La lutte de l’Arabie saoudite contre le mariage d’enfants

Diffuser l'info

01/01/20

Le ministre saoudien de la Justice, le Dr Walid bin Mohammed Al-Samaani, a publié un mémorandum à tous les tribunaux et responsables du mariage pour s’abstenir de conclure tout contrat de mariage pour les moins de 18 ans (SPA)

Le Ministère de la justice d’Arabie saoudite a pris des mesures importantes pour lutter contre le mariage d’enfants, avertissant les personnes autorisées à conclure des contrats de mariage (Maa’zoun) de veiller à ce que les lois du Royaume sur la protection de l’enfance soient respectées.

La pauvreté et les traditions culturelles, ainsi que la pression sociale et l’analphabétisme, sont responsables du mariage précoce.

Le ministère a également mis en garde contre des sanctions pour ceux qui ne soumettaient pas les demandes de mariage pour les moins de 18 ans aux tribunaux compétents.

Le Conseil saoudien de la Shoura s’est concentré sur l’adoption de règlements visant à empêcher le mariage des moins de 15 ans, tandis que la permission du tribunal est requise pour le mariage des moins de 18 ans.

Le Royaume a pris une voie progressive pour lutter contre le mariage des mineurs et protéger les filles mineures du phénomène conformément à la Convention relative aux droits de l’enfance.

Une fois que les demandes de mariage pour les moins de 18 ans sont renvoyées devant les tribunaux compétents, les tribunaux étudient chaque cas pour s’assurer que toutes les parties ne subissent aucun préjudice.

Le Ministère de la justice, le Ministère de la santé et le Ministère du travail et du développement social du Royaume  travaillent ensemble pour lutter contre le mariage d’enfants.

Le phénomène est répandu au Moyen-Orient et en Afrique, avec des lois différentes d’un pays à l’autre et des réponses variées aux campagnes de sensibilisation.

Cependant, la nécessité de lois plus claires reste urgente, et les méthodes de sensibilisation doivent également inclure l’autonomisation des filles dès leur plus jeune âge pour exercer leurs droits et protéger leur vie privée.

Ce sujet sensible comprend la controverse religieuse, et je voudrais clarifier ici que la loi dans le Royaume est considérée comme une application et un soutien de la loi islamique, qui stipule les intérêts des parties au contrat de mariage et leur choix et l’autonomisation de leur droits avant tout.

Enfin, du fait que ce phénomène est enraciné dans les époques anciennes, ses mécanismes de contrôle ont des résultats à long terme, progressifs et de grande envergure, en particulier avec le développement de l’âge et les différentes circonstances de la vie des temps précédents qui ont été témoin de l’apogée de ce phénomène.

  • Dimah Talal Alsharif est une consultante juridique saoudienne, cheffe du département du droit de la santé au cabinet d’avocats Majed Garoub et membre de l’Association internationale des avocats. Twitter: @dimah_alsharif

Avis de non-responsabilité: les opinions exprimées par les auteurs dans cette section sont les leurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d’Arab News

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info