Les enfants soldats iraniens et la complicité silencieuse du monde

Diffuser l'info

16/12/19

Un jeune combattant houthi nouvellement recruté participe à un rassemblement à Sanaa, au Yémen, le 2 février 2017. (Photo d’archive AFP)

Après la victoire de la soi-disant révolution islamique en Iran en 1979, le régime théocratique qui a pris le pouvoir – usurpant les droits du peuple iranien – a adopté plusieurs stratégies sectaires qui reflètent son idéologie extrémiste.

Le régime s’est concentré sur le lavage de cerveau et a adopté des tactiques d’endoctrinement orwellien pour servir ses nouvelles politiques. Ceux-ci sont passés de la théorie à la pratique au cours de la première phase post-révolutionnaire via des programmes d’enseignement dans les écoles et les collèges, ainsi que des assemblées révolutionnaires d’avertissement, au cours desquelles le peuple iranien a été fustigé par des religieux du régime pour tout écart perçu par rapport à la dure vision du monde idéologique du régime. Ce régime totalitaire s’est développé rapidement et les religieux ont rapidement ressenti le besoin d’aller au-delà de l’Iran pour tester l’efficacité de leurs politiques au niveau régional. La guerre Iran-Irak a fourni une opportunité appropriée pour cela, et elle a également permis à la région d’observer la réalité de la nouvelle idéologie iranienne et de la politique du régime.

L’un des exemples les plus marquants de la façon dont le régime a utilisé l’endoctrinement pendant la guerre Iran-Irak est son utilisation d’enfants comme boucliers humains ou chair à canon, avec d’innombrables jeunes garçons des rangs des pauvres envoyés en première ligne pour combattre. Beaucoup étaient tristement célèbres pour traverser des champs de mines placés le long de la frontière Iran-Irak afin que les troupes iraniennes puissent traverser en toute sécurité après eux. Le régime considérait cela comme un moyen rentable de minimiser les pertes militaires et les dommages à l’équipement militaire, tandis que les enfants des pauvres étaient considérés comme des «dommages collatéraux» sacrifiables. Avant de partir pour le champ de bataille, ces enfants ont chacun reçu une Clé bon marché avec un ruban pour accrocher autour de leur cou, et on leur a dit que c’était la « clé du paradis » qui leur permettrait d’entrer au paradis en tant que glorieux martyrs.

Malgré le passage des décennies, il est méprisable que, même maintenant, le régime de Téhéran se sente sans honte d’admettre avoir commis des crimes aussi horribles contre des enfants innocents. Il diffuse régulièrement et fièrement des images sur la télévision d’État et publie dans ses journaux officiels des photos montrant des enfants soldats, qui sont loués pour leurs actes « héroïques » et « martyres » pendant les huit années de guerre avec l’Irak.

Apparemment inspiré par cet abus criminel des enfants, le Hezbollah a suivi les traces du régime iranien, endoctrinant des enfants avec une idéologie extrémiste et les entraînant dès leur plus jeune âge à prendre les armes et à combattre dans des batailles qui servent le régime iranien et son projet expansionniste à travers le Moyen-Orient. Quiconque a regardé la propagande médiatique du Hezbollah aura vu des enfants endoctrinés et exploités.

Cet endoctrinement ne s’est pas limité à l’Iran et au Liban, mais a également débordé dans d’autres domaines alors que le régime iranien propage son idéologie extrémiste. Cela inclut le Yémen, où les Houthis soutenus par l’Iran utilisent régulièrement des enfants – certains plus petits que les armes qu’ils portent – pour combattre dans des batailles au Yémen lui-même et à la frontière saoudo-yéménite. Un rapport de l’ONU publié en 2015 suggère que plus de 1 500 enfants yéménites ont été enrôlés de force, tandis que des militants du pays affirment que le nombre réel est bien plus élevé.

« Avec le régime iranien, nous avons affaire à un projet idéologique de cruauté et de dépravation infinies »

Dr. Mohammed Al-Sulami

Comme ailleurs, la réalité horrible mais indéniable de l’utilisation par les Houthis d’enfants soldats est bien documentée par des séquences vidéo et télévisées et des reportages réguliers du pays. Dans un récent documentaire arabe de la BBC, un journaliste s’approche d’un énorme véhicule militaire gardé par un enfant de moins de 14 ans (et peut-être bien plus jeune), assis à l’arrière à côté d’une mitrailleuse montée qui le rapetisse. Lorsque le journaliste demande à l’enfant pourquoi il est là, le garçon répond: «Je ne sais pas; ils m’ont demandé de le faire ». Le journaliste tente d’inciter le garçon en lui demandant:« Es-tu ici pour défendre ta patrie? »L’enfant hésite, ne comprenant clairement pas la question, avant de marmonner:« Oui ». Les enfants sont également utilisés pour nettoyer les casernes et garder les postes de contrôle, les Houthis tentant même de diffamer la coalition arabe avec le mensonge selon lequel elle est responsable de ces crimes.

Des dizaines d’enfants soldats houthis ont été capturés par les forces du gouvernement yéménite légitime lors de batailles au Yémen ou lors de combats le long de la frontière saoudo-yéménite. Comme dans tous les cas d’utilisation d’enfants soldats, cette exploitation des enfants est purement le fait de ceux qui sont suffisamment cruels pour les utiliser de manière aussi cynique.

Comme le soulignent tous ces cas, avec le régime iranien, nous avons affaire à un projet idéologique de cruauté et de dépravation infinies, qui n’a aucun problème à envoyer des enfants à leur mort tant que cela sert ses objectifs. Tous ces facteurs montrent que le sort du régime est acquis d’avance. Quiconque peut soutenir une telle conscription et exploitation des enfants, que ce soit par des menaces, des récompenses ou des punitions et généralement un mélange des trois, ne craint pas d’être puni dans cette vie ou dans la suivante, et est totalement indifférent à tous les pactes et traités internationaux qui condamnent ces actes horribles. Malgré ces faits, cependant, les organismes internationaux et les groupes de défense des droits de l’homme soucieux de protéger les enfants restent honteusement silencieux et passifs sur le comportement criminel de l’Iran.

L’exploitation des enfants par le régime iranien au Yémen et ailleurs doit être dénoncée, ce qui nécessite une action concertée pour mettre en lumière de telles pratiques odieuses. Alors que les organismes internationaux restent silencieusement complices de ce mal – contredisant leurs slogans sur les soins et la protection des enfants – il est essentiel d’exposer le comportement iranien devant l’opinion publique mondiale dans l’espoir certes mince que cela pourrait inciter la conscience du monde à rejeter la complicité dans une telle criminalité iranienne et traduire en justice les responsables.

  • Le Dr Mohammed Al-Sulami est directeur de l’Institut international d’études iraniennes (Rasanah). Twitter: @mohalsulami

Avis de non-responsabilité: les opinions exprimées par les auteurs dans cette section sont les leurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d’Arab News

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info