En avril, les prix à la consommation en Arabie saoudite baissent pour le quatrième mois consécutif

Diffuser l'info

21/05/19

Les baisses annuelles de l’indice des prix à la consommation en Arabie saoudite sont en partie une conséquence d’un effet de base qui a augmenté les prix l’an dernier après l’introduction en janvier 2018 d’une taxe à la valeur ajoutée de 5%. (Stock d’obturateur)

Les économistes s’attendent toujours à une déflation en 2019 après la hausse des prix tout au long de 2018

Le Fonds monétaire international prévoit une croissance du PIB de 1,9%

DUBAI: Les prix à la consommation en Arabie saoudite ont baissé de 1,9% en avril par rapport à avril pour le quatrième mois consécutif, mais sont restés inchangés par rapport à mars, selon les données de l’Autorité générale de la statistique.

Les baisses annuelles de l’indice des prix à la consommation sont en partie une conséquence d’un effet de base qui a augmenté les prix l’an dernier après l’introduction en janvier 2018 d’une taxe à la valeur ajoutée (TVA) de 5%, ont déclaré les économistes.

La baisse annuelle de l’indice des prix à la consommation a toutefois diminué par rapport à mars, alors que l’indice avait chuté de 2,1%. Certains économistes voient dans la réduction de la déflation le signe que l’Arabie saoudite parvient à relancer son secteur non pétrolier, alors que les prix mondiaux du pétrole sont restés sous pression ces dernières années.

« Le ralentissement de la déflation en Arabie saoudite en avril suggère que le renforcement de l’activité dans le secteur non pétrolier au début de cette année se traduit (enfin) par une augmentation des pressions sur les prix », a déclaré Jason Tuvey, l’un des principaux marchés émergents économiste à Économie du capital dans une note.

Les économistes s’attendent toujours à une déflation en 2019, après la hausse des prix tout au long de 2018, à la suite de l’introduction de la TVA, qui visait à accroître les recettes non pétrolières en réponse à la chute à long terme des prix du pétrole.

Économie du capital s’attend à une baisse de 1,3% de l’IPC saoudien en 2019, tandis que la Banque commerciale d’Abou Dhabi prévoit une baisse de 0,9% de cet indice cette année.

« La vue d’ensemble reste que l’impact des augmentations de taxes et de prix administrés mis en place début 2018 a révélé la faiblesse de l’inflation sous-jacente dans le royaume », a déclaré Tuvey.

Après s’être contractée en 2017, l’économie a crû de 2,2% l’an dernier, mais devrait connaître une croissance plus modeste cette année.

Le Fonds monétaire international prévoit une croissance du PIB de 1,9%, soutenue par une expansion de l’économie non pétrolière à mesure que le gouvernement augmente ses dépenses. Y

Le responsable de la banque centrale a déclaré en février, lorsqu’on lui a demandé s’il prévoyait une déflation cette année, qu’il s’attendait à ce que la demande des consommateurs et les prêts immobiliers en soient la cause.

Le crédit a progressé de plus de 3% au premier trimestre, son rythme le plus rapide en plus de deux ans, alimenté par une hausse des prêts hypothécaires et des prêts aux petites et moyennes entreprises.

Les données de mardi ont montré que le sous-indice des prix du logement, de l’eau, de l’électricité, du gaz et des carburants était en baisse de 7,8% par rapport à l’année précédente. Le sous-indice avait chuté de 8,1% en mars.

Les prix des aliments et des boissons ont cependant augmenté de 1% et ceux de l’éducation de 1,3%.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info