La première pilote automobile d’Arabie Saoudite prouve que ses rêves d’enfant peuvent devenir réalité

Diffuser l'info

20/11/19

Reema Juffali entrera dans l’histoire ce week-end lorsqu’elle participera à la course Jaguar I-PACE eTROPHY, la course de soutien à la Diriyah E-Prix.
Reema Juffali: Quand j’ai eu ma première voiture à Boston aux États-Unis, je la prenais en voiture chaque fois que j’avais besoin de temps pour réfléchir ou que j’étais stressée
RIYADH: De jouer avec de petites voitures à devenir un pilote de course professionnel est un rêve pour beaucoup d’enfants, mais un rêve que peu réalisent.

Cependant, pour Reema Juffali de Jeddah, en Arabie saoudite, la réalisation de cette ambition d’enfance sera particulièrement émouvante lorsqu’elle deviendra la première femme du Royaume à concourir dans le Royaume.

L’Arabie saoudite vivra un autre tournant décisif avec l’entrée en piste de Reema ce week-end (les 22 et 23 novembre) dans la Jaguar I-PACE eTROPHY, la course de soutien à la Diriyah E-Prix sur le circuit de Diriyah, en partie de l’épopée Diriyah Season, un festival sportif d’une durée d’un mois.

Et pour Reema, ce sera le dernier chapitre d’une histoire d’amour avec les voitures commencée très jeune.

Elle a déclaré: «Quelque part dans l’album, il y aura des images de moi conduisant sur les genoux de mon père ou attendant dans la voiture sur le siège du conducteur émettant des sons de voiture.

«J’ai toujours été un enfant très actif, je n’ai pas pratiqué le ballet, mais le karaté. Je ne jouais pas avec les Barbies car j’aimais les petites voitures miniatures, donc très jeune je préférais les choses qui n’étaient pas simplement classées comme féminineset mes parents m’ont encouragée à aller après ce que je voulais faire, j’ai joué dans une équipe de football, j’ai joué au basket-ball, au baseball, j’ai essayé tous ces sports différents et je trouve le bonheur dans le sport.

«Les voitures étaient quelque chose qui m’intéressait toujours, j’aimais lire à leur sujet, quelles nouvelles voitures sortaient, toutes les voitures classiques. Jusqu’à ce que je sois à l’université, j’ai commencé à regarder et à apprendre la course et depuis lors une question s’est posée : « Comment puis-je faire cela? ».

«Quand j’étais adolescent, le film Transformers est sorti et mon ami m’a donc surnommé » Opty « après Optimus Prime parce qu’elle savait à quel point j’aimais les voitures.

«Quand j’ai eu ma première voiture à Boston aux États-Unis, je la prenais dans les allées quand j’avais besoin de temps pour réfléchir ou j’étais stressée, alors j’ai surnommé ma voiture Opty et être au volant est mon bonheur  »

Reema est entrée dans l’histoire en devenant la première titulaire de licence de course féminine saoudienne à participer à la Coupe TRD 86 sur le circuit de Yas Marina à Abou Dhabi en octobre de l’année dernière, prenant la deuxième place dans la catégorie Argent et la quatrième au classement général , son expérience en compétition inclut également le MRF Challenge en Inde.

Ce moment est venu juste quelques mois après que l’Arabie saoudite a annoncé que les femmes pourraient conduire dans le paysage social en évolution du Royaume ; Pour Reema ce fut un moment charnière.

Elle a déclaré: «Je savais que le jour viendrait où les femmes pourraient conduire, si vous m’aviez demandé à l’âge de 12 ans, j’étais catégorique: j’allais prendre le volant, puis je suis parti et j’ai déménagé à l’étranger et j’ai eu la chance de conduire et j’ai pensé à quel point il serait génial de conduire à la maison.

«Pour moi, ce n’était pas le fait que les femmes pouvaient conduire, c’était ce que la conduite apportait, cette liberté et cette indépendance , ce fut un moment émouvant, je devais célébrer en voiture et la première fois que je vis une autre femme sur les routes, je la fis signe, ma sœur m’a demandé si je la connaissais et que je me disais «non, je suis tellement heureuse de voir une autre femme conduire».

Reema a fait l’une de ses premières apparitions au Championnat britannique F4 à Brands Hatch en octobre dernier et le mois dernier elle était de retour sur le circuit britannique pour Double R Racing, l’équipe formée à Woking en 2004 par le champion de Formule 1 2007, Kimi Raikkonen, et son manager, Steve Robertson.

Pour le jeune homme de 27 ans qui concourra en Arabie saoudite, le circuit Diriyah, situé au cœur du site du patrimoine mondial de l’UNESECO, aura quelque chose de spécial, en particulier celui de la Jaguar I-PACE eTROPHY, la course de soutien à la double entête d’ouverture pour le Championnat ABB FIA de Formule E.

Elle a déclaré: «Je suis très excitée, je n’avais jamais pensé que ce jour arriverait, ou du moins je ne savais pas quand et c’est venu beaucoup plus tôt que prévu elle ajouté « Je suis un an en course et je suis sur le point de courir chez moi, ce qui est un sentiment incroyable.

«Ma famille est très heureuse et excitée , je leur ai dit que j’allais courir en Arabie et que ça allait être un gros problème pour nous et eux , ils étaient comme une sorte de « c’est gentil » et quand c’est devenu officiel, et ils se sont un peu plus rendu compte de ce qui se passait et là ils étaient plus « oh mon dieu , es-tu prête pour ça? , je pense que je le suis.

«J’ai commencé la course assez tard dans la vie ,certaines personnes commencent à faire du karting à l’âge de six ans , elles ont un chemin tracé .

Tandis que pour moi, mon chemin consistait à étudier, puis au travail et ce n’était pas une option pour moi de laisser tomber et heureusement, j’ai eu l’occasion d’essayer cette passion qui me démangeait pour les voitures et de conduire sur les pistes, puis de tout donner.

«C’était en octobre dernier et depuis, c’est très positif et j’ai beaucoup à apprendre, c’est encore le début pour moi, mais ça a été une expérience incroyable pour moi , je veux être un meilleur pilote et progresser, au bout du compte, je l’aime et je veux m’améliorer, je le fais à pour cela.  »

Reema espère également que ses débuts au Royaume inspireront d’autres jeunes hommes et femmes à prendre le volant et à envisager une carrière dans le sport automobile.

Elle a déclaré: «Avec la Formule E et le Rallye saoudien de Dakar, il est étonnant de voir ce qui se passe dans le sport automobile et les opportunités qui s’ouvrent pour les pilotes saoudiens, en particulier les filles.

«Pour moi, la connexion avec d’autres femmes est définitivement un avantage , avoir d’autres personnes à admirer, en particulier pour moi plus jeune, aurait été incroyable et maintenant, j’ai la chance d’influencer et si je peux le faire pour les femmes génial, si je le peux pour les femmes et les hommes encore mieux et c’est ce que j’ai l’impression de le faire.

«Les questions que me posent beaucoup de gens, sont « comment faites-vous cela, comment puis-je faire cela? ceux sont des hommes et des femmes ,il s’agit d’un tout nouveau monde de sports mécaniques pour tout le monde en Arabie saoudite et ils veulent juste apprendre et comprendre comment cela va fonctionner et comment ils peuvent en faire partie a- t -elle ajouté  » .

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info