La star saoudienne d’Hollywood Dina Shihabi trace sa propre voie avec «Habibti»

Diffuser l'info

12/01/20

Dina Shihabi – qui a passé son enfance entre Riyad, Beyrouth et Dubaï – a parlé à Arab News des défis qu’elle a rencontrés à Hollywood. (AFP)

LOS ANGELES: De Rami Malek à Ramy Youssef, les célébrités arabes gagnent du terrain à Hollywood et une actrice saoudienne se fraye un chemin à sa guise avec sa propre émission de télévision.

Dina Shihabi – qui a passé son enfance entre Riyad, Beyrouth et Dubaï – a parlé à Arab News des défis qu’elle a rencontrés à Hollywood, ainsi que de l’émission qu’elle développe.

Shihabi, qui a obtenu un rôle dans la deuxième saison de «Altered Carbon» de Netflix, développe actuellement sa propre série, «Habibti».

La série, qui est toujours en production, est basée sur l’expérience écrasante de la vie à Los Angeles et suit trois femmes arabes alors qu’elles mélangent deux cultures et se construisent une vie aux États-Unis.

«J’ai écrit cette histoire avec mon ami. Et c’est vraiment la façon dont l’Amérique vend la liberté comme la réponse à votre bonheur », a déclaré Shihabi à Arab News. « Et puis vous vous déplacez ici et vous faites toutes ces choses qui semblent être de la liberté, mais en fait, la liberté est une idée et ce que nous recherchons vraiment, c’est une connexion avec nous-même ».

Shihabi a déménagé aux États-Unis en 2007 et a été la première femme née au Moyen-Orient à être acceptée à la Juilliard School et au New York University Graduate Acting Program. Elle a commencé à apparaître dans des courts métrages en 2010, mais sa grande percée est arrivée en 2017 avec le rôle de Hanin dans «Tom Clancy’s Jack Ryan».

« Je l’ai vraiment joué comme une femme qui est une mère et une femme qui a un passé compliqué et tout ce qu’elle veut faire, c’est protéger ses enfants », a expliqué Shihabi. «Je sais que c’est la plus grande priorité de ma mère. Et quand je lui ai parlé de cette partie, je lui ai demandé si elle savait « ce que c’est d’être une mère? ». Elle a dit que lorsque je vous ai donné naissance, j’avais l’impression qu’une partie de moi était soudainement hors de moi ».

Shihabi a cité la cinéaste libanaise Nadine Labaki – dont le film «Capernaum» a été nominé pour un Oscar en 2018 – comme une inspiration personnelle et a déclaré qu’elle se sent honorée d’avoir l’opportunité d’inspirer une nouvelle génération de talents arabes.

Elle a même partagé ses conseils pour ceux qui veulent faire les choses en grand à Hollywood.

«Regardez autour de vous en ce moment et commencez à faire des choses. Et la concentration, le travail acharné, la détermination, la passion (sont importants). Ce sont de vraies choses », a-t-elle déclaré. «Je suis ici depuis 12 ans et je travaille toujours très dur pour que les choses que je veux se produisent et je ne pense pas que cela se terminera jamais. Si vous choisissez cette vie, vous choisissez une vie où vous devez vraiment travailler dur ».

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info