Dans un essai exclusif, le prince Khaled ben Salmane affirme que le monde devrait s’unir pour faire face à l’agression iranienne

Diffuser l'info

23/07/18

L’apaisement n’a pas permis d’arrêter la montée en puissance de l’Allemagne nazie et ne dissuadera pas non plus le régime théocratique de Téhéran, a déclaré le prince Khalid. (Fichier Photo: AFP)

  • Hitler 1938, Iran 2018: le monde «doit apprendre la leçon de l’histoire» écrit l’envoyé saoudien aux Etats-Unis

WASHINGTON: Le monde doit faire face à l’agression iranienne comme il ne l’avait pas fait dans les années 1930 avec Adolf Hitler et les nazis, a prévenu le prince Khalid ben Salmane, ambassadeur d’Arabie saoudite aux États-Unis, dans un essai politique exclusif publié dans Arab News.

L’apaisement n’a pas permis d’arrêter la montée en puissance de l’Allemagne nazie et ne dissuadera pas non plus le régime théocratique de Téhéran, a déclaré le prince Khalid.

«À un moment d’échos tonitruants des années 1930 – les retombées durables d’une crise économique, la polarisation extrême du spectre politique allant de l’extrême droite à l’extrême gauche, l’inaction de la communauté mondiale et des acteurs malveillants déterminés à combler un vide en matière de leadership répandre leur idéologie de haine et de violence – il incombe à la communauté mondiale d’agir avec détermination », écrit le prince Khalid.

Il fait valoir que l’accord nucléaire avec l’Iran de 2015, loin de freiner l’ingérence régionale de Téhéran et son soutien au terrorisme mondial, lui a en fait fourni plus de 100 milliards de dollars de ressources pour financer ces activités.

«Comme à Munich il y a huit décennies, lorsque les concessions occidentales n’ont pas permis de satisfaire le désir de l’Allemagne nazie de créer un « Reich » plus puissant et plus grand, le monde est à nouveau confronté à la double option d’offrir un trésor et un territoire pour apaiser un régime meurtrier ou affronter le mal de front, écrit le prince Khalid.

Il établit une comparaison entre l’Arabie saoudite, avec ses plans de développement ambitieux pour investir dans un avenir solide et stable, et les dépenses somptueuses de l’Iran pour l’aventurisme militaire en Syrie, en Iraq, au Liban et ailleurs. « Ceux qui adhèrent au terrorisme et à l’extrémisme violent ne constituent qu’une petite minorité en Arabie saoudite et en Iran », écrit-il. « La différence, c’est qu’en Arabie saoudite, ces terroristes sont en fuite, alors qu’en Iran, ils dirigent le pays ».

Le prince Khalid se félicite de la détermination déclarée du président américain Donald Trump d’adopter une approche plus réaliste de la menace iranienne et offre un soutien sans réserve à l’Arabie saoudite.

«Le monde doit nous rejoindre pour confronter l’Iran avec sérieux et intention. L’Iran doit savoir qu’il va payer un prix s’il continue à violer le droit international et à s’ingérer dans les affaires de ses voisins », écrit-il

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info