Le visage de: Haifa Abouzabibah, responsable des ressources humaines saoudiennes

Diffuser l'info

11/10/19

Hayfa AbouZabibah et son fils Abdelrahman & Panda le chat! (Une photo de Zied Alarfaj)

Je suis un responsable des ressources humaines dans une entreprise privée prestigieuse. À l’été 1983, une famille saoudienne traditionnelle s’est séparée de sa bulle culturelle et a entrepris une nouvelle expérience de vie. Mon père a demandé une retraite anticipée après 20 ans de travail dans une grande entreprise. En un mois, nous avions fait nos valises et déménagé dans le Sunshine State: Californie.

 

Nous étions une famille saoudienne typique de six enfants, ce qui n’était pas normal en Californie. Mon plus jeune frère avait à peine 2 ans et ma sœur aînée avait environ 13 ans. Je suis la deuxième plus âgée et elle vient d’avoir 11 ans. Je ne connaissais pas un mot d’anglais, si ce n’est «oui» et «non».

 

Mon père est allé aux États-Unis pour terminer ses études supérieures. Il a pris un risque et a voyagé avec toute sa famille à des fins d’éducation. L’éducation et l’apprentissage sont devenus pour toujours enracinés en moi.

 

Être immergé en Amérique était facile pour moi parce que j’étais jeune. J’ai appris la langue et acquis un accent américain assez rapidement. Plus important encore, j’ai prospéré grâce à la praticité, à l’inclusion et au paysage multiculturel inhérent à l’ADN de l’Amérique.

 

Retourner en Arabie saoudite en 1997 était également facile. J’ai décroché mon premier emploi dans les ressources humaines, fondé une famille et réussi à concilier famille et carrière.

 

J’ai deux enfants Bayanne a 18 ans et Abdulrahman a 16 ans. Comme mon père a investi en moi, j’investis maintenant dans les études collégiales de ma fille au collège Dar Al-Hekma.

 

Avant le collège, Bayanne et mon fils Abdulrahman sont allés dans une école internationale. Leur père et moi voulions qu’ils acquièrent une perspective mondiale et deviennent des citoyens du monde responsables.

 

Les défis de la vie m’ont aidé à devenir empathique. Je suis fermement convaincu que tout se passe dans la vie pour nous aider à comprendre que la vie est un voyage. En découvrant que les choses matérielles et matérielles vont et viennent, je savais que ce qui reste constant est Allah.

 

Quand j’étais plus jeune, mes parents ont résolu tous mes problèmes. En devenant adulte et en devenant moi-même un parent, j’ai remarqué que les problèmes devenaient de plus en plus grands et que seul Dieu pouvait m’aider à les surmonter et à améliorer la qualité de ma vie. Je cherche à le guider pour devenir une meilleure personne.

 

Je voyais vraiment la vie comme un miroir, car il était important pour moi de réfléchir en évaluant où j’étais dans la vie. Donc, j’aime me concentrer sur ce que je peux contrôler et je sais que j’ai toujours des choix dans la vie, parce que je n’aime pas jouer à la victime.

 

À mon avis, ma plus grande réussite dans la vie est d’être une mère indépendante, une dirigeante et une citoyenne citoyenne. Je vise à devenir mon meilleur moi-même, à aider les autres qui se croisent sur mon chemin à réaliser leur potentiel et à avoir un impact positif là où je peux. Ma curiosité d’apprendre et mon souhait d’inspirer les autres à apprendre ne cessent de croître.

 

Ma citation préférée est celle de mon héros, Oprah Winfrey, qui se lit comme suit: «Lorsque vous faites de votre mieux, les gens le remarquent. Alors, où que vous soyez, faites toujours de votre mieux, et le mieux possible vous place au prochain niveau. »

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info