« Extraordinaire » présidence saoudienne du W20, selon la chef de la délégation australienne

Diffuser l'info

21/10/20

Erin Lynn, présidente de la délégation australienne au W20, au centre, estime qu’une société idéale est une société où les gens ont la possibilité de réaliser leur potentiel (Photo, fournie).

  • La pandémie de coronavirus met en lumière l’autonomisation des femmes, selon Erin Lynn
  • « L’autonomisation des femmes dans le domaine économique est la pierre angulaire d’une croissance inclusive »

RIYAD: La chef de la délégation australienne pour le Women 20 (W20), l’unité d’engagement des femmes du Groupe des vingt (G20), a qualifié la présidence saoudienne du groupe d’« extraordinaire ».

Erin Lynn a ajouté que la pandémie de coronavirus a entraîné certains effets positifs en mettant en évidence et en accélérant l’autonomisation des femmes.06

Elle a déclaré à Arab News : « Je dois dire que la présidence saoudienne du W20 grâce au Dr Thoraya Obaid et à Salma Al-Rashid et l’équipe a été extraordinaire en termes de gestion et d’organisation du W20 cette année. Je pense qu’elle a été exceptionnelle. Le mérite revient donc en grande partie à leur direction ».

« Avant la pandémie, l’autonomisation des femmes était une nécessité impérative. Les femmes sont surreprésentées dans les emplois à temps partiel peu rémunérés et exigeant peu de qualifications. L’autonomisation des femmes dans le domaine économique est donc la pierre angulaire d’une croissance inclusive. La pandémie ne fait donc qu’accélérer cette progression et mettre en lumière ce problème », ajoute-t-elle.

D’après Lynn, les femmes ont été accablées par le travail domestique non rémunéré et ont été contraintes de concilier leurs responsabilités professionnelles et familiales.

Le G20 a besoin de mesurer les évolutions en termes de parité hommes-femmes dans l’économie. Une fois que vous aurez mesuré les données, vous pourrez alors disposer d’interventions politiques que vous pourrez évaluer. Je pense que l’Agence australienne pour l’égalité des sexes sur le lieu de travail est un exemple que d’autres pays peuvent suivre.

Erin Lynn, chef de la délégation australienne au W20

Lynn explique qu’en Australie, le nombre de documents universitaires soumis aux revues a augmenté, mais la proportion de femmes qui les soumettent a diminué.

« Les hommes peuvent contribuer davantage pendant cette période parce qu’ils travaillent à domicile. Mais les femmes qui travaillent à la maison doivent équilibrer les responsabilités domestiques, de sorte que leur contribution dans le domaine des connaissances diminue », affirme-t-elle.

Pour elle, l’une des positions clés que la délégation australienne a promues au sein du W20 est le recours aux données. « Vous ne pouvez pas identifier vos points faibles et vous ne pouvez pas mesurer les progrès si vous ne recueillez pas de données ».

Lynn affirme que « le G20 a besoin de mesurer les évolutions en termes de parité hommes-femmes dans l’économie. Une fois que vous évaluez les données, il est possible d’avoir des interventions politiques que vous pouvez mesurer. Je pense que l’Agence australienne pour l’égalité des sexes sur le lieu de travail est un exemple que d’autres pays peuvent suivre ».

Lynn estime que la pandémie a favorisé la conciliation de la famille et du travail, et que les femmes continuent de faire beaucoup plus de travaux ménagers non rémunérés que les hommes. « Il est donc important d’encourager les hommes à faire preuve de plus de flexibilité. Je pense que la pandémie a montré à certains hommes que c’est possible. Et nous constatons une plus grande intégration des hommes dans la famille », affirme-t-elle.

Pour Lynn, l’égalité concerne à la fois les hommes et les femmes et il doit toujours y avoir un certain équilibre entre la prise en charge des enfants et le travail, « mais la façon dont vous répartissez cet équilibre entre les différentes personnes d’un ménage, c’est important ».

Sa vision d’une société idéale est celle d’une société où les gens ont le choix et la liberté de mener la vie qu’ils veulent et ont la possibilité de réaliser leur potentiel. « Cela peut sembler ambitieux et idéaliste, mais quand on y pense, cela se résume à être économiquement et politiquement autonome et à pouvoir faire des choix dans sa vie ».

Bien que le G20 soit différent cette année après être passé au numérique, il a été facile pour les délégués d’assister aux événements, explique Lynn. « Nous pouvons participer comme nous ne l’avons jamais fait auparavant. Nous nous sommes réunis beaucoup plus régulièrement parce que les réunions se déroulent en ligne et nous avons été beaucoup plus concentrés que jamais sur les résultats de chaque réunion ».

Ces réunions régulières ont été bénéfiques pour le W20, a-t-elle ajouté.

Lynn a débuté sa carrière en tant qu’analyste du marché du travail. Elle a écrit de nombreux articles sur le genre, le travail, l’emploi et l’entrepreneuriat, mais une grande partie de son travail au sein du G20 a été axée sur les femmes. « Je suppose que ma carrière a été centrée sur le domaine des relations internationales. C’est donc une carrière un peu hybride. C’est formidable de pouvoir contribuer à l’élaboration des politiques internationales par le biais du G20 », affirme-t-elle.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info