Comment l’Arabie Saoudite est en train de devenir un centre de données numériques dans la région MENA

Diffuser l'info

27/09/20

Les Saoudiens assistent à la deuxième Conférence internationale sur la cybersécurité, à Riyad le 27 février 2017 (AFP / Fichier Photo)
  • Le centre de données cloud de la société américaine de technologie de l’information Oracle est l’un des 20 bureaux mondiaux de ce type
  • L’accent est mis sur les technologies et les innovations de sécurité numérique, y compris la simulation virtuelle des menaces en évolution

DUBAI: L’Arabie Saoudite est sur le point de devenir une plaque tournante mondiale de données cloud avec le lancement d’un centre de données par Oracle, une société de technologie informatique de premier plan basée aux États-Unis. Le Royaume a été désigné comme l’épicentre de données cloud de la société dans la région du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA).

Le centre de Djeddah se concentrera sur les technologies et innovations de sécurité numérique, y compris la simulation virtuelle des menaces en évolution. C’est une nouvelle étape dans la transformation numérique de l’Arabie Saoudite, conformément à l’objectif de Saudi Vision 2030 de moderniser l’infrastructure des technologies de l’information et des communications du pays.

Dans des commentaires envoyés par courrier électronique à Arab News, le Dr Muhammad Khurram Khan, PDG de la Global  Foundation for Cyber Studies and Research, basée à Washington,  et professeur de cybersécurité à l’Université Roi Saud, a déclaré: « Étant l’une des principales puissances numériques en croissance la plus rapide dans toute la région, l’Arabie Saoudite a besoin énormément d’innovations technologiques, de solutions et de services pour répondre à ses besoins en matière de villes intelligentes, d’industrie 4.0, d’informatique en nuage, de 5G, de cybersécurité, d’Internet des objets, de blockchain et d’intelligence artificielle.

Les participants assistent à un hackathon à Djeddah le 1er août 2018, avant le début du Hajj dans la ville sainte Makka. (AFP / Fichier Photo)

« Pour répondre à cette demande impressionnante de transformation numérique de la part des organisations des secteurs public et privé, le centre de données cloud d’Oracle dans le Royaume jouera un rôle central dans l’accélération de l’innovation, tant  en générant de nouveaux horizons de services numériques et en créant de la concurrence  qu’en offrant aux clients d’incroyables expériences sur un marché florissant. »

Il pense que cette décision ouvrira également la voie à la création d’emplois et créera de nouvelles opportunités commerciales pour les talents locaux. « La présence du centre de données cloud dans le Royaume permettra aux organisations de développer leurs services numériques plus rapidement que jamais », a écrit Khan dans son courrier électronique. « Cela peut de plus leur fournir des services locaux moins chers, une meilleure gestion des données, un environnement plus sécurisé et solide, des contrôles de souveraineté des données et un service client à la demande pour des opérations commerciales plus efficaces. »

Khan a invoqué d’autres avantages possibles du centre, notamment l’autonomisation des start-ups, des entrepreneurs et des innovateurs locaux tout en permettant à de nouveaux produits et services d’envahir plus rapidement le marché.

Une personne travaillant sur un ordinateur lors du 10e Forum international de la cybersécurité à Lille le 23 janvier 2018 (AFP / Fichier Photo)

« Cette évolution pourrait soutenir les efforts de l’Arabie Saoudite pour faire partie des principaux pays qui se préparent à la quatrième révolution industrielle », a-t-il déclaré.

Khan a souligné la demande croissante de solutions et de services de cybersécurité dans le Royaume – qui se classe parmi les 10 pays les plus ciblés par les « incalculables » cyberattaques. « Les cybermenaces auxquelles sont confrontées les organisations des secteurs public et privé augmentent de façon exponentielle en raison de l’importance géopolitique du Royaume dans la région et de sa rapide transformation numérique », a-t-il déclaré.

Un rapport récent sur le secteur de la cybersécurité au Moyen-Orient et en Afrique estime que le marché saoudien pourrait atteindre 5,5 milliards de dollars d’ici 2023. « Cette immense demande de cybersécurité pourrait être efficacement satisfaite par le déploiement local de services de cybersécurité basés sur le cloud », a déclaré Khan. « Le rôle de l’informatique en nuage est d’une importance capitale pour prédire et vaincre les cyberattaques, qui exploite l’IA, les données massives et l’analyse instantanée en temps réel pour lutter contre les menaces et mettre fin aux vulnérabilités qui cherchent à saper la sécurité. »

Des gens travaillant sur des ordinateurs le 22 janvier 2019 à Lille, lors du 11e Forum international de la cybersécurité (AFP / Fichier Photo)

Dans ses commentaires, Khan a, en outre,  souligné l’intérêt manifesté par les organisations régionales et locales pour le centre d’opérations de sécurité basé sur le cloud et les solutions rentables pour l’arrangement de la sécurité, l’automatisation et la réaction et les informations de sécurité ainsi que la gestion des événements.

Cette action est également propice, car un nouveau rapport a révélé que 95% des entreprises du Royaume ont été touchées par au moins une cyberattaque au cours de l’année passée.

Selon « The Rise of the Business-Aligned Security Executive », publié par Tenable et dirigé par Forrester Consulting, la majorité des entreprises en Arabie Saoudite ont connu une augmentation des cyberattaques au cours des deux dernières années.

« Plus que jamais, l’Arabie Saoudite doit mettre au point une solution spécifique sur mesure pour ses exigences souveraines, notamment la sécurité numérique et la simulation virtuelle », a déclaré Matthew Cochran, PDG et co-fondateur d’URS Laboratories aux Émirats Arabes Unis. « Après la COVID-19, la région se dirigera vers le Royaume pour l’alignement et le leadership sur ces questions. »

Il a décrit les développements comme le résultat de décennies de planification de scénarios qui deviennent de plus en plus probables en raison des circonstances mondiales.

« Avant la COVID-19, l’avenir de la sécurité numérique et de la simulation virtuelle dans la région était important », a-t-il déclaré à Arab News. « Maintenant, il est d’une importance vitale, sinon salvatrice, de l’avoir en place – pas demain mais aujourd’hui. L’avenir est en jeu et nous devons relever les défis ensemble. »

Les commentateurs ont déclaré que le centre saoudien permettra à Oracle de faciliter les capacités de reprise après sinistre dans le pays ou dans la juridiction et permettra à ses clients de respecter leurs obligations en matière de sécurité des données dans leur pays.

« Oracle a une forte présence dans la région du CCG, en particulier aux Émirats Arabes Unis et en Arabie Saoudite », a déclaré Dean Mikkelsen, consultant indépendant en informatiqu et cybersécurité opérant avec Hannibal Global Insight, basé aux EAU. « Les entreprises déplacent de plus en plus de données vers le cloud au sein du CCG. Ces pays exigent également que les données soient conservées dans leur propre pays car cela concerne les questions de confidentialité et de sécurité des données.

Dans le Royaume, les dispositions du cadre réglementaire du cloud computing stipulent que les clients du cloud doivent garantir qu’aucun contenu client – y compris le contenu sensible des autorités publiques – ne soit transféré en dehors du Royaume.

« Les contrôles essentiels de cybersécurité émis par l’Autorité nationale de cybersécurité du Royaume – qui sont tous applicables aux entités gouvernementales saoudiennes – exigent que les informations soient reçues et stockées dans le pays », a déclaré Mikkelsen à Arab News. « Avec le développement de cette capacité d’Oracle dans le royaume, ces contrôles répondent effectivement aux exigences nécessaires pour protéger les données dans ce pays. »

L’Arabie Saoudite est sur le point de devenir une plaque tournante mondiale de données dans le cloud avec le lancement d’un centre de données régional par Oracle, une société de technologie informatique de premier plan basée aux États-Unis. (AFP / Fichier Photo)

Alors que l’Arabie Saoudite continue de s’éloigner d’une économie basée sur le pétrole, elle a laissé à ses secteurs technologiques plus de marge de croissance.

« Avec Oracle se déplaçant plus loin en Arabie saoudite, cela correspond à la vision du Royaume de devenir un leader international de la science et de la technologie », a déclaré Mikkelsen.

« Il y a eu, au cours des dernières années, une migration à grande échelle des données vers le cloud et il est très important de s’assurer que ces données sont sécurisées. »

Mikkelsen a déclaré que les violations de données sont de plus en plus répandues, qu’il s’agisse d’attaques de phishing ou de logiciels malveillants, dans un développement potentiellement coûteux pour les entreprises. La société de cybersécurité basée aux Emirats Arabes Unis, DarkMatter, a récemment déclaré que les violations sont « généralisées et souvent non détectées » au Moyen-Orient.

« Au cours de la pandémie COVID-19, il y a eu un pic d’usurpation de réseau et d’attaques de phishing, alors que les cyber-attaquants cherchent à exploiter le climat actuel inconnu à leurs propres fins nocives », a déclaré Mikkelsen.

« Grâce à des environnements réglementaires et législatifs, tels que ceux définis en Arabie Saoudite ou aux Émirats Arabes Unis, les entreprises et les gouvernements travaillent ensemble pour protéger les actifs numériques des particuliers, des entreprises et de leurs infrastructures cruciales. Avec la décision d’Oracle en Arabie Saoudite, le Royaume montre qu’il est ouvert aux affaires et que les données de qui que ce soit seront en sécurité. »

Twitter: @CalineMalek

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com  

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info