L’économie non pétrolière de l’Arabie saoudite croît au rythme le plus rapide en six ans

Diffuser l'info

01/03/20

Les économies exportatrices de pétrole du Golfe ont commencé en 2020 avec des perspectives incertaines. (Fichier / AFP)

  • La majeure partie de l’augmentation de la production est due aux secteurs du commerce de détail, de l’hôtellerie et de la finance
  • La croissance du PIB à 0,3% selon les données publiées dimanche par l’Autorité générale des statistiques de l’Arabie saoudite

LONDRES: L’économie non pétrolière de l’Arabie saoudite a augmenté de 3,3% l’année dernière, son rythme le plus rapide depuis 2014, alors même que le secteur de l’énergie s’est contracté et a ralenti la croissance globale.

La majeure partie de l’augmentation de la production est due aux secteurs du commerce de détail, de l’hôtellerie et de la finance, qui attirent des investissements accrus à mesure que le Royaume s’éloigne de sa dépendance à l’égard des revenus pétroliers. Le secteur pétrolier a diminué de 3,6% en 2019, entraînant la croissance globale du PIB à 0,3% selon les données publiées dimanche par l’Autorité générale des statistiques de l’Arabie saoudite.

« La faiblesse de la croissance réelle du PIB global est due à la construction dans le secteur pétrolier », a déclaré à Arab News Monica Malik, économiste en chef à Abu Dhabi Commercial Bank.

« Positivement, l’activité non pétrolière a progressé au rythme le plus rapide depuis 2014 grâce à un renforcement de la croissance non pétrolière. Nous pensons qu’une croissance de l’investissement plus élevée restera un facteur de soutien clé pour l’activité non pétrolière en 2020 avec une progression plus importante des projets clés ».

FAITS EN BREF

2.97 RS

Le PIB saoudien aux prix courants s’élevait à 2974 milliards de RS en 2019.

Le PIB saoudien aux prix courants s’est élevé à 2 974 billions de RS en 2019, en hausse d’environ 0,8% par rapport à l’année précédente.

Le pétrole brut et le gaz naturel représentaient environ 27,4% de la production économique du Royaume, suivis des services gouvernementaux à 19,4%. Le commerce de gros et de détail, les restaurants et les hôtels représentaient le troisième contributeur au PIB, avec une part de 10%.

La baisse de la demande de pétrole à l’échelle mondiale a frappé les exportations du Royaume en 2019, qui ont baissé d’environ 10,4% en valeur sur l’année pour atteindre environ 105 milliards de RS.

Les économies exportatrices de pétrole du Golfe ont commencé en 2020 avec des perspectives incertaines alors que les marchés pétroliers subissent à nouveau la pression de la propagation du coronavirus au-delà de la Chine – ce qui a entraîné une demande de pétrole brut et de carburant d’aviation alors que les gens restent chez eux et que les usines réduisent leur production.

Pourtant, l’Arabie saoudite espère que ses plans pour stimuler la production de gaz dans le Royaume pourraient aider à compenser l’impact de la baisse des prix du pétrole.

Le pays s’attend à ce que le champ de Jafurah récemment divulgué soit un contributeur majeur à la croissance du PIB au cours des prochaines décennies.

Détenant environ 200 billions de pieds cubes de gaz humide, il pourrait générer 8,6 milliards de dollars de revenus par an et contribuer 20 milliards de dollars par an au PIB du Royaume.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info