Le secret du succès d’une jeune ingénieure saoudienne dans l’environnement à prédominance masculine de GE

Diffuser l'info

24/10/20

Mme Al-Rammah occupe un poste de directeur commercial chez GE Gas Power. Selon elle, jamais elle ne s’est sentie inférieure à ses collègues hommes, bien qu’elle soit la seule femme de l’équipe. (Photo fournie)

  • Nour Al-Rammah a écrit un manuel simplifié, qui contient tout ce qui a trait à GE, destiné aux personnes sans formation d’ingénieur
  • « Lorsque j’ai étudié le marketing à l’université, je m’attendais à atterrir dans une société de marketing (…), mais je me suis retrouvée dans une société d’ingénierie » confie la jeune femme

DJEDDAH : Pour Nour Al-Rammah, qui ne possède pas de diplôme d’ingénieur, travailler pour GE Power semblait impossible.

Mais la diplômée de l’université Al-Yamamah a réussi à franchir cet obstacle grâce à sa persévérance et à son ingéniosité, et grâce à un manuel de 400 pages qu’elle a rédigé et qui est destiné aux personnes qui, comme elle, voulaient travailler pour l’une des plus grandes entreprises du monde mais n’avaient pas la formation technique nécessaire.

« Je n’ai jamais imaginé pouvoir arriver là », confie-t-elle à Arab News, en évoquant son exploit de s’introduire et de réussir dans un environnement compétitif et dominé par les hommes. « Lorsque j’ai étudié le marketing à l’université, je m’attendais à atterrir dans une société de marketing, où je serais chargée des relations publiques, du marketing et de la publicité. Mais je me suis retrouvée dans une société d’ingénierie ».

C’est en France qu’elle est née et a grandi jusqu’à la fin de son parcours scolaire. Dix-sept ans plus tard, elle est retournée en Arabie Saoudite et s’est installée à Riyad. Elle a obtenu une licence en administration des affaires à l’université Al-Yamamah, avec une spécialisation en marketing et en finance.

Son parcours au sein de la société GE Power, qui figure au classement du Fortune Global 500, n’a pas été facile. En effet, elle voulait rejoindre le programme de leadership d’élite de la société, qui ne sélectionne qu’un seul candidat par an dans le Royaume. La première fois, sa candidature a été rejetée. « C’est très difficile de rejoindre le programme, et l’une des principales conditions requises est de détenir une formation d’ingénieur ».

Elle avait auparavant entrepris un stage de vente et de commerce chez GE Power. A l’époque, elle ne connaissait pas vraiment la société et ce qu’elle offrait sur le marché, mais elle  connaissait bien son logo. Plusieurs opportunités se sont présentées, mais c’est le stage chez GE Power qui a attiré son attention.

« Aujourd’hui, nous disposons en Arabie Saoudite de plus de 500 turbines GE qui produisent plus de 60 % de l’électricité du Royaume. Je ne pouvais pas refuser une telle offre. Je voulais explorer l’opportunité et je ne regrette pas ma décision ».

Lorsque j’ai étudié le marketing à l’université, je m’attendais à atterrir dans une société de marketing, à travailler dans les relations publiques, le marketing et la publicité. Mais je me suis retrouvée dans une société d’ingénierie 

Nour Al-Rammah

À la fin du stage, elle ne pouvait pas envisager de travailler ailleurs. Pour elle, «en raison de l’expérience extraordinaire que j’ai acquise, mon objectif était tout simplement de ne pas quitter GE power. Il fallait que je décroche un emploi à plein temps dans cette entreprise ou que je fasse tout mon possible pour rester dans l’entreprise ; en prolongeant le stage par exemple».

Pour garantir son poste, elle a écrit « Livre de Nour » (Nour’s Book), un manuel simplifié, qui contient tout ce qui a trait à GE et destiné aux personnes sans formation d’ingénieur.

« Ce qui m’a inspirée pour écrire le « Livre de Nour », c’est ma volonté de rejoindre le programme de leadership commercial le plus compétitif et le plus prestigieux, connu sous le nom de CLP (Commercial Leadership Program) ou Programme de leadership commercial, au sein de la société GE. Je me suis sentie tellement autonome que je n’ai pas laissé ce manque (manque de formation en ingénierie) m’arrêter ou me gêner. Au contraire, j’ai utilisé ce manuel technique de 400 pages pour accélérer la courbe d’apprentissage technique, et j’ai réussi à rejoindre le programme grâce au succès remporté par mon livre ».

Le livre aborde en quatre chapitres le portefeuille de GE, les produits, les turbines à gaz, les conditions commerciales, les demandes des clients et les acronymes.

Il n’est pas en vente et n’est accessible qu’aux employés de GE, mais il est désormais fourni à chaque nouvel employé dès son entrée en fonction en tant que manuel.

Une autre raison qui l’a poussée à écrire ce livre est le désir de transmettre ses connaissances aux nouveaux arrivants dans la société, des stagiaires jusqu’aux employés.

« Je souhaitais laisser un héritage, une empreinte. Qu’est-ce que Nour a laissé derrière elle pour aider tous ces nouveaux employés à rejoindre le secteur de l’énergie sans avoir de diplôme d’ingénieur ? Si je l’ai fait, alors tout le monde peut le faire ».

Par ailleurs, elle cherchait à montrer à GE Global que les femmes saoudiennes avaient la possibilité de rejoindre le secteur de l’énergie. Pour atteindre son objectif, elle a compilé des articles, simplifié le langage technique et suivi des cours internes. Chaque fois qu’elle rencontrait une difficulté, elle consultait les experts en ingénierie de GE dans son entourage ou partout dans le monde.

Mme Al-Rammah occupe un poste de directeur commercial chez GE Gas Power. Selon elle, jamais elle ne s’est sentie inférieure à ses collègues hommes, bien qu’elle soit la seule femme de l’équipe.

« Je me sens à égalité avec mes pairs. Pour moi, GE est ma deuxième maison. Croyez-le ou non, je passe plus de temps au bureau qu’avec ma famille. Je me sens responsabilisé par mes collègues hommes. Quand je demande de l’aide, ils me fournissent toujours (plus) que ce que je demande. Quand j’ai besoin de quelques explications, ils me communiquent des documents ou me mettent en contact avec la bonne personne. Dans les réunions, mes arguments sont toujours pris en considération. Lorsque je fais des erreurs, ils me corrigent sans pour autant me laisser intimider ou ils m’appellent après la réunion et corrigent mon erreur. Ils veillent à me voir améliorer mes performances».

D’après Mme Al-Rammah, l’Arabie saoudite est aujourd’hui capable d’autonomiser et d’inspirer les femmes. « Nous vivons dans un pays qui offre des opportunités en or aux femmes ambitieuses » »

Nour Al-Rammah est née et a grandi en France jusqu’à la fin de son parcours scolaire. Elle est retournée en Arabie Saoudite et s’est installée à Riyad dix-sept ans plus tard.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info