L’Arabie saoudite sur la voie rapide de l’égalité des sexes, selon une étude

Diffuser l'info

09/02/20

Un accès plus facile aux passeports et aux voyages à l’étranger fait partie des mesures qui offrent aux femmes en Arabie saoudite une plus grande mobilité ainsi que de nouvelles libertés sur le lieu de travail, le mariage, la parentalité, l’éducation et l’entrepreneuriat. (AFP)

Un rapport de la Banque mondiale place le Royaume au premier rang en matière d’égalité des sexes dans le bloc du CCG et au deuxième rang dans la région arabe
Le rapport WBL mesure l’inégalité des sexes dans la loi et identifie les obstacles à la participation économique des femmes
DUBAI: Une réforme rapide en Arabie saoudite ouvre la porte aux «modèles et leaders de demain» féminins – et les femmes du Royaume saisissent cette opportunité, selon les principaux employeurs.

Les femmes saoudiennes apportent plus que jamais «passion, énergie et enthousiasme» sur le lieu de travail, a déclaré à Arab News Danielle Atkins, responsable du marketing et des communications à la Diriyah Gate Development Authority (DGDA) à Riyad.

Atkins a déclaré qu’elle a vu une forte augmentation du nombre de femmes travaillant dans le Royaume.

«Je recherche la passion, l’esprit d’entreprise et l’engagement – et tout cela, je le constate chez les femmes saoudiennes de mon équipe», a-t-elle déclaré.

«C’est un moment incroyable pour les femmes saoudiennes ».

FAITS EN BREF

Bon de 38,8

dans le score de l’Arabie saoudite dans le rapport «Les femmes, les entreprises et le droit» de la Banque mondiale

Les commentaires d’Atkins font suite à un rapport de la Banque mondiale qui a souligné les progrès rapides de l’Arabie saoudite vers la qualité du genre depuis 2017 en le classant comme le meilleur réformateur et le meilleur améliorateur parmi 190 pays.

Le rapport 2020 de la banque intitulé «Les femmes, les entreprises et le droit» (WBL) a donné au Royaume un score global de 70,6 sur 100 – un bond de 38,8 depuis son dernier classement – le plaçant premier parmi les pays du CCG et deuxième dans le monde arabe.

Le WBL mesure l’inégalité des sexes dans la loi, identifie les obstacles à la participation économique des femmes et encourage la réforme des lois discriminatoires.

Le rapport met en évidence des améliorations du score de l’Arabie saoudite dans six des huit indicateurs, notamment en ce qui concerne la mobilité des femmes, suite à la suppression des restrictions concernant l’obtention d’un passeport et les voyages à l’étranger.

Outre la mobilité (100), les améliorations les plus marquées ont été enregistrées sur le lieu de travail (100), le mariage (60), la parentalité (40), l’entreprenariat (100) et la retraite (100).

De nouveaux amendements juridiques ont également égalisé le droit des femmes de choisir où vivre et quitter le domicile conjugal, selon le rapport.

Atkins a déclaré à Arab News que le « changement remarquable » des opportunités pour les femmes peut être attribué à la mise en œuvre du plan de transformation du prince héritier Mohammed bin Salman – la vision saoudienne 2030

«Aujourd’hui, les femmes sont nommées à des postes gouvernementaux supérieurs et dirigent dans des domaines tels que la science et la médecine, qui étaient traditionnellement axés sur les hommes», a-t-elle déclaré.

«Elles deviendront des modèles pour l’avenir ».

Selon un rapport de la Banque mondiale, des réformes incluant le droit de conduire offrent aux femmes saoudiennes un intérêt pour l’avenir économique du Royaume. (AFP)

En ce qui concerne le lieu de travail, l’Arabie saoudite a promulgué une législation et des sanctions pénales pour harcèlement sexuel et interdit la discrimination fondée sur le sexe.

Dans le domaine du mariage, le Royaume a commencé à autoriser les femmes à être chef de famille et a supprimé l’obligation légale d’obéir à leur mari. En ce qui concerne la parentalité, l’Arabie saoudite, avec les Émirats arabes unis, a interdit le licenciement des travailleuses enceintes.

« L’un des objectifs de la Vision 2030 est d’augmenter la proportion de femmes dans l’emploi du niveau actuel de 22% à 30% », a déclaré Atkins.

«L’équipe de la DGDA est composée à 83% de Saoudiens, dont 34% de femmes. L’équipe marketing a un pourcentage encore plus élevé avec 57% de femmes.

«Mes trois premières embauches sont toutes des femmes saoudiennes, et mon impression en tant que nouveau venu au Royaume est que ce changement est mené par le gouvernement et les PDG individuels. Ce serait formidable de voir cette cascade dans toutes les industries en Arabie saoudite », a-t-elle déclaré.

Pour stimuler l’esprit d’entreprise, le Royaume a facilité l’accès au crédit pour les femmes en interdisant la discrimination fondée sur le sexe dans les services financiers, une disposition légale qui s’est avérée accroître l’accès des femmes au financement et qui n’est toujours pas en place dans 115 économies.

Dans la section des pensions, le Royaume a égalisé l’âge (60 ans) auquel les hommes et les femmes peuvent prendre leur retraite avec des prestations de retraite complètes. Il prévoyait également un âge de la retraite de 60 ans pour les femmes et les hommes.

L’un des aspects les plus encourageants des changements en cours dans le Royaume est la tendance des femmes à étudier ce qui était traditionnellement considéré comme des domaines exclusivement masculins: science, technologie, ingénierie et mathématiques, les disciplines dites STEM.

Par exemple, sur les 5 200 diplômés de l’Université Princesse Nourah Bint Abdulrahman (PNU) à Riyad l’année dernière, 1 400 provenaient des facultés STEM.

«Je prédis une énorme contribution des femmes dans ce secteur dans un avenir proche», a déclaré Einas Al-Eisa, recteur de la PNU, à Arab News lors de la récente réunion annuelle du Forum économique mondial à Davos, en Suisse.

«Une bonne histoire qui vient d’Arabie saoudite est l’augmentation du nombre de femmes engagées dans les secteurs technologiques, par exemple, par rapport à la baisse que nous constatons dans le monde. Ailleurs, les femmes s’éloignent de ces domaines, alors qu’au Royaume, le nombre augmente constamment ».

Cyril Widdershoven, directeur de VEROCY, un cabinet néerlandais de conseil sur les investissements, l’énergie et les infrastructures dans la région, a déclaré que les améliorations de la situation des femmes en Arabie saoudite sont visibles dans les bureaux, les lieux de travail et dans les rues.

«Le rôle des femmes dans l’économie saoudienne est clair. C’est une main-d’œuvre disponible à laquelle il faut avoir accès », a-t-il déclaré.

«Parallèlement, la diversité des effectifs augmente la productivité globale, la rentabilité et la durabilité.

«Ce qui doit être fait, c’est d’éduquer et d’élaborer des stratégies pour les femmes ».

Les étudiantes universitaires du Royaume entrent de plus en plus dans des domaines masculins traditionnels tels que les sciences, l’ingénierie et les mathématiques. (AFP)

Selon le rapport de la Banque mondiale, les économies du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord et de l’Afrique subsaharienne représentent neuf des 10 principales économies réformatrices.

Certaines des réformes révolutionnaires du Royaume comprennent la criminalisation du harcèlement sexuel dans les emplois des secteurs public et privé en 2018, ainsi que la création de meilleures opportunités économiques pour les femmes l’année dernière.

Les amendements législatifs protègent désormais les femmes contre la discrimination dans l’emploi, y compris les offres d’emploi et l’embauche, et interdisent aux employeurs de licencier une femme pendant sa grossesse et son congé de maternité.

« Ces réformes s’appuient sur d’autres changements historiques en Arabie saoudite, qui en 2015 a pour la première fois permis aux femmes de voter et de se porter candidates aux élections municipales et, en 2017, a donné aux femmes le droit de conduire », indique le rapport. «Les réformes sont stimulées par la compréhension que les femmes jouent un rôle important pour rapprocher l’Arabie saoudite de sa vision 2030.

«Ce plan ambitieux de modernisation de l’économie saoudienne en la diversifiant au-delà du pétrole et du gaz, en promouvant la croissance du secteur privé et en soutenant l’esprit d’entreprise comprend également l’objectif d’accroître la participation des femmes à la population active ».

Le rapport mentionne les contraintes juridiques qui subsistent sur la participation des femmes à l’économie, qui, si elles étaient résolues, pourraient accroître leur contribution économique.

Quant à ce que les jeunes femmes saoudiennes feront après l’obtention de leur diplôme, la stratégie de la Vision 2030 prévoit une forte augmentation de la main-d’œuvre féminine, atteignant jusqu’à 30% au cours de la prochaine décennie.

Des statistiques récentes montrent que le Royaume est en bonne voie d’atteindre cet objectif, 23,5% de la main-d’œuvre du secteur privé étant des femmes.

« Tout comme cela devrait être partout ailleurs dans le monde, c’est la compétence des diplômés qui dicte où ils vont », a déclaré Al-Eisa.

Pour que l’Arabie saoudite se diversifie et progresse, a déclaré Widdershoven, les femmes du Royaume doivent être financièrement indépendantes, mais aussi capables de combler les lacunes de la main-d’œuvre.

«Des soins de santé aux finances, en passant par l’énergie, l’agriculture et l’industrie, la force de ces femmes principalement jeunes est remarquable», a-t-il déclaré.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info