Les femmes saoudiennes profitent du nouvel engouement pour la danse de fitness « Nia »

Diffuser l'info

09/12/18

Cette semaine, Dabagh a réussi à organiser sa première classe de Nia dans un gymnase de la ville saoudienne de Khobar, à laquelle de nombreuses femmes saoudiennes ont participé. (Al Arabiya)
 
Une instructrice de fitness saoudienne a présenté aux femmes de sa communauté une nouvelle façon amusante de rester en forme en leur enseignant des cours de cardio-danse Nia.
 
Au cours des dernières années, de nombreux entraîneurs de fitness saoudiens ont choisi d’essayer de nouveaux et différents types d’entraînement physique pour offrir aux femmes du royaume une variété de styles d’entraînement.
 
Manal Al-Dabagh est immédiatement tombée amoureuse de la technique Nia, de sa musique et de ses mouvements, pendant son séjour aux États-Unis.
Dabagh a appris les cours de cardio fitness de la danse Nia et a obtenu une licence de technique de Nia. Elle a d’abord eu la ceinture blanche, puis est passée à la ceinture bleue. Elle a ensuite commencé à enseigner en tant qu’instructeur aux États-Unis puis en Corée, avant de retourner en Arabie saoudite en 2013, avec la ceinture noire.
 
Cette semaine, elle a réussi à organiser sa première classe de Nia dans un gymnase de la ville saoudienne de Khobar, à laquelle de nombreuses femmes saoudiennes ont participé et ont exprimé leur enthousiasme et leur étonnement.
Ce sport repose sur l’interaction avec la musique, le contrôle des mouvements du corps en harmonie avec l’esprit et les mouvements conscients.
 
Dabagh raconte à Al Arabiya English : « C’est un sport inclusif qui repose sur l’interaction du corps et de l’esprit. Il combine de nombreux styles sportifs et rythmiques et c’est ce qui incite les femmes à le pratiquer. Il peut être pratiqué n’importe où, à tout moment, par les participants, quel que soit leur âge, leur corps et leur situation de santé ».
Elle dit espérer que la technique de remise en forme va devenir populaire en Arabie Saoudite. Dabagh enseigne à Djeddah et à Riyad et pense que Nia gagne actuellement du terrain dans le royaume.
Sara Al Rahimi, une des femmes ayant participé aux cours de Nab de Dabagh, pense que c’est un sport qui peut débarrasser les participantes des problèmes psychologiques quotidiens et du stress qui les accompagnent.

Cet article a été publié pour la première fois dans Al Arabiya English

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien Al Arabiya English


Diffuser l'info