L’éolien : l’avenir énergétique de l’Arabie saoudite

Diffuser l'info

31/07/19

La route vers les énergies renouvelables: le projet de parc éolien Dumat Al-Jandal de 400 MW s’inscrit dans le cadre de la décision de l’Arabie saoudite de ne plus dépendre économiquement des combustibles fossiles pour la production d’électricité. (Photo de Masdar)

  • Le plus grand parc éolien du Moyen-Orient sera construit dans la région d’Al Jouf au nord-ouest du Royaume
  • Le projet éolien Dumat Al-Jandal générera suffisamment d’électricité pour alimenter 70 000 foyers dans le Royaume

DUBAI: Jusqu’à présent, peu de personnes en dehors de l’Arabie Saoudite avaient entendu parler de Dumat Al-Jandal.

Mais comme la construction doit commencer sur le plus grand parc éolien du Moyen-Orient – et le premier en Arabie saoudite -, la capitale historique de la région d’Al Jouf, dans le nord-ouest du Royaume, sera bientôt sur la carte des énergies renouvelables.

Lancé dans le cadre du détournement des combustibles fossiles comme source d’électricité prévu par l’Arabie saoudite, le parc éolien d’une valeur de 500 millions de dollars aura une capacité installée de 400 mégawatts (MW), suffisante pour alimenter 70 000 foyers dans le Royaume et réduire les émissions jusqu’à 880 000 tonnes chaque année. Les opérations commerciales doivent débuter au premier trimestre de 2022.

La semaine dernière, un consortium dirigé par EDF Renewables et Masdar a conclu un accord avec des banques saoudiennes et internationales afin de financer le projet éolien à grande échelle, qui sera situé à 560 kilomètres au nord de Riyad.

«Nous sommes ravis de voir le projet progresser jusqu’à la phase de construction», a déclaré Osama bin Abdul Wahab Khawandanah, PDG de Saudi Power Procurement Co., une filiale de Saudi Electricity Co. (SEC).

Conformément à la stratégie de la Vision 2030 du Royaume, le gouvernement saoudien prévoit de développer 30 projets solaires et éoliens au cours des neuf prochaines années dans le cadre d’un programme de 50 milliards de dollars visant à stimuler la production d’énergie et à réduire la consommation de pétrole. Le royaume cherche à utiliser davantage de gaz naturel et d’énergie renouvelable pour la production d’électricité, de sorte que les quelque 600 000 barils de pétrole brûlés chaque jour à cette fin puissent être libérés pour l’exportation.

Dans le cadre d’un effort visant à réduire la dépendance économique sur les ventes de pétrole brut, le fonds souverain de l’Arabie saoudite investit dans des unités industrielles pour la fabrication de composants destinés aux parcs solaires et éoliens et à des installations d’énergie renouvelable.

À cette fin, le Bureau de développement des projets d’énergie renouvelable du Ministère saoudien de l’énergie, de l’industrie et des ressources minérales avait attribué le projet de parc éolien Dumat Al-Jandal en janvier à la suite d’un appel d’offres lancé en août 2017.

EDF Renewables et Masdar – qui sont respectivement les unités d’énergie renouvelable d’Électricité de France SA et de Mubadala Investment Co., d’Abou Dhabi – avaient présenté l’offre la plus compétitive au monde, à savoir 21,3 $ par MW heure.

« L’Arabie Saoudite est un grand pays qui a des atmosphères différentes du nord au sud », a déclaré Yousif Al-Ali, directeur exécutif par intérim de l’énergie propre à Masdar, à Arab News.

«En particulier dans la partie nord-ouest, les ressources éoliennes sont très importantes, ce qui permet de construire des projets éoliens à un coût attractif. Cette zone, proche de l’Egypte et du nord de la mer Rouge, dispose de nombreuses ressources éoliennes ».

Al-Ali a déclaré que les Émirats arabes unis, le Koweït et Bahreïn n’avaient pas les avantages de l’Arabie saoudite en matière de projets éoliens viables.

FAITS EN BREF

  • L’énergie éolienne implique la conversion de l’énergie cinétique (éolienne) en énergie électrique.
  • Le vent fait tourner le rotor d’une éolienne; le mouvement des pales du rotor entraîne un générateur qui produit de l’électricité.
  • La vitesse moyenne du vent doit être supérieure à 18 km à l’heure pour que l’installation d’une éolienne en vaille la peine.
  • Les emplacements idéaux pour les éoliennes sont la campagne, les fermes et le littoral.

Néanmoins, dans le reste de la péninsule arabique, les régions du nord-ouest et du sud d’Oman disposent de bonnes ressources éoliennes.

« Dans la région du Golfe, le potentiel éolien concerne spécifiquement le nord-ouest de l’Arabie saoudite et le sud de l’Oman », a déclaré Al-Ali.

«La zone située du côté égyptien, en face du site du projet Dumat Al-Jandal, contient de nombreuses ressources éoliennes. Il existe également un très bon potentiel éolien en Tunisie et au Maroc », a-t-il ajouté. «Je prévois d’autres projets éoliens en Arabie saoudite, d’autant plus qu’ils envisagent de disposer de 27,3 gigawatts (GW) d’énergie renouvelable dans leur bouquet énergétique d’ici 2024. Une grande partie de cette quantité proviendra de l’énergie éolienne».

En ce qui concerne le projet Dumat Al-Jandal, le fournisseur de technologie d’éoliennes sous-traité, Vestas, sera responsable des contrats d’ingénierie, d’approvisionnement et de construction.

Le groupe industriel espagnol TSK se chargera du reste de l’usine, tandis que la société belge CG Holdings fournira des sous-stations et des solutions de haute-tension.

Le parc éolien devrait fournir de l’électricité conformément à un contrat d’achat d’électricité conclu avec Saudi Power Procurement Co., d’une durée de 20 ans.

« La centrale sera connectée au réseau du Royaume, générant 400 MW d’énergie propre », a déclaré Al-Ali. «Nous avions un prix  record de 21,3 dollars le kilowattheure ».

Pendant la construction, le parc éolien emploiera 1 000 personnes, ce qui tombera à 30-50 personnes lorsque le site deviendra pleinement opérationnel.

«Nous sommes ravis de participer au premier projet éolien en (Arabie Saoudite), qui devrait devenir le parc éolien le plus puissant du Moyen-Orient», a déclaré Bruno Bensasson, président exécutif du groupe EDF chargé des énergies renouvelables, et président et PDG d’EDF Renewables.

«Cette nouvelle étape reflète la qualité de notre partenariat avec Masdar, qui nous a permis de présenter conjointement l’offre la plus compétitive. L’énergie éolienne représente désormais une solution renouvelable et économique dans le mix énergétique ».

Dumat Al-Jandal représente un autre pas en avant dans la stratégie Cap 2030 du groupe EDF, qui vise à doubler sa capacité en énergies renouvelables d’ici 2030 – en France et dans le monde – à 50 GW.

Le PDG de Masdar, Mohamed Jameel Al-Ramahi, a déclaré que la signature du contrat du premier parc éolien en Arabie saoudite lors de la Semaine de la durabilité à Abou Dhabi en janvier était un événement capital dans l’histoire de la société.

« Cela montre à quel point l’Arabie saoudite est résolue à concrétiser sa stratégie audacieuse visant à augmenter de manière substantielle la contribution des énergies renouvelables dans son bouquet énergétique total à 27,3 GW d’ici 2024, à partir de l’énergie éolienne et solaire », a-t-il ajouté.

«Le financement sursouscrit du projet Dumat Al-Jandal illustre encore davantage la confiance des prêteurs locaux et internationaux et de la communauté des investisseurs dans l’économie du Royaume et son potentiel en tant que plaque tournante pour le développement très rentable de l’énergie renouvelable ».

 

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info