Les banques saoudiennes acceptent un règlement de 4,5 milliards USD sur les taxes islamiques

Diffuser l'info

22/12/18

Les principales banques d’Arabie saoudite ont atteint des règlements d’une valeur totale de 16,7 milliards de riyals (4,5 milliards de dollars) avec l’autorité fiscale du royaume sur un prélèvement religieux contre lequel les prêteurs s’étaient opposés.

Ces accords interviennent alors que le plus grand exportateur de brut au monde prévoit un déficit budgétaire de 131 milliards de riyals, soit 4,2% du produit intérieur brut, pour 2019.

Le déficit s’est aggravé à mesure que le pays a augmenté ses dépenses et étendu les avantages pour les fonctionnaires à des milliards de dollars.

Les autorités fiscales ont étendu la taxe religieuse de 2,5%, connue sous le nom de Zakat, en incluant des articles précédemment exemptés, tout en supprimant certaines déductions.

La banque Al Rajhi a été touchée par le paiement le plus élevé, acceptant de payer 5,41 milliards de riyals, a annoncé le prêteur dans un communiqué publié sur la Bourse saoudienne. La banque d’Alinma n’a payé aucun règlement et a déclaré dans une annonce séparée qu’il y aurait un solde créditeur auprès de l’autorité.

Les arriérés d’impôts sont acquittés en raison des changements intervenus dans le paysage bancaire du pays, qui a vu la Banque britannique saoudienne et la grève de la banque Alawwal conclure un accord en mai, qui devait se combiner en une opération d’achat de 5 milliards de dollars.

Un mois plus tard, JPMorgan Chase et Co a accepté de revendre sa participation de 7,5% dans la Banque d’Investissement saoudienne au prêteur basé à Riyad.

La fusion de la banque britannique saoudienne, affilié à SBHS, avec Alawwal, qui a été soutenue par le groupe la Banque Royale de l’Ecosse, a été perçue comme un signe avant-coureur de la multiplication des transactions dans le secteur des services financiers du pays, où environ 25 prêteurs locaux et internationaux se font concurrence environ 33 millions de personnes. La fusion devrait être achevée au cours du premier semestre de 2019.

L’Arabie saoudite a publié ses chiffres 2019 cette semaine, avec un chiffre d’affaires estimé à 975 milliards de riyals contre 895 milliards de riyals en 2018.

Les impôts devraient contribuer à hauteur de 183 milliards de riyals au budget en 2019, contre 166 milliards de riyals en 2018.

Pour être au courant des dernières actualités bancaires et financières des Emirats Arabes Unis et des pays du Golfe, suivez-nous sur Twitter et Linkedin, aimez-nous sur Facebook et abonnez-vous à notre page YouTube, mise à jour quotidiennement.

Cet article a été publié pour la première fois dans Arabian Business

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien Arabian Business


Diffuser l'info