L’Arabie saoudite et l’OCI condamnent l’attaque à la bombe contre une église dans le sud des Philippines

Diffuser l'info

28/01/19

Conséquences des deux explosions dans une cathédrale catholique de Jolo. (Document militaire des Philippines via l’AFP)

  • Au moins 20 personnes ont été tuées et plus de 80 blessées dans les doubles attentats sur l’île de Jolo
  • L’attaque est survenue quelques jours après la ratification d’une loi renforçant l’autonomie des zones à majorité musulmane du sud du pays.

MANILLE / DJEDDAH: L’Arabie saoudite, qui est à la tête du plus grand ensemble de pays à majorité musulmane au monde, a fermement condamné le bombardement d’une église catholique aux Philippines qui a tué 20 personnes et en a blessé une douzaine.

Une source du ministère des Affaires étrangères saoudien a exprimé son indignation face à l’attaque, réaffirmant la position du Royaume de rejeter toutes les formes de violence, de terrorisme et d’extrémisme. Il a adressé ses condoléances aux familles des victimes et au peuple philippin, ajoutant que l’Arabie saoudite souhaitait un prompt rétablissement pour tous les blessés dans les explosions.

Dans une déclaration séparée, Yousef Al-Othaimeen, secrétaire général de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) regroupant 57 pays, a également exprimé sa «profonde indignation» lors de l’attaque terroriste de dimanche.

Al-Othaimeen a déclaré que l’OCI rejetait fermement toutes les formes de violence, d’extrémisme et de terrorisme, quelles que soient leurs sources et leurs motivations.

En plus des 20 victimes, jusqu’à 81 personnes, principalement des civils se rendant à l’église, ont été blessées dans les doubles attentats sur l’île de Jolo, dans le sud du pays.

Le premier appareil, placé à l’intérieur de la cathédrale Notre-Dame du Carmel, a explosé lors de la messe dominicale. Le second, placé à l’entrée de l’enceinte de la cathédrale, s’est déclenché lorsque les soldats et les services d’urgence ont réagi à la première explosion.

Bien que personne n’ait encore revendiqué cet attentat, Jolo est depuis longtemps victime du groupe d’insurgés Abu Sayyaf, considéré par les gouvernements américain et philippin comme une organisation terroriste, qui a perpétré dans le passé de nombreux attentats à la bombe, enlèvements et décapitations.

L’incident survient quelques jours après la ratification de la loi organique de Bangsamoro (LOB), qui devrait constituer une étape majeure sur la voie d’une paix durable à Mindanao.

Hermogenes Esperon Jr., conseillé à la sécurité nationale du président Duterte, a déclaré que les autorités n’avaient pas encore déterminé si l’incident était lié à la loi organique de Bangsamoro.

«Nous n’avons pas encore établi si les deux explosions sont liées au très important LOB. La LOB met fin au récit sécessionniste. La LOB signifie la fin de la guerre pour la sécession. Cela représente la paix à Mindanao », a déclaré Esperon.

«Les auteurs sont des meurtriers de masse. Ce sont des criminels extrémistes. Nous ne les laisserons pas gâcher la préférence du peuple pour la paix», a-t-il ajouté tout en donnant l’assurance que les forces de sécurité œuvrent pour la sécurité de Sulu et du reste de la région autonome de Bangsamoro.

«La paix doit prévaloir sur la guerre», a-t-il souligné.

À la suite de l’incident, les garde-côtes ont demandé à leurs postes de district, en particulier dans les zones couvertes par la LOB, d’améliorer les mesures de sécurité de leurs installations, de leurs ports et de leurs terminaux afin de prévenir une attaque similaire.

Le 24 janvier, les forces gouvernementales ont saisi un camp d’extrémistes inspirés par Daesh dans la jungle à Lanao Del Sur après 10 heures de violents combats avec des membres restants du groupe Maute présumés être menés par Owaidah Marohombsar, alias «Abu Dar». Trois membres du groupe Marohombsar ont été tués et trois soldats ont été blessés.

Autonomie élargie des musulmans

Dans sa déclaration, l’OCI s’est félicitée de la ratification de la LOB, qui confère une autonomie accrue aux musulmans minoritaires de la région, dans l’espoir de mettre fin à près de cinq décennies d’une rébellion séparatiste qui a coûté la vie à 150 000 personnes.

Les votes favorables ont été remportés à une majorité écrasante dans la plupart des régions de l’actuelle région autonome musulmane de Mindanao, en particulier Maguindanao, Lanao Del Sur et Tawi-Tawi.

La province de Sulu, sur laquelle l’île de Jolo est située, a toutefois rejeté la LOB. Les rapports font état d’une faible participation des électeurs, en particulier à Jolo, lors du référendum, alors que les violences pourraient faire rage.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info