Le portrait : Princesse Abeer S. Al-Saud, pionnière du développement international et de la consolidation de la paix

Diffuser l'info

22/11/19

  • La Princesse Abeer est la fondatrice et présidente de Talga, une ONG, un groupe de réflexion et une librairie spécialisée dans les livres de développement.
  • Elle a dirigé une unité de consolidation de la paix en Arabie saoudite en formant plus de 80 professionnels saoudiens de 16 ministères.

J’ai été élevé dans une famille qui encourage l’ épanouissement  intellectuel et l’amour de la culture et des arts , j’ai notamment des relations très étroites avec mon grand-père, le prince Meshari Ben Saud et Nasser Ben Farhan Al-Saoud, qui est l’une des personnes les plus influentes de ma vie.

Depuis que je suis enfant, j’ai passé beaucoup de temps à écouter attentivement les histoires que mon grand-père  racontait avec passion. Il a on parlai surtout  de l’histoire et de la gloire ancienne de Diriyah, la ville natale de mes ancêtres et de son lieu de naissance, l’Arabie saoudite.

Pour mon grand-père, notre histoire, notre identité et notre culture sont nos trésors les plus précieux, le dialogue intergénérationnel régulier entre nous m’a fait prendre conscience de l’importance d’apprécier le passé tout en anticipant l’avenir et de comprendre l’importance de s’adapter à la modernité plutôt que de l’adopter, et c’est à mon sens ce qui fait que l’ approche  du  Royaume soit unique , vers   la modernité et l’avenir .

Mes relations étroites avec mon grand-père ont jeté les bases de ma quête incessante de connaissances dans un large éventail de sujets , j’ai toujours été fasciné par l’un de ses projets personnels dans la vie, ce qui l’a amené à disposer d’une collection de lettres, d’images et de livres très profonde et très rare dans ses archives personnelles.

Après avoir terminé mes études secondaires, j’ai passé une année sabbatique à explorer et à poursuivre mes passions et à entreprendre un voyage de découverte de soi en Asie du Sud-Est.

En visitant le delta du Mékong de Saigon à l’île reculée de Phu Quoc, j’ai été témoin de la véritable pauvreté dans les villages flottants. Cependant, là où il y avait de la pauvreté, il y avait aussi de vastes opportunités inexploitées , les villageois locaux étaient des entrepreneurs sans le savoir; c’étaient des artisans qualifiés qui construisaient des objets d’artisanat et la région était riche en ressources inexploitées et en industries inactives.

Avec une formation adéquate, un système serait mis en place et les villageois pourraient améliorer la croissance économique en exportant des produits et en améliorant les services locaux , j’ai compris que la pauvreté n’était pas le seul défi à relever face au progrès et à l’amélioration socio-économique, mais l’un des nombreux problèmes connexes.

Ma visite au Vietnam a focalisé mon intérêt pour le développement durable. Je me suis intéressé à la création de solutions durables innovantes et culturellement pertinentes. Au début, je voulais comprendre comment créer une croissance socio-économique durable, comment les partenariats public-privé fonctionnaient et quel était l’impact des multilatéraux sur les pays en développement , j’ai eu beaucoup de questions mais peu de réponses.

J’ai fini par comprendre que la pauvreté, le manque de soutien financier et un mentorat adéquat minimal empêchaient la progression dans les pays développés, un consumérisme qui ne s’équilibre pas avec la production empêche un progrès durable.  Réaliser des progrès socio-économiques véritablement durables n’importe où est plus complexe que de mettre en œuvre de petits projets ou initiatives et nos efforts communs pour apporter du bien à nos sociétés et contribuer au développement reposent au mieux sur un système de responsabilité morale, qui, je le crois, constitue la pierre angulaire de tout ce qui est véritablement durable.

Pour appliquer un modèle global d’objectifs durables, nous devons adopter la responsabilité morale en tant qu’infrastructure principale, appliquer une approche intégrée et promouvoir des communautés inclusives.

Une approche intégrée couvrant tous les aspects du développement , des besoins sociaux et des croyances culturelles aux conceptions morales et aux exigences des temps modernes  est essentielle pour exploiter un sol fertile et cela garantira que nos objectifs, seront atteints en établissant des communautés réellement inclusives, se développeront et fleuriront tant que les éléments essentiels étaient présents lors de la plantation des graines.

Je suis titulaire d’un baccalauréat en sciences de la vie axé sur la neuro-esthétique d’un programme joint de l’Université Al-Faisal / University College London (UCL).

Mon travail au premier cycle est la raison pour laquelle mes intérêts sont combinés avec l’esthétique, la littérature, l’architecture et l’art , je collectionne l’art d’Indochine.

Je suis également actuellement étudiant à la maîtrise à temps partiel au SOAS et étudie le développement international.

En dehors du milieu universitaire, j’adore la voile et les chevaux.

Je suis actuellement conseiller détaché de l’ambassadeur Mohammed Al-Jaber pour la consolidation de la paix auprès du Conseil de coopération du Golfe (CCG) , je travaille sur la consolidation de la paix depuis 2016 au secrétariat du CCG , j’ai été le responsable technique du sommet GCC – Royaume-Uni de Manama et membre du comité de rédaction du communiqué et j’ai également géré des relations techniques bilatérales avec des pays européens et dirigé le partenariat stratégique entre le CCG et le Royaume-Uni, travaillant dans tous les domaines de la coopération en matière de sécurité et de défense, en passant par le commerce et l’investissement, les cultures et l’art, où j’ai réussi à créer un écosystème pour une utilisation correcte des fonds de développement dans la région du CCG en encourageant la participation et le respect des critères internationaux de développement. J’ai également souscrit à l’appel à l’action lancé par le Conseil de sécurité des Nations Unies pour mettre fin à l’esclavage moderne .

Dans le cadre de mon travail actuel en tant que responsable de la politique de consolidation de la paix et du plaidoyer, j’ai dirigé  une initiative nationale de stabilisation visant à établir un écosystème de ce domaine pour les fonctionnaires saoudiens au niveau national en renforçant les capacités de plus de 80 agents locaux  professionnels du développement de 16 ministères.   Soixante-dix pour cent des participants étaient des jeunes et 40% des femmes  conformément à la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies et au programme Femmes, paix et sécurité.  Cela se fait par le biais d’ateliers pédagogiques organisés avec des agences de développement telles que l’Agence américaine pour le développement international, le Département britannique pour le développement international, la Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit en Allemagne, le Programme des Nations Unies pour le développement et l’Agence japonaise de coopération internationale.

Jusqu’ici, j’ai planifié et exécuté deux ateliers intensifs américano-saoudiens de cinq jours sur la stabilisation et un atelier intensif exhortant les trois pays sur la consolidation de la paix, réunissant plus de 80 personnes de 16 ministères de l’Arabie saoudite. En outre, j’ai animé un atelier approfondi sur la stabilisation destiné aux formateurs avec les États-Unis et le Royaume-Uni, où un cadre saoudien clé a été sélectionné pour former les Saoudiens à l’avenir, afin de localiser et de maintenir les connaissances.

Je suis également membre des comités de rédaction du C2 et du W20 2020 et participe activement au secteur de la société civile.

Outre le travail professionnel et motivé par le désir d’améliorer les communautés, les pays et les environnements, j’ai fondé Talga qui est une organisation non gouvernementale, un groupe de réflexion créatif et une librairie indépendante spécialisée dans le développement Talga est le nom local de l’arbre résilient Fiscus Vasta situé dans la région de l’émirat d’Asir , Il a vécu plus de 1500 ans dans des conditions difficiles, représentant l’une de nos principales valeurs: encourager notre communauté à prospérer et non pas simplement à survivre. Son objectif est de créer une plate-forme de développement dans laquelle différents programmes sont conçus pour encourager les jeunes Saoudiens dynamiques à prendre des initiatives percutantes dans leurs communautés, en plantant des graines de jardins fructueux et nous avons également pour ambition de servir l’écosystème du troisième secteur du royaume.

Dans mon travail, et à travers Talga, nous aspirons à maximiser notre contribution pour obtenir un impact durable et à relever les défis de plus en plus complexes en encourageant les philanthropes, les ONG, les entreprises et les gouvernements à combler le fossé qui sépare experts en innovation et penseurs, afin de trouver des solutions pratiques.    Imaginez tout ce que nous pourrions accomplir si l’énorme potentiel était débloqué et si chacun de nous agissait maintenant en tenant compte de nos intérêts personnels divers , oui, nous ferons face à des défis, mais la résilience des Saoudiens à l’égard de l’amélioration prévaut toujours et, avec cela, je voudrais citer le prince héritier, Mohammed bin Salman: «L’ambition des jeunes Saoudiens est comme le mont Twaiq, et elle est indéfectible à moins qu’elle ne soit rasée. .  »

Je tiens à souligner l’importance de l’effet papillon et l’aspiration à prendre une initiative percutante, quel que soit le nombre de personnes que vous atteindrez ; Changer la vie d’une personne engendre un effet sur le monde.

Je voudrais conclure par un verset coranique qui dit: «Cet homme ne peut avoir que ce qu’il aspire; Cela (le fruit de) ses efforts sera bientôt visible. »(Versets 39 et 40 de la sourate An-Najm).

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info