L’Arabie saoudite laisse beaucoup de place à la croissance du développement du secteur privé

Diffuser l'info

08 aout 2018

Ce n’est pas juste un discours saoudien

Selon les estimations de la vision saoudienne 2030, les PME représenteraient 35% du PIB de la contribution actuelle de 20% et la contribution du secteur privé de 40% à 65% du PIB.
Le ministère saoudien des finances (MOF) a récemment signé des accords de financement pour 17 projets dans les secteurs de la santé, de l’éducation et de l’accueil, avec des prêts d’un montant de 201,5 millions de dollars, a rapporté le quotidien saoudien Asharqalawsat.
Objectifs du projet
Les investissements totaux du MOF se sont élevés à 410,6 millions de dollars, destinés en partie à améliorer les services de base pour les citoyens et à encourager les investissements du secteur privé dans les projets de services.
MOF adjoint des recettes Tareq Abdullah al-Shuhaib a expliqué que les accords prévoient la création de 8 projets de santé, y compris des hôpitaux et des complexes médicaux à Riyad, Dammam, Abu Arish, Djeddah, Abha et Buraydah, ainsi que 8 autres projets éducatifs. écoles, universités et collèges de Riyad, Madinah, Djeddah et Dammam.
Ils comprennent également un projet d’accueil pour un hôtel trois étoiles à Jizan.
Lire: Des ouvriers quittant l’Arabie saoudite: la méga construction a des doutes
Awamiya développement privé – Mise à jour
La Saudi Gazette a rapporté que près de 30% des travaux du projet de développement d’Awamiya ont été achevés, selon Mohammed Al-Sufyan, porte-parole de la municipalité de la province de l’Est.
Sur une superficie de 180 000 m2, le projet devrait coûter 64,5 millions de dollars. Saud Bin Naif, prince prince de la province de l’Est, a posé la première pierre du projet en février 2018.
Un nouveau centre culturel couvrant une superficie de 5 323 m2 à Awamiya aurait un lieu spécial pour organiser des événements et des festivals nationaux. Parmi les autres projets, citons un marché ouvert, un centre de loisirs et un édifice patrimonial.
Environ 94 000 m2 du projet sont alloués aux jardins et aux centres de divertissement.
Vidéo: Les réformes ambitieuses de Saudi Vision 2030 vont-elles se dérouler comme prévu?
De nouveaux projets
Al Akaria Saudi Real Estate Company (SRECO), société cotée à Tadawul, a annoncé son intention de réaliser un développement à usage mixte de 7 millions de m2 dans la capitale saoudienne, Riyad.
Le développement – Al Widyan – se situe dans le corridor de croissance nord de Riyad, à environ 15 minutes de l’aéroport international et à 20 minutes du centre-ville.
La première phase du projet, qui a débuté en 2017, coûtera 2,6 milliards de dollars, a indiqué la société.
En outre, SRECO a déclaré qu’Al Widyan chercherait une réduction de 40% de la consommation d’énergie et une réduction de 35% de l’utilisation des déchets. Il devrait être entièrement lancé au quatrième trimestre de 2018 et développé sur une période de 7 ans.
La Saudi Gazette a rapporté que l’Emir de Makkah et conseiller du gardien des deux saintes mosquées, le prince Khaled Al-Faisal, avait chargé la constitution d’un groupe de travail chargé d’exécuter des projets touristiques, de divertissement et économiques dans les montagnes Al-Hada et Al-Shafa. Taif dans le cadre des efforts du gouvernement pour développer la station balnéaire du sud.
Révélé: Technologies qui vont façonner la construction
Le projet serait mis en œuvre en partenariat avec un certain nombre de promoteurs et d’investisseurs ayant une expérience suffisante dans le développement de stations balnéaires, de villes de divertissement et d’activités touristiques.
L’Arabie saoudite a pour objectif de porter les dépenses touristiques totales à 46,6 milliards de dollars en 2020, contre 27,9 milliards de dollars en 2015.
Al-Ahsa, l’une des plus grandes oasis agricoles naturelles du monde, est devenue le cinquième site du patrimoine mondial de l’UNESCO.
Outre les sources d’eau douce et d’eau chaude et les vastes pistes de palmiers dattiers, la région de 10 000 hectares renferme des sites archéologiques datant du néolithique.
Un autre site de l’UNESCO, Madain Saleh, est une ville vieille de 2 000 ans, creusée dans les roches du désert septentrional par les Nabatéens, la civilisation arabe préislamique qui a également construit Petra en Jordanie voisine. C’est aujourd’hui le centre d’un projet touristique de plusieurs milliards de dollars que les autorités développent avec le soutien de la France.

Cet article a été publié pour la première fois dans (AMEinfo)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (AMEinfo)

am


Diffuser l'info