L’ancien ministre français Jack Lang : «Partout en Arabie saoudite, vous voyez une révolution culturelle»

Diffuser l'info

17/01/20

L’Arabie saoudite et la France profitent d’une «lune de miel dans la coopération culturelle», selon l’ancien ministre français de la Culture, Jack Lang. (AFP)

  • L’exposition « AUla: Wonder of Arabia » à l’Institut du monde arabe (IMA) à Paris prolongée jusqu’au 8 mars suite à un intérêt croissant.
  • L’extension doit être considérée dans le contexte des réformes transformant le paysage culturel du Royaume, déclare Jack Lang.

PARIS: Une grande exposition parisienne mettant en vedette les merveilles d’AlUla, le trésor archéologique d’Arabie saoudite, a été prolongée suite à l’intérêt des médias et des visiteurs pour une exposition révolutionnaire.

L’exposition «AUla: Wonder of Arabia» à l’Institut du monde arabe (IMA) devait à l’origine se dérouler du 9 octobre au 19 janvier, mais a été prolongée jusqu’au 8 mars 2020.

Dans une interview accordée à Arab News, Jack Lang, l’ancien ministre français de la Culture et actuel président de l’IMA, a déclaré que l’extension devait être considérée dans le contexte des réformes qui transforment le paysage culturel, social et éducatif du Royaume.

«L’exposition est un grand succès sur les deux fronts, les médias et les visiteurs. Nous assistons à une lune de miel dans la coopération culturelle entre l’Arabie saoudite et la France », a-t-il déclaré.

L’IMA, ou Institut du Monde Arabe, possède un musée, une bibliothèque et un auditorium, et cherche à fournir un lieu séculaire pour la promotion de la civilisation arabe, de l’art, des connaissances et de l’esthétique ainsi que de l’enseignement de l’arabe. L’institut a été fondé en 1980 par 18 pays arabes avec la France pour rechercher des informations sur le monde arabe et ses valeurs culturelles et spirituelles.

Q: Pourquoi avez-vous décidé de prolonger l’événement AlUla?

R: L’exposition a été largement couverte par les médias, imprimés et télévisés, de France, d’Europe, des États-Unis et du monde arabe. Ce fut un événement mondial puissant pour la presse. De plus, la réponse des visiteurs a été inspirante. Par exemple, le week-end dernier, nous avons reçu plus de 3 000 visiteurs en une journée.

Au-delà du nombre de visiteurs et de son succès médiatique, l’exposition semble avoir produit une sorte d’humeur joyeuse non seulement à Paris mais ailleurs car elle est largement commentée et admirée.

L’événement a piqué la curiosité d’un grand nombre de visiteurs, les encourageant à visiter AlUla. Les visiteurs ont été éblouis par les photos prises par Yann-Arthus Bertrand et par l’exposition elle-même sur 7 000 ans d’histoire.

Les gens voient que l’Arabie saoudite est un lieu historique qui a été traversé à une époque par des caravanes et des pèlerins, avec des civilisations, certaines inconnues mais brillantes, et d’autres bien connues comme la civilisation nabatéenne.

Lorsque les visiteurs quittent l’exposition, ils sont de bonne humeur. Et c’est une bonne chose pour l’histoire et l’archéologie, et pour le monde arabe.

Q: Pouvez-vous préciser quelles bonnes choses cela apporte au monde arabe et à l’Arabie saoudite?

R: Aujourd’hui, les clichés et les préjugés empêchent certains de voir l’image plus profonde d’un pays comme l’Arabie saoudite, qui connaît des changements drastiques. Je ne parle pas ici de politique, mais de culture. Je dis à beaucoup de gens que l’Arabie saoudite est au milieu d’une révolution culturelle. J’ai eu le privilège de visiter le Royaume au moins trois fois en un an, et à chaque visite, j’ai remarqué un profond changement. Les femmes ont plus de liberté dans leur tenue vestimentaire et ont acquis un certain nombre de nouveaux droits. Les jeunes sont satisfaits de cette liberté culturelle. Des concerts sont (en cours) organisés.

Personne n’aurait imaginé que c’était possible il y a trois ans. Jean-Michel Jarre a tenu un concert à Riyad (lors de la fête nationale saoudienne en 2018) qui a réuni 40000 participants, hommes et femmes.


Artefacts de l’exposition «AlUla: Wonder of Saudi Arabia». Ci-dessous: le paysage spectaculaire d’AlUla. (Fournie, Getty Images, AFP)

Le festival d’hiver à Tantora, où se produisent le violoniste français Renaud Capucon ainsi que l’orchestre de Toulouse, se clôturera en mars avec plus de concerts.

Tout cela est organisé par (le ministre saoudien de la Culture) le prince Badr bin Abdullah bin Farhan et ses équipes.

Ensuite, il y a le Festival international du film de la mer Rouge de la vieille ville de Djeddah, auquel j’ai été invité en tant qu’invité d’honneur.

Des mesures sont prises pour encourager la production de films et la formation de futurs réalisateurs. Il y a quelques jours, il y a eu des événements d’art contemporain à Djeddah mettant en vedette des artistes saoudiens, y compris de remarquables artistes féminines.

Donc partout dans le pays, vous voyez une révolution culturelle.

Q: Comment cela stimule-t-il la coopération franco-saoudienne?

R: Bien sûr que oui. Si nous ne parlons que d’AlUla, les Français sont impliqués. Je suis membre du conseil consultatif. C’est une agence dirigée par un Français, Gérard Mestrallet, en accord avec le prince héritier Mohammed ben Salmane et le président français Emmanuel Macron pour concevoir les principaux axes de sa planification.

L’exposition AlUla a été réalisée sous la commande conjointe d’une archéologue française Leila Nehme et d’un jeune saoudien, Abderahman Al-Suhaibani, spécialiste de cette civilisation, qui a rédigé sa thèse en français à la Sorbonne.

De nombreux jeunes travaillant à AlUla ont reçu leur formation en France. Par ailleurs, le prince héritier a choisi l’architecte français Jean Nouvel, qui a construit l’IMA, comme architecte concepteur d’une station à l’entrée du site d’AlUla.

Les artistes français sont donc profondément impliqués dans le développement d’AlUla. Nous sommes dans une phase de lune de miel de notre coopération avec l’Arabie saoudite.

Il y a un esprit d’ouverture de nos amis saoudiens qui est touchant. Le prince Badr a demandé à de nombreux amis français de l’IMA de travailler dans son ministère.

Q: Comment voyez-vous l’impact de cette ouverture sur la jeunesse saoudienne étant donné que vous étiez un ancien ministre de la Culture en France?

R: Les nouvelles que j’entends montrent que beaucoup de jeunes saoudiens sont satisfaits de ce changement. C’est une nouvelle atmosphère, non seulement en termes de culture mais aussi dans les domaines de l’éducation et des sports. Par exemple, il y a deux mois, il y avait un marathon mixte de filles et de garçons au bord de la mer à Djeddah.

Lorsque Jean-Michel Jarre a tenu son concert de la fête nationale, c’était devant un public mixte. C’est une sage décision de la part des autorités saoudiennes de parier sur la jeunesse, la culture, l’éducation, les droits des femmes du Royaume – c’est la voie de l’avenir.

Q: Que pensez-vous du site AlUla?

R: C’est à couper le souffle, magnifique. Lorsque vous êtes sur le site, vous ne pouvez pas croire à quel point il est merveilleux. J’ai eu la chance d’avoir été invité il y a six ans par le prince Faisal bin Salman, gouverneur de Médine. Nous avons passé trois jours et il n’y avait personne là-bas. Je me suis alors dit à quel point ce serait merveilleux d’organiser une exposition à l’IMA sur ce site magnifique et sa grande histoire. Mon rêve s’est matérialisé.

Q: Il y a beaucoup de préjugés en France sur l’islam. Pensez-vous que cette exposition saoudienne aidera à corriger la perception de l’islam et de l’Arabie saoudite dans le pays?

R: Il est évident que la présence d’artistes et d’écrivains montre que le monde arabe est un monde où règnent raffinement et création. Je suis optimiste, bien sûr. Il y a des racistes, ils existent partout. Mais aujourd’hui, l’islam est bien reconnu et respecté. Bien sûr, je ne mélange pas l’islam avec des terroristes, avec des fanatiques coupables de violence et de haine.

La France a très bien su mélanger les cultures, les religions et les civilisations, et je suis optimiste. La France a toujours respecté et sauvegardé ses relations avec les différentes civilisations, notamment avec la civilisation arabe.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info