Le prince Turki dit à Davos : « La corruption est une maladie qui doit être extirpée »

Diffuser l'info

25 janvier 2018

Le prince Turki Al-Faisal, ancien ambassadeur de l’Arabie Saoudite à Washington et à Londres, s’exprimait au Forum économique mondial de Davos. (AP)

DAVOS –
Le prince Turki Al-Faisal, ancien ambassadeur d’Arabie Saoudite à Washington et à Londres, a organisé une vigoureuse défense de la campagne contre la corruption dans le Royaume lors de la réunion annuelle du forum économique mondial à Davos.
S’exprimant lors d’un panel intitulé « Perspectives stratégiques pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord » avec des chefs d’entreprise et des dirigeants politiques régionaux, il a déclaré que la campagne ne dissuaderait pas les investissements étrangers dans le Royaume.
« Je ne peux pas accepter l’idée que la lutte contre la corruption va chasser les investisseurs. Cela les attirera, car ils savent qu’ils n’auront pas à payer les 5 ou 10% de pots-de-vin supplémentaires », a-t-il déclaré aux délégués de Davos.
Il a également insisté sur le respect de la procédure légale, ce qui a conduit plusieurs personnalités du monde des affaires à enquêter sur leurs affaires financières à l’hôtel Ritz Carlton de Riyad.
« Ceux qui sont jugés innocents ont été libérés. Ceux qui ont conclu un accord avec le gouvernement rendront de l’argent et ils seront libérés. Ceux qui ont choisi d’aller en cour le feront. Mais il y a un processus normal. Ils parlent à leurs avocats et aux familles du Ritz Carlton », a-t-il dit.
La campagne est le résultat d’une enquête de deux ans ordonnée par le roi Salman.
Le prince Turki a déclaré : « Cela a été une longue campagne planifiée par le roi depuis longtemps. La corruption est une maladie qui doit être extirpée. Si vous ne faites rien, vous êtes accusé de ne rien faire. Si vous le faites, les gens commencent à inventer des histoires sur la procédure régulière ».
Sa position anti-corruption a été reprise par un autre chef d’entreprise du Golfe. Alain Bejjani, directeur exécutif du conglomérat émirati Majid Al Futtaim, a déclaré qu’il avait assisté à la Future Investment Initiative qui s’est tenue à Riyad en octobre dernier, au Ritz Carlton.
« J’étais ravi de voir le monde venir à Riyad et remettre l’Arabie Saoudite sur la carte. Depuis lors, nous avons eu une campagne anti-corruption, ce qui, je crois, est une bonne chose dans notre partie du monde. »
« Reconnaissons qu’être contre la corruption est une bonne chose. Quand il y avait de la corruption dans le système, personne ne s’inquiétait de la procédure, mais maintenant, certaines personnes s’inquiètent. C’est étrange. Mais je crois que le monde des affaires a besoin de plus de communication sur ce qui se passe », a déclaré Bejjani.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)

am


Diffuser l'info