Les censeurs saoudiens adoptent ‘Le Message’ – le Koweït interdit d’emblée le film

Diffuser l'info

Heure: Juin 07, 2018

Les censeurs saoudiens ont aujourd’hui nettoyé l’histoire classique de Moustapha Akkad de la fondation de l’Islam, le Message, à l’écran dans les cinémas du royaume. Le film de 1976 ouvrira en Arabie saoudite le 14 juin dans le cadre de sa sortie dans toute la région – ce sera la première fois que le film sera vu dans les cinémas du CCG. Il a été banni des écrans lors de sa sortie initiale.

Le distributeur Front Row Films a confirmé que le processus d’obtention de l’autorisation était relativement simple. Le film, qui a été tourné en anglais et en arabe avec des moules entièrement différents, est maintenant mis en rotation sur les cinq écrans de cinéma saoudiens existants. Un autre communiqué de l’Aïd a également nettoyé les censeurs, Jurassic World.

C’est une histoire différente au Koweït, cependant. Le National comprend que le film a été soumis à des chefs religieux koweïtiens, qui ont approuvé le contenu du film pour le public local, cependant, une intervention de dernière minute du ministère de l’Information du Koweït a mis un blocage sur la libération. Front Row a ajouté que, à la lumière de l’approbation saoudienne, ils présenteront à nouveau le film au Koweït, avec l’espoir que les autorités koweïtiennes pourraient reconsidérer à temps pour que le film puisse sortir avec le reste de la région.

Le chef de Front Row, Gianluca Chakra, a commenté les nouvelles saoudiennes: « Nous sommes ravis que le film ait été adopté pour projection en Arabie Saoudite. Ce film est une partie vitale de l’histoire et de la culture de la région, et pour finalement le voir en Arabie saoudite, c’est le point culminant d’un rêve et le témoignage de la croyance que nous avons toujours eue dans cette histoire vitale du cinéma. Nous sommes ravis et honorés d’avoir pu jouer notre rôle dans ce voyage. « 

Les projections saoudiennes représenteront un voyage qui se terminera pour le film nominé aux Oscars d’Akkad. L’Arabie Saoudite était l’un des pays qui avait initialement accepté d’aider à financer le film, et Akkad avait espéré y tourner des scènes cruciales avant que la controverse grandissante autour de son projet n’amène de nombreux soutiens régionaux, dont l’Arabie Saoudite, à retirer leur soutien.

Le film raconte la vie du prophète Mahomet sans jamais le représenter- il utilise des personnages périphériques qui le suivent pour raconter son histoire.

Cet article a été publié pour la première fois dans The National

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien The National Accueil

ru


Diffuser l'info