Un dirigeant musulman appelle à la tolérance lors de l’ouverture d’un nouveau centre islamique en France

27/09/19

Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale, Dr Mohammed bin Abdulkarim Al-Issa, inaugure l’Institut français de la civilisation islamique à Lyon. (Photo / fournie)

Al-Issa a souligné que l’islam respectait les droits de l’homme et les libertés fondamentales dans le cadre de sa législation.
LYON: Le président de la Ligue islamique mondiale (LIM) a appelé à davantage d’efforts pour promouvoir la tolérance religieuse et culturelle lors de l’ouverture d’un nouveau centre islamique en France.

S’exprimant lors de la cérémonie d’inauguration de l’Institut français de la civilisation islamique à Lyon, le cheikh Mohammed bin Abdulkarim Al-Issa a souligné l’importance du dialogue et des échanges culturels pour faire tomber les barrières et lutter contre l’extrémisme.

Le secrétaire général de la LIM a déclaré que la mise en avant et le travail sur des valeurs communes étaient indispensables au renforcement des liens de fraternité humaine afin de réduire les écarts négatifs entre les peuples et les nations.

« Avec la transcendance civilisée de l’islam, il est nécessaire de respecter les constitutions et les réglementations des pays dans lesquels nous résidons », a déclaré Al-Issa.

Il a appelé à la tolérance, à la coexistence positive et à la construction de liens d’amitié entre les peuples et a mis en garde contre les dangers des groupes politiques qui utilisent la religion comme couverture pour atteindre des objectifs autoritaires, notamment par le biais de la désinformation pour recruter des jeunes.

« Ces groupes cherchent à utiliser l’islam, symbole de la miséricorde, de la morale, de la paix, des valeurs et des principes de la civilisation dans leur forme la plus haute, pour réaliser leurs ambitions politiques et leurs vues étroites, chargés d’extrémisme violent ou de terrorisme », a-t-il ajouté.

Al-Issa a souligné que l’Islam respectait les droits de l’homme et les libertés fondamentales dans le cadre de sa législation.

Le ministre français de l’Intérieur, Christophe Castaner, a également remercié Al-Issa pour ses commentaires et sa description de la France comme pays favorisant l’intégration, la stabilité et le respect mutuel.

Le ministre a déclaré que l’institut représentait un défi pour la compréhension et le respect et reflétait une vision précise de l’islam en tant que religion qui acceptait d’autres cultures et soutenait le dialogue et la tolérance.

Il a également exprimé sa fierté devant les lignes de communication solides entre les musulmans et le gouvernement français et a déclaré que la ville de Lyon était un symbole du dialogue dans le pays.

Plus tard, Al-Issa, Castaner et le maire de Lyon, Gérard Collomb, ont visité l’institut doté des dernières technologies. Composé de cinq étages et d’une grande salle de conférence, l’institut proposera des cours sur la civilisation islamique dans différentes langues, dont l’arabe et le français. Collomb a déclaré que l’institut aiderait à éduquer les non-musulmans sur le patrimoine culturel islamique.

La LIM s’est associée au gouvernement français pour aider à la création du nouvel institut à Lyon.

Auparavant, Al-Issa avait rencontré le président de l’Institut de la civilisation islamique, Kamel Kabtan, et avait discuté des moyens de promouvoir une culture de la tolérance et du dialogue et de lutter contre la haine et la violence.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La désinformation extrémiste mène à la mort et à la destruction: le ministre des Affaires islamiques saoudien

16/09/19

Le ministre saoudien des Affaires islamiques, Dawah et le Guide, Cheikh Abdellatif Al-Asheikh, a pris la parole lors de la séance d’ouverture de la 30e Conférence internationale du Conseil suprême des affaires islamiques au Caire, dimanche. (CVA)

CAIRE: Le ministre saoudien des Affaires islamiques, Dawah et Guidance, Cheikh Abdellatif Al-Asheikh, a déclaré que la désinformation diffusée par les extrémistes et les terroristes parmi les musulmans conduisait à des révolutions et à des pertes en vies humaines, ainsi qu’à la destruction des patries et à la dispersion des populations.

Al-Asheikh a tenu ces propos lors d’un discours prononcé lors de la séance d’ouverture de la 30e Conférence internationale du Conseil suprême des affaires islamiques, organisée par le ministère égyptien des Awqaf au Caire sur le thème «Construction de la nation dans la jurisprudence islamique».

Il a déclaré que l’une des règles les plus importantes pour la construction de pays convenues par toutes les nations et civilisations, renforcées et soulignées par l’islam, était l’établissement de règles de justice, de tolérance, de coexistence et de lutte contre la corruption et les corrupteurs.

Al-Asheikh a déclaré que l’une des plus grandes sources de corruption était la corruption intellectuelle qui génère toute corruption pratique et comportementale.

Al-Asheikh a déclaré que l’idéologie radicale sur laquelle l’organisation terroriste des Frères Musulmans avait été fondée répandait le militantisme et la haine entre les peuples au nom de l’islam, provoquant le mécontentement des non-musulmans.

Il a souligné que la construction des nations et la promotion de leur force ne passent pas par la paresse et l’indolence, mais par l’étude de toutes les causes matérielles et des moyens civilisés dans tous les aspects de la vie, qu’ils soient militaires, économiques, scientifiques ou sociaux. «L’islam a tenu compte de ces aspects avec le plus grand soin», a déclaré Al-Asheikh.

Il a déclaré que l’Arabie saoudite était capable de concilier les valeurs religieuses avec la modernité, de sorte que le pays des Deux Saintes Mosquées devienne un exemple de civilisation et de modernité tout en adhérant aux fondements religieux et islamiques.

« Le Royaume est également devenu un rocher solide brisant la ruse des ennemis de l’arabisme et de l’islam. Cela n’aurait pas été possible sans l’aide de Dieu et la sagesse de ses dirigeants, à savoir le roi Salman et le prince héritier Mohammed ben Salmane, » Asheikh a dit.

Al-Asheikh a conclu son discours en soulignant que la Vision 2030, le Programme de transformation nationale 2020 et les projets vitaux auxquels le Royaume assistait étaient une indication claire des efforts déployés par l’Arabie saoudite pour lutter contre la corruption et les corrupteurs.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La Ligue musulmane mondiale et des évangéliques discutent des moyens de promouvoir la coexistence

12/09/19

La réunion a eu lieu à l’anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 et avait pour objectif de discuter des moyens de promouvoir la coexistence et l’harmonie internationales. (CVA)

MWL et la délégation ont souligné leurs valeurs communes et se sont engagés à promouvoir la coopération dans ce contexte.

DJEDDAH: Le secrétaire général de la Ligue musulmane mondiale, le Dr Mohammed ben Abdelkarim Al-Issa, a rencontré mercredi à Djedda Joel Rosenberg, chef d’une délégation de responsables chrétiens évangéliques. La réunion a eu lieu à l’anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 et avait pour objectif de discuter des moyens de promouvoir la coexistence et l’harmonie internationales.

Dans une déclaration commune, le LML et la délégation ont souligné leurs valeurs communes et se sont engagés à promouvoir la coopération dans ce contexte.

Ils ont souligné la nécessité de renoncer à toute forme d’extrémisme et de haine et de travailler ensemble pour créer des ponts entre les peuples de toutes les religions et de toutes les cultures.

Les deux parties ont convenu de promouvoir le respect des religions et la confiance mutuelle et se sont engagées à éliminer les obstacles à la coexistence et à mettre fin à la violence par le biais de l’éducation et en encourageant l’harmonie religieuse et l’intégration culturelle, raciale et nationale.

Les deux parties ont souligné l’importance de la famille dans la construction d’une société performante et le développement de générations respectueuses des valeurs de modération, d’amour et de respect des autres.

Selon le communiqué, une large citoyenneté garantit la justice pour tous, et la constitution et l’état de droit doivent être respectés dans tous les pays.

Il a souligné l’importance des lieux de culte dans le monde et la nécessité de poursuivre tous ceux qui les attaquent.

Les deux parties ont convenu de créer et d’encourager des programmes et des initiatives de lutte contre la faim, la pauvreté et la maladie.

Les deux parties ont reconnu le droit à la liberté individuelle, à condition que cela ne conduise pas à maltraiter les autres, notamment sur la base de la religion, de la culture ou de la race.

Mardi, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a rencontré Rosenberg et la délégation. Ils ont souligné l’importance des efforts communs pour promouvoir la coexistence et la tolérance et pour lutter contre l’extrémisme et le terrorisme.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

L’Alliance Mondiale des Religions pour la Paix a élu le chef de KAICIID en tant que président d’honneur

24/08/19

L’Alliance mondiale des religions pour la paix a annoncé samedi l’élection du secrétaire général du Roi Abdullah bin Abdulaziz au Centre international pour le dialogue interconfessionnel et interculturel, Faisal bin Abdulrahman bin Mouammar, à la présidence honoraire. (WARP / Fichier photo)

Le secrétaire général, Faisal bin Abdulrahman bin Muammar, a été élu en reconnaissance de ses efforts pour diffuser les valeurs du dialogue et de la tolérance
L’Alliance est composée d’un Conseil mondial des hauts responsables religieux de toutes les régions du monde.

RIYAD: L’Alliance mondiale des religions pour la paix a annoncé samedi l’élection du secrétaire général du Roi Abdullah bin Abdulaziz au Centre international pour le dialogue interconfessionnel et interculturel (KAICIID), Faisal bin Abdulrahman bin Muammar, à la présidence d’honneur de l’Alliance.

L’annonce a été faite lors de la 10ème assemblée générale de la Conférence internationale des religions pour la paix à Lindau, en Allemagne, du 20 au 23 août 2019.

Les responsables de l’Alliance ont indiqué que l’élection de Ben Mouammar, ainsi que celle du groupe de présidents honoraires de l’Alliance pour les cinq prochaines années, témoignaient de ses efforts, par le biais du Centre international du roi Abdullah pour le dialogue interconfessionnel et interculturel, en vue de diffuser les valeurs de dialogue et la tolérance et à promouvoir la coopération entre les personnalités religieuses et les décideurs.

Bin Mouammar a exprimé ses remerciements et sa reconnaissance pour la confiance accordée par l’Assemblée générale des Religions pour la paix.

«Je suis fier d’être élu président honoraire parmi d’autres présidents honoraires et de faire partie d’un groupe international multireligieux de dirigeants engagés dans le dialogue interconfessionnel».

Il a conclu son discours en exprimant ses sincères remerciements et sa gratitude pour le soutien des pays fondateurs du Centre, en particulier l’Arabie saoudite, initiateur de l’initiative, l’Espagne, l’Autriche, le Vatican et le conseil d’administration des musulmans, chrétiens, juifs, Bouddhistes et hindous, et le conseil consultatif de quarante-six membres de quinze religions et croyances et employés du Centre dans 30 pays du monde entier.

L’Alliance mondiale des religions pour la paix, créée en 1970, est l’une des plus importantes organisations non gouvernementales internationales s’intéressant aux affaires religieuses mondiales.

L’Alliance se compose d’un Conseil mondial de hauts responsables religieux de toutes les régions du monde; représentant six organismes régionaux interconfessionnels et plus de 90 organismes nationaux.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La nature pacifique du véritable islam mise en évidence lorsque le grand symposium du Hadj se termine à La Mecque

07/08/19

Le 44ème grand symposium annuel du Hadj s’est achevé mardi. (Fourni)
Il était important que les musulmans soulignent la moralité et le message de paix qui est le vrai visage de l’islam

La Mecque: Le 44ème grand symposium annuel du Hadj s’est achevé mardi après deux jours de débat et de discussion sur le thème «Islam: coexistence et tolérance».

L’événement, organisé par le ministère saoudien du Hajj et de l’Omra et tenu à l’Hôtel Hilton la Mecque Convention, a rassemblé des penseurs et des spécialistes de l’islam du Royaume et du monde islamique. Il comprenait un certain nombre de séances sur des sujets tels que: «L’islam dans les sociétés au service», «La coexistence et la tolérance dans l’islam», «L’humanité dans le monde numérique», «Les portes de l’orientation dans l’islam» et «L’islam et les problèmes de coexistence».

Dans un discours prononcé lors de la deuxième journée du symposium, M. Abdel Fattah Mashat, vice-ministre du Hadj et de l’Omra, a souligné l’importance de l’organisation de ce symposium chaque année. Il profite à tous, a-t-il déclaré, grâce à la diversité des participants et aux avantages importants qui peuvent être obtenus en apprenant sur leurs expériences et en écoutant leurs recommandations. Il a dit qu’ils assisteraient les dirigeants du pays dans leurs efforts pour continuer à améliorer les services du Hajj et de l’Omra.

Mashat a déclaré que la façon dont nous traitons avec le monde numérique reflète notre identité. Lorsque la technologie est mal utilisée, elle nuit à la religion et à l’humanité. Il a également souligné l’importance de maintenir une présence dans le monde numérique qui préserve l’identité personnelle.

«Lorsque nous parlons de tolérance et de coexistence, nous ne pouvons pas séparer la véritable identité humaine de l’identité numérique», a-t-il déclaré. «Lorsqu’il y a une différence entre les deux identités, cela crée une double identité.»

Abdallah Al-Saba, expert technique, a déclaré qu’avant la révolution numérique, les possibilités de partage d’informations étaient beaucoup plus limitées. À mesure que la technologie évolue, nos vies se sont simplifiées, nous pouvons atteindre les autres et diffuser l’information plus rapidement à un plus grand nombre de personnes. Cela peut servir l’Islam, a-t-il déclaré, par exemple en utilisant la technologie pour aider et suivre les pèlerins lors de leurs voyages pour le Hajj et l’Omra.

Le conseiller Khaled Al-Hajri a dirigé mardi une session intitulée « embrasser l’islam », à laquelle participaient Yusuf Estes, prédicateur islamique américain, Dr. Rateb Junaid, de Unis Musulmans d’Australie, et l’ancien footballeur français Nicola Anilka.

Estes a déclaré qu’il était important de refléter correctement la nature vraie et positive de l’islam par des actions, y compris des actions de bienfaisance, et pas seulement des mots. Junaid a ajouté qu’après les récents attentats terroristes dans le monde, il était important que les musulmans soulignent la moralité et le message de paix qui constituent le véritable visage de l’islam.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La Ligue musulmane mondiale et le patriarcat de Moscou signent un accord de coopération

25/07/19

Le secrétaire général de la Ligue musulmane, Mohammed ben Abdel Karim Al-Issa, rencontre le patriarcat de Moscou et de toutes les Russies Kirill I. (CVA)

L’accord rejette également toutes les formes d’extrémisme et de haine

MOSCOU: La Ligue musulmane mondiale (Ligue mondiale musulmane) et le patriarcat de Moscou et de toutes les Russies ont signé mercredi un accord visant à promouvoir le dialogue interreligieux et interculturel, ainsi qu’une culture de la paix et une coexistence constructive.

L’accord, qui rejette également toutes les formes d’extrémisme et de haine, a été cosigné à Moscou par le sous-secrétaire aux relations et à la communication de la MWL et à la tête du Département des relations extérieures avec les églises.

Il a été signé en présence du Dr Mohammed ben Abdel Karim Al-Issa, secrétaire général du LML, et du patriarche Kirill I.

L’accord reflète la conviction des deux parties en ce qui concerne l’importance du dialogue interreligieux et le rôle des institutions religieuses dans la résolution des conflits internationaux, ainsi que la volonté des musulmans et des chrétiens de promouvoir une coexistence pacifique et constructive.

Al-Issa et Kirill I ont tenu un sommet historique mercredi à l’église orthodoxe russe de Moscou.

Elle est considérée comme la plus grande église orthodoxe orientale indépendante, avec plus de 250 millions d’adeptes.

Le sommet, auquel ont assisté de hauts responsables religieux, a donné lieu à des discussions fructueuses sur des questions d’intérêt commun.

Kirill I a déclaré qu’il était «très heureux» de la visite d’Al-Issa en Russie, soulignant le rôle important et éclairé du MWL.

« Vous aidez de nombreuses personnes dans le besoin en Asie et en Afrique, ce qui fait l’objet de notre profonde préoccupation et de notre reconnaissance », a ajouté le patriarche.

«  raison de votre contribution personnelle aux activités de la MWL, la ligue est devenue bien connue dans le monde chrétien, qui apprécie ces activités remarquables », a-t-il déclaré.

«L’Église orthodoxe entretient un grand réseau de relations avec les sociétés et les communautés islamiques et entretient des relations avec les musulmans dans notre pays. L’histoire de la Russie n’a jamais été marquée par des guerres ou des conflits avec les musulmans », a ajouté Kirill.

«Puisque les chrétiens et les musulmans orthodoxes appartiennent à la civilisation orientale, nous partageons de nombreux points communs. Mon travail… m’a clairement expliqué ce fait.

Kirill I a souligné l’unité du peuple russe sans distinction de religion, de secte ou d’ethnie. « La Russie peut servir d’exemple aux pays et aux représentants des religions et des sectes », a-t-il déclaré.

Al-Issa a déclaré: « Je suis heureux de visiter l’Église orthodoxe russe et de rencontrer Sa Sainteté le patriarche Kirill I, connu pour ses efforts remarquables dans la promotion de l’harmonie et de la coexistence religieuses, ainsi que pour l’amour et la tolérance. »

Al-Issa ajouté. « Nous, membres de la Ligue de MW, et au nom de tous les musulmans, apprécions les efforts humanitaires et moraux de l’Église orthodoxe et apprécions ses sentiments sincères envers l’Islam. »

«Nous apprécions que vous décriviez le terrorisme comme n’ayant pas de religion et affirmant que l’islam… n’a rien à voir avec le terrorisme.»

«  rencontré un certain nombre de musulmans, en particulier des érudits musulmans en Russie, et ils ont une grande estime pour l’Église orthodoxe pour ses efforts en vue de préserver l’harmonie religieuse, qui sont des efforts historiques appréciés. »

Al-Issa a déclaré: « Les points communs que nous partageons sont nombreux, en particulier la convergence de la culture orientale avec ses valeurs humaines et morales. »

« Il n’y aura pas de choc culturel entre nous, car nous appartenons à une culture orientale et avons plusieurs objectifs humanitaires. »

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La modernité et l’authenticité sont les «principaux piliers» de la pensée islamique

06/07/19

Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale (LIM), Mohammed bin Abdul Karim Al-Issa, prend la parole lors d’une conférence à Dakar. (SPA)

  • La conférence de la LIM à Dakar a appelé à développer un esprit capable de comprendre les sciences islamiques et de faire face aux extrémistes

DAKAR: La Ligue islamique mondiale (LIM) a conclu sa conférence internationale sur «La pensée islamique: approche et message», qui s’est déroulée dans la capitale sénégalaise, Dakar.

Des scientifiques et des intellectuels africains ont assisté à la conférence. Ils ont souligné l’importance de guider les gens avec la foi, les valeurs de la civilisation, le progrès humain et la recherche d’une vie insouciante et digne.

Ils ont appelé au développement d’un esprit capable de comprendre les sciences islamiques et de confronter les idées extrémistes et violentes et leurs développements négatifs.

Moustapha Niass, président de l’Assemblée nationale du Sénégal, a félicité la LIM d’avoir lancé ses programmes destinés à promouvoir la communication scientifique et intellectuelle avec des personnes et des cultures différentes.

Le Dr Mohammed bin Abdul Karim Al-Issa, secrétaire général de la LIM, a souligné la volonté de la ligue de promouvoir les vrais principes de l’islam qui appellent à la modération et à la lutte contre la haine et l’extrémisme.

Il a souligné que la pensée islamique avait éclairé le monde avec sa miséricorde, son humanité, sa justice, son ouverture et sa tolérance, soulignant que la modernité et l’authenticité étaient les principaux piliers de la pensée islamique. Al-Issa a souligné l’importance de la modération islamique pour lutter contre l’extrémisme idéologique.

Il a également appelé à sensibiliser à l’importance de comprendre les textes religieux et à leur signification, en précisant que les règles et les fatwas de la charia évoluaient avec le temps et les circonstances. Il a invité les spécialistes à soutenir la formation d’une bonne personnalité musulmane, en particulier pour les jeunes musulmans.

Sheikh Mbaye Niang, ministre des Affaires religieuses, a noté que la pensée islamique est caractérisée par des créations ouvertes et flexibles et des propriétés guidées par l’Islam.

Il a déclaré que la conférence se tenait dans un contexte mondial marqué par l’escalade de la violence sous ses différentes formes. « De nombreux scientifiques et chercheurs ont pris conscience que c’était le résultat d’une crise intellectuelle qui s’était aggravée et avait entraîné l’extrémisme et le terrorisme », a-t-il ajouté.

Soham El-Wardini, maire de Dakar, a remercié la LIM pour l’organisation de la conférence, saluant son rôle essentiel dans la promotion des valeurs de modération, en particulier face aux idées extrémistes. «La pensée islamique étend les ponts de communication avec tout le monde avec confiance et compétence», a-t-elle déclaré.

Un accord de coopération a été signé entre la LIM et la Haute Autorité du Waqf au Sénégal, portant sur l’activation de fonds de dotation destinés à promouvoir et développer les activités caritatives et la culture philanthropique au Sénégal.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Retour sur les 50 ans de l’OCI qui se réunit à La Mecque pour le Sommet islamique

30/05/19

La photo de famille du 13éme sommet ordinaire de l’OCI à Istanbul, en Turquie, en 2016 montre les chefs d’État et de gouvernement qui y ont assisté. (AFP)

  • Le sommet de La Mecque a pour but de mettre en avant la question palestinienne et de rassembler la position islamique sur des questions clés
  • L’OCI s’est réuni pour la première fois après un incendie criminel à l’intérieur de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem en 1969

DJEDDAH: De la défense des droits des Palestiniens à la prise de position unifiée face aux menaces contre les États membres, l’Organisation de la coopération islamique (OCI) – le deuxième organisme intergouvernemental en importance après l’ONU – a fait une différence dans le monde musulman ces 50 dernières années.

Le sommet islamique à La Mecque, vendredi, sera le 14éme sommet ordinaire de l’organisation, auquel participeront les rois et chefs d’État et de gouvernement des 57 pays membres de l’OCI.

L’OCI s’est réuni pour la première fois un mois après un incendie criminel dans la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem le 21 août 1969.

Un touriste australien a incendié une structure située dans la principale mosquée Al-Qibly, détruisant la chaire vieille de 800 ans de Saladin.

En réaction à l’incident, des représentants de 24 États islamiques se sont réunis à Rabat, au Maroc, du 22 au 25 septembre pour le premier Sommet islamique, marquant la naissance de l’OCI.

Le roi Faisal d’Arabie saoudite est arrivé en septembre 1969 au Sommet islamique de Rabat, où l’OCI a été créée. (Getty Images)

L’année suivante, la toute première réunion de la Conférence islamique des ministres des affaires étrangères (CIMAA) a été convoquée à Djeddah, et il a été décidé de créer un secrétariat permanent dans la ville saoudienne, dirigé par le secrétaire général de l’OCI.

Des représentants de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) dotés du statut d’observateur ont assisté au sommet.

Les participants ont promis leur adhésion à la Charte des Nations Unies et ont condamné Israël pour l’incendie criminel d’Al-Aqsa.

Le deuxième sommet islamique s’est tenu en février 1974 à Lahore (Pakistan), après cinq ans de retard.

Des représentants de près de 35 pays étaient présents et ont proclamé que « la solidarité des peuples islamiques ne repose pas sur l’hostilité à l’égard d’autres communautés humaines ni sur des distinctions de race et de culture ».

La réunion de Lahore a appelé les Etats membres de l’OCI à rompre toutes relations avec Israël en faveur de la solidarité islamique.

Sept ans plus tard, en janvier 1981, l’Arabie saoudite accueillait le troisième Sommet islamique, connu sous le nom de «Session de Palestine et Al-Qods Al-Sharif», auquel l’Iran et la Libye restaient éloignés.

La déclaration finale se lisait comme suit: «Tous les musulmans forment une nation de modération, refusant l’alignement sur tous les blocs et toutes les idéologies, refusant fermement de se rendre aux influences qui divisent ou aux conflits d’intérêts».

Réuni dans le contexte de l’invasion de l’Afghanistan par l’Union soviétique, le sommet de Djeddah a exprimé sa profonde préoccupation devant l’évolution de la guerre froide et a réitéré son appel en faveur du retrait de toutes les forces étrangères du pays.

Une foule observe les pompiers éteindre un incendie dans la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem en août 1969. (Getty Images)

Les délégués ont décidé que les États membres de l’OCI contribueraient au moins 3 milliards de dollars à la création d’un programme de développement du monde islamique.

Le prince héritier saoudien de l’époque, le prince Fahd bin Abdul Aziz, a annoncé l’octroi par le Royaume d’une subvention de 1 milliard de dollars pour sa mise en œuvre.

En janvier 1984, le Maroc a accueilli le quatrième Sommet islamique à Casablanca à l’invitation du roi Hassan II, en présence de représentants de 42 États membres et d’organisations internationales, notamment des Nations unies et de la Ligue arabe.

Le sommet a réaffirmé son attachement aux principes sur lesquels devrait reposer une solution au conflit israélo-arabe: le retrait d’Israël de tous les territoires arabes occupés en 1967 et la restauration des droits nationaux des Palestiniens, y compris leur droit de retour et leur droit  à l’autodétermination.

Trois ans plus tard, en janvier 1987, le Koweït accueillait le cinquième Sommet islamique. La réunion de quatre jours, à laquelle ont participé 44 États membres, a condamné les États-Unis pour leur soutien à Israël. Sous le thème «Al-Qods Al-Charif, Concorde et Unité», le Sénégal a accueilli le sixième Sommet islamique à Dakar en décembre 1991.

Dans la déclaration de Dakar, les participants ont réaffirmé leur «détermination à faire face à l’occupation par Israël des territoires palestiniens et des autres territoires arabes occupés depuis 1967; ainsi que leur détermination à continuer à rejeter et à s’opposer à la poursuite des plans et des pratiques israéliennes ».

Le Sommet islamique est retourné à Casablanca pour sa septième session en décembre 1994. Cette session, qui coïncidait avec le 25éme anniversaire de l’OCI, a réuni 49 États membres et organisations internationales.

Lors de cette réunion, les délégués se sont engagés à corriger l’image de l’islam, faisant référence à l’esprit du «djihad» fondé sur les principes généraux de la charia.

La question palestinienne a également occupé une place importante au sommet, les participants ayant exprimé leur soutien à l’OLP dans sa lutte pour les droits des Palestiniens.

Les délégués ont condamné l’agression de la Serbie contre la Bosnie-Herzégovine, son non-respect des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies et son rejet du plan de paix des cinq nations.

La huitième session s’est tenue sous le haut patronage de Mohammad Khatami, président de l’Iran de l’époque, en décembre 1997, sous le thème «Dignité, dialogue, participation».

Le sommet de Téhéran a réuni 53 États membres et a été inauguré par le guide suprême iranien Ali Khamenei.

Plusieurs pays du Golfe ont apporté d’importantes contributions, l’Arabie saoudite à elle seule ayant consacré 10 millions de dollars aux activités et aux institutions de l’OCI.

Le neuvième sommet islamique s’est tenu à Doha (Qatar) en novembre 2000 sur le thème «Paix et développement: l’intifada d’Al-Aqsa».

Cinquante-deux États membres ont assisté à la réunion. La Bosnie-Herzégovine, la République centrafricaine, la Côte d’Ivoire et la Thaïlande y ont participé à titre d’observateurs. Le président russe Vladimir Poutine a pris part à la séance d’ouverture.

Dans le contexte de l’invasion américaine en Irak, le 10ème Sommet islamique s’est réuni à Putrajaya (Malaisie) en octobre 2003.

Une Palestinienne aidée par un ambulancier hors de son bâtiment endommagé par un raid aérien israélien sur la ville de Gaza le 19 novembre 2012. (AFP)

Les délégués ont fermement condamné les menaces du gouvernement israélien contre le président palestinien de l’époque, Yasser Arafat, et ont appelé la communauté internationale à contraindre Israël à respecter les résolutions de l’ONU.

Le sommet a fermement condamné le bombardement terroriste des ambassades de Jordanie et de Turquie, le siège de l’ONU à Bagdad et les lieux saints de la ville irakienne de Najaf.

Il a également rejeté « les campagnes non fondées et les allégations contre l’Arabie saoudite », et a appelé à leur fin.

Le sommet a exprimé sa solidarité avec le Royaume et son soutien, ainsi que son soutien à tous les efforts déployés par l’Arabie saoudite pour lutter contre le terrorisme.

Le Sommet islamique est retourné à Dakar en décembre 2005 pour sa onzième session, au cours de laquelle les dirigeants ont promis que leurs gouvernements feraient tout ce qui leur serait nécessaire pour verser une contribution de 10 milliards de dollars au Fonds de solidarité islamique pour le développement, créé sous l’égide de la Banque islamique de développement (BID).

En 2013, le 12ème Sommet islamique s’est réuni au Caire, en Égypte, avec la participation de 56 États membres et de plusieurs organisations internationales et régionales.

Les participants ont condamné l’attaque israélienne de novembre 2012 sur la bande de Gaza et la politique de punition collective du peuple palestinien, notamment le blocus de l’enclave par Israël.

Le dernier sommet islamique avant le prochain sommet à La Mecque s’est tenu en avril 2016 à Istanbul, en Turquie.

Les délégués ont réaffirmé leur attachement au but central de l’OCI: la cause palestinienne et la préservation de Haram Al-Sharif en tant que site islamique.

Ils ont exprimé leur préoccupation pour les réfugiés musulmans qui ont dû quitter leur pays d’origine, notamment la Syrie, en raison de conflits armés et de l’oppression. Ils ont également décrié la montée de la xénophobie et de l’islamophobie dans les pays occidentaux.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Personnalités musulmanes de premier plan: la diversité religieuse et culturelle ne justifie pas le « conflit »

30/05/19

La Déclaration de La Mecque a indiqué qu’il était du devoir de chacun de lutter contre le terrorisme, l’injustice, l’oppression et la violation des droits de l’homme. (SPA)

  • 1 200 personnalités musulmanes signataires de la déclaration anti-extrémiste

LA MECQUE: Un document historique contre l’extrémisme a été signé par 1 200 personnalités du monde musulman à la suite d’un rassemblement historique dans la ville sainte de La Mecque.

La conférence de quatre jours, organisée par la Ligue islamique mondiale (LIM), a rassemblé des dignitaires, des érudits, des hauts fonctionnaires et des penseurs éminents qui représentaient 139 pays. Les délégués ont également représenté 27 composantes de différentes sectes islamiques.

Le roi Salmane d’Arabie saoudite a été le premier dirigeant à signer la déclaration et a ensuite reçu les érudits dans la ville sainte. Le roi reçut le document final de la déclaration de La Mecque.

Les signataires ont confirmé qu’ils cherchaient à interagir avec toutes les couches de la société pour réaliser les intérêts de l’être humain, promouvoir les valeurs nobles, créer des ponts et combattre l’injustice et la haine.

La Déclaration de La Mecque a indiqué que la diversité religieuse et culturelle ne justifiait pas les conflits et que le dialogue civilisé était le moyen de surmonter les différences historiques.

La déclaration a appelé à une législation dissuasive pour ceux qui incitent à la haine et à la violence, affirmant que de telles lois affaibliraient les causes des conflits religieux et ethniques. La déclaration a condamné les attaques sur des lieux de culte, les qualifiant d’actes criminels nécessitant une réponse législative et sécuritaire forte. Les idées extrémistes qui ont motivé ce type d’attaques doivent être contestées.

La Déclaration de La Mecque a indiqué qu’il était du devoir de chacun de lutter contre le terrorisme, l’injustice, l’oppression et la violation des droits de l’homme. Elle a également appelé à une plus grande protection de l’environnement, affirmant que le gaspillage des ressources naturelles et la pollution causaient des violations des droits des générations futures.

Le roi Salmane a reçu les dignitaires à La Mecque. (SPA)

La déclaration a averti que l’islamophobie était due à l’ignorance de la réalité islamique et que les gens s’en tenaient aux méfaits de ceux qui se prétendaient musulmans et attribuaient à tort leurs actes à des lois islamiques.

La déclaration appelait à la non-ingérence dans les affaires d’autres États car il s’agissait d’une violation inacceptable, mettant en avant la diffusion d’idées sectaires ou les tentatives d’imposition de fatwas.

Elle reconnaissait les principes de l’autonomisation des femmes, du rejet de leur marginalisation, de la dégradation de leur dignité, de la minimisation de leur rôle ou de l’obstacle à leurs chances dans les domaines religieux, scientifique, politique ou social. Elle a appelé à la protection de l’identité des jeunes musulmans en accordant une attention particulière à cinq points essentiels: la religion, la patrie, la culture, l’histoire et la langue.

L’identité doit être protégée des tentatives d’exclusion ou d’assimilation délibérées ou non intentionnelles. Les jeunes doivent également être protégés de l’extrémisme intellectuel et de l’idée qu’il existe un choc des civilisations.

Les jeunes doivent être dotés des valeurs de tolérance, de coexistence pacifique et d’harmonie afin d’accepter l’existence d’autrui, de préserver leur dignité et leurs droits, et de respecter les lois et règlements des pays dans lesquels ils vivent, a ajouté la déclaration.

Plus tôt cette semaine, la conférence a appris que l’Arabie saoudite avait combattu l’extrémisme avec «détermination et fermeté».

« L’Arabie saoudite a fermement condamné et combattu toutes les formes d’extrémisme, de violence et de terrorisme, avec idéologie, détermination et esprit de décision, et s’est opposée à toute identification avec celles-ci », a déclaré le roi Salmane dans un discours prononcé en son nom par le prince Khalid Al-Faisal, Gouverneur de La Mecque.

L’Arabie saoudite s’est engagée à « répandre la paix et la coexistence et a mis en place des plates-formes intellectuelles et des centres internationaux pour promouvoir ces principes », a déclaré le roi.

«Nous réitérons notre invitation à mettre fin au discours raciste et xénophobe de quelque source que ce soit et sous quelque prétexte que ce soit», a-t-il ajouté.

La conférence de la LIM a abordé des sujets tels que «Modération de l’histoire islamique et de la jurisprudence» et «Programmes pratiques visant à promouvoir la modération chez les jeunes».

La conférence a marqué le début de plusieurs grands sommets régionaux dans le Royaume cette semaine. Les membres de la Ligue arabe et les dirigeants du Conseil de coopération du Golfe discuteront de la récente agression de l’Iran contre l’Arabie saoudite et la région au plus large.

En outre, des dizaines d’États membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) ont été invités à participer au 14éme sommet islamique de cet organisme.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Des érudits réunis à La Mecque soulignent l’importance du discours islamiste modéré

29/05/19

Les orateurs ont appelé à la réunification des rangs de la nation musulmane afin que personne ne puisse l’ébranler. (Photo de Tareq Al-Thaqafi)

  • Des érudits saluent le rôle du Royaume dans la réunification des musulmans
  • Mustafa Ibrahim, ancien mufti de Bosnie-Herzégovine: «Nous sommes venus soutenir l’Arabie saoudite dans ses tentatives visant à unir les musulmans, à renforcer leurs relations et à promouvoir la modération»

LA MECQUE: Scientifiques et intellectuels lors de la deuxième journée des sessions de la conférence de La Mecque sur les valeurs islamiques de modération, ont souligné l’importance d’un discours islamique modéré et de la préservation des droits des minorités dans les pays non musulmans.

Ils ont également salué le rôle actif du Royaume dans la réunification des musulmans, le rejet de l’extrémisme, l’instauration d’un discours modéré, la préservation des droits des musulmans et leur éloignement du terrorisme.

Le Dr. Ahmed Al-Dubyan, directeur général du Centre culturel islamique à Londres, a rappelé que la conférence organisée par la Ligue islamique mondiale se réunissait dans des conditions difficiles, observées dans tout le monde musulman, à la suite d’une déviation intellectuelle entraînant des fléaux, calamités, déviation dans les pensées et l’agression d’autrui.

Mohamed Salah Dinov, président du Conseil islamique de Russie, a appelé à inculquer des dénominateurs communs reliant les musulmans aux niveaux économique, culturel et social.

Les érudits ont appelé à la réunification des rangs de la nation islamique afin que personne ne puisse la déstabiliser et l’ébranler. Cela peut être réalisé en rejetant les troubles, en encourageant la modération et l’égalité, en communiquant les uns avec les autres, en renforçant les liens d’amour entre musulmans et en luttant contre les fausses perceptions de l’islam.

Ils ont également appelé tous les musulmans à bien étudier leur religion, comme l’a envoyé Allah, religion d’amour, de modération et de valeurs authentiques qui ont contribué à la propagation de l’islam dans le monde.

Plus tôt, lors du premier jour de l’événement, le mufti de Tripoli et du nord du Liban, Sheikh Malik Al-Shaar, a déclaré que la conférence répondait à toutes les conspirations visant à comploter contre l’islam et les musulmans.

POINTS FORTS

  • La préservation des droits des minorités a été soulignée.

  • Les érudits veulent que les musulmans forgent l’unité dans leurs rangs.

  • Les musulmans sont invités à étudier leur religion de manière objective.

Al-Shaar a déclaré que les mots prononcés lors de la conférence étaient dignes d’un programme pouvant être envisagé par les intellectuels et les érudits.

Il a souligné que le Coran prenait en considération les autres, reconnaissait leur existence et établissait un objectif commun pour la coexistence.

L’ancien mufti de Bosnie-Herzégovine, Mustafa Ibrahim, a souligné l’importance de l’unité des musulmans et a déclaré: « Nous sommes venus soutenir l’Arabie saoudite dans ses tentatives visant à unir les musulmans, à renforcer leurs relations et à promouvoir la modération ».

Alfredo Milesi, ministre italien des Affaires du Moyen-Orient au Parlement international pour la sécurité et la paix et président de la Ligue musulmane européenne, a déclaré que le rassemblement d’institutions, d’organisations et d’érudits en ce mois sacré est un phénomène mondial pour lequel il convient de remercier l’Arabie saoudite.

Il a ajouté que cette conférence envoyait un message direct au monde entier sur la tolérance de l’islam et le rôle important des musulmans dans la construction de sociétés civilisées en Europe et dans le monde.

Le conseiller du ministre portugais de la Défense, Imran Mohammed, a déclaré que la conférence montre au monde entier que les musulmans sont unis, ce qui leur vaut le respect du monde.

Il a ajouté que l’importance du moment et du lieu de la conférence, ainsi que de son rôle dans l’élimination des désaccords et la production d’une position commune, devrait être prise en compte.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)