseil consultatif de la Banque mondiale pour la Women Entrepreneurs Finance Initiative.

Elle a parlé publiquement de l’inclusion des femmes dans le marché du travail saoudien, décrivant les réformes comme «une évolution, pas une occidentalisation».

Lors du Conseil atlantique à Washington, elle a évoqué les efforts déployés par le Royaume pour s’attaquer à des problèmes plus importants que le droit des femmes de conduire ou d’assister à des matchs de football, qu’elle qualifie de «victoires rapides». Des problèmes tels que la violence domestique exigent un examen plus approfondi, a-t-elle déclaré.

La princesse Reema a également parlé de la possibilité de proposer aux femmes des carrières dans une région à majorité masculine.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La Princesse Reema nommée ambassadrice auprès des États-Unis, Khaled ben Salmane, nommé vice-ministre de la Défense par décret royal

23/02/19

Après que des décrets royaux ont été publiés, le prince Khaled ben Salmane a été nommé vice-ministre de la Défense, tandis que la princesse Reema Bent Bandar est la nouvelle ambassadrice aux États-Unis. (AN photos de fichiers)

  • Un autre décret royal a été annoncé pour accorder un bonus salarial d’un mois aux soldats servant sur les lignes de front le long des frontières sud de l’Arabie saoudite.

DJEDDAH: Le prince-roi adjoint Mohammed ben Salmane a publié samedi un décret royal nommant la princesse Reema bent Bandar ben Sultan ambassadrice de l’Arabie saoudite aux États-Unis.

Le roi adjoint a publié un deuxième décret annonçant la nomination du prince Khaled ben Salmane au poste de ministre de la Défense du Royaume.

Un autre décret royal, publié par le roi adjoint, annonçait une prime salariale d’un mois aux soldats servant sur les lignes de front aux frontières sud de l’Arabie saoudite.

Fille du Prince Bandar ben Sultan, ancien ambassadeur saoudien à Washington, la princesse Reema est diplômée en muséologie d’une université américaine.

En octobre 2017, la princesse est devenue la première femme à diriger une fédération multisports saoudienne couvrant les activités sportives masculines et féminines.

Le prince Khaled, ancien ambassadeur d’Arabie saoudite à Washington, est diplômé de l’école de l’air du roi Faisal de Riyad et a été nommé sous-lieutenant de l’armée de l’air royale saoudienne (RSAF).

Il a reçu sa formation initiale de pilote à la base aérienne Randolph de San Antonio, au Texas, et une formation avancée à la base aérienne de Columbus à Columbus, dans le Mississippi. Il a également étudié la guerre électronique avancée en France.

Auparavant, il était pilote de F-15 et officier du renseignement tactique au sein de la RSAF.

Avant de se blesser au dos, le prince Khaled a effectué plus de 50 missions de combat dans le cadre de la campagne de la coalition internationale contre Daesh en Syrie et dans le cadre des opérations Tempête décisive et Renouveau de l’espoir au Yémen.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)