L’autonomisation des femmes est vitale pour les réformes de la Vision 2030 du Royaume, déclare la Directrice générale de la Commission des droits de l’homme saoudienne

Diffuser l'info

10/10/19

Amal Yahya Al-Moualami a plus de 23 ans d’expérience dans les domaines de l’éducation, de la formation et du développement social. (Photo / fournie)

  • Les réalisations positives de l’Arabie saoudite reflètent une image positive au Conseil des droits de l’homme à Genève.

RIYAD: La nomination d’Amal Yahya Al-Moualami au poste de directrice générale de la coopération et des organisations internationales à la Commission saoudienne des droits de l’homme (SHRC) est un pas énorme dans la réalisation des plans de réforme de de la Vision 2030 visant à autonomiser les femmes.

Elle a confié à Arab News que « cela montre clairement que le processus du Royaume en faveur de l’autonomisation des femmes a progressé de plus en plus vite et qu’il continue d’ouvrir de nouvelles portes chaque jour ».

Elle était l’une des six femmes nommées à la SHRC, représentant 25% de ses membres. Ce sont les premières femmes à participer à la commission.

Leur nomination marque le début d’une époque où les femmes sont engagées dans ce domaine, «quelque chose qui n’aurait pas pu se produire sans le soutien et la patience nécessaires», a-t-elle déclaré.

«Nous avons pu atteindre un stade où nous pourrions acquérir l’expertise nécessaire et obtenir les outils qui nous aideraient à participer davantage à la prochaine étape, à savoir maintenant ».

Lors de sa nomination, Al-Moualami a reçu une « avalanche d’appels » de femmes la félicitant. Beaucoup de ses amis masculins ont également cherché à la soutenir dans son nouveau rôle. «Je dis toujours que les hommes saoudiens sont la source de notre fierté nationale, car ils constituent un excellent exemple de soutien à leurs épouses, leurs filles, leurs collègues et leurs familles ».

Auparavant, Al-Moualami était secrétaire générale adjointe du Centre du roi Abdul Aziz pour le dialogue national et membre du conseil de la SHRC.

Un élément clé des plans de réforme de la Vision 2030 consiste à promouvoir le statut des femmes. «Aujourd’hui, l’autonomisation des femmes a été représentée par la nomination d’une dirigeante à un poste important, qui concerne les droits de l’homme dans le Royaume. C’est un problème majeur qui reflète l’attention portée aux femmes », a-t-elle déclaré.

Elle a ajouté que les réalisations positives du Royaume devraient refléter une image positive au Conseil des droits de l’homme à Genève.

Al-Moualami est fière des réalisations juridiques de l’Arabie saoudite, telles que la nouvelle loi sur les délinquants juvéniles et les lois sur l’état civil qui ont été considérablement développées.

«Ces lois ont beaucoup aidé à autonomiser les femmes dans le cadre familial. Elles marquent le début d’un réel changement. Lorsque vous automatisez une femme au sein de sa famille et que vous l’aidez à être une vraie mère pour ses enfants et à ne pas la traiter comme un enfant, mais comme une citoyenne pleinement légale et compétente, c’est cela la vrai autimatisation.

«Aujourd’hui, les femmes sont responsables de leurs enfants, gèrent leurs affaires, demandent un passeport et finalisent toutes les transactions. Ce sont d’excellents messages qui devraient susciter des réactions positives aux niveaux local et mondial ».

Malgré tous ces changements et toutes ces réalisations, elle a déclaré que l’Arabie saoudite «n’a pas reçu une véritable couverture médiatique à l’international.

«Nous avons toujours été bloqués en position de défense et de justifications. Ils attireraient l’attention sur certaines questions et nous y répondrions. Cette fois, nous allons parler de progrès et leur montrer nos réalisations. Nous définirons les meilleures pratiques et leur montrerons les bonnes réformes. Nous leur dirons que nous aimerions en savoir plus sur ce qu’ils ont accompli dans leur pays ».

Elle encourage le «dialogue mutuel» au lieu d’être «coincée dans une position défensive où ils nous défient et nous donnons des justifications».

« Aujourd’hui, les femmes sont responsables de leurs enfants, gèrent leurs affaires, demandent un passeport et finalisent toutes les transactions. Ce sont d’excellents messages qui devraient susciter des réactions positives aux niveaux local et mondial ». Amal Yahya Al-Moualami, chef de division du SHRC.

Son prochain rôle sera difficile, mais elle a déjà un plan en tête. Al-Moualami cherche à établir un dialogue mutuel au niveau international en renforçant les interactions et l’engagement efficaces avec toutes les organisations concernées.

Elle espère que l’Arabie saoudite réussira à devenir membre du Conseil des droits de l’homme lors des prochaines sessions et contribuera à améliorer les performances de ce conseil.

«Nous pouvons faire des erreurs et nous devons reconsidérer nos approches de temps à autre, ce qui est une chose parfaitement saine et naturelle. Si nous découvrons à un moment donné qu’une certaine méthode n’a pas donné les résultats souhaités, nous la réexaminerons et la changerons ».

Al-Moualami a plus de 23 ans d’expérience dans les domaines de l’éducation, de la formation et du développement social. Au sujet des possibilités accrues pour les femmes saoudiennes, elle a déclaré: «L’environnement de travail et les possibilités d’emploi pour les femmes saoudiennes ont considérablement évolué, de même que les possibilités d’achever des études universitaires.

«L’éducation est essentielle à l’autonomisation. Le Royaume a enregistré une augmentation du nombre de jeunes femmes dans les établissements d’enseignement public, les collèges et les bourses d’études à l’étranger. Le pourcentage de femmes qui étudient à l’étranger est supérieur à celui des hommes, de plus les femmes étudient des domaines différents et à forte demande. Les réalisations scolaires des femmes sont plus fortes.

Al-Moualami a déclaré que les hommes saoudiens soutiennent les femmes dans le pays: «Ils sont heureux de voir une femme atteindre le sommet de sa carrière. C’est l’une des caractéristiques des hommes saoudiens, qui sont confiants et capables de créer un environnement qui les englobe, eux et les femmes.

«En tant que citoyens, nous partageons tous l’amour de ce pays et le désir de le construire et de le développer. Nous sommes capables de faire une différence. « 

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info