Le chef du centre d’aide humanitaire et de secours du roi Salmane appelle l’ONU à condamner la violence iranienne au Yémen

Diffuser l'info

20/09/19

Abdullah Al-Rabeeah, superviseur général du centre d’aide humanitaire et de secours du roi Salmane, prend la parole lors d’un point de presse tenu à l’ambassade de l’Arabie saoudite à Washington, DC, mercredi. (AN photo)

Les milices Houthis soutenues par l’Iran avaient pilonné des zones civiles sous contrôle gouvernemental au cours des cinq dernières années

À ce jour, 113 civils yéménites ont été tués, 1 030 blessés et 20 357 Saoudiens ont été déplacés des régions frontalières.

CHICAGO: Le chef du centre d’aide humanitaire et de secours du roi Salmane a appelé l’ONU à adopter une résolution condamnant le gouvernement iranien pour son soutien à la vague de violence des Houthis contre des cibles civiles au Yémen.

Abdullah Al-Rabeeah a déclaré que la violence avait un « impact négatif important » sur la population du Yémen et sur les efforts d’aide humanitaire menés par le gouvernement saoudien.

Se référant aux récentes frappes de drones sur les champs Aramco en Arabie saoudite qui ont provoqué une onde de choc dans l’industrie pétrolière et fait monter les prix du pétrole et de l’essence dans le monde, Al-Rabeeah a déclaré qu’il était évident que les Houthis ne seraient pas capables de mener de telles frappes de haute technologie. .

«L’information initiale indique que l’incident est une attaque fabriquée par l’Iran. Nous estimons qu’une enquête de l’ONU est nécessaire », a déclaré Al-Rabeeah. «L’Iran est à l’origine de nombreuses attaques contre la région. L’ONU devrait agir. Il devrait y avoir une résolution contre l’Iran. L’implication de l’ONU envoie un message. »

Bien qu’il ait déclaré que l’attaque faisait toujours l’objet d’une enquête, il a déclaré que «les drones sont une technologie que les Houthis ne possèdent pas… cette technologie dépasse leurs capacités. Il doit y avoir un pays derrière cela.  »

Lors d’une conférence de presse à l’ambassade saoudienne à Washington DC, mercredi, Al-Rabeeah a déclaré qu’une vingtaine de travailleurs humanitaires, financés par une coalition de 80 pays dirigés par l’Arabie saoudite, ont été blessés ou pris pour cibles.

Il a déclaré que fournir une aide humanitaire à la population du Yémen se heurtait à de nombreux défis, notamment viser les femmes et recruter des enfants par les milices Houthis soutenues par l’Iran.

« Il est nécessaire que la communauté internationale s’unisse et ait la volonté politique de combattre toute violation contre le soutien humanitaire », a déclaré Al-Rabeeah.

Malgré les attaques des Houthis contre des cibles civiles et militaires et des travailleurs humanitaires, Al-Rabeeah a déclaré que le roi Salman s’était engagé à faire en sorte que l’aide parvienne aux civils dans les zones contrôlées par les Houthis.

Il a ajouté que les efforts humanitaires avaient été entravés par les bombardements de zones civiles sous contrôle gouvernemental par la milice Houthis, qui ont publié des données faisant état de 66 403 attaques à la roquette, de 264 missiles Scud et de 233 attaques par drones « qui ne cessent d’augmenter », telles que Les champs de pétrole Aramco la semaine dernière.

À ce jour, 113 civils yéménites ont été tués, 1 030 blessés et 20 357 Saoudiens ont été déplacés des régions frontalières. Des dommages ont été causés à 41 écoles, six hôpitaux et 20 mosquées.

Malgré les défis, Al-Rabiah a déclaré que l’action humanitaire se poursuivrait jusqu’à la fin du conflit.

«Nous n’appelons pas à la guerre contre la région. Ces attaques ne sont pas dirigées contre l’Arabie saoudite. Ils sont contre nous tous », a déclaré Al-Rabiah.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info