L’Arabie Saoudite se prépare à vendre aux enchères des biens immobiliers du milliardaire détenus

Diffuser l'info

Heure: Février 26, 2018

Le milliardaire Maan al-Sanea a été arrêté par les autorités en 2017 pour une dette impayée remontant à 2009, lorsque sa société, Saad Group, a fait défaut de rembourser ses dettes.

DUBAÏ / KHOBAR, ARABIE SAOUDITE (REUTERS) – Les autorités saoudiennes s’apprêtent à vendre aux enchères des milliards de dollars de biens immobiliers et de voitures appartenant au milliardaire Maan al-Sanea et à son entreprise comme ils cherchent à accélérer la fin de l’un des plus longs différends de la dette du royaume.
La vente prévue est le dernier signale que l’Arabie Saoudite se montre sérieuse au sujet de tenir ses élites à compte.

Lors d’une répression anti-corruption en novembre dernier, les autorités ont arrêté des dizaines de hauts fonctionnaires accusés de corruption. La plupart ont été libérés après avoir été exonérés ou avoir accepté de donner de l’argent, des biens ou de l’immobilier à l’État.

L’affaire Al-Sanea est distincte de la campagne anti-corruption principale. L’homme d’affaires -classé par Forbes, en 2007, comme l’une des 100 personnes les plus riches du monde – a été détenu par les autorités à la fin de l’année dernière pour une dette impayée remontant à 2009 lorsque sa société, Saad Group, a échoué.

Les créanciers ont passé les neuf dernières années à poursuivre Saad, qui est basé à la ville de Khobar dans la province orientale de l’Arabie Saoudite, pour une dette estimée entre 40 milliards de riyals (14,05 milliards de dollars) et 60 milliards de riyals.

Les investisseurs considèrent l’affaire comme un test décisif de l’engagement du prince héritier Mohammed bin Salman en faveur des réformes.

Etqaan Alliance, le consortium nommé par les autorités saoudiennes pour liquider les actifs détenus par Al-Sanea et la société dans le but de rembourser les créanciers, prévoit de commencer à vendre les actifs de la société en Arabie Saoudite, selon plusieurs sources proches du dossier.

Les ventes auront lieu dans les semaines à venir, selon les sources.

Le liquidateur a produit une vidéo astucieuse qu’il a publiée sur YouTube avec le slogan «la vente que tout le monde attendait à Khobar », avec certaines des propriétés et terrains à vendre.

Une brochure accompagnant la vente comprend une liste de 20 parcelles appartenant à Saad Trading, une partie du groupe Saad, et al-Sanea. Les propriétés sont principalement situées à Khobar. La plus grande unité est une parcelle de terrain de 484 407 mètres carrés qui comprend des bâtiments et une usine de traitement des eaux usées.

La brochure n’inclut pas les évaluations, mais selon les sources, l’immobilier était évalué à environ 4,4 milliards de riyals, sur la base d’une liste officielle des biens immobiliers fournie aux autorités.

Une source au ministère de la justice a confirmé à Reuters qu’une vente aux enchères serait lancée ce mois-ci pour vendre des véhicules, du matériel, une grande quantité de matériaux de construction et quelques biens avant le mois de jeûne islamique du Ramadan, qui commence en mai.

Selon les sources qui ont vu la liste officielle fournie aux autorités, Saad possède environ 3,5 milliards de riyals immobiliers, tandis qu’Al-Sanea possède personnellement environ 6,8 milliards de riyals. Une grande partie de cela est à Riyadh, Dammam et Khobar.

Reuters n’a pas pu vérifier si tous ces biens immobiliers seraient vendus aux enchères par Etqaan ou le nombre de véhicules qui seront vendus.

Saad possède 923 véhicules, y compris des camions, des bus et des voitures, selon les sources qui ont vu la liste fournie aux autorités, tandis qu’al-Sanea a 26 véhicules, dont une Rolls Royce, une Hummer et une Cadillac Concord.

La vente n’inclut pas l’hôpital spécialisé Saad de 750 lits à Khobar, que le gouvernement est en négociation avec des sociétés privées à exploiter, ou des actifs étrangers détenus par Al-Sanea ou Saad.

BATAILLES JURIDIQUES DANS LE MONDE
La vente aux enchères devrait avoir lieu quelques semaines après que le gouvernement ait mis fin à la répression anti-corruption qui impliquait la détention de nombreux hauts fonctionnaires saoudiens, y compris des princes, dans le luxueux hôtel Ritz-Carlton de Riyad.

Le gouvernement a déclaré que le processus avait permis d’amasser plus de 100 milliards de dollars américains, principalement sous la forme de terrain, de participations dans des entreprises et d’autres actifs illiquides plutôt qu’en espèces.

Le produit de la vente aux enchères d’Etqaan sera distribué aux créanciers via un processus judiciaire supervisé par un tribunal de trois juges mis en place en 2016 pour traiter les plaintes contre Saad et Ahmad Hamad al-Gosaibi & Bros Co, un autre grand conglomérat local en défaut de paiement en 2009.

Les créanciers ont poursuivi des batailles juridiques sur la dette dans le monde entier pour presque une décennie, tandis que les deux groupes se sont querellés lequel d’entre eux est à blâmer pour la fusion.
Dans le but d’éviter le processus de liquidation, Saad a lancé l’année dernière son propre processus pour engager les créanciers. Elle a embauché un cabinet de conseil financier, Reemas Group, pour proposer un règlement proposé couvrant une dette de 4 milliards de dollars.

Reemas n’a pas immédiatement répondu à une demande de Reuters pour un commentaire.

Le groupe Saad a été informé par le tribunal qu’il doit obtenir l’accord des créanciers sur son plan dès que possible, puis le tribunal examinera la proposition, selon les sources.

Dans un courriel envoyé par Reemas l’an dernier, il a déclaré aux créanciers que son intention était d’obtenir un consentement préalable.

Cet article a été publié pour la première fois dans The Straits Times

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien The Straits Times


Diffuser l'info