Les motards saoudiens prêts à tracer une nouvelle voie

Diffuser l'info

19/01/19

 

L’Institut de compétences des motards a commencé à former des coureuses dès que l’interdiction de conduire a été levée. (Photo AN d’Issam Al-Ghalib)

Les motocyclistes saoudiennes attendent des éclaircissements sur les licences.

L’arrêté royal de septembre 2017 accordant aux femmes le droit de conduire dans le Royaume à partir de juin 2018 stipulait que les lois sur la conduite seraient les mêmes pour les hommes et les femmes.

DJEDDAH: Près de sept mois se sont écoulés depuis que l’Arabie saoudite a levé son interdiction sur les conductrices. Les femmes qui espèrent obtenir un permis de conduire à moto sont toujours en attente. Selon Wael Houraib, fondateur du l’Institut de compétences des motards (ICM) – qui, selon lui, est la seule école de formation de motocycliste du Royaume – aucune licence de motocycliste n’est délivrée à une femme.

« Pour les dames, à ce jour, elles ne sont pas encore en mesure d’obtenir une licence et nous ne savons pas vraiment pourquoi », a déclaré Houraib. «Nous avons entendu dire que les femmes ont reçu des licences de semi-remorque, mais nous savons pertinemment qu’aucune demande de licence de moto n’est en cours de traitement. Nous supposons que la police de la circulation est très concentrée sur les voitures, mais quel que soit le problème, nous espérons qu’il sera bientôt résolu. »

L’arrêté royal de septembre 2017 accordant aux femmes le droit de conduire dans le Royaume à partir de juin 2018 stipulait que les lois sur la conduite seraient les mêmes pour les hommes et pour les femmes. Mais il semble que ce n’est pas encore le cas, malgré les assurances de la Direction saoudienne de la circulation, il ya un an, selon lesquelles les femmes seraient autorisées à conduire des motos et des camions.

Elena Bukaryeva, une instructrice chez ICM, a dit soupçonner une certaine confusion ou un manque de communication entre l’administration de la police de la circulation et la division des licences.

« Mon mari a parlé à l’un des plus hauts responsables de la police de la circulation à Riyad », a-t-elle confié à  «Arab News ». «Il a déclaré que rien ne pouvait empêcher les femmes de se voir délivrer un permis de moto. »

«Mais le lendemain, une des dames qui a terminé notre cours s’est rendue à la police de la circulation et on lui a dit qu’il n’y avait pas de permis de motocyclette pour les femmes, mais pour les hommes. La même chose s’est produite lorsque j’ai demandé mon permis et que d’autres femmes l’ont fait.

La Direction générale de la circulation n’a pas répondu à la demande de commentaires «Arab News ».

Bukaryeva a déclaré qu’elle avait entendu parler de femmes titulaires d’une licence délivrée à l’étranger conduisant des motos dans le Royaume, bien qu’elles soient «semi-déguisées en hommes».

«Quand vous portez des vêtements amples et un casque intégral, personne ne peut dire si vous êtes un homme ou une femme», a-t-elle déclaré, ajoutant qu’elle ne l’avait pas essayée elle-même, son mari lui ayant dit que cela ne valait pas le risque. .

ICM a commencé à former des coureuses dès que l’interdiction de conduire a été levée.

Jusqu’à présent, la société a formé 18 femmes, dont Rim Al-Megbel, directrice des opérations financières en Arabie saoudite, âgée de 30 ans.

Al-Megbel était à l’école de moto le mercredi soir pour s’entraîner, parce qu’elle ne peut pas encore le faire sur les routes.

«Mon rêve est de me réveiller un jour et d’avoir une voiture et une moto dans mon garage et d’être libre de choisir quoi conduire», a-t-elle déclaré. « Ce serait probablement la moto. »

Al-Megbel a ajouté que son rêve « ultime » serait de faire un voyage à travers le royaume avec un groupe de motardes.

« Cela », dit-elle, « serait la liberté. »

Cet article a été publié pour la première fois dans (Arab News)

Si vous voulez des nouvelles plus intéressantes ou des vidéos de ce site, cliquez sur ce lien (Arab News)


Diffuser l'info