L’armée saoudienne ouvre la première section pour femmes

20/01/20

Cette initiative est la première à permettre aux femmes de gravir les échelons vers les rangs supérieurs. (Ministère saoudien de la défense)

  • L’initiative est la première à permettre aux femmes de gravir les échelons vers les rangs supérieurs

DJEDDAH: Le chef d’état-major de l’armée saoudienne, le général Fayyad Al-Ruwaili, a inauguré dimanche la première section militaire pour femmes dans les forces armées saoudiennes.

Le directeur général de l’admission et de l’enrôlement, le général de division Imad Al-Aidan, a expliqué les règles d’acceptation et a attribué les emplacements où le personnel féminin sera affecté.

Dans le cadre de l’initiative visant à intégrer davantage de femmes sur le terrain, annoncée précédemment en octobre 2019, les femmes peuvent désormais rejoindre l’armée en tant que caporaux de lance, caporaux, sergents et sergents d’état-major des Forces terrestres royales saoudiennes, de l’Air Force, de la marine saoudienne et de la défense aérienne. Forces, services de missiles stratégiques et services médicaux des forces armées.

Cette initiative est la première à permettre aux femmes de gravir les échelons vers les rangs supérieurs.

L’ancienne membre du Conseil de Shoura, Haya Al-Muni’I, avait précédemment déclaré à Asharq Al-Awsat que ces nouvelles lois soutiennent les droits et les capacités des femmes dans l’armée du Royaume.

«Naturellement, ils entreront dans une nouvelle sphère de travail. C’est le reflet d’une croyance nationale en l’égalité entre les femmes et les hommes », a-t-elle déclaré.

Cette initiative fait partie du programme de la Vision 2030 de l’Arabie saoudite, qui vise à autonomiser les femmes et à leur conférer davantage de postes de direction, et à souligner l’importance de leur implication dans différents domaines.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Accroître le nombre de femmes à des postes de direction est une priorité absolue

18/01/20

Cette photo du 23 juin 2018 montre une vue générale de Riyad, en Arabie saoudite. (AP)

  • L’Arabie saoudite se concentre sur le Business 20 (B20), ce qui en fait l’un des principaux groupes d’engagement. Les femmes d’affaires seront le sujet phare de l’Arabie saoudite

RIYAD: Le patron de l’une des plus grandes banques d’Arabie saoudite a déclaré que l’augmentation du nombre de femmes à des postes de direction était une priorité absolue.

La PDG de Samba, Rania Nashar, préside le conseil d’action pour les femmes d’affaires créé par Business Twenty (B20), qui est le dialogue officiel du G20 avec le monde des affaires. Il représente la communauté mondiale des entreprises dans tous les États membres du G20 et tous les secteurs économiques.

Elle a déclaré que le conseil avait été mis en place pour stimuler la participation des femmes non seulement dans les affaires, mais aussi dans des positions de leadership mondial.

Lors du lancement du B20 en Arabie saoudite cette semaine, Nashar a souligné la sous-représentation des femmes dans l’économie.

«Il y a un écart de 27% entre les hommes et les femmes; 75% des hommes font partie de la population active alors que seulement 48% des femmes travaillent », a-t-elle déclaré.

Elle a dit qu’il était important de ne pas parler uniquement des femmes en tant que travailleuses mais en tant que propriétaires d’entreprise.

FAITS EN BREF

L’Arabie saoudite accueillera le 15ème sommet du G20 à Riyad les 21 et 22 novembre 2020.

« C’est pourquoi l’esprit d’entreprise est très fondamental pour notre groupe de travail », a-t-elle déclaré. «La majorité des programmes de développement financier sont incités à accorder des prêts aux femmes; cependant, malgré le fait que de nombreux emprunteurs importants sont des femmes, le montant des prêts qui leur sont accordés est bien inférieur à celui accordé aux hommes », a-t-elle ajouté.

Nashar a déclaré que les deux tiers des femmes fondatrices d’entreprise estimaient qu’elles n’étaient pas prises au sérieux par les investisseurs lorsqu’ils tentaient d’investir. Elles estiment également qu’elles sont traitées différemment de leurs homologues masculins.

L’Arabie saoudite accueillera le 15ème sommet du G20 à Riyad du 21 au 22 novembre 2020. Le Royaume se concentre sur le Business 20 (B20), ce qui en fait l’un des principaux groupes d’engagement. Les femmes d’affaires seront le sujet phare de l’Arabie saoudite.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Nos meilleures moitiés sont-elles prêtes pour le changement?

18/01/20

Si vous avez lu mes articles précédents, vous aurez senti que je suis une pure optimiste dans l’âme et j’espère que je continuerai toujours à être optimiste. J’écris sur ce que je pense, et parfois j’écris sur la base de mon intuition sur où je pense que nous nous dirigeons dans cette quatrième révolution industrielle en termes de travail et d’éducation.

En tant que coach de leadership certifiée, je fais toujours écrire à mes clients les 10 valeurs fondamentales par lesquelles ils vivent. Je leur demande ensuite de se souvenir d’un incident qui les a mis en colère ou bouleversé et de voir si cela a touché négativement l’une de leurs valeurs écrites et 99 pour cent du temps où ils se sont fâchés ou ont été en colère parce que l’incident a touché négativement un ou plusieurs de leur valeurs fondamentales écrites. Nous, les humains, avons tendance à nous fâcher de tout ce qui menace nos valeurs ou nos croyances et qui nous pousse à agir ou à réagir d’une manière que nous ne pouvons expliquer. J’encourage mes lecteurs à essayer d’utiliser cette technique chaque fois qu’ils sont contrariés par quoi que ce soit et qu’ils ne comprennent pas pourquoi ils ont fait ce qu’ils ont fait. Il y a toujours une raison plus profonde pour chaque action que nous entreprenons.

Pour moi, l’une de mes valeurs fondamentales est le respect, en particulier au travail, ainsi que le respect de l’intelligence des autres et leur traitement comme des collègues plutôt que comme des subordonnés. Je ne force jamais mes pensées sur qui que ce soit, car nous sommes tous uniques et, bien que nous puissions différer, nous sommes toujours des collègues professionnels et nous respectons les uns les autres.

En tant que défenseuse de l’autonomisation des femmes, je dois avouer qu’il y a une chose que je ne prends pas facilement et c’est que les femmes ne sont pas considérées comme des contributeurs sérieux sur le lieu de travail et sont traitées comme des suiveurs plutôt que des dirigeantes, malgré le fait qu’elles soient capables de diriger.

J’ai aimé lire le livre de Sheryl Sandberg «Lean In», dont j’ai dit dans plusieurs interviews et podcasts internationaux que ce livre aurait plutôt dû être nommé «Squeeze In».

Partout dans le monde, les femmes portent le lourd fardeau de se montrer constamment dignes d’un poste ou d’une promotion et doivent se presser pour faire leurs preuves. D’une certaine manière, le fardeau s’est quelque peu infligé à elles-mêmes certaines femmes. Parfois, les femmes sont à l’aise de prendre le siège arrière et de ne pas vouloir diriger, ce qui est bien si c’est vraiment ce qu’elles veulent et qu’elles ne sont pas obligées d’être des suiveuses.

À une époque en mutation, en particulier en Arabie saoudite où nous avons le plan de réforme de la Vision 2030 qui appelle à accroître la participation des femmes au marché du travail, il est de notre devoir patriotique en tant que femmes saoudiennes d’aider à développer notre économie nationale de toutes les manières possibles.

Il est temps que les femmes saoudiennes sortent de notre zone de confort et prennent notre place côte à côte avec nos meilleurs partenaires pour faire avancer notre économie. Mais attendez, qu’en pensent nos meilleurs moitiés? Sont-ils prêts pour les femmes à montrer la voie? Sont-ils prêts à servir le pays aux côtés des femmes? Sont-ils prêts à donner aux femmes la chance qu’elles méritent vraiment de devenir des leaders sur le marché du travail? Autant de questions qui nécessitent des réponses mais, en toute honnêteté, nous les femmes saoudiennes devons patiemment donner à nos meilleures moitiés le temps de saisir ce changement et de s’y adapter.

En attendant, nous, les femmes saoudiennes, devons travailler dur comme nos homologues occidentaux l’ont fait depuis si longtemps, mais nous n’avons pu avoir que quelques entreprises du Fortune 500 dirigées par des femmes.

2030 approche à grands pas, et nous devons commencer à voir des femmes capables à des postes de direction dans nos 500 meilleures entreprises comme Saudi Aramco, SABIC et STC pour n’en nommer que quelques-unes. En tant que véritable optimiste, je pense que nous verrons ce changement se produire dans moins de cinq ans. Qu’est-ce que tu penses?

Le Dr Taghreed Al-Saraj est un auteure saoudienne à succès, une conférencière internationale et une mentor en entrepreneuriat.

Avis de non-responsabilité: les opinions exprimées par les auteurs dans cette section sont les leurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d’Arab News

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Dr Nourah Al-Yousef, membre du Conseil de la Shoura saoudienne

17/01/20

Dr Nourah Al-Yousef

  • En mai 2017, elle est devenue la première femme saoudienne à présider la Saudi Economic Association.
  • Al-Yousef a également travaillé comme conseillère auprès d’institutions régionales prestigieuses, notamment le ministère de l’Industrie et des Ressources minérales.

Le Dr Nourah Al-Yousef est membre du Conseil de la Shoura depuis sa nomination par décret royal en décembre 2016.

Elle est également professeure d’économie à l’Université du roi Saud de Riyad, où elle a été vice-doyenne du département d’économie et de la faculté de droit et de science politique respectivement entre 2010 et 2015.

Al-Yousef a également travaillé comme conseillère auprès d’institutions régionales prestigieuses, notamment le Ministère de l’industrie et des ressources minérales entre 1999 et 2007, le Secrétariat du Conseil de coopération du Golfe de 2003 à 2008 et la Saudi Arabian General Investment Authority en 2002 et 2003.

En mai 2017, elle est devenue la première femme saoudienne à présider la Saudi Economic Association.

Al-Yousef a obtenu une licence et une maîtrise en administration des affaires de l’Université Bellarmine dans la ville américaine de Louisville. Elle est également titulaire d’une maîtrise en économie de l’université du roi Saud et d’un doctorat dans la même matière d’une université au Royaume-Uni.

En tant que chercheuse active, elle a mené des travaux postdoctoraux à l’Oxford Institute for Energy Studies et au Secrétariat de l’OPEP. Ses principaux domaines de recherche se sont concentrés sur la macroéconomie, l’économie de l’énergie et les applications économétriques.

Al-Yousef a été nommée l’une des 10 meilleures femmes saoudiennes dans le domaine de l’économie dans le numéro de décembre 2019 du principal magazine pour femmes arabes, Sayidaty, choisie pour sa contribution active au monde de la finance et des affaires au niveau local et régional.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Le G20, organisé par l’Arabie saoudite, accordera la priorité à l’autonomisation des femmes

17/01/20

L’Arabie saoudite se prépare à accueillir le 15ème sommet du G20 cette année. Étant donné que le Royaume est membre du G20 et de sa troïka – un comité de trois membres comprenant les pays hôtes actuels, précédents et suivants – cela permettra à l’Arabie saoudite de s’engager pleinement dans l’élaboration de politiques pour surmonter les défis auxquels est confrontée l’économie mondiale.

Lors du sommet du G20 de l’année dernière au Japon, l’Arabie saoudite a rejoint une initiative sur l’autonomisation des femmes. Il a également signé un engagement à promouvoir la participation des femmes à la main-d’œuvre, à améliorer leur éducation et leurs opportunités économiques, à soutenir leur implication dans les petites et moyennes entreprises et à surmonter les inégalités entre les sexes pour améliorer leurs compétences à l’ère numérique.

L’Arabie saoudite a déclaré que l’autonomisation des femmes était au premier plan de son programme du G20, car elle est cruciale pour atteindre des objectifs de développement inclusifs et durables. La Vision 2030 du Royaume stipule que les femmes sont un grand atout qui devrait être utilisé.

Dans le cadre du plan de réforme, d’ici 2030, la participation des femmes à la population active devrait passer de 22% à 30%, et le taux de chômage global devrait passer de 12,7% à 7%. Pour atteindre ces objectifs, des politiques et une législation devraient être en place pour encourager la collaboration entre les secteurs public et privé afin de créer de nouvelles opportunités économiques pour les femmes.

En tant que tels, l’accent mis sur le sommet du G20 organisé par l’Arabie saoudite et les objectifs et politiques du Royaume concernant l’émancipation des femmes sont des pas dans la bonne direction. Ces étapes sont importantes pour transformer la rhétorique en réalité.

  • Eaman Aman est une rédactrice indépendante et chercheuse en affaires énergétiques. Elle défend également les solutions durables pour relever les défis mondiaux. #changement climatique

Twitter: @aman_eamanii

Avis de non-responsabilité: les opinions exprimées par les auteurs dans cette section sont les leurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d’Arab News

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

Ivanka Trump applaudit les réformes de l’Arabie saoudite faisant progresser le rôle économique des femmes

17/01/20

Le prince Faisal bin Bandar (à gauche) écoute Ivanka Trump parler à la Cour royale de Riyad le 20 mai 2017. (Dossier / AFP)

  • Les femmes saoudiennes en affaires ont salué la stratégie de la Vision 2030 pour avoir été le principal moteur pour les aider à réaliser leurs ambitions

La fille et conseillère du président des États-Unis, Ivanka Trump, a salué vendredi les États arabes pour les progrès qu’ils ont accomplis dans leurs réformes, soulignés dans un rapport de la Banque mondiale.

« C’est formidable de voir de grands progrès dans les pays avec les scores les plus améliorés cette année dans le rapport WBL (Women, Business and the Law) de la Banque mondiale », a-t-elle déclaré, faisant référence à plusieurs pays mentionnés dans le rapport, notamment l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn, Jordanie et Tunisie.

 https://twitter.com/IvankaTrump/status/1217929440384167938

Le rapport annuel de la Banque mondiale «Les femmes, les entreprises et le droit» a classé l’Arabie saoudite parmi les 190 pays les plus avancés pour ses progrès dans la mise en œuvre de réformes liées à la participation des femmes au développement économique et à l’esprit d’entreprise.

Selon les chiffres de la Banque mondiale pour 2020, l’Arabie saoudite a obtenu 70,6 sur 100 pour les progrès réalisés dans l’intégration des femmes sur le marché du travail. Les conclusions du rapport ont également placé le pays au premier rang des États du Golfe et au deuxième rang dans le monde arabe pour avoir satisfait aux critères.

Les femmes saoudiennes en affaires ont salué la stratégie de la Vision 2030 pour avoir été le principal moteur pour les aider à réaliser leurs ambitions.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La princesse Haifa bint Mohammed Al-Saud, membre du conseil d’administration de l’Autorité de l’aviation saoudienne

16/01/20

La princesse Haifa bint Mohammed Al-Saud.

  • Elle a commencé sa carrière chez HSBC Holdings.
  • Elle a obtenu sa maîtrise en administration et gestion des affaires à la London Business School en 2017.

La princesse Haifa bint Mohammed Al-Saud a été nommée mardi membre du conseil d’administration de l’Autorité générale de l’aviation civile (GACA) en tant que représentante de la Commission saoudienne du tourisme et du patrimoine national (SCTH).

La nomination a été faite lors de la session du Cabinet de mardi, et par un arrêté royal du roi Salmane stipulant les promotions et la restructuration de plusieurs entités gouvernementales.

Dans le cadre du remaniement, trois autres femmes ont été nommées à des postes de direction, dont Haifa Al-Mogrin et Nada Alismail.

La princesse Haifa a obtenu sa licence en administration des affaires de l’Université de New Haven, États-Unis, en 2008.

Elle a obtenu sa maîtrise en administration et gestion des affaires à la London Business School en 2017.

Elle a commencé sa carrière chez HSBC Holdings en tant qu’analyste, avant de devenir associée principale des ventes d’actions avant de quitter en 2012 pour rejoindre le ministère de l’Enseignement supérieur en tant que consultante principale.

Elle a également été directrice générale de la l’Autorité générale du sport entre 2017 et 2019, en mettant l’accent sur le développement de l’économie du sport. Elle est devenue secrétaire générale de Formula E Holdings en juillet 2018, poste qu’elle occupe toujours.

La princesse Haifa est vice-présidente de la stratégie à la SCTH depuis mars 2019. Elle est également vice-présidente de la Fédération saoudienne d’escrime et présidente du comité des femmes de la Fédération arabe d’escrime.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

L’Arabie saoudite nommée leader mondial des réformes pour faire avancer le rôle économique des femmes

16/01/20

Le rôle croissant des femmes dans la société et leur contribution aux affaires et à l’édification de la nation se sont développés conformément à la stratégie de la Vision 2030. (Fournie)

  • Un rapport de la Banque mondiale et des femmes saoudiennes en affaires saluent la Vision 2030 pour avoir «transformé les rêves en réalité»

RIYAD: L’Arabie saoudite a été désignée comme l’une des nations les plus transformatrices du monde pour l’avancement du rôle économique des femmes dans la société.

Le rapport annuel de la Banque mondiale «Les femmes, les entreprises et le droit» a classé le Royaume parmi les 190 pays les plus avancés pour ses progrès dans la mise en œuvre de réformes liées à la participation des femmes au développement économique et à l’esprit d’entreprise.

Et les femmes saoudiennes dans les affaires ont salué la stratégie de la Vision 2030 pour avoir été le principal moteur pour les aider à réaliser leurs ambitions.

Selon les chiffres de la banque pour 2020, le Royaume a obtenu 70,6 sur 100 pour les progrès réalisés dans l’intégration des femmes sur le marché du travail. Les conclusions du rapport ont également placé le pays au premier rang des États du Golfe et au deuxième rang dans le monde arabe pour avoir satisfait aux critères.

L’étude a révélé que l’Arabie saoudite avait considérablement amélioré six des huit indicateurs, à savoir la mobilité, le lieu de travail, le mariage, la garde d’enfants, l’entrepreneuriat et la retraite, tout en conservant son rang dans l’indice des actifs et des biens.

Le Royaume a fait la plus grande amélioration au niveau mondial en adoptant des réformes dans six des huit domaines, notamment la mobilité des femmes, le harcèlement sexuel, l’âge de la retraite et l’activité économique.

Concernant le nombre de femmes postulant et acceptées sur le marché du travail saoudien, Wadha Bin Zarah, directrice de l’autonomisation des femmes au ministère saoudien des Communications et des Technologies de l’information (MCIT), a déclaré: «Le nombre a suffisamment augmenté avec une croissance rapide. Je crois que l’inclusivité et la diversité sont deux facteurs clés pour toute entité réussie.

«Parmi les pays du G20, l’Arabie saoudite a enregistré la plus forte croissance de la participation des femmes au marché du travail. De plus, les pratiques de recrutement et de ressources humaines n’ont jamais montré de discrimination à l’égard des femmes en matière de salaire. Une seule échelle est utilisée pour tous et tous les avantages sont calculés en fonction du mérite et non du sexe ».

Zarah a ajouté: «Les objectifs de la Vision 2030 établissaient un quota spécifique pour la participation des femmes au marché du travail, qui devrait passer de 22% à 30% d’ici 2030, tous les secteurs alignant leurs principaux indicateurs de performance et objectifs pour atteindre cet objectif ».

FAITS EN BREF

  • Les femmes saoudiennes en affaires ont salué la stratégie de la Vision 2030 pour avoir été le principal moteur pour les aider à réaliser leurs ambitions.

  • Le Royaume, selon les chiffres de la Banque mondiale pour 2020, a obtenu 70,6 sur 100 pour les progrès réalisés dans l’intégration des femmes sur le marché du travail.

  • L’Arabie saoudite a obtenu une note maximale de 100 dans les catégories de mobilité, lieu de travail, entrepreneuriat et retraite.

En outre, l’Arabie saoudite a obtenu un score maximal de 100 dans les catégories de la mobilité, du lieu de travail, de l’entrepreneuriat et de la retraite. Cette réalisation est due à l’évolution des lois et réglementations relatives aux femmes visant à renforcer leur rôle dans le développement économique et à renforcer la compétitivité du Royaume aux niveaux régional et international.

Parmi les réformes mises en évidence dans le Royaume figuraient l’octroi de droits de voyage aux femmes de plus de 21 ans, le renouvellement des documents pour tous les membres de la famille, l’unification de l’âge de la retraite entre les hommes et les femmes et leur alignement sur le système de travail, et de nouvelles règles pour protéger les femmes contre la discrimination sur le lieu de travail, notamment en ce qui concerne l’emploi et les salaires.

Bayan Barry, directeur de compte partenaire chez Cisco Systems, a déclaré: «En 2006, nous avons commencé avec le premier lot (d’employées féminines) qui était limité à deux ou trois. Ce nombre est passé à environ 44 femmes, travaillant aux côtés de 170 collègues masculins, avec des expériences différentes de la technique, des ventes, des opérations, de la gestion de projet et du marketing.

«Actuellement, nous effectuons une phase de stage au sein de notre entreprise localement en Arabie saoudite et sommes fiers de dire que 12 femmes stagiaires ont montré leurs compétences exceptionnelles, dont neuf cheffes techniques et trois cheffes de projet.

«Les femmes s’efforcent d’étendre leur croissance et de montrer leur valeur, mais dans le passé, cela n’a pas toujours été aussi simple. Beaucoup ont eu la chance d’avoir une famille de soutien, mais les chances étaient minimes », a ajouté Barry.

«C’est un moment de fierté d’être à la bonne époque, où nous avons le grand soutien du prince héritier Mohammed bin Salman pour promouvoir davantage de femmes sur le marché du travail et croire en nous pour montrer notre plus grande valeur.

« Les objectifs de la Vision 2030 établissaient un quota spécifique pour la participation des femmes au marché du travail, qui devrait passer de 22% à 30% d’ici 2030, tous les secteurs alignant leurs principaux indicateurs de performance et objectifs pour atteindre cet objectif. »  Wadha Bin Zarah, Directrice de l’autonomisation des femmes, Ministère saoudien des communications et des technologies de l’information

«Les entreprises ont commencé à avancer vers la transformation nationale alignée sur la Vision 2030. Nous sommes à un rythme comme jamais auparavant en matière d’autonomisation des femmes, avec de nombreux modèles à l’échelle nationale. Nous avons commencé à pénétrer davantage dans des segments auxquels nous n’avions jamais pensé, tout en montrant notre impact et en poussant les organisations vers plus de succès.

«Le pourcentage a montré comment la diversité a créé de nouvelles idées et des résultats commerciaux fructueux, et un retour sur investissement élevé où l’inclusion et la collaboration des deux sexes ont travaillé main dans la main», a déclaré Barry.

Le rapport de la banque a souligné que la Vision 2030 avait contribué à accélérer la mise en œuvre de ces réformes, car il soulignait l’importance du rôle des femmes dans les plans ambitieux de développement du pays.

Celles-ci ont inclus l’adoption d’une série d’initiatives et d’objectifs pour soutenir l’autonomisation des femmes, y compris l’augmentation du pourcentage de participation des femmes au marché du travail de 22% à 30%.

Nora Al-Kordi, responsable de la TVA au sein de la société de services professionnels Ernst & Young, a déclaré: «Chaque femme a le droit de penser qu’elle est utile, de croire en elle-même et mérite toutes les opportunités possibles pour réaliser leurs rêves.

«La Vision 2030 a transformé les rêves en réalité, en autonomisant les femmes et en rendant ce qui était autrefois considéré comme impossible facile à atteindre grâce à un travail acharné et à la persévérance ».

Le rapport de la Banque mondiale «Les femmes, les entreprises et le droit» est publié chaque année et vise à évaluer le niveau de discrimination fondée sur le sexe dans les réglementations relatives au développement économique et à l’entreprenariat dans 190 pays du monde.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La princesse Haifa Al-Mogrin, diplomate saoudienne

15/01/20

Princesse Haifa Al-Mogrin.

  • La princesse Haifa est actuellement sous-ministre adjointe des Affaires du G20 au sein du ministère de l’Économie et de la Planification, poste qu’elle a pris en 2018.

La princesse Haifa Al-Mogrin a été nommée mardi représentante permanente de l’Arabie saoudite auprès de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). Le Royaume est devenu membre du Conseil exécutif de l’UNESCO en novembre et le restera jusqu’en 2023.

Le ministre de la Culture de l’Arabie saoudite, le prince Badr bin Abdullah bin Farhan, a déclaré que, lors de son adhésion, le Royaume s’efforcerait d’étendre la coopération avec tous les membres du Conseil exécutif, ainsi que de préserver la culture et le patrimoine arabes, de soutenir l’innovation et la technologie pour un développement social durable et promouvoir la tolérance..

La princesse Haifa a obtenu sa licence en économie à l’Université du roi Saud de Riyad en 2000 et sa maîtrise en sciences économiques avec référence au Moyen-Orient à la School of Oriental and African Studies de l’Université de Londres en 2007.

En 2009, elle a brièvement occupé un poste à temps partiel à l’Université du roi Saud, avant de commencer à travailler pour le Programme des Nations Unies pour le développement. En 2013, elle a été promue au poste d’analyste de programme, couvrant le développement social et les droits de l’homme.

Elle a rejoint le ministère de l’Économie et de la Planification en tant que cheffe du secteur des objectifs de développement durable en 2016 et a été nommée sous-ministre adjointe pour les affaires de développement durable en 2017. Elle est actuellement sous-ministre adjointe pour les affaires du G20 au sein du ministère de l’Économie et de la Planification. , poste qu’elle a pris en 2018. Cette même année, elle a été conférencière au deuxième Forum sur l’urbanisme – un témoignage de son expertise dans l’autonomisation des jeunes et la défense des droits de l’homme. Son Twitter est @HaifaAlMogrin.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

La princesse Haifa nommée représentante permanente de l’UNESCO

14/01/20

La sous-ministre adjointe du développement durable et des affaires du G20, la princesse Haifa Bint Abdul Aziz Al-Muqrin, a été nommée représentante permanente de l’Arabie saoudite auprès de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). (Fournie)

RIYAD: la sous-ministre adjointe du développement durable et des affaires du G20, la princesse Haifa Bint Abdul Aziz Al-Mogrin, a été nommée représentante permanente de l’Arabie saoudite auprès de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

La princesse Haifa a été chargée de cours à l’Université du roi Saud de 2008 à 2009. Elle a occupé des postes clés au ministère de l’économie et de la planification, notamment sous-secrétaire adjointe aux affaires de développement durable depuis décembre 2017, sous-secrétaire adjointe par intérim aux affaires du G20 depuis juin 2018, et responsable du secteur Objectifs de développement durable entre 2016 et 2017.

En 2007, elle a obtenu une maîtrise en économie de la School of Oriental and African Studies au Royaume-Uni. Elle a obtenu sa licence en économie en 2000 à l’université du roi Saud de Riyad.

 https://twitter.com/KSAmissionEU/status/1217050333010104320

Le Royaume joue un rôle de premier plan à l’UNESCO et, en novembre 2019, est devenu membre de son Conseil exécutif jusqu’en 2023.

Le ministre de la Culture, le prince Badr bin Abdullah bin Farhan, a déclaré plus tôt que le Royaume s’efforcera d’étendre la coopération avec tous les membres du Conseil exécutif, ainsi que de préserver la culture et le patrimoine arabes, de soutenir l’innovation et la technologie pour un développement social durable et de travailler à promouvoir une société mondiale tolérante.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)