Comment peuvent être assimilés ceux qui plantent des mines au Yémen à ceux qui les enlèvent ?

Diffuser l'info

Heure: Juillet 12, 2018
Hamdan Alaly
Le Yémen a une longue histoire avec les mines. Pendant le conflit Nord-Sud dans les années 1970, des groupes armés situés dans les régions centrales ont planté des centaines de milliers de mines qu’ils ont obtenues du leader libyen Muaamar Kaddafi en soutien du Front national. Au fil des décennies, certaines de ces mines ont été enlevées alors qu’une grande majorité reste déterrée à ce jour, selon les déclarations du gouvernement.
Lorsque la rébellion Houthi a commencé en 2004 dans le gouvernorat de Saada, les mines étaient l’une des armes les plus importantes sur lesquelles les Houthis se sont appuyés pendant leurs guerres contre l’Etat. Les Houthis ont un penchant pour l’obtention et la fabrication de mines de différents types et tailles. En effet, la milice a mis en place une usine de mines dans la ville de Saada, ciblée par les forces de la coalition arabe en mai 2015.
Il y a quelques semaines, j’ai visité la ville de Midi dans la province de Hajjah, qui a été récemment complètement émancipée du contrôle des Houthis. Nous n’avions qu’un seul moyen d’atteindre la ville et nous ne pouvions pas emprunter des itinéraires différents. Les mines étaient fortement plantées dans tous les coins de la ville et autour de la ville, à l’exception des zones où les équipes d’ingénierie avaient déminé. Ceux qui visitent la ville et les régions avoisinantes où se trouvent les Houthis doivent emprunter un chemin restreint, étroit et connu pour rester à l’abri des mines laissées par les Houthis et qui ont empêché ceux qui y résidaient de retourner chez eux.
« Les mines plantées par les Houthis ont fait 639 morts et 704 blessés au Yémen entre juillet 2014 et mars 2018. » Hamdan Alaly
Certains habitants de la ville ont déclaré que « beaucoup de gens ont été tués par ces mines. Même si la guerre a pris fin dans ces zones, les mines terrestres les entourent toujours et étouffent leurs mouvements. Il n’y a aucune exception car les Houthis ont planté des mines sur des routes, dans des quartiers densément peuplés, des fermes, des plages et même à l’intérieur des maisons. » Les Houthis produisaient toutes sortes de mines, allant des grandes mines aux chars aux petites tailles qui ciblent les individus et qui sont interdites sur le plan international.
« Midi » n’est pas la seule ville criblée par le fléau des mines Houthi. Les Houthis ont planté partout dans le monde des mines interdites, comme dans les villes de Taiz, Marib, Al Bayda, Sanaa, Hodeidah, Saada, Aden, Lahij, Dhale et le reste de Hajjah. Toutes ces zones sont remplies de mines. Les mines sont les amis des combattants Houthis partout où ils mettent les pieds et le cadeau d’Abdulmalik al-Houthi aux enfants et aux femmes du Yémen !
Selon le dernier rapport de la Coalition yéménite pour le suivi des violations des droits humains, les mines ont coûté la vie à 639 yéménites et 704 blessés entre juillet 2014 et mars 2018. En passant, seules les milices houthis ont planté des mines au Yémen depuis la première guerre en 2004.
Les statistiques révèlent que le Yémen, qui a signé le traité d’Ottawa interdisant l’utilisation de mines antipersonnel en 1997, a été piégé par plus d’un demi-million de mines posées par la milice Houthi au cours des dernières années. Le général Amin al-Ogaili, directeur du Centre d’action antimines du Yémen, a déclaré : « Le Yémen a été touché par la plus grande opération de déminage depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et est aujourd’hui, c’est le premier pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord qui a été touché par les catastrophes de ces mines très répandues ».
Les mines sont le cadeau des Houthis au peuple. D’autre part, le Royaume d’Arabie Saoudite fait de grands efforts pour faire face à cette catastrophe qui menace l’avenir et le présent des Yéménites, et ce par le biais du projet MASAM lancé par le Centre du Roi Salman pour l’aide humanitaire et les secours et qui vise à éliminer toutes les formes et tailles des mines qui ont été plantées par les milices dans les territoires yéménites, en particulier dans les gouvernorats de Marib, Aden, Sanaa et Taiz. Ce projet sera mis en œuvre avec des ressources humaines saoudiennes et une expertise internationale. Cette abondante générosité saoudienne fait que, en tant que Yéménite, je me demande si ceux qui plantent des mines et ceux qui les enlèvent peuvent être considérés comme égaux par le monde.

Cet article a été publié pour la première fois dans Al Arabiya English

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien Al Arabiya English Accueil

ru


Diffuser l'info