150 femmes saoudiennes demandent un permis de guide

Diffuser l'info

19/01/19

 

 

 

Rapport de la gazette saoudienne

DJEDDAH – La Commission saoudienne du tourisme et du patrimoine national (CSTPN) commencera ce mois-ci à délivrer des licences de guide touristique aux femmes saoudiennes qualifiées, a rapporté samedi le journal Al-Medina.

Il a précisé que pas moins de 150 Saoudiennes, qui avaient étudié l’orientation touristique et obtenu leur diplôme dès 2012, avaient déjà demandé une licence.

Sattam Al-Balawi, président de la société saoudienne des guides touristiques, a déclaré que la commission avait déjà pris des mesures concrètes pour délivrer les licences aux femmes.

Il a déclaré que les premières sessions de formation permettant aux femmes d’obtenir les licences avaient eu lieu à Tabuk.

Il a expliqué qu’un candidat ne devrait pas avoir moins de 23 ans, être en bonne santé physique, réussir les tests de qualification de la commission et avoir suivi avec succès des sessions de formation en secourisme.

Imad Manshi, professeur de gestion du tourisme à l’Université du roi Saoud de Riyad, a déclaré: « Les femmes saoudiennes ont l’éducation et les compétences requises pour travailler comme guides touristiques et réussiront sur le terrain. Les expériences internationales montrent que les femmes constituent la plus grande partie du tourisme l’industrie et ils sont excellents en matière d’hospitalité et d’organisation de tournées », a t-il déclaré.

Il a ajouté que les femmes sont généralement méticuleuses et se concentrent sur les détails.

Manshi a déclaré que le taux de création d’emplois dans le secteur touristique n’était que de 28,1% à l’heure actuelle, ce qui pose un grave problème aux responsables du tourisme dans le Royaume.

Il a appelé à augmenter les bourses pour étudier le tourisme pour les hommes et les femmes saoudiens afin de pouvoir nationaliser les emplois dans ce secteur.

Abir Abou Souleymane, une guide touristique féminine, a déclaré que la profession de guide touristique dans le Royaume avait débuté à Djeddah en 2011, lorsqu’elle avait créé un groupe appelé « le cœur de la ville historique de Djeddah » afin de faire revivre le patrimoine architectural du centre-ville de Djeddah et de s’efforcer de culture de le préserver.

Elle a déclaré qu’elle dépendait entièrement de ses efforts personnels pour développer ses propres compétences et créer une base de données en s’adressant aux propriétaires des vieilles maisons.

« Entre 2011 et 2015, j’ai été en mesure de fournir des visites gratuites à plus de 12 000 visiteurs », a-t-elle déclaré.

Souleymane a déclaré qu’elle était confrontée à un certain nombre de difficultés et de problèmes de la part de guides touristiques masculins qui ne l’accepteraient pas facilement parmi eux.

Souleymane parle couramment l’anglais, le français, l’espagnol, l’italien et l’arabe. Elle a dit qu’il lui serait facile de travailler comme guide touristique lorsqu’elle obtiendra sa licence.

Arij Falatah, une autre future guide touristique, a déclaré avoir travaillé pendant cinq ans dans des régions éloignées de sa spécialisation elle pourra désormais travailler comme guide touristique lorsqu’elle obtiendra la licence.

Azhar Al-Azuori a déclaré que les femmes saoudiennes avaient imprimé de manière fabuleuse sur le tourisme, même si leur nombre était peu élevé en organisant des conférences et en organisant des visites familiales.

« Nous obtiendrons davantage d’excellence lorsque nous aurons reçu les autorisations nécessaires pour exercer nos fonctions de guide touristique », a-t-elle déclaré.

Dans le même temps, la CSTPN s’emploie à accorder des licences à trois musées privés de La Mecque, qui s’ajouteront à cinq autres déjà existants dans la ville.

« Les huit musées privés constitueront ensemble une richesse touristique et culturelle dans la ville sainte », a déclaré le directeur de la commission à La Mecque, Hicham Ben Mohammed Madani.

Il a expliqué que les cinq musées autorisés à La Mecque sont le patrimoine humain, la maison de tourisme de Makkawi, le dinar islamique, le musée Al-Amoudi et Khundanah.

Madani a déclaré que le contenu des musées de La Mecque varie en fonction des pièces de monnaie anciennes, du patrimoine et de l’artisanat.

Cet article a été publié pour la première fois dans Saudi Gazette

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien Saudi Gazette


Diffuser l'info