Les manifestants exhortent Trump à rejeter un compromis avec l’Iran

Diffuser l'info

24/09/19

Les manifestants ont commencé à se rassembler près du siège de l’ONU à Manhattan la semaine dernière et ont maintenu une veille quotidienne. (Gracieuseté de l’Organisation des communautés irano-américaines OIAC)

Les manifestants ont commencé à se rassembler près du siège de l’ONU à Manhattan la semaine dernière et ont maintenu une veille quotidienne

Ils espèrent rappeler au président Trump, aux responsables américains et aux délégués de l’ONU l’histoire du terrorisme de l’Iran

NEW YORK: Des milliers de membres d’une coalition d’organisations irano-américaines ont promis de confronter le président iranien Hassan Rouhani lorsqu’il s’adressera mercredi aux Nations Unies rappelant au monde plus de 120 000 dissidents politiques et défenseurs de la démocratie assassinés par le gouvernement iranien 40 ans.

Les manifestants ont commencé à se rassembler près du siège de l’ONU à Manhattan la semaine dernière et ont maintenu une veille quotidienne. Leur nombre continuera à augmenter, selon le directeur politique de l’Organisation des communautés irano-américaines (OIAC), qui coordonne l’activisme anti-régime aux États-Unis.

Dr. Majid Sadegh pour a déclaré que la communauté mondiale « ne devrait pas être trompée » par de faux gestes de bonne volonté de la part des représentants iraniens. «Aucune concession économique et politique ne peut modérer le comportement de ce régime médiéval. Les mollahs ne comprennent que le langage du pouvoir et de la fermeté. Une pression maximale doit être exercée pour aider le peuple iranien à se libérer du joug des mollahs », a-t-il ajouté.

« Nous avons commencé à manifester la semaine dernière en prévision de l’ouverture de la 74e session de l’Assemblée générale des Nations unies et de la comparution de responsables iraniens. Nous continuerons à manifester jusqu’à ce que le régime iranien soit tenu pour responsable de ses atrocités contre le peuple iranien », a déclaré Sadegh pour. .

« Nous serons ici en nombre lorsque les responsables du régime iranien devraient s’adresser à l’ONU mercredi. »

Selon Sadeghpour, les manifestants ont maintenu des veilles quotidiennes depuis la semaine dernière dans l’espoir de rappeler au président Trump, aux responsables américains et aux délégués de l’ONU l’histoire du terrorisme et des brutalités dont l’Iran est victime.

Il a déclaré que Trump et l’ONU devaient « rejeter les faux prétextes de modération » du président iranien Hassan Rouhani et de ses représentants.

Trump avait initialement pris une position publique ferme contre l’Iran, l’accusant de terrorisme et de violence, puis semblait s’être atténué il y a deux semaines lorsqu’il a annoncé qu’il rencontrerait le président iranien Hassan Rouhani s’il se présentait à la séance d’ouverture de l’Assemblée générale des Nations unies. 74ème année.

Mais il y a une semaine, après une attaque coordonnée par drone et missile de croisière ciblant les champs pétroliers d’Aramco saoudien le long de la côte du Yémen, M. Trump a déclaré que l’armée américaine était « bloquée et chargée », suggérant que l’Amérique était prête à entrer en guerre contre l’Iran. Trump a déclaré qu’il se préparerait à empêcher Rouhani et son régime d’assister à la réunion de l’ONU à New York, mais a ensuite cédé.

L’assaut des 25 drones et de multiples missiles a eu lieu samedi 14 septembre à l’aube. Lors d’une conférence de presse à Riyad, le porte-parole de la coalition, le colonel Turki Al-Maliki, a déclaré que les assauts avaient forcé l’Arabie saoudite à fermer la moitié de sa production pétrolière.

Des responsables saoudiens, dont Abdullah Al-Rabibah, directeur du Centre d’aide et d’assistance humanitaire du roi Salman, ont déclaré que les attaques sophistiquées et technologiquement coordonnées à Abqaiq et à Khurais étaient «trop complexes» pour être orchestrées uniquement par les milices Houthis.

«L’Iran est à l’origine de nombreuses attaques contre la région. L’ONU devrait agir. Il devrait y avoir une résolution contre l’Iran. L’implication de l’ONU est un message », a déclaré Al-Rabeeah mercredi lors d’une conférence de presse décrivant les efforts humanitaires de l’Arabie saoudite au Yémen, où les milices Houthis soutenues par l’Iran ont pris pour cibles des civils, des travailleurs humanitaires et des forces de la coalition.

Sadegh pour a qualifié Rouhani de « modéré meurtrier » et a déclaré que Rouhani et d’autres responsables du régime iranien devraient être tenus pour responsables du meurtre de plus de 120 000 civils iraniens, dont 30 000 assassinés lors d’une purge nationale en 1988.

Neuf ans après avoir pris le contrôle de l’Iran de l’ancien dirigeant, le chah d’Iran, le régime iranien sous la direction de l’ayatollah Khomeiny, a ordonné la purge de dissidents réclamant la démocratie. La répression a commencé le 19 juillet 1988 et s’est poursuivie dans tout le pays pendant près de cinq mois. Parce que tant de gens ont été faits prisonniers, l’Iran a utilisé des grues de construction pour suspendre les victimes toutes les demi-heures.

L’ancien maire de New York, Rudy Giuliani, qui a déjà pris la parole lors de manifestations contre le régime iranien, devrait se joindre à l’ancien sénateur Joseph Lieberman pour s’adresser aux manifestants lors des rassemblements anti-régime.

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info