Comment l’Arabie Saoudite s’est tournée vers l’avenir

Diffuser l'info

23/09/19

Lorsque le prince héritier Mohammed ben Salmane s’est engagé à ramener l’islam modéré, il a évoqué une période antérieure aux événements de 1979 qui ont stoppé les progrès du royaume

L’Arabie saoudite était en plein essor dans les années 70, bénéficiant des développements sociaux et culturels amorcés au cours des deux décennies précédentes et portée par la hausse des prix du pétrole et le premier plan de développement du Royaume.

Mais 1979 a tout changé. L’Arabie saoudite a pris une tournure conservatrice, sous l’impulsion de deux événements: la révolution iranienne de février, qui a porté l’ayatollah Khomeiny au pouvoir, et le siège d’extrémistes religieux de la Grande Mosquée de La Mecque.

AVIS: renouer avec le passé, réinventer l’avenir (Fayçal J. Abbas, rédacteur en chef, « Arab News »)

Comme le prince héritier Mohammed ben Salmane l’a déclaré dans le cadre de l’Initiative pour les investissements futurs en 2017: «Nous n’étions pas comme cela dans le passé. Nous voulons seulement revenir à ce que nous étions, un islam modéré ouvert sur le monde, ouvert à toutes les religions… Et très franchement, nous ne perdrons pas 30 ans de notre vie à nous attaquer à des idées extrémistes… Nous voulons vivre une vie normale, une vie qui traduit notre religion modérée, nos bonnes coutumes. »

Et c’est ce qui s’est passé. Dans le cadre de Vision 2030 et de nombreux développements qui bouleversent la vie – films et concerts, liberté accrue pour les femmes, remise en forme dans les écoles, pour ne citer que quelques exemples – le Royaume est sur la voie du retour vers l’avenir.

PUIS –

1955 – La première école privée pour filles d’Arabie saoudite, Dar Al-Hanan, est fondée à Djeddah par la princesse Effat, avec le soutien de son mari, le prince héritier Fayçal ben Abdel Aziz, au milieu d’un tollé social.

Lire la suite: L’école saoudienne remonte à l’avenir

1960 – Un décret royal approuve l’éducation publique des filles; des écoles sont établies à Riyad, à La Mecque et dans d’autres villes.

1962 – Al-Nahda, une organisation de femmes à but non lucratif, est créée par la princesse Effat et un certain nombre de femmes saoudiennes bien connues.

1963

Le Conseil des ministres approuve un projet d’implantation d’une télévision dans le royaume.

Le Département de la protection de la jeunesse (anciennement le Département des sports) crée quatre fédérations: volleyball, basketball, athlétique et cyclisme.

1965 – Le roi Fayçal approuve la première émission télévisée nationale, une lecture du Coran, au milieu des protestations des conservateurs.

Le roi Fayçal (à droite) et le président américain Richard Nixon.

La première émission télévisée en Arabie saoudite provient du consulat des États-Unis à Dhahran; «L’oeil du désert» est diffusé en anglais et uniquement dans la région de Dhahran.

Lire la suite: Les Saoudiens reviennent sur l’aube de la radiodiffusion à l’occasion de la fête nationale saoudienne

1957

L’Université Roi Saoud, le premier établissement d’enseignement supérieur du Royaume, est ouverte à Riyad.

Le lancement d’Aramco TV, avec une plus large gamme de chaînes de télévision qui atteint Al-Hofuf et d’autres régions du Golfe. Les émissions sont en arabe et en anglais.

AVIS: Les années 1970 – une décennie sismique pour l’économie saoudienne (Frank Kane)

Lire la suite: Mark Lowey, connu par ses amis saoudiens comme AbuJack, offre des images inédites du vrai saoudien dans les années 1970

1979

Révolution iranienne

22 janvier – Shah Mohammed Reza Pahlavi et son épouse quittent Téhéran.

1er février – L’Ayatollah Ruhollah Khomeiny revient en Iran après son exil en France.

11 février – Khomeiny prend officiellement le pouvoir lorsque les troupes fidèles au chah se rendent.

16 février – Les autorités révolutionnaires iraniennes commencent les exécutions des principaux partisans du shah, dont quatre généraux.

4 novembre – L’ambassade des États-Unis à Téhéran est prise d’assaut par des étudiants iraniens qui prennent 52 Américains en otage et demandent l’extradition du shah.

20 novembre – Un groupe bien organisé dirigé par le militant saoudien Juhayman Al-Otaibi prend d’assaut la Grande Mosquée avec des armes introduites clandestinement dans des cercueils et des véhicules en utilisant des membres prétendant être là pour prier. Al-Otaibi est membre d’Al-Jamaa Al-Salafiya Al-

Les militants arrêtés après le siège de la Mecque en 1979 sont escortés en prison. (Photo du dossier)

Muhtasiba (groupe salafiste qui commande le droit et interdit le droit), qui est irrité par l’influence de la société occidentale, la présence des femmes dans la population active saoudienne, la télévision et d’autres sujets. Les fidèles sont empêchés de partir après l’annonce d’une prise de contrôle par microphone. Les otages sont contraints de prêter serment d’allégeance au chef du groupe, Mohammed ben Abdeallah Al-Qahtani, Al-Otaibi et à leurs partisans.

4 décembre – Le siège dure deux semaines et se termine après une intervention des forces spéciales saoudiennes et de leurs alliés, faisant des centaines de morts, y compris des officiers, des soldats et des civils saoudiens, ainsi qu’Al-Qahtani et ses partisans. Al-Otaibi est arrêté et exécuté le 9 janvier 1980.

– MAINTENANT –

2016

Le prince héritier adjoint Mohammed ben Salmane dévoile Vision 2030, une feuille de route pour l’avenir de l’Arabie saoudite.

Le Cabinet saoudien approuve une nouvelle loi interdisant à la police religieuse d’interroger, de poursuivre ou d’arrêter les violeurs; ils doivent plutôt les signaler à la police ou aux agents de lutte contre les stupéfiants.

Lire la suite: Les femmes saoudiennes célèbrent les nouvelles libertés à l’occasion de la fête nationale saoudienne

La princesse Rima bint Bandar est nommée vice-présidente des affaires féminines à l’Autorité sportive générale. Kariman Abeljadayel est la première femme saoudienne à participer au 100 mètres aux Jeux olympiques d’été de 2016 au Brésil.

Lire la suite: Le succès sportif confère à l’Arabie saoudite la gloire de la fête nationale saoudienne

L’Autorité générale du divertissement et l’Autorité générale du sport sont créées par décret royal.

2017

Le roi Salman nomme Mohammed ben Salmane au poste de prince héritier de l’Arabie saoudite.

La bourse saoudienne désigne pour la première fois une femme, Sarah Al-Suhaimi.

Dans l’une des premières représentations musicales publiques depuis de nombreuses années, Mohammed Abdo se produit devant un public réservé aux hommes à Djedda.

Des projets Giga sont lancés: NEOM, une mégapole de 500 milliards de dollars dans la région de Tabuk et le projet de tourisme RedSea.

Les écoles publiques saoudiennes annoncent qu’elles proposeront des cours d’éducation physique aux étudiantes.

Lors de la première initiative d’investissement futur à Riyad, le prince héritier Mohammed ben Salman a promis un retour à l’islam modéré.

2018

Les fans féminines sont autorisées à assister pour la première fois à des matchs de football en Arabie Saoudite; Le match était opposant Al-Ahli à Al-Batin à Djeddah le 12 janvier.

Mettant fin à une interdiction des cinémas de 35 ans, le premier cinéma commercial s’ouvre à Riyad avec la projection de «Black Panther» le 18 avril.

L’interdiction de la conduite de femmes saoudiennes est levée le 24 juin.

Une loi contre le harcèlement, approuvée par le Conseil de la Shoura, reçoit les éloges du monde entier.

Le roi Salman lance les plans de Qiddiya, qui devrait être la plus grande ville de divertissement du monde.

Création du ministère de la Culture, dirigé par le prince Badr ben Abdallah ben Mohammed ben Farhan Al-Saoud.

Lire la suite: La «renaissance culturelle» de l’Arabie Saoudite sous les projecteurs de la fête nationale saoudienne

L’oasis d’Al-Ahsa est désigné site du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Weam Al-Dakheel devient la première femme saoudienne à ancrer le principal journal télévisé du soir à la télévision saoudienne.

Enrique Iglesias, Amr Diab et les Haricots à oeil noir sont parmi les premiers artistes internationaux à participer à la Formula E de Riyad, pour laquelle les premiers visas de tourisme sont accordés.

Le Royal Rumble de la WWE a lieu à Djeddah, dans la ville du roi Abdullah Sports City, à l’initiative d’un partenariat de 10 ans avec l’Autorité sportive générale.

2019

Le prince héritier Mohammed ben Salmane lance un méga projet touristique à AlUla, qui comprendra un complexe conçu par le célèbre architecte français Jean Nouvel et une réserve naturelle baptisée Sharaan.

Lubna Al-Olayan devient la première présidente saoudienne à diriger une banque saoudienne, une fusion entre Alawwal et Saoudi British Bank.

La première ambassadrice d’Arabie saoudite, la princesse Rima bint Bandar (en haut au centre), est nommée à Washington.

Le gouvernement saoudien approuve un «permis de résidence privilégié Iqama», qui permettra aux ressortissants étrangers de travailler et de vivre en Arabie saoudite sans sponsor, offerts à des expatriés hautement qualifiés et aux propriétaires de capitaux.

Par décret royal, les Saoudiennes n’ont plus besoin de la permission d’un tuteur pour voyager ou pour obtenir un passeport.

Une gamme de superstars se produisent dans des concerts à travers le Royaume: Mariah Carey, Janet Jackson et 50 Cent à Djeddah; Andrea Bocelli à AlUla; Pitbull et Akon dans la province orientale.

Les événements sportifs de haut niveau comprennent la Super Coupe d’Italie entre la Juventus et le Milan AC; Une nuit de combat entre le champion du monde de boxe Amir Khan et Billy Dib; et la plus grande Battle Royale de l’histoire de la WWE.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info