Le régime de Doha condamné pour le financement des islamistes par la banque Qatari

Diffuser l'info

05/08/19

Les comptes des clients d’Al-Rayan ont été fermés ou gelés par d’autres banques occidentales. (Shutterstock)

Un organisme de bienfaisance interdit aux États-Unis a un compte auprès de la banque
Un ancien chef de la direction de la banque était également directeur d’une filiale britannique d’une organisation religieuse internationale.

DJEDDAH: Le financement de groupes islamistes au Royaume-Uni par une banque appartenant au Qatar est une preuve supplémentaire des activités perverses de Doha, ont déclaré des analystes à Arab News lundi.

Les détails des activités de la banque Al Rayan, dont le siège est à Birmingham, au centre de l’Angleterre, ont été publiés lundi. Parmi ses titulaires de comptes figurent des organisations liées aux Frères musulmans, une organisation caritative interdite aux États-Unis pour être une entité terroriste, des groupes de défense des prédicateurs intransigeants et une mosquée dont le syndic est un dirigeant du Hamas, a rapporté le journal britannique The Times.

Quatre des clients d’Al Rayan, une mosquée et trois associations caritatives, ont vu leurs comptes être fermés par des grandes banques, notamment HSBC et Barclays, en raison de leurs activités.

Le Quatuor antiterroriste de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, de Bahreïn et de l’Égypte a imposé un boycott diplomatique du commerce, des voyages et des relations diplomatiques en juin 2017, en réponse au soutien et au financement du terrorisme par le Qatar.

Le Qatar a toujours financé des milices et des éléments criminels. C’était l’une des principales raisons du boycott de Doha.

Hamdan Al-Shehri, analyste politique

La révélation des liens islamistes de la banque est le dernier coup porté à la crédibilité des dénégations du Qatar selon lesquelles elle soutient la terreur. Le mois dernier, un enregistrement d’une conversation téléphonique entre un homme d’affaires qatarien et l’ambassadeur du pays en Somalie a révélé que Doha avait utilisé des militants d’Al-Shabab pour attaquer les avoirs des EAU en Somalie. Également en juillet, la police italienne a trouvé un missile fabriqué par le Qatar lors d’une descente au domicile d’un néo-nazi.

Les activités d’Al Rayan « confirment ce que les analystes politiques et les spécialistes de la sécurité financière savaient déjà », a déclaré à Arab News le politologue saoudien Hamdan Al-Shehri.

«Le Qatar a toujours financé des milices et des éléments criminels. C’était l’une des principales raisons du boycott de Doha.

«Ces milices qui font des ravages dans la région sont financées par le Qatar. Oui, ils obtiennent un soutien logistique et idéologique de l’Iran, mais l’argent provient du Qatar ».

Sir John Jenkins, ancien ambassadeur britannique en Arabie Saoudite et chroniqueur chez Arab News, a accusé le Qatar de « promouvoir systématiquement des causes islamistes ».

Les dirigeants du Qatar «semblent croire qu’ils peuvent combattre le danger en utilisant la position géographique du Qatar et ses finances pour acheter l’influence régionale, comme ils ont cherché à le faire à Gaza, au Yémen, en Libye, en Syrie et en Irak… et en soutenant les mouvements islamistes aux niveaux régional et international.

«Tout cela, malgré les promesses répétées en Arabie saoudite, à Bahreïn et aux Émirats arabes unis ».

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info