Startup de la semaine: le démarrage d’une application photo saoudienne vise à répandre «joie et bonheur»

28/01/20

«De beaux souvenirs peuvent égayer nos journées lorsque nous nous en souvenons, alors pourquoi ne les avons-nous pas tout le temps autour de nous?
Une startup saoudienne vise à répandre «joie et bonheur» grâce à sa nouvelle application photo innovante. L’application Sticky permet aux utilisateurs de choisir leurs souvenirs photo préférés et de les faire livrer prêts à coller sur n’importe quelle surface sans avoir besoin de clous et de crochets.

Fondée par Batool et Wesam Miski et Moayed Al-Shangiti en 2018, l’entreprise permet aux gens de décorer leur maison avec des photos sans utiliser de méthodes de suspension qui peuvent endommager les murs.

« C’est est simple, intuitif et facile à utiliser », a déclaré Batool à Arab News. «L’utilisation de l’application est amusante pour tous les âges. Les utilisateurs peuvent simplement choisir des photos sur leur téléphone, ajuster la taille de la photo, puis passer la commande.

«J’adore les photos et l’art en général, mais je déteste percer des murs pour accrocher des photos», a-t-elle ajouté. «Nous avons un produit innovant où nous utilisons des matériaux solides et légers avec une qualité photo élevée pour décorer et rehausser les espaces avec des photos intelligentes et sans vis.

«Les utilisateurs de Sticky peuvent déplacer librement des photos entre les murs sans se soucier des marteaux, des vis ou d’endommager les murs».

Batool a eu l’idée de l’application en regardant une vidéo d’artisanat d’art. «J’ai vu pour la première fois un autocollant double adhésif solide et une ampoule s’est allumée dans ma tête et Sticky est né.

«Mon frère m’a exposé au développement et à la conception d’applications à un jeune âge et notre co-fondateur Moayed est un développeur de pile complète. Mon amour pour l’art et le développement d’applications fait de Sticky la solution idéale pour moi ».

Sticky imprime des photos de haute qualité sur un tableau noir solide et léger de 3 centimètres d’épaisseur. « Les photos sont sans cadre pour leur donner une touche moderne et elles durent des années ».

L’équipe de production féminine de la startup fait de la confidentialité une priorité absolue. Une fois qu’une commande arrive via l’application, le client reçoit un e-mail de confirmation et une notification du produit final attendu.

« Lorsque nous recevons la commande, notre équipe inspecte les photos pour s’assurer qu’elles sont appropriées, puis nous imprimons les photos et les montons sur nos tableaux spécialisés.

« Nous n’appliquons aucun effet aux photos une fois que l’utilisateur les a envoyées et nous supprimons les photos de nos serveurs deux semaines après la date de commande pour réduire les coûts et protéger la confidentialité des utilisateurs », a-t-elle ajouté.

«De beaux souvenirs peuvent égayer nos journées lorsque nous nous en souvenons, alors pourquoi ne les avons-nous pas tout le temps autour de nous? Le véritable objectif de Sticky est de répandre la joie et le bonheur à travers le monde en imprimant de merveilleux souvenirs qui durent pour toujours ».

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La bataille de haute technologie d’un étudiant saoudien contre le gaspillage alimentaire

22/01/20

Chaque année, un tiers des aliments produits pour la consommation humaine sont perdus ou gaspillés. (Fournie)

  • Une percée biotechnologique aide une startup de la Silicon Valley à s’attaquer à un problème mondial de 35 milliards de dollars

DJEDDAH: Un étudiant saoudien a lancé une startup de la Silicon Valley pour s’attaquer au problème du gaspillage alimentaire, un problème mondial qui coûte 35 milliards de dollars par an, selon l’ONU.

Asrar Damdam, un étudiant de l’Université du roi Abdullah des sciences et technologies, a créé UVera, une société de biotechnologie qui utilise une technologie innovante pour augmenter la durée de conservation des aliments frais.

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, un tiers des aliments destinés à la consommation humaine sont perdus ou gaspillés, laissant des millions de personnes dans le monde affamées.

L’objectif d’UVera est de contribuer à réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2030 en utilisant la technologie et l’innovation.

« Outre ses effets économiques, les déchets alimentaires sont responsables de 3 milliards de tonnes de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, contribuant au changement climatique », a déclaré Damdam à Arab News.

La solution sans produits chimiques du scientifique de 26 ans utilise une lumière ultraviolette (UV) spécifique pour stériliser les aliments, détruisant différents types de bactéries, virus et agents pathogènes qui causent la détérioration.

« L’effet de notre technologie a été prouvé par l’expérimentation scientifique et l’examen, et a montré des résultats positifs sur différents types de produits frais, y compris la viande », a-t-elle déclaré.

Créée en juin 2019, la startup détient les droits de propriété intellectuelle sur sa technologie, qui a été approuvée par la Food and Drug Administration des États-Unis (FDA).

FAITS EN BREF

L’objectif d’UVera est de réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2030 en utilisant la technologie et l’innovation.

Le marché cible d’UVera sont les restaurants, où ses méthodes de conservation des aliments seront particulièrement utiles.

Damdam, qui poursuit un doctorat dans le domaine de la nanotechnologie, a déclaré que son plus grand défi était de se familiariser avec les affaires tout en construisant le produit dans un délai minimal et avec un soutien financier limité.

Elle a travaillé uniquement sur la construction de son produit minimum viable (MVP), le dépôt du brevet, ainsi que l’évaluation des candidats qui souhaitent rejoindre son entreprise.

«C’était assez difficile compte tenu des ressources financières limitées et du coût élevé de la vie en Californie», a-t-elle déclaré.

Cependant, l’équipe de la startup comprend désormais une expertise combinée en ingénierie, technologie, recherche scientifique, développement commercial, marketing, stratégie et fabrication de matériel.

L’odyssée de la Silicon Valley de Damdam a commencé avec une bourse de la Fondation Misk en 2019 pour suivre un programme de formation à l’entreprenariat à l’Université Draper.

Plus de 780 diplômés du programme ont lancé des startups et levé plus de 220 millions de dollars en financement de capital-risque.

Damdam a remporté la compétition de pitching de l’Université Draper de 116 participants dans 18 pays. «UVera a été classée meilleure idée d’investissement par plus de 30 investisseurs en capital-risque et investisseurs de la Silicon Valley», a-t-elle déclaré.

La Silicon Valley abrite 2 000 sociétés technologiques de premier plan et offre aux jeunes entrepreneurs la chance d’apprendre auprès d’experts et d’utiliser des ressources de premier ordre.

«En tant que scientifique, je voulais en savoir plus sur les affaires et l’entrepreneuriat auprès d’experts mondiaux», a déclaré Damdam. « Donc, j’ai réussi à avoir beaucoup de rencontres individuelles avec des investisseurs providentiels, des investisseurs en capital-risque, des avocats, des entrepreneurs et des premiers employés de démarrage pour apprendre de leurs expériences ».

Bien qu’elle en soit encore à ses débuts, UVera pense que sa technologie ajoutera de la valeur à chaque cuisine, y compris les restaurants. La startup a lancé une levée de fonds de démarrage ce mois-ci.

Damdam est diplômée de l’Université Effat de Djeddah avec une licence en génie électrique et informatique en 2016. Elle a terminé sa maîtrise en électrophysique à la KAUST en 2018.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La Fondation Misk signe un protocole d’accord avec Hub71 pour favoriser les startups

14/11/19

  • Un protocole d’accord présente les moyens de créer un marché plus dynamique pour les startups en Arabie Saoudite et aux EAU
RIYADH: La Fondation Misk a signé mercredi un protocole d’accord avec Hub71, l’écosystème technologique mondial d’Abou Dhabi.

Le protocole d’accord a été signé lors du Forum mondial Misk de trois jours à Riyad et décrit les étapes à suivre pour créer un marché plus dynamique pour les startups en Arabie saoudite et aux Emirats Arabes Unis.

«Chez Misk, nous sommes déterminés à un maximum  de jeunes du monde entier les moyens de réaliser leur potentiel dans l’économie future», a déclaré Shaima Hamidaddin, directrice exécutive du forum.

«Un élément essentiel de cela consiste à soutenir l’entrepreneuriat innovant et les idées excitantes menées par les fondateurs.  Ce protocole d’entente stratégique avec Hub71 nous permettra de créer un environnement plus ouvert et plus dynamique pour permettre à ces startups et à d’autres à l’avenir de se développer, de s’épanouir et de réussir. ”

Mahmoud Adi, PDG de Hub71, a déclaré que le protocole d’accord « signifie que les startups de Hub71 auront un meilleur accès au marché florissant saoudien.                                                                                                                          Cela ouvre également un monde de possibilités entre deux écosystèmes alignés qui cherchent à développer une approche plus collaborative du partage des informations sur le marché, des relations avec les investisseurs, des partenariats stratégiques ainsi que des espaces de travail collaboratif.  »

Le protocole d’accord décrit les étapes à suivre pour créer un écosystème partagé plus vaste visant à aider les nouvelles entreprises à accéder aux marchés émirien et saoudien en proposant des informations communes sur le développement commercial sur le marché, des présentations aux investisseurs, des réseaux de mentors et des partenariats stratégiques; services aux entreprises et mentorat d’experts locaux et internationaux; et l’accès à une communauté et à un écosystème très unifiés qui soutiennent les entrepreneurs.

Pendant ce temps, Hub71 a été nommé organisateur national des EAU pour la Coupe du monde de l’entrepreneuriat (EWC) 2020, qui fait partie intégrante du Forum mondial de Misk.

Le CEE est une startup mondiale et un concours de pitch.                                  Les gagnants auront la chance d’être sélectionnés pour le programme d’incitation Hub71.

«Nous rechercherons les meilleures startups émiriennes de chacun des… sept émirats et présenterons fièrement les idées gagnantes pour représenter« riginal des Émirats arabes unis »au CEE 2020, en novembre prochain», a ajouté Adi.

La première édition 2019 du CEE a attiré plus de 100 000 entrepreneurs, issus de divers secteurs, de 187 pays.

Enfin les participants sont en concurrence pour gagner des prix en argent, un mentorat mondial et des services de soutien, ainsi que la possibilité de s’installer à Abou Dhabi pour le programme d’incitation Hub71, qui comprend jusqu’à 100% de logements, de bureaux et de soins de santé subventionnés sur une période de deux ans.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Démarrage de la semaine: Sadim, une startup capable de sauver des vies

01/10/19

Sadim a récemment remporté la Coupe du monde d’entrepreneuriat du Forum mondial de Misk et, plus tard cette année, fera partie du festival des fondateurs en Allemagne.

DJEDDAH: Le système de détection sans fil à énergie solaire basé à Sadim, basé en Arabie Saoudite, peut aider à surveiller les inondations, les conditions météorologiques, la pollution et les conditions de circulation, en rapportant les informations essentielles aux agences gouvernementales concernées.

Moustafa Moussa, l’un des cofondateurs de la société, a déclaré: «Sadim signifie nébuleuse en arabe et, à l’instar de la nébuleuse, notre réseau de détection sans fil tire son énergie de l’énergie solaire».

Moussa et trois autres cofondateurs, Ahmad Dehwah, Christian Claudel et Esteban Sanchez-Canepa, tous issus de continents différents, ont commencé à rechercher l’idée de ce réseau après s’être demandé: «Comment pouvons-nous aider les villes? Que pouvons-nous leur apporter?

L’idée de Sadim est venue après une inondation majeure à Djedda le 25 novembre 2009, qui a coûté la vie à plus de 120 personnes.

«Les inondations en Arabie saoudite ont entraîné des dégâts catastrophiques et des dommages de plus de 135 millions de dollars uniquement à Djeddah et à La Mecque. Cela nous a fait penser à des moyens d’améliorer la résilience dans les villes », a déclaré Moussa à « Arab News ».

Sanchez-Canepa, université des sciences et technologies du roi Abdullah (KAUST), doctorat Diplômé du Mexique, «nos capteurs sont déployés dans des structures existantes telles que des lampadaires et des panneaux de signalisation, et communiquent entre eux sans fil. Lorsqu’ils détectent un niveau de 2 cm d’eau, par exemple, ils transmettent ces informations à une unité centrale, déclenchant des alarmes. ”

Sadim est la première entreprise à fournir des informations détaillées sur les niveaux d’eau et le trafic, qui sont souvent accessibles via les médias sociaux ou des rapports publics, bien que rarement de manière précise.

En 2015, la société a remporté le prix Startup Award de KAUST sur IP et a démarré ses activités commerciales et industrielles.

Moussa a décrit KAUST comme «un carburant et un pivot» pour Sadim. «Nous avons commencé ici et nous avons reçu, grâce à KAUST, le bon coaching, nous aidant à utiliser le bon langage et à approcher les bonnes personnes. Cela nous a donné les ressources pour prospérer.

En 2017, l’équipe Sadim a remporté le prix du meilleur démarrage mondial au GITEX Future Stars à Dubaï.

La société a aidé le ministère du Développement des infrastructures des Émirats arabes unis et a collaboré étroitement avec

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

WEF entend dire que la scène de démarrage saoudienne est florissante et qu’elle produira les 30 premières entreprises

06/04/19

 

Le ministre de l’Energie d’Arabie Saoudite, Khalid Al-Faleh (à gauche), a déclaré au forum qu’il s’attendait à ce que les startups d’aujourd’hui fassent partie des plus grandes entreprises du Royaume dans 10 ans. (Capture d’écran)

 

Les nouvelles entreprises agiles d’aujourd’hui compteront parmi les plus importantes du Royaume d’ici 2030, selon le Forum économique mondial

Khalid Al-Faleh a déclaré sur le forum qu’il espérait que les startups d’aujourd’hui figureraient parmi les plus grandes entreprises du Royaume.

DEAD SEA, Jordanie: la scène des startups saoudiennes « bouge plus vite que tout le monde peut l’imaginer » et devrait créer des centaines de milliers d’emplois au cours des prochaines années, a annoncé samedi le Forum économique mondial en Jordanie.

Les entreprises technologiques les plus réussies de la région – comme le service de téléphonie mobile Careem, que Uber a récemment accepté d’acheter pour 3,1 milliards de dollars, et le portail Web Maktoob, acquis par Yahoo en 2009 – ont vu le jour à partir de centres de startups plus établis, à Dubaï et à Amman.

Mais la prochaine vague émergera d’Arabie saoudite, ont déclaré des panélistes lors de la réunion régionale du Forum économique mondial (WEF) à la Mer Morte.

Le ministre saoudien de l’Énergie, Khalid Al-Faleh, a déclaré devant le forum qu’il espérait que les startups d’aujourd’hui figureraient parmi les plus grandes entreprises du Royaume dans une décennie.

«Nos entreprises vont se multiplier», a-t-il déclaré. «Je prédis que d’ici 2030, les entreprises que nous ne connaissons pas aujourd’hui figureront parmi les 20 ou 30 plus grandes entreprises d’Arabie saoudite. Ils seront motivés par l’innovation, par les jeunes, par les femmes. ”

Le gouvernement a un rôle à jouer pour encourager davantage de startups saoudiennes, ainsi qu’une culture dans laquelle les jeunes expérimentent le monde des affaires, a ajouté le ministre.

« (Il s’agit de) créer un environnement dans lequel l’échec n’est pas encouragé, mais traité de manière positive – et que les jeunes aient la possibilité d’échouer, échouer, échouer et réussir finalement, et ne créent pas seulement des opportunités pour eux-mêmes… mais aussi des emplois et des opportunités pour des centaines de milliers de personnes. »

Al-Faleh a évoqué les fonds de capital-risque et les pépinières d’entreprises déjà actifs dans le Royaume.

«Nous espérons voir des centaines de jeunes pousses proposer des innovations qui non seulement changeront nos pays de la région, mais feront également partie du mouvement mondial dans le cadre duquel de jeunes entreprises innovantes créent les économies et les solutions de l’avenir », a-t-il déclaré.

Dix entreprises saoudiennes ont figuré parmi les 100 startups les plus prometteuses du WEF en 2019, auxquelles ont participé des entrepreneurs du Royaume.

Fadi Ghandour, fondateur du service de messagerie Aramex et président exécutif de la société de capital-risque Wamda Capital, a déclaré que la scène de la création du Royaume s’était pratiquement transformée du jour au lendemain.

«Je suis extrêmement impressionné. Tout à coup, vous pensiez que rien ne se passait, puis vous vous réveillez le matin et vous dites: «Que s’est-il passé ici?», A t-il déclaré à un panel lors de l’événement.

eL’Arabie saoudite est un pays en pleine mutation, elle avance plus vite que quiconque ne peut l’imaginer … C’est une période passionnante, c’est là où la région se développera. »

M. Ghandour a été rejoint dans le panel par Ayman Alsanad, cofondateur et PDG de Mrsool, l’application de diffusion saoudienne qui a récemment reçu des investissements de plusieurs millions de dollars d’entreprise de technologie saoudienne et d’autres.

Audrey Nakad, cofondatrice de la plateforme éducative Synkers, basée au Liban, a déclaré au panel que son entreprise se préparait à se développer en Arabie saoudite. Synkers fournit un lien entre les tuteurs et les étudiants à la recherche d’une aide supplémentaire.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Nouveau portail de financement des entreprises pour aider les entrepreneurs saoudiens

05/04/19

 

L’événement se déroulera jusqu’au 6 avril au centre d’exposition international de Dhahran. (CVA)

 

Initiative permettra aux startups d’exploiter des canaux de financement en soumissionnant pour des offres en ligne de fournisseurs financiers

DAMMAM: Des chefs des finances saoudiens ont lancé une initiative visant à aider les entrepreneurs à accéder à un financement des entreprises.

L’Autorité générale des petites et moyennes entreprises du Royaume (Monsha’at) a signé des accords communs avec un certain nombre de fournisseurs de services financiers afin de permettre aux propriétaires d’entreprises de demander un soutien financier par le biais d’un site Web nouvellement créé.

L’annonce a été faite alors que 720 jeunes entrepreneurs ont pris part au Forum Biban Eastern pour les petites et moyennes entreprises (PME), organisé par Monsha’at au centre d’expositions international de Dhahran.

L’événement, organisé en collaboration avec l’Institut national de l’entrepreneuriat (Riyad), se déroule jusqu’au 6 avril dans le but de soutenir et de développer le secteur. Les délégués ont pu participer à plus de 60 cours de formation spécialisés, conférences, ateliers et sessions interactives.

Et la nouvelle initiative de portail permettra aux entrepreneurs, aux startups et aux innovateurs d’exploiter les canaux de financement en soumissionnant pour des offres en ligne de fournisseurs financiers.

Il s’agit du dernier en date d’une série de programmes lancés par Monsha’at pour aider les PME du Royaume. L’autorité avait précédemment mis en place une initiative de 1,6 milliard de RS (416 millions de dollars) visant à octroyer des crédits aux entreprises par l’intermédiaire de l’Autorité monétaire saoudienne (SAMA), ainsi qu’un fonds de 2,8 milliards de RS (728 millions de dollars) pour investir dans les PME.

Parallèlement, le forum a proposé 36 cours de formation dans des domaines tels que les chaînes d’approvisionnement, la gestion des ressources humaines, la programmation d’applications de base, le marketing, la comptabilité, la planification stratégique, les franchises commerciales et la stratégie de marque.

Trente autres cours spécialisés étaient consacrés au commerce électronique et comprenaient des magasins en ligne, des modèles commerciaux et des idées électroniques.

Plusieurs autres ateliers ont été organisés offrant des conseils et des informations dans des domaines tels que l’autonomisation industrielle, la gestion des risques, la gestion de micro-entreprises, la technologie financière, le financement bancaire, les exportations, les applications de leadership intelligent, l’entrepreneuriat, l’analyse de données et la gestion des nouveaux projets.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Dix entrepreneurs saoudiens rejoignent les startups arabes les plus prometteuses du Forum économique mondial

03/04/19

 

Les 100 start-up arabes sélectionnées auront l’occasion de rencontrer des dirigeants gouvernementaux et des chefs d’entreprise au Forum économique mondial sur le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord en Jordanie les 6 et 7 avril. (WEF)

  • Les 100 startups, sélectionnées parmi près de 400 candidats de 16 pays, appartiennent à divers secteurs.
  • Les 100 startups arabes sélectionnées auront l’occasion de discuter et de promouvoir leurs entreprises en Jordanie du 6 au 7 avril.

DUBAÏ: une plate-forme en ligne qui propose des repas maison de qualité, un site Web d’entretien de la maison qui relie les propriétaires et les prestataires de services et une plate-forme d’apprentissage social ne sont que parmi les dix sociétés saoudiennes à avoir fait partie des 100 startups les plus prometteuses du Forum économique mondial (WEF) en 2019.

Les startups, sélectionnées parmi près de 400 candidats de 16 pays, appartiennent à divers secteurs, notamment l’éducation, l’énergie, l’environnement, la finance, la santé et les médias. Le WEF et le conseil de développement économique de Bahreïn ont lancé l’initiative en 2017 visant à promouvoir l’esprit d’entreprise et l’innovation au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Les entrepreneurs saoudiens nommés pour façonner la quatrième révolution industrielle en 2019 sont:

– Ajeer, une plateforme à la demande qui relie les propriétaires et les prestataires de services de maintenance à des prix compétitifs et de haute qualité;

– DokkanAfkar.com, acteur du commerce en ligne spécialisé dans les produits locaux et les entrepreneurs locaux;

– FalconViz, qui se concentre sur la prospection et la cartographie 3D via des systèmes aériens sans pilote;

– Foodics, un système en nuage de gestion de la vente au détail et des restaurants pour les transactions, les stocks, les employés, les horaires, la logistique, la livraison, les programmes de fidélisation et le commerce électronique;

– HalalaH, un portefeuille numérique qui permet aux entreprises d’accepter des paiements via une méthode simple de balayage de code QR;

– Lucidya, un outil d’écoute des médias sociaux axé sur la langue arabe et basé sur l’intelligence artificielle;

– Mathaqi, une plate-forme en ligne où les consommateurs peuvent acheter des repas préparés de qualité directement auprès des chefs à domicile;

– Mrsool, un service à la demande où les utilisateurs peuvent demander à un service de coursier d’acheter (en espèces) et de leur livrer des articles depuis n’importe quel magasin en ville;

– Noon Academy, l’une des start-ups d’éducation technologique à la demande connaissant la plus forte croissance au Moyen-Orient, avec plus de 1,5 million d’étudiants inscrits; et

– Unifonic, une plate-forme de communication en nuage en tant que service.

Les 100 startups arabes sélectionnées auront l’occasion de discuter et de promouvoir leurs entreprises avec les gouvernements et les chefs d’entreprise lors du Forum économique mondial sur le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à la Mer Morte, en Jordanie, du 6 au 7 avril.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La demande d’espaces de bureaux augmente à Riyad en raison de la croissance des startups

12/02/19

Le nombre total de bureaux dans la capitale saoudienne représentait 4,2 millions de mètres carrés de superficie locative brute à la fin de 2018. (Getty Images)

  • Les initiatives et législations économiques et sociales ont eu un impact positif sur le secteur immobilier du pays

RIYAD: Selon un nouveau rapport, Riyad connaît une demande croissante d’espaces de travail destinés aux petites entreprises et aux startups, en dépit d’une offre abondante.

Le nombre total de bureaux dans le capital de l’Arabie saoudite représentait 4,2 millions de mètres carrés de superficie locative brute à la fin de 2018, d’après le courtier CBRE, et 870 000 mètres carrés supplémentaires devraient être livrés d’ici 2022.

Cela fait suite à un certain nombre d’initiatives dirigées par le gouvernement visant à stimuler la croissance du secteur privé et à promouvoir un esprit d’innovation et d’entreprenariat conforme à la Vision 2030, a déclaré CBRE.

L’Instantané du marché du courtier pour 2018 met également en évidence une tendance croissante pour la fourniture de bureaux dans le cadre du développement à utilisations mixtes. Les loyers restent sous pression dans la capitale saoudienne, les loyers des bureaux primaires et secondaires diminuant respectivement d’environ 4% et 7%.

Toutefois, des incitations plus importantes de la part des propriétaires, des réductions pour les baux à long terme et d’autres avantages offerts aux locataires pourraient contribuer à atténuer les baisses du marché.

«Les récentes initiatives et législations économiques et sociales introduites par le gouvernement saoudien ont déjà eu un impact extrêmement positif sur le secteur immobilier du pays», a déclaré Simon Townsend, responsable du conseil stratégique à CBRE MENAT et directeur général de CBRE KSA.

«Entre temps, l’augmentation des dépenses publiques consacrées aux infrastructures et aux mégaprojets de grande envergure devrait stimuler davantage le marché dans son ensemble, avec des retombées positives pour tous les secteurs clés».

L’ouverture du secteur du divertissement en Arabie saoudite pourrait également stimuler le secteur de l’hôtellerie, traditionnellement tiré par la demande des entreprises à Riyad.

Toutefois, à court terme du moins, CBRE s’attend à ce que les taux quotidiens restent sous pression.

Selon l’Instantané du marché de CBRE, plus de 5 000 clés devraient être livrées sur le marché d’ici 2022.

Dans le secteur résidentiel, CBRE estime que la fourniture de 130 000 unités supplémentaires d’ici 2022 devrait s’ajouter à l’inventaire existant d’environ 1,25 million d’unités.

Le gouvernement veut augmenter la disponibilité de logements abordables dans tout le Royaume et a signé plusieurs partenariats public-privé pour stimuler le développement.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La KAUST, en Arabie saoudite, lance la troisième phase de son accélérateur de startup

10/02/19

Les jeunes entrepreneurs jouent un rôle clé dans les réformes en cours. (Shutterstock)

  • L’université a déclaré que le programme avait renforcé la sensibilisation au branding et accru l’attention portée aux accélérateurs de startup
  • L’Arabie saoudite investit énormément dans les startups pour atteindre son objectif du plan de réforme de la Vision 2030 consistant à s’éloigner de la dépendance au pétrole

DJEDDAH: L’Université des sciences et de la technologie du roi Abdallah (KAUST) a lancé la troisième phase de son accélérateur de startup phare à son siège à Thuwal.

TAQADAM fournit aux étudiants, aux membres du personnel et aux nouveaux diplômés saoudiens les outils et le soutien nécessaires pour lancer une entreprise basée sur la technologie à travers le mentorat et la formation.

Les candidats retenus reçoivent 75 000 RS (20 000 USD) de subventions et ont accès à un co-working space.

La première phase du programme a été lancée en 2016 et a aidé 39 startups et accordé plus de 4,5 millions de RS de financement de démarrage basé sur des subventions.

L’université a déclaré vendredi avoir reçu 518 candidatures pour la troisième phase et que 42 avaient été acceptées.

Le nombre d’hommes et de femmes d’affaires a atteint 133 personnes, dont 35% sont des femmes.

Un certain nombre d’universités du Royaume ont participé à cette conférence: l’université du Prince Mohammed ben Salmane, l’université Umm Al-Qura, l’université de la Princesse Nourah ben Abdulrahman, l’université Taif, l’université du roi Saud, l’université du Prince Muqrin, l’université du Prince Sultan, l’université Jazan, l’université du roi Fahd du pétrole et des minéraux et l’Université du roi Abdul Aziz.

TAQADAM couvre de nombreux secteurs tels que la technologie agricole, l’intelligence artificielle, le commerce électronique, l’énergie, la mode et les soins de santé.

L’université a déclaré que le programme avait renforcé la sensibilisation au branding et accru l’attention portée aux accélérateurs de startup.

Le programme vise également à renforcer le rôle de la KAUST dans la contribution à une économie fondée sur la connaissance et encourage la participation sur les plateformes de médias sociaux.

«Nous avons constaté de très bons résultats en termes de technologies spécifiques, telles que l’énergie ou l’intelligence artificielle dans les deux dernières cohortes», a déclaré à Arab News en octobre dernier Hattan Ahmed, responsable de la collaboration en entrepreneuriat chez Innovation et développement économique chez KAUST.

«Ils sont en train de résoudre certains problèmes clés, non seulement pour l’Arabie saoudite, mais aussi pour le monde». Une autre startup a mis au point des lampes laser pour aider les cultures à pousser à l’intérieur, a-t-il ajouté.

Le Royaume a beaucoup investi dans les startups pour atteindre son objectif du plan de réforme de la Vision 2030 consistant à s’éloigner de la dépendance au pétrole.

Les jeunes entrepreneurs devraient jouer un rôle clé alors que l’Autorité générale des investissements d’Arabie saoudite tente de stimuler les investissements directs étrangers.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Misk Innovation s’associe à 500 startups pour encourager l’esprit d’entreprise

28/01/19

Environ 500 candidats issus de jeunes entreprises de la région MENA ont postulé au programme, dont 21 ont été sélectionnés pour le lancer. (Compte Twitter de Misk Innovation)

Misk Innovation a précédemment signé le partenariat avec 500 Startups, qui a contribué à la création de 2 000 nouvelles entreprises dans 60 pays.

DJEDDAH: Misk Innovation a annoncé un partenariat avec 500 Startups pour lancer un programme d’accélération de l’esprit d’entreprise.

Le programme, qui commencera le 27 janvier 2019, visera à encourager les idées novatrices pour aider à créer des emplois et à accroître la contribution de l’entrepreneuriat au PIB, a déclaré un communiqué de l’agence de presse saoudienne.

Environ 500 candidats de jeunes entreprises de la région MENA ont postulé pour le programme, dont 21 ont été sélectionnés pour le lancer, et rejoignent leurs entreprises émergentes dans le monde des affaires.

L’application de voyage mobile basée sur Internet, Mosafir, est également partenaire du programme visant à faciliter les voyages.

Misk Innovations a précédemment signé le partenariat avec 500 Startups, qui a contribué au cours des huit dernières années à la création de 2 000 nouvelles entreprises dans 60 pays du monde.

L’accord offre une chance importante aux deux parties de créer un environnement stimulant pour l’esprit d’entreprise.

Dima Al-Yehia, directeur exécutif de Misk Innovation, a souligné que le programme était un véritable début pour la découverte de jeunes talents prometteurs pouvant conduire les entreprises capables de renforcer l’économie de demain.

Issam Bin Saleh Al Dhokair, sous-gouverneur de 500 Startups, a déclaré: «Nous travaillons dans des établissements pour préparer, mettre en œuvre et soutenir des programmes et des projets visant à diffuser la culture et la pensée de l’entrepreneuriat, de l’esprit d’entreprise et de l’innovation. »

2Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)