Les ministres des Affaires étrangères arabes apprécient le rôle du centre d’aide humanitaire et de secours du roi Salmane, joué au Yémen

Diffuser l'info

12/09/18

Le Conseil de la Ligue arabe (LA) a exprimé aujourd’hui ses remerciements au centre d’aide humanitaire et de secours  du roi Salmane, basé à Riyad, pour son rôle au Yémen et l’engagement récent de Masam, d’une valeur de 40 millions de dollars, projet de déminage.

Cela est venu, dans le cadre d’une résolution intitulée «L’évolution de la situation au Yémen», adoptée par la 150e session ordinaire du conseil de la LA, qui s’est tenue au niveau des ministres des Affaires étrangères arabes et présidé par le Soudan.

Le Conseil a remercié et félicité le Koweït d’avoir rempli, lors de la Conférence de Genève, son engagement total à soutenir la situation humanitaire au Yémen pour un montant de 250 millions de dollars.

Il a également remercié le Koweït pour le rôle qu’il avait joué dans l’accueil du processus politique yéménite et dans le soutien aux efforts visant à instaurer une paix globale et un développement durable au Yémen, sur la base des trois termes de référence convenus.

Se félicitant du rôle joué par les Émirats arabes unis dans le soutien aux secours, les programmes d’assistance humanitaire et la réhabilitation des infrastructures et des services dans les zones libérées, le Conseil a salué au Yémen l’assistance et l’appui fournis au Yémen par l’Egypte, l’Algérie, le Soudan, Djibouti et le Soudan. Jordan.

Les ministres ont réaffirmé le soutien continu de la légitimité constitutionnelle au Yémen, présidé par le président Abdou Rabbou Mansour Hadi, et ont soutenu les mesures prises par le gouvernement légitime visant à normaliser la situation, mettre fin au coup d’État et à rétablir la sécurité et la stabilité dans tous les gouvernorats yéménites l’engagement de préserver l’unité, la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale du Yémen.

Les ministres arabes des Affaires étrangères ont appuyé la position du gouvernement yéménite et son adhésion aux trois mandats, à l’initiative du CCG et à son mécanisme exécutif, aux résultats du dialogue national approfondi ainsi qu’à la résolution n ° 2216 du Conseil de sécurité des Nations Unies et aux résolutions internationales connexes en tant que base pour parvenir à un règlement politique global, au Yémen.

Le gouvernement yéménite a salué les propositions de l’envoyé international visant à maintenir le port de Hodeïda hors du contrôle des milices Houthis, afin de s’assurer que les revenus du port ne soient pas détournés à des fins de financement et de direction de la guerre, et afin de payer les salaires et de répondre aux besoins des citoyens, en dénonçant le rejet du coup d’État Houthi à l’égard de ces propositions et en étant indifférent aux conditions humanitaires critiques que subissent les Yéménites.

Ils ont condamné l’intransigeance des Houthis et leur refus d’assister à la séance de consultation convoquée par l’envoyé du Secrétaire général de l’ONU à Genève, le 6 septembre, à un moment où le gouvernement yéménite s’était engagé à participer et à traiter de manière positive le chemin de la paix et du rétablissement de l’État. , au Yémen.

Les ministres arabes des Affaires étrangères ont condamné toutes les violations des droits de l’homme commises par la milice Houthis, affirmant le soutien des efforts du gouvernement yéménite pour lutter contre l’extrémisme et le terrorisme.

Ils ont souligné que les milices Houthis constituaient un environnement propice à la propagation d’organisations terroristes déviantes, condamnant le soutien de l’Iran aux Houthis, qui sapait les efforts visant à revenir au processus politique et entravait les efforts internationaux visant à mettre un terme à la violence, au terrorisme et à la guerre au Yémen. .

Les ministres ont ajouté que les Houthis tiraient des roquettes sur les pays voisins et menaçaient les transports maritimes internationaux dans le détroit de Bab el-Mandeb et la mer Rouge, rejetant les allégations contenues dans le rapport du groupe d’experts sur le Yémen publié le 28 août.

Ils ont déploré le fait que le groupe d’experts de l’ONU ait assumé l’entière responsabilité du gouvernement légitime au Yémen et des pays de la Coalition pour restaurer la légitimité au Yémen sur le conflit au Yémen, alors que le rapport ignorait les causes réelles du conflit représenté dans le rapport. Le coup d’Etat des milices Houthis soutenu par l’Iran, le rôle négatif de l’Iran et son ingérence ont prolongé le conflit au Yémen.

Les ministres arabes des Affaires étrangères ont appelé l’envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies à faire pression sur les copistes de la milice Houthis afin qu’ils libèrent des prisonniers, des détenus, des personnes enlevées, prisonniers politiques, journalistes et activistes immédiatement et sans condition.

Les ministres arabes ont condamné l’implantation de mines par les milices Houthis dans la voie navigable et ciblé les navires de commerce et les pétroliers, ce qui a presque provoqué un désastre environnemental, soulignant que la sécurité de la mer rouge fait partie intégrante de la sécurité nationale arabe.

Cet article a été publié pour la première fois dans Al Riyadh daily

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien Al Riyadh daily


Diffuser l'info