La bataille de haute technologie d’un étudiant saoudien contre le gaspillage alimentaire

Diffuser l'info

22/01/20

Chaque année, un tiers des aliments produits pour la consommation humaine sont perdus ou gaspillés. (Fournie)

  • Une percée biotechnologique aide une startup de la Silicon Valley à s’attaquer à un problème mondial de 35 milliards de dollars

DJEDDAH: Un étudiant saoudien a lancé une startup de la Silicon Valley pour s’attaquer au problème du gaspillage alimentaire, un problème mondial qui coûte 35 milliards de dollars par an, selon l’ONU.

Asrar Damdam, un étudiant de l’Université du roi Abdullah des sciences et technologies, a créé UVera, une société de biotechnologie qui utilise une technologie innovante pour augmenter la durée de conservation des aliments frais.

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, un tiers des aliments destinés à la consommation humaine sont perdus ou gaspillés, laissant des millions de personnes dans le monde affamées.

L’objectif d’UVera est de contribuer à réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2030 en utilisant la technologie et l’innovation.

« Outre ses effets économiques, les déchets alimentaires sont responsables de 3 milliards de tonnes de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, contribuant au changement climatique », a déclaré Damdam à Arab News.

La solution sans produits chimiques du scientifique de 26 ans utilise une lumière ultraviolette (UV) spécifique pour stériliser les aliments, détruisant différents types de bactéries, virus et agents pathogènes qui causent la détérioration.

« L’effet de notre technologie a été prouvé par l’expérimentation scientifique et l’examen, et a montré des résultats positifs sur différents types de produits frais, y compris la viande », a-t-elle déclaré.

Créée en juin 2019, la startup détient les droits de propriété intellectuelle sur sa technologie, qui a été approuvée par la Food and Drug Administration des États-Unis (FDA).

FAITS EN BREF

L’objectif d’UVera est de réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2030 en utilisant la technologie et l’innovation.

Le marché cible d’UVera sont les restaurants, où ses méthodes de conservation des aliments seront particulièrement utiles.

Damdam, qui poursuit un doctorat dans le domaine de la nanotechnologie, a déclaré que son plus grand défi était de se familiariser avec les affaires tout en construisant le produit dans un délai minimal et avec un soutien financier limité.

Elle a travaillé uniquement sur la construction de son produit minimum viable (MVP), le dépôt du brevet, ainsi que l’évaluation des candidats qui souhaitent rejoindre son entreprise.

«C’était assez difficile compte tenu des ressources financières limitées et du coût élevé de la vie en Californie», a-t-elle déclaré.

Cependant, l’équipe de la startup comprend désormais une expertise combinée en ingénierie, technologie, recherche scientifique, développement commercial, marketing, stratégie et fabrication de matériel.

L’odyssée de la Silicon Valley de Damdam a commencé avec une bourse de la Fondation Misk en 2019 pour suivre un programme de formation à l’entreprenariat à l’Université Draper.

Plus de 780 diplômés du programme ont lancé des startups et levé plus de 220 millions de dollars en financement de capital-risque.

Damdam a remporté la compétition de pitching de l’Université Draper de 116 participants dans 18 pays. «UVera a été classée meilleure idée d’investissement par plus de 30 investisseurs en capital-risque et investisseurs de la Silicon Valley», a-t-elle déclaré.

La Silicon Valley abrite 2 000 sociétés technologiques de premier plan et offre aux jeunes entrepreneurs la chance d’apprendre auprès d’experts et d’utiliser des ressources de premier ordre.

«En tant que scientifique, je voulais en savoir plus sur les affaires et l’entrepreneuriat auprès d’experts mondiaux», a déclaré Damdam. « Donc, j’ai réussi à avoir beaucoup de rencontres individuelles avec des investisseurs providentiels, des investisseurs en capital-risque, des avocats, des entrepreneurs et des premiers employés de démarrage pour apprendre de leurs expériences ».

Bien qu’elle en soit encore à ses débuts, UVera pense que sa technologie ajoutera de la valeur à chaque cuisine, y compris les restaurants. La startup a lancé une levée de fonds de démarrage ce mois-ci.

Damdam est diplômée de l’Université Effat de Djeddah avec une licence en génie électrique et informatique en 2016. Elle a terminé sa maîtrise en électrophysique à la KAUST en 2018.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info