L’économie saoudienne retourne à la croissance au premier trimestre

Diffuser l'info

Heure: Juillet 02, 2018

La baisse des recettes pétrolières – qui représente 70% des recettes publiques – a plongé l’économie de l’OPEP en territoire négatif l’année dernière pour la première fois depuis 2009, un an après la crise financière mondiale.

 
L’économie saoudienne s’est retirée de la récession au premier trimestre de 2018, grâce à la hausse des prix du pétrole et à une poussée du secteur non brut, ont annoncé dimanche les autorités.
L’économie du royaume a augmenté de 1,15% au cours des trois premiers mois de l’année par rapport à la même période l’année dernière où elle a diminué de 0,84%, selon l’Autorité générale de la statistique.
L’organisme a attribué la croissance à un bond de 2,7% dans la sphère non pétrolière et à une hausse de 0,62% dans le secteur pétrolier, qui s’est contractée de près de 2% au premier trimestre 2017.
Les prix du pétrole ont régulièrement augmenté depuis début 2016, lorsque les producteurs de l’OPEP et non-OPEP ont conclu un accord pour réduire la production.
La baisse des recettes pétrolières – qui représente 70% des recettes publiques – a plongé l’économie de l’OPEP en territoire négatif l’année dernière pour la première fois depuis 2009, un an après la crise financière mondiale.
Les rapports de croissance viennent du fait que le prince héritier Mohammed bin Salman pousse un ensemble de vastes réformes économiques et sociales dans le royaume.
Dans le cadre de son plan Vision 2030, l’héritier du trône prévoit de réduire la dépendance de Riyad au pétrole, de stimuler le tourisme et d’investir massivement dans le secteur du divertissement sous-développé pour augmenter les dépenses intérieures.
Les prix du brut sont restés élevés même après que les producteurs de pétrole ont annoncé la semaine dernière qu’ils prévoient augmenter leur production à partir de juillet.
Le président américain Donald Trump a déclaré samedi que le roi Salman d’Arabie Saoudite avait accepté sa demande d’augmenter la production de pétrole de deux millions de barils par jour.
Riyad a affiché un déficit budgétaire au cours des quatre dernières années, empruntant sur les marchés nationaux et internationaux et augmentant les prix du carburant et de l’électricité pour financer le déficit.
Une taxe a également été introduite sur la valeur ajoutée de 5% au début de 2018.
Depuis 2014, les déficits budgétaires saoudiens ont totalisé 260 milliards de dollars et le gouvernement prévoit un déficit de 201 milliards de dollars en 2018.

Cet article a été publié pour la première fois dans Arabian Business

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien Arabian Business Accueil

ru


Diffuser l'info