L’Arabie saoudite condamne l’attaque d’une église au Burkina Faso

Diffuser l'info

20/02/20

Un soldat garde des réfugiés qui avaient fui les attaques dans le nord du Burkina Faso. (Photo de fichier Getty Images / AFP)

  • Des hommes armés ont tué 24 personnes, dont un pasteur d’église, et enlevé trois autres personnes dans l’attaque de Dori
  • L’année dernière, plus de 1 300 civils ont été tués lors d’attaques au Burkina Faso, plus de sept fois l’année précédente

RIYAD: L’Arabie saoudite a condamné une attaque terroriste contre une église dans le nord-est du Burkina Faso au cours de laquelle 24 personnes ont été tuées et trois enlevées.

Le Ministère saoudien des affaires étrangères a exprimé les condoléances du Royaume aux familles des victimes, ainsi qu’au gouvernement et au peuple du Burkina Faso, et a réitéré son rejet de la violence, du terrorisme et de l’extrémisme.

Dimanche, des hommes armés ont tué 24 personnes, dont un pasteur d’église, et enlevé trois autres au Burkina Faso. C’était la dernière attaque contre un chef religieux dans la nation ouest-africaine de plus en plus instable. Sihanri Osangola Brigadie, maire de la commune de Boundore, a déclaré que l’attaque avait eu lieu dans la ville de Pansi, dans la province de Yagha.

Une vingtaine d’agresseurs ont séparé les hommes des femmes à l’extérieur d’une église protestante. Au moins 18 personnes ont été blessées.

«Cela m’a fait mal quand j’ai vu ces gens», a déclaré Brigadie après avoir rendu visite à des victimes dans un hôpital de la ville de Dori, à 180 km de l’attaque.

Des chrétiens et des musulmans ont été tués avant l’incendie de l’église, a déclaré un responsable de la sécurité du gouvernement. Les attaques ont ciblé des chefs religieux de la région dans le passé.

La semaine dernière, un pasteur à la retraite a été tué et un autre enlevé par des hommes armés, selon un rapport de sécurité interne pour les travailleurs humanitaires.

L’année dernière, plus de 1 300 civils ont été tués lors d’attaques au Burkina Faso, plus de sept fois l’année précédente, selon le Projet de données sur les lieux et les événements des conflits armés, qui recueille et analyse les informations sur les conflits.

L’insécurité a créé une crise humanitaire. Selon le gouvernement, plus de 760 000 personnes ont été contraintes de quitter leur domicile dans le pays.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info