Le guide Planète seule révèle les trésors du tourisme saoudien

Diffuser l'info

07/10/19

Il y a des magasins de plongée à travers le pays, en particulier à Umluj, où vous rencontrerez des plongeurs et des instructeurs locaux. (Fourni)

Pour sa dernière édition régionale, le célèbre guide de voyage a envoyé un chercheur exploré le Royaume pour la première fois

LONDRES: L’Arabie saoudite a été désignée «la dernière frontière du tourisme» par Planète seule, l’un des plus grands éditeurs de guides de voyage au monde. La sixième édition du guide de voyage de la société pour Oman, les Emirats Arabes Unis et la Péninsule arabique a été publiée ce mois-ci, avec une section entièrement mise à jour sur l’Arabie saoudite, qui a annoncé son nouveau visa électronique simplifié fin septembre.

Tharik Hussain, qui a écrit la section sur l’Arabie saoudite, a déclaré à « Arab News « qu’il s’agissait du guide le plus complet sur les attractions du royaume.

Tharik Hussain a passé environ deux mois en Arabie Saoudite à la recherche de ses nombreux sites touristiques et patrimoniaux. (Fourni)

«C’est le bon moment pour nous assurer que le guide a été mis au point et qu’il reflète ce qui est réellement sur le terrain. Si vous regardez les éditions précédentes, la couverture était minime, car l’Arabie saoudite était «le pays impossible», a-t-il déclaré, ajoutant que même si les musulmans pouvaient auparavant obtenir un visa pour pèlerinage, il n’était pas facile de se déplacer du pays.

 

Hussain, un musulman britannique né au Bangladesh qui vivait auparavant à Djeddah, a passé environ deux mois en Arabie Saoudite à la recherche de ses nombreux sites touristiques et patrimoniaux pour le livre. Il a reconnu que, malgré sa lourde expansion, le guide mis à jour ne couvre toujours qu’une petite partie de ce qui est disponible dans un pays aussi vaste, mais il couvre « tous les points cardinaux et les grandes villes » et « sert de fondement aux activités du Royaume tourisme mondial, sur lequel on peut compter.  »

Les îles Farasan sont une immense ville oasis d’Al Hofuf, dans la province de l’Est. (Getty)

C’est la première fois dans l’histoire récente que Planète seule envoie un de ses chercheurs se déplacer dans le Royaume. L’écrivain affirme que c’est la première fois qu’un étranger explore le pays au cours de ce siècle.

 

«Je me trouvais dans des endroits où je sentais que j’étais le seul étranger à avoir jamais été dans cette zone, tout au fond des coins saoudiens, comme Haql au nord-ouest d’où vous pouvez voir les frontières jordanienne et égyptienne. Je me suis rendu dans les îles Farasan, plus au sud, dans l’immense ville d’oasis d’Al Hofuf, dans la province de l’Est, à Dammam et Hail, au bord du quartier vide et de la mer Rouge. C’était assez épique », a déclaré Hussain.

La vue aérienne du désert du quartier vide de rub ‘al Khali. (Getty)

«Je pense que l’un des domaines les plus étonnants dont on parle rarement – et l’Arabie saoudite se préoccupe vraiment de quelque chose s’il sait comment en tirer parti – est la plongée en mer Rouge», a ajouté Hussain.

 

Il existe des magasins de plongée dans tout le pays, notamment à Djeddah, Tabuk, Umluj et Yanbu, où vous rencontrerez des plongeurs et des instructeurs locaux (y compris des instructrices), qui mentionnent «le territoire vierge et presque vierge, car il n’y a jamais eu tourisme de masse. Certains de ces endroits ont une flore et une faune étonnante et des créatures rares, comme le requin-baleine et le requin-marteau.  »

 

Le chemin de fer à grande vitesse Haramain, qui transporte les pèlerins dans les villes saintes, a été inauguré l’année dernière. Plusieurs nouveaux systèmes ferroviaires et métropolitains sont également en construction, ainsi que de nouvelles routes pour faire face à l’essor attendu du tourisme, Principale destination touristique du Golfe.

La gare de Hijaz transportait les pèlerins dans les villes saintes. (Getty)

Hussain a déclaré: « De toute évidence, ils travaillent dur et vous voyez de nombreuses infrastructures dans de nombreux sites touristiques, en particulier les sites vraiment étonnants classés au patrimoine mondial de l’UNESCO et datant de plusieurs milliers d’années. »

 

En février, le prince héritier Mohammed ben Salmane a lancé des projets touristiques à AlUla, une région du nord-ouest de l’Arabie saoudite si riche en histoire culturelle et naturelle qu’elle a été surnommée «un musée à ciel ouvert».

 

Ces projets incluent la réserve naturelle de Sharaan et une station conçue par le célèbre architecte français Jean Nouvel, qui a conçu le Louvre Abu Dhabi.

 

Le guide met également en lumière la ville antique de Madain Saleh, le premier site du Royaume classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, situé dans AlUla. La ville a été construite il y a plus de 2 000 ans par les Nabatéens – des peuples arabes originaires du nord de l’Arabie et du Sud-Levant.

Les îles Farasan abritent historiquement de riches plongeurs et marchands de perles. (Fourni)
La nouvelle édition de Planète seule décrit plus en détail les sites qu’elle couvrait dans le passé, mais aborde également des zones reculées et jamais couvertes, notamment les îles Farasan, qui abritaient autrefois de riches plongeurs et marchands de perles.
« La plupart des maisons sont en demi-ruines mais sont en train d’être rénovées lentement », a déclaré Hussain. «L’architecture est complètement différente de tout ce qui se trouve dans le reste de l’Arabie saoudite et (elle) m’a vraiment époustouflée. Vous avez pu constater que le style avait été influencé par l’art et l’architecture islamiques d’endroits comme l’Inde, avec lesquels les marchands de perles auraient commercé. »
La région sud d’Asir est incluse dans Lonely Planet pour la première fois. « Asir est le seul endroit en Arabie saoudite où se trouvent des forêts et ces incroyables villages de montagne qui sont complètement différents du reste de l’Arabie saoudite », a déclaré Hussain.
Le parc national Asir abrite le plus haut sommet du royaume, le mont Sawda, qui fait partie des montagnes du Sarawat. Il se trouve à plus de 3 000 mètres d’altitude, avec des téléphériques, des zones d’observation couvertes d’une forêt de type genévrier et plusieurs aires de pique-nique.
Le parc national Asir abrite le plus haut sommet du royaume, le mont Sawda. (Fourni)
«Tout autour de cette région et nichés dans les vallées, se trouvent ces beaux villages de maisons en pierre qui semblent avoir été creusés dans la montagne. Ils sont absolument époustouflants », a déclaré Hussain, ajoutant que beaucoup d’entre eux étaient inhabités et utilisés comme attractions touristiques, comme le« village suspendu »d’Al-Habala, auquel on n’accédait que par des cordes.

Les bâtiments du district sont fabriqués à partir de corail de la mer Rouge et comportent de beaux «mashrabiyas» suspendus, d’immenses balcons en treillis de bois qui permettent à l’air frais de pénétrer à l’intérieur du soleil mais empêchent le regard de le tourment de lever les regards.

Il y a aussi les ruines du chemin de fer de Hijaz construit par les Ottomans pour transporter les pèlerins entre Damas et Médine. Des vestiges du projet, y compris des locomotives renversées, peuvent être trouvés dispersés à travers le pays et certaines des plus grandes gares anciennes ont été réappropriées. Ceux de Tabuk et de Médina ont été transformés en musées.

 

Pour Hussain, la possibilité de décrire ces sites à l’époque d’un changement aussi attendu du secteur touristique du Royaume était une opportunité unique.

«L’Arabie saoudite offre une diversité de services et, en général, c’est un endroit absolument fantastique pour voyager», a-t-il déclaré. «J’espère que ce guide montre tout le potentiel qu’il a en tant que destination touristique.»

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info