L’Arabie saoudite enregistre une forte baisse du déficit budgétaire au premier semestre

Diffuser l'info

Heure: Août 09, 2018

L’Arabie saoudite a signalé une nette amélioration du déficit budgétaire au premier semestre (S1) de l’année, se situant à 41,7 milliards de SR (11,1 milliards de dollars), soit bien moins que 50% des SR de 195 milliards prévus pour l’ensemble de l’année. , a déclaré un rapport.

Le chiffre d’affaires du S1 s’établit désormais à environ 440 milliards de SR (+43% en glissement annuel), tiré par une forte augmentation des recettes pétrolières (+40%) et non pétrolières (+49% en glissement annuel), a ajouté la dernière économie saoudienne. – Mise à jour financière d’Al Rajhi Capital, un important fournisseur de services financiers du royaume.

Les dépenses publiques se sont également redressées au deuxième trimestre, avec des dépenses à mi-exercice (+26% sur un an) à 49% des dépenses ciblées pour l’année. Malgré une augmentation de 34% du prix du pétrole (WTI au comptant, avec un décalage d’un mois) et une baisse probable des exportations, les recettes pétrolières ont augmenté de 82% au deuxième trimestre.

Cela s’explique probablement par le passage à des dividendes trimestriels (Aramco), comme annoncé dans le communiqué de presse du premier trimestre 2018, qui présentait alors des avantages visibles au deuxième trimestre.

« Nous nous attendons à une normalisation du trimestre prochain. Les revenus non pétroliers du deuxième trimestre ont augmenté de 42% en glissement annuel, grâce au succès de réformes telles que la TVA, la taxe sur les expatriés (y compris le prélèvement dépendant), la taxe sélective (sur le tabac et les boissons sucrées) et la collecte de zakat. le rapport.

Sur les dépenses ciblées de 978 milliards de rands pour l’ensemble de l’année 2018, le gouvernement a jusqu’à présent dépensé environ 481 milliards de rands, principalement en termes de rémunération des salariés, d’avantages sociaux et de subventions. Le déficit budgétaire de 41,7 milliards de SR jusqu’au premier semestre 2018 a été financé à la fois par la dette extérieure et la dette intérieure (seulement environ 12 milliards de SR de dette interne au T2).

« Comme mentionné dans notre précédent rapport budgétaire, nous prévoyons une politique budgétaire expansionniste se poursuivant tout au long du second semestre de 2018 grâce à: a) un taux de croissance des recettes non pétrolières plus élevé et b) des recettes pétrolières prévues pour 2018 soutenir la croissance économique, en particulier pendant la phase de transition actuelle, lorsque de nombreuses réformes structurelles ont été déployées pour diversifier l’économie « , a conclu Al Rajhi. – Service de nouvelles TradeArabia

Cet article a été publié pour la première fois dans Trade Arabia

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien Trade Arabia Accueil

 


Diffuser l'info