La photographe saoudienne le fait à sa manière

Diffuser l'info

01/09/20

Lina Mo raconte qu’elle fait la plupart de ses séances photos pour le plaisir, à tel point que, la plupart du temps, ce sont ses amis qui posent pour elle. (Photo Fournie)
  • La pandémie de Covid-19 a affecté beaucoup de gens mais pas elle. Avec sa rage de créer, il était difficile d’empêcher la photographe de poursuivre de nouveaux projets
  • « Je n’ai pas encore réalisé ma plus grande œuvre et il y a beaucoup de choses dans ma tête que je veux faire et explorer »

DJEDDAH : Lina Mo est devenue une étoile montante d’Arabie saoudite en combinant la photographie de mode et l’expérimentation avec les éléments environnants.

« Je trouve mon inspiration dans ce qui m’entoure. De façon assez rapide, je peux m’approprier une chose qui aura attiré mon attention, la modifier, la remodeler et la faire mienne sans copier les œuvres d’autres photographes, explique-t-elle. Je me fais une place dans le monde de la photographie, à ma façon. »

Née et élevée à Djeddah, Mo est tombée amoureuse de la photographie dès son plus jeune âge, mais elle raconte à Arab News qu’elle a connu des débuts difficiles avant l’introduction des appareils photo numériques.

« Avant, je m’inquiétais toujours du film et de son développement, mais, en 2010, j’ai reçu mon premier appareil numérique, c’est alors que j’ai commencé à expérimenter et à apprendre la photographie, comme un passe-temps. Ce n’est que six ans plus tard, en 2016, que j’ai commencé à prendre cela au sérieux et à apprendre en lisant des livres et en regardant des vidéos sur YouTube. »

Mo s’est imposée comme une photographe montante qui non seulement adopte un mode de pensée original, mais fait ressortir la beauté des sujets qu’elle photographie. Elle n’aime pas se limiter à un style en particulier. Elle essaie plutôt de travailler et de créer à partir de tout ce l’inspire.

Selon elle, l’apprentissage a été compliqué. En revanche, elle a trouvé facile de faire des séances photo en extérieur. « J’entends beaucoup de gens dire qu’il est difficile de photographier en extérieur, ce n’est pas le cas pour moi. C’est une chance car cela élargit considérablement ma palette créative. »

« Je n’ai pas encore réalisé ma plus grande œuvre et il y a tant de choses dans ma tête que je veux faire et explorer. »

Elle raconte qu’elle fait la plupart de ses séances photos pour le plaisir, à tel point que, la plupart du temps, ce sont ses amis qui posent pour elle. « Je fais régulièrement des essais avec mes amis. Ils jouent les mannequins pour moi. Une des photographies a d’ailleurs été présentée au festival Riyad Season alors qu’au départ c’était simplement un jeu ! »

Mo a également travaillé sur le livre Under the Abaya qui présente les femmes saoudiennes dans leurs « vêtements de jour » – la photographe a pu montrer la beauté des femmes portant des vêtements simples, reflets de leurs personnalités. C’est là son œuvre préférée.

« Faire partie du projet international Under the Abaya était très important pour moi. C’était amusant et différent. Par-dessus tout, j’ai aimé rencontrer toutes ces femmes. Elles sont pleines de vie et ont chacune une personnalité très intéressante. Elles sont le reflet de notre communauté: cultivées, traditionnelles et modernes à la fois. »

« C’est très important pour moi que le projet soit international – pas seulement régional – et à but non lucratif, mais surtout qu’il traite du sujet des femmes en Arabie saoudite, de leur réalité. C’est en ça qu’il constitue ma plus belle réalisation. »

Il est difficile de cerner un photographe constamment en mouvement. La pandémie de Covid-19 a affecté beaucoup de gens mais pas elle. Avec sa rage de créer, il était difficile de l’empêcher de poursuivre de nouveaux projets.

Pendant le confinement, elle a monté une séance photo via Zoom avec un photographe qui vit aux États-Unis. Bien que cela ait exigé un peu d’organisation, ils ont réussi à obtenir les photographies qu’ils espéraient.

« Je n’ai pas encore réalisé ma plus grande œuvre et il y a beaucoup de choses dans ma tête que je veux faire et explorer », déclare Mo.

Selon Lina Mo, les photographes seront confrontés à des difficultés à l’avenir. Mais ils ne doivent pas abandonner. Ils doivent continuer à faire ce qu’ils aiment. Avec de la volonté et de la détermination, ils réussiront.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur ArabNews.com

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info