2018 : L’année des femmes saoudiennes

Diffuser l'info

30/12/18

  • Une série de changements importants ont considérablement renforcé la capacité des femmes saoudiennes à participer pleinement à la vie publique
DUBAI : L’année 2018 a été sans doute une année charnière pour l’Arabie saoudite, mais plus encore pour les femmes du Royaume qui ont passé les 12 dernières années à jouir des libertés nouvellement acquises et se trouver à l’avant-garde des réformes conduites par le prince héritier Mohammed ben Salmane.
 
En prenant le volant, en devenant la force motrice dans des rôles internationaux, gouvernementaux et commerciaux éminents, les femmes se réjouissent d’un changement social historique.
 
Alors que le Royaume avance à pas de géant en matière d’égalité des sexes et d’autonomisation des femmes, des experts internationaux affirment que les mesures progressistes accordant aux femmes de plus grands droits, telles que nous les avons observées en 2018, ont à peine effleuré la surface, décrivant comment les femmes en Arabie saoudite contribueront à faire avancer le pays.
 
« 2018 a effectivement été une première pour les femmes en Arabie saoudite, en termes de réformes très spécifiques », a déclaré Emily Hawthorne, analyste régionale pour Stratfor, une plateforme de renseignements géopolitiques. « Les réformes les plus remarquables ont été les réformes axées sur les jeunes, telles que l’assouplissement des restrictions strictes sur les permis de conduire, ainsi que l’autorisation des hommes et des femmes d’assister à des concerts de musique ».
 
Depuis la levée de la seule interdiction mondiale imposée aux femmes conductrices le 24 juin, plusieurs auto-écoles pour femmes ont été ouvertes à Riyad et à Djeddah. Le cabinet de conseil PricewaterhouseCoopers a prédit qu’environ trois millions de femmes en Arabie saoudite pourraient conduire d’ici 2020. Cette décision devrait stimuler l’emploi des femmes et, selon une estimation de Bloomberg, ajouter 90 milliards de dollars à la production économique d’ici 2030.
 
Kent Davis-Packard, directeur de stage à l’initiative SAIS Women Lead (SWL), un programme mondial de développement du leadership des femmes, a déclaré : « Les femmes saoudiennes ont fait des progrès phénoménaux, et pas seulement à cause des réformes récentes. C’est le travail des femmes saoudiennes au cours des dernières décennies qui a suffisamment transformé la conscience nationale du pays pour qu’elle soit mûre pour les changements apportés par ses dirigeants actuels ».
 
L’année des étapes décisives pour les femmes dans le Royaume ne commence que quelques jours en 2018. Le 12 janvier, les femmes saoudiennes sont autorisées, pour la première fois, à entrer dans un stade de sport dans des sièges réservés à un match de football local. Le gouvernement a annoncé son intention d’ouvrir davantage d’installations adaptées aux femmes dans les stades du pays.
 
Deux mois plus tard, l’armée saoudienne a commencé à recevoir des candidatures de femmes. Plus tard dans l’année, une école de pilotage du Royaume a annoncé son intention d’admettre des étudiantes. Oxford Aviation Academy a reçu des centaines de candidatures de femmes espérant commencer des cours qui pourraient ouvrir la voie à des options de carrière auparavant indisponibles. L’augmentation du nombre de femmes saoudiennes sur le marché du travail fait partie des réformes de la Vision 2030, qui visent à augmenter la participation des femmes au marché du travail de 22% à 30%.
Dans le discours annuel du roi Salmane devant le Conseil consultatif de la Shoura, qui compte 150 membres, dont 30 femmes, un thème clé était l’autonomisation des femmes du Royaume pour qu’elles jouent un rôle encore plus important en Arabie saoudite.
 
Dans une autre étape notable, le roi Salmane a nommé quatre femmes à des rôles importants : Tamadur bent Youssef Al-Ramah est devenue la première femme à être nommée vice-ministre du Travail conjointement avec un important remaniement militaire et politique, tandis que la professeur Kawther Bent Mousa Al-Arbash et Ghada Bent Ghunaim Al-Ghunaim ont été nommées membres du conseil d’administration du Centre du roi Abdulaziz pour le dialogue national. Iman Al-Mutairi a également été nommée assistante du ministre du Commerce.
 
Des femmes ont également été nommées à des postes municipaux et internationaux éminents en 2018. Le maire de Jeddah Saleh Al-Turki a nommé quatre femmes à des postes clés dans la municipalité, tandis que sur la scène mondiale, la Dr Samar Al-Homoud, consultante saoudienne en chirurgie colorectal à l’hôpital spécialisé et au centre de recherche du roi Faisal, a été nommée présidente de son comité d’éthique par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) – le premier membre de la région du Moyen-Orient à occuper ce poste – et la Dr Sumaya Al Nasser a été nommée première ambassadrice saoudienne de Paix sans frontières.
 
L’Arabie saoudite a également franchi une étape majeure en vue d’accueillir davantage de femmes sur le marché du travail en organisant son premier forum d’affaires pour femmes en mars. Le forum économique Women in Leadership, intitulé « Parlons demain », a présenté les plus grandes dirigeantes du Royaume-Uni et a démontré le rôle important que les femmes jouent dans l’avenir de son économie.
 
Les femmes peuvent désormais également ouvrir leurs propres entreprises sans la permission d’un tuteur. Le ministère saoudien du Commerce et de l’Investissement a déclaré en février que les femmes seraient en mesure de « créer leur propre entreprise librement ».
 
Davis-Packard a déclaré qu’en permettant aux femmes d’Arabie saoudite de briller, le prince héritier Mohammed ben Salmane emmènera le pays dans « un état libre, dynamique, spirituel et prospère, ayant tout le potentiel pour le devenir ».
 
Il a ajouté : « Les femmes contribuent également à relever l’un des plus grands défis politiques et de sécurité du Moyen-Orient aujourd’hui : la fracture islamiste – laïque ».
 
« Les femmes ont tendance à ne pas être motivées par le pouvoir et la loyauté envers le dogme, mais plutôt par leur mission et par leur soutien aux mouvements généraux de progrès social. En responsabilisant davantage de femmes, vous reliez les divisions sociales et vous vous retrouvez avec une force avec laquelle il faut compter ».
 
Arab News joue également son rôle dans l’égalité des sexes, en promettant de devenir la première salle de rédaction équilibrée dans le Royaume d’ici à 2020. L’annonce a été faite lors de l’ouverture du premier Forum des femmes arabes à la Ville économique du roi Abdallah ( KAEC). Il impliquera un recrutement actif, une formation et une orientation de carrière avec l’aide de son éditeur, le groupe de recherche et de marketing saoudien.
 
Hawthorne a déclaré que les femmes dans le Moyen-Orient élargi sont « un catalyseur de changement dans leurs familles, leurs lieux de travail et leurs sociétés lorsqu’elles disposent des moyens et de l’espace nécessaires pour agir ».
 
Elle a poursuivi : « Lorsque les femmes ont des opportunités, elles trouvent des moyens de multiplier les avantages pour leurs communautés. La vision de l’Arabie saoudite pour 2030 ne peut tout simplement pas aboutir sans l’inclusion des femmes dans la population active saoudienne. L’avantage économique pour le pays d’une plus grande inclusion des femmes dans l’économie est l’un des principaux moteurs de l’élaboration d’un plan de vision ambitieux ».
 
L’année 2018 a vu toute une série d’autres réalisations dirigées par des femmes : une telle équipe saoudienne remportant le Hajj Hackathon Guinness World Record et la pilote saoudien Reema Al-Juffali devenant la première femme du Royaume à concourir un championnat, terminant deuxième et troisième dans la catégorie argent du match d’ouverture de la Coupe TRD 86 sur le circuit Yas Marina des Emirats Arabes Unis.
 
Les femmes jouissent également d’une plus grande liberté sociale que jamais auparavant. En avril, l’Arabie saoudite a autorisé pour la première fois un concert mixte.
 
Muna AbuSulayman, une femme d’affaires et activiste saoudienne, a déclaré : « Les gens sont encore aux prises avec cette Arabie saoudite en mutation et vous voyez encore certains des vieux stéréotypes véhiculés, mais ils ne sont tout simplement plus vrais. Au cours des 10 dernières années, les femmes en Arabie saoudite ont poussé et réussi à mettre en œuvre des réformes majeures. Les femmes saoudiennes peuvent mener. C’est la clé de la réalisation du programme saoudien de la Vision 2030 et de transformation nationale. »

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info